DIVERS

LA TENTATION     




Qu'est-ce que la tentation ? Comment se manifeste-t-elle ? Qui peut être tenté ? Comment y résister et ne pas succomber ? Autant de questions et d'autres auxquelles cet article revisité et complété se propose de répondre.

D'abord, être tenté ce n'est pas pécher mais le début d'un processus qui nous y conduit.

Lorsque nous sommes tentés, ce sont les mauvais désirs que nous portons en nous qui nous attirent et nous séduisent, puis le mauvais désir conçoit et donne naissance au péché. Et le péché, une fois parvenu à son plein développement, engendre la mort. Jacques 1.14

Ensuite la tentation touche à tout ce qui peut nous entrainer au péché : mauvais sentiments, rancune, animosité, colère, envie, mauvais désirs et convoitise . Elle ouvre la porte à des comportements mauvais : violence comme Caïn qui tua son frère, mensonge, dissimulation, vol, excès du manger et du boire, plaisirs du monde, pratiques sexuelles déviées, conflits, séduction religieuse, divisions et sectes. etc.

La tentation est commune a tous les êtres humains, même aux plus spirituels et aux plus saints. Jésus lui-même a été tenté en toutes choses comme nous. C'est pour cela qu'il peut comprendre nos faiblesses, y compatir et nous secourir

Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Hébreux 4:15

Il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu'il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l'expiation des péchés du peuple; car, ayant été tenté lui-même dans ce qu'il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés. Hébreux 2.17

La première tentation de l'humanité s'est déroulée dans le jardin d'Eden, un lieu de délices où le mal n'existait pas. Le diable est venu déguisé en serpent et il a séduit Eve par sa ruse. Genèse 3 - 2 Corinthiens 11.3

Adam et Ève n'avaient pas la conscience du mal et leur cœur n'était pas encore la source de désirs mauvais. Alors le malin a utilisé le mensonge et la ruse dans le but d'amener Eve à douter de ce que Dieu avait dit ou du moins de la façon dont elle l'avait compris.

" Dieu a-t-il réellement dit ? As tu bien compris ? Interprète-tu bien ce que Dieu a dit ? "

La Parole écrite de Dieu est le fondement de notre foi et Satan, qui le sait, s'efforce par tous les moyens de nous faire douter de son inspiration divine. S'il ébranle les fondations, la maison s'écroule.

C'est ce qui s'est passé dans le jardin d'Eden.

Après avoir semer le doute, le diable était dans la place et il a accusé Dieu de mensonge et de duplicité (les propres caractéristiques de la nature de Satan) pour discréditer le Créateur aux yeux d'Adam et d'Ève :

Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. Genèse 3.4

Le terrain étant préparé, Satan a fait miroiter les avantages du fruit de l'arbre mystérieux, celui de la connaissance du bien et du mal que l'Eternel avait interdit à Adam et Eve.

La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea. Genèse 3:6

Les trois ingrédients de la tentation sont toujours les mêmes :

. la convoitise de la chair, le plaisir charnel. "bon à manger"

. la convoitise des yeux, le désir de posséder. "agréable à la vue"

. l'orgueil de la vie, l'ambition du pouvoir. "précieux pour ouvrir l'intelligence"

Ce qu'il faut souligner, c'est que la tentation amorce nos convoitises et nos sentiments par des agents extérieurs qui sollicitent nos pensées et nos désirs : le diable, les esprits séducteurs, le monde dans lequel nous vivons, les gens qui nous entourent amis ou ennemis, les images et les scènes de toutes sortes.

Nous ne devons pas non plus mésestimer la force de séduction de notre adversaire.

C'est du dedans

Si Satan est l'instigateur principal de la tentation, le terrain favorable à sa semence séductrice est notre propre cœur.

Jésus nous rappelle cette triste réalité :

Car c'est du dedans, c'est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie. Marc 7:21

Le diable connaît les points faibles de l'être humain et il les exploite. Sa tactique est toujours la même : la ruse, le mensonge, l'insinuation perfide, pour semer le doute, la séduction des plaisirs, des richesses et du pouvoir, afin d'entrainer sa proie dans la désobéissance et le péché.

. nos convoitises.

L'action de Satan est de nous amener à pécher en amorçant notre convoitise.

Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Il y a une amorce de la tentation, et cette amorce se trouve dans notre propre convoitise. Jacques 1:14

Acan en a fait la triste expérience : Il a vu les objets ... Il les a convoités, et il les a pris. Josué 7:21

Eve aussi : La femme vit... elle en prit et en mangea. Genèse 3:6

Un soir, David ne pouvant dormir, se leva de sa couche et comme il se promenait sur le toit de la maison royale, il aperçut de là une femme qui se baignait, et qui était très belle de figure. Et il succomba à la tentation ! 2 Samuel 11:2

Job se tenait en garde contre ce genre de choses :

"Si mon cœur a été séduit par une femme, Si j'ai fait le guet à la porte de mon prochain". Job 31:9

Jésus dit que la convoitise peut enfanter le péché dans le cœur.

Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. Matthieu 5:28

. nos pensées.

Nos pensées sont constamment en mouvement, s'agitant parfois excessivement ou se fixant sur des objets ou des envies coupables.

Celui qui ferme les yeux pour se livrer à des pensées perverses, Celui qui se mord les lèvres, a déjà consommé le mal. Proverbes 16:30

Avant le déluge le monde était corrompu jusque dans ses pensées.

L'Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. Genèse 6:5

Jésus a repris son disciple Pierre qui ne comprenait pas le dessein de Dieu au sujet de la croix de Christ.

Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: Arrière de moi, Satan! tu m'es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. Matthieu 16:23

L'apôtre a dû être très surpris et peut être attristé par cette parole de son Maitre qui révèle qu'en réalité c'est Satan qui a inspiré à Pierre cette pensée.

Il y a beaucoup à dire au sujet de nos pensées, j'y reviendrai car c'est un domaine sensible de notre être que nous devons maitriser.

Nos pensées sont contaminées par notre nature charnelle dès notre enfance.

Les pensées du cœur de l'homme sont mauvaises dès sa jeunesse (Genèse 8.21).

. nos passions.

Les passions agissent dans nos membres enflammant nos désirs pour nous entrainer dans toutes sortes d'excès.

Elles sont de toutes natures : passion pour les jeux d'argent ou autres, passion du tabac, des drogues, de l'alcool, de certains aliments, des plaisirs sexuels, etc.

La passion transforme ce qui est naturel en comportements excessifs, mauvais, destructeurs et impurs. Romains 1.26,27

L'apôtre Paul parle de personnes agitées par des passions de toute espèce. 2 Timothée 3.6

L'apôtre Jacques écrit :

D'où viennent les luttes, et d'où viennent les querelles parmi vous ? N'est-ce pas de vos passions qui combattent dans vos membres ? Jacques 4:1

Les passions font partie des œuvres de la chair qui doivent disparaitre de la vie des enfants de Dieu :

Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Galates 5:24

Nos sentiments

Les conflits qui surgissent dans nos relations familiales, sociales ou professionnelles peuvent générer des sentiments d'amertume, de rancune, de colère, qui produisent les désirs de vengeance, la rupture des relations et parfois la violence comme Caïn qui dans une colère meurtrière se jeta sur son frère et le tua.

L'orgueil conduit à la recherche du pouvoir qui pousse un esprit dominateur à l'autoritarisme despotique à l'égard de sa famille, des personnes qui sont sous ses ordres dans une entreprise ou dans la vie.

L'orgueil se manifeste aussi dans le domaine religieux, le responsable imposant ses idées et ses règles de façon arbitraire et légaliste.

C'est par orgueil qu'une personne crée son propre groupe sectaire qu'elle dirige comme un gourou, comme l'écrit l'apôtre Jean.

J'ai écrit quelques mots à l'Eglise; mais Diotrèphe, qui aime à être le premier parmi eux, ne nous reçoit point.
C'est pourquoi, si je vais vous voir, je rappellerai les actes qu'il commet, en tenant contre nous de méchants propos; non content de cela, il ne reçoit pas les frères, et ceux qui voudraient le faire, il les en empêche et les chasse de l'Eglise. 3 Jean verset 9

L'orgueil de la vie c'est le désir de paraitre qui fait aussi partie des désirs dans le cœur de l'être humain que réveille la tentation.

Mais ceux qui veulent s'enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. 1 Timothée 6:9
La source du mal est en nous
Selon l'enseignement de Jésus nous comprenons bien que la source de la tentation se trouve en nous, comme l'écrit encore l'apôtre Paul :

Je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Romains 7.22/23

C'est le vieil homme, l'ancienne nature, la nature du péché, qui se corrompt par les convoitises trompeuses. Éphésiens 4:22.

Le péché habite en nous et y exerce sa loi.

Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair: j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Rom 7. 18

Jésus le confirme en disant que la source du péché est dans notre cœur :

Car c'est du dedans, c'est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie. Marc 7:21

L'être humain est naturellement charnel et enclin au péché, comme le dit Dieu a Caïn :

Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage, et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi: mais toi, domine sur lui. Genèse 4:7

La Bible par ses paroles et les exemples qu'elle contient est le miroir dans lequel se reflète notre vraie visage.

Le tentateur

Le principal instigateur de la tentation c'est le diable.

La personnalité de Satan ainsi que ses activités sont bien décrites dans la Bible. Sans les explications que nous en donnent les Ecritures nous ne comprendrions ni l'origine du diable, ni la méchanceté de sa nature, ni son pouvoir, ni son action.

Il est souvent question de ses ruses, c'est pourquoi il est appelé : le serpent ancien

Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l'Eternel Dieu avait faits. Genèse 3:1

C'est ainsi qu'il a séduit Eve et qu'il séduit toute la terre. Corinthiens 11.3,13 - Apocalypse 12.9 – 20.2 –

Satan est celui qui active notre propre convoitise, notre nature charnelle, en faisant miroiter à nos yeux le côté séducteur du péché. Il est sans cesse aux aguets parcourant le monde afin de détourner de Dieu les êtres humains pour les entrainer vers le mal.

Parmi les avertissements que Dieu nous adresse il y en a un que nous devrions avoir sans cesse à l'esprit car c'est une mise en garde importante.

Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. 1 Pierre 5:8

Le diable cherche un accès dans notre cœur afin d'y faire pénétrer sa pensée séductrice. Par des insinuations mensongères et rusées il essaie de déstabiliser ceux qu'il tente pour les faire tomber dans ses pièges.

Il a même voulu entraîner Jésus à prouver son identité et son pouvoir en le faisant sortir de la dépendance de son Père : Si tu es le fils de Dieu ...

Il peut se servir d'un besoin naturel et légitime : "Jésus eut faim".

Mais le moyen qu'il a proposé pour répondre à ce besoin était une séduction et un mensonge que le Seigneur a repoussé.

Ensuite le malin a fait miroiter l'acquisition facile des richesses terrestres et du pouvoir. Un raccourci sans efforts ni souffrances, une sorte d'évangile de la prospérité. Mais à quel prix ! Tout simplement celui de l'asservissement. "Si donc tu te prosternes devant moi ..." Luc 4:7

Le tentateur peut aussi se servir de la Bible pour dévier le miraculeux de son véritable but.

Le diable le conduisit encore à Jérusalem, le plaça sur le haut du temple, et lui dit: Si tu es Fils de Dieu, jette-toi d'ici en bas; car il est écrit: Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, Afin qu'ils te gardent; et: Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre. Luc 4:9

Cela s'appelle tenter Dieu en le plaçant devant l'obligation d'intervenir, le mettant au défi d'accomplir ses promesses, lorsque nous nous mettons sciemment dans une situation dangereuse.

Le diable est à l'œuvre dans le monde entier. Il parcourt la terre, il y sème le mensonge, la haine, les divisions, la violence, l'impureté, le doute, l'incrédulité et la rébellion contre Dieu. Il y sème aussi l'ivraie c'est à dire ce qui a une apparence de vérité mais qui est en réalité un mensonge. Il a mis en place dans le monde ses ouvriers, ses apôtres et ses prophètes.

Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ.
Et cela n'est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière.
Il n'est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. 2 Corinthiens 11.13

L'apôtre Jean a écrit que le monde entier est sous la puissance du malin. 1 Jean 5:19

La création a été soumise à la vanité. Romains 8:20

Mais Jésus est venu afin de détruire ses œuvres et de délivrer ceux qui sont son emprise.

Vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l'empire du diable, car Dieu était avec lui. Actes 10:38

Jésus a été tenté

Alors Jésus fut emmené par l'Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable.
Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim.
Le tentateur, s'étant approché, lui dit: Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains.

Jésus était sans péché. Le mal ou le désir du mal, les convoitises et les mauvais sentiments, n'étaient pas dans son cœur. Il a été tenté de l'extérieur directement par le diable et aussi par ceux qui l'entouraient ou qu'ils rencontraient, par ses ennemis et parfois par ses proches.

C'est le Saint-Esprit qui a conduit le Seigneur dans le désert pour y être tenté. C'était donc selon la volonté de Dieu le Père. Les Ecritures nous en révèlent le raison.

Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Hébreux 4:15

En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu'il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l'expiation des péchés du peuple; car, ayant été tenté lui-même dans ce qu'il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés. Hebreux2.17/18

Quand Dieu permet ou décide que nous soyons tentés il y a toujours une raison spirituelle.

Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience.
Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. Jacques 1.2

La tentation est appelée l'épreuve de la foi en ce sens qu'elle est un test qui met en évidence la fermeté et la solidité de notre attachement à Dieu et à sa Parole. Elle est permise par Dieu et elle est nécessaire.

Heureux l'homme qui supporte patiemment la tentation; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment. Jacques 1:12

Le but c'est d'en sortir vainqueur comme Jésus l'a fait. Dieu nous en donne les moyens.

Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter. 1 Corinthiens 10:13

Retenons que Jésus a résisté au tentateur en se référant à la Parole écrite de Dieu : "Il est écrit"

Lui, La Parole vivante et éternelle de Dieu, Lui qui était Dieu, a recours au fondement de la foi. Il utilise l'arme puissante et efficace contre les ruses du diable : La Parole écrite de Dieu, l'épée de l'Esprit. Éphésiens 6.17

Il est important pour nous de constater que Jésus s'appuie sur les Ecritures, les paroles de Dieu données par les prophètes de l'Ancien Testament. Nous avons beaucoup plus avec la Parole de Christ qu'il a confiée à ses disciples afin qu'ils nous la communique.

Les Écritures sont le critère par excellence qui nous permet de juger et de discerner sainement toutes choses, les enseignements, les doctrines, les pratiques, mais aussi nos propres pensées et nos sentiments.

Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. Hébreux 4:12

Nous devrions peut-être nous arrêter un peu pour considérer l'importance des Écritures dans la façon de gérer notre vie. Le Seigneur Jésus nous en donne l'exemple, lui qui rappelait constamment ce qui était écrit à son sujet et qui agissait en conséquence.

On dirait que pour certaines personnes la Bible a vieilli et que ses enseignements ne correspondent plus à notre époque. Il en a été ainsi dans toutes les générations. C'est une autre forme de tentation du malin, une de ses ruses : "Dieu a-t-il réellement dit"

Souvent nos ressentis, nos impressions ou nos idées, influencent nos sentiments et nos comportements. Alors nos conclusions sont faussées et nous sommes déstabilisés dans notre confiance et notre relation avec Dieu. Nous perdons notre assurance.

Le seul moyen de retrouver la confiance en Dieu c'est de revenir à sa Parole, comme Jésus nous en donne l'exemple : Il est écrit !

La Parole Écrite de Dieu est la réponse aux insinuations mensongères et aux paroles de doute du tentateur.

Il est vrai que le diable essaye de détourner la Parole de Dieu à son profit pour nous entrainer à la faute. Il l'a fait avec Jésus.

... il est écrit: Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, Afin qu'ils te gardent; et: Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre. Luc 4.9

Certains font dire à la Bible ce qui les arrange dans le but de conforter leurs idées ou d'arriver à leur fin. Cela s'appelle tordre le sens des Écritures. 2 Pierre 3.16

Être tenté, ne pas succomber

Je vous l'ai dit : Nous sommes tous tentés, Jésus lui-même l'a été. La différence c'est qu'il n'a jamais succombé à la tentation

Il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Hébreux 4:15/16.

Tandis que nous bronchons tous de plusieurs manières. Si quelqu'un ne bronche point en paroles, c'est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride Jacques 3:2

Nous avons besoin d'être délivrés du mal, intérieurement transformés, puis fortifiés et soutenus chaque jour par l'Esprit de Dieu afin de pouvoir surmonter les tentations.

Notre victoire sur le mal dépend de la façon dont nous allons recevoir et laisser le Saint-Esprit agir en nous et prendre les initiatives qui permettent de repousser les sollicitations du péché.

Nous l'avons lu, Dieu donne la possibilité de résister et de vaincre.

Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter. 1 Corinthiens 10:13

Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Romains 8:37

Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ! 1 Corinthiens 15:57

Il y a donc la part de Dieu, la plus importante car la force est en Lui, et aussi notre propre part.

Résister

Soyons conscient de la réalité du combat contre la tentation et le péché.

Vous n'avez pas encore résisté jusqu'au sang en combattant contre le péché. Hébreux 12.4

L'apôtre Paul, parle d'un combat spirituel en vue duquel nous devons nous fortifier et nous revêtir de certaines armes. Nous ne pouvons pas vaincre la tentation si nous restons faibles spirituellement. Nous devons nous fortifier selon ce qui est écrit. :

Au reste fortifiez vous dans le Seigneur et par sa force toute puissante et revêtez vous de toutes les armes de Dieu afin de pouvoir tenir fermes contre toutes les ruses du diable. Éphésiens 6.10/11...

Une autre parole nous dit que Dieu peut nous fortifier puissamment par son Esprit.

Afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur. Ephésiens 3:16

Voir l'article : Fortifiés

Nous sommes exhortés à la résistance :

Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. 1 Pierre 5:9

Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. Jacques 4:7

Alors le diable le laissa. Et voici, des anges vinrent auprès de Jésus, et le servaient. Matthieu 4:11
Veiller

Nous pourrions croire que Jésus en avait fini avec le tentateur ? Eh bien non :

Après l'avoir tenté de toutes ces manières, le diable s'éloigna de lui jusqu'à un moment favorable. Luc 4:13

Le diable est toujours à l'affût d'une occasion favorable. Dans d'autres circonstances il essaiera à nouveau de tenter Jésus. Il ne renonce jamais.

La tentation peut prendre des formes différentes : souffrances, épreuves, mauvais désirs, convoitises, mauvais sentiments, colère, haine, rancune, dissimulation, envie, mensonges, etc. Mais son but est toujours le même : nous entraîner dans la désobéissance à Dieu, nous éloigner et nous séparer de Dieu.

Une des tactiques de Satan c'est l'isolement de ses victimes. C'est la méthode des fauves prédateurs, isoler un animal du troupeau , l'éloigner de son refuge, pour mieux le capturer. Alors malheur au plus fragile, à celui qui est peut-être déjà handicapé ou qui par esprit d'indépendance se tient à l'écart du troupeau.

Souviens-toi de ce que te fit Amalek pendant la route, lors de votre sortie d'Égypte, comment il te rencontra dans le chemin, et, sans aucune crainte de Dieu, tomba sur toi par derrière, (" sur tous ceux qui se traînaient les derniers, pendant que tu étais las et épuisé toi-même. ") Deutéronome 25.17/18

Si Satan peut nous amener à sortir de la protection divine, il pourra alors mieux nous imposer sa loi et nous tenir sous son emprise.

Soyons vigilants concernant nos propres faiblesses.

Jésus dit : Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible. Matthieu 26:41

Veiller, c'est se tenir sur ses gardes, être attentif à ce qui peut nous faire tomber. L'apôtre Jacques a écrit que nous bronchons tous de différentes manières.

Nous pouvons connaître ce qui nous rend vulnérables et veiller particulièrement dans le domaine le plus sensible de notre personnalité.

David dit : Je me suis tenu en garde contre mon iniquité. Psaumes 18:23

Nos efforts doivent tendre vers plusieurs directions :

- ne pas aimer le péché, c'est la première exhortation :

Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'esprit s'affectionnent aux choses de l'esprit. Romains 8:5

- être prudents en nous tenant éloignés de toute occasion de chute.

Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu'il s'éloigne de l'iniquité. 2 Timothée 2:19

Si quelqu'un, en effet, veut aimer la vie Et voir des jours heureux, Qu'il préserve sa langue du mal Et ses lèvres des paroles trompeuses, Qu'il s'éloigne du mal et fasse le bien, Qu'il recherche la paix et la poursuive; 1 Pierre 3:10,11
Prier

La prière est le moyen de nous tenir en communion avec Dieu notre Père céleste, de lui parler de nos préoccupations, de lui faire part de nos craintes concernant notre fragilité face à la tentation et de lui demander son aide.

N'attendons pas d'être tentés pour prier mais anticipons le moment de la tentation, d'une part en priant selon qu'il nous le recommande :

"Notre Père qui es aux cieux...Ne nous laisse pas succomber à la tentation, mais délivre nous du mal". Matthieu 6.

d'autre part en nous affermissant dans une vie de prière régulière, quotidienne.

Fortifiez donc vos mains languissantes Et vos genoux affaiblis; et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse.

La prière est une arme de Dieu efficace dans nos combats. Jésus nous exhorte à prier constamment et à prier avec foi, sans nous relâcher.

Jésus leur adressa une parabole, pour montrer qu'il faut toujours prier, et ne point se relâcher. Luc 18:1

Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible. Matthieu 26:41

Concernant notre combat, l'apôtre Paul écrit :

Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints. Éphésiens 6.18

Toutes sortes de prières.

Notre façon habituelle de prier est notre langue maternelle, en l'occurrence le français en ce qui me concerne. Nous prions dans un langage intelligible. Il est réconfortant de savoir que Dieu notre Père céleste comprend toutes les langues, celles des anges et des hommes, même le balbutiement des enfants.

Mais dans le combat contre le diable et la puissance des ténèbres, il y a une façon de prier qui est très efficace et recommandée c'est "la prière par l'Esprit". Cette prière est celle dont Paul parle en 1 Corinthiens 14. 14/15

Lisez à ce sujet les études sur : "le parler en langue" et "prier par l'esprit"

Toujours prier, ne point se relâcher !

Il s'agit, non pas de prier de temps en temps, pour des occasions spéciales, mais d'une vie de prière constante et régulière à laquelle nous consacrons du temps chaque jour.

"Faites en tout temps, toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance." Éphésiens 6.18

Ne nous relâchons pas dans notre vie de prière, prions sans cesse avec foi et persévérance. Ceux qui prient de cette façon remportent les victoires.

Souvenons que les vainqueurs dont la Bible parle étaient des hommes et de femmes de la même nature que nous, mais ils entretenaient soigneusement une vie de prière régulière.
La foi

Nous l'avons vu, le tentateur s'efforce de créer le doute par des insinuations mensongères et nous vivons dans un monde d'incrédulité qui réfute même la réalité d'un Créateur divin. Dès l'enfance nous sommes placés dans une ambiance d'incrédulité que le diable entretient soigneusement et qu'il développe constamment.

Notre seul riposte c'est de demeurer fermes dans la foi en Dieu et dans sa Parole.

L'apôtre Pierre écrit : Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera.
Résistez-lui avec une foi ferme.

La foi vient de la Parole de Dieu.

Jésus, a eu les bonnes réponses aux tentations du malin, celles qui viennent de la Parole écrite de Dieu : "Il est écrit".

Malgré qu'il est réellement le Fils de Dieu il a voulu en toutes choses vivre comme un fils de l'homme et dès son enfance, fréquentant régulièrement la synagogue, il a écouté attentivement la lecture des Écritures : la loi de Moïse, les prophètes et les psaumes, dont il s'est nourri.

Lorsque le tentateur est venu vers lui à plusieurs reprises, dans des circonstances différentes, Jésus a repoussé ses assauts avec les paroles des Ecritures, car il y croyait.

Ce n'est pas pour rien que l'apôtre Paul écrivait encore à Timothée :

Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises; dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ.

Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre. 2 Timothée. 3.14/17

Si nous reconnaissons comme certaines les paroles que Dieu a inspirées à ses prophètes et qui nous sont parvenues dans ce livre que nous appelons la Bible, alors nous serons armés pour repousser victorieusement le tentateur.

Le Seigneur Jésus-Christ est sorti victorieux contre les ruses et les tentatives de son adversaire après un temps particulier de jeûne et de prière dans la communion avec Dieu son Père et par une foi saine et ferme dans la Parole écrite de Dieu.

Par notre Seigneur Jésus-Christ

Jésus peut nous secourir quand nous somme tentés car il a été placé dans les mêmes situations que nous.

En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu'il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l'expiation des péchés du peuple; car, ayant été tenté lui-même dans ce qu'il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés. Hébreux 2.17

En lisant attentivement les versets 8 et 9 de Romains 8, nous comprenons que la victoire, dont l'apôtre Paul parle en Romains 7.24,25, réside dans la présence de Christ en nous par le Saint-Esprit et dans la façon dont nous allons le laisser agir en nous soumettant à Lui, nous laissant conduire par lui.

Le Seigneur c'est l'Esprit et nous sommes transformés en l'image de Christ, par l'Esprit du Seigneur.

Or, le Seigneur, c'est l'Esprit ; et là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté.
Nous tous, qui le visage dévoilé, reflétons comme un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit.

Toute la force de résistance à la tentation se trouve en Christ et l''Esprit de Christ présent en nous nous communique cette force.

Finalement nous retournons à cette parole de Jésus :

Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Jean 15:5

Notre principal effort va maintenant consister à demeurer attachés au Seigneur Jésus-Christ, comme le sarment demeure attaché au cep...

C'est le principe fondamental du développement de la vie nouvelle que Dieu nous a donnée : maintenir la communion avec Christ, par la foi, dans un effort constant de vigilance, de prière, de méditation et d'application de sa Parole.

Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ou que vous ne succombiez pas lorsque vous êtres tentés

Le Seigneur nous instruit encore sur la façon dont nous pouvons être libérés de l'emprise du péché :

Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. Jean 8:31,32

En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.
Or, l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours.
Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. Jean 8:34,36

La force pour résister victorieusement à la tentation se trouve en Jésus-Christ et le moyen d'être fortifiés est notre communion avec lui.

L'aide de Dieu

Dieu nous promet son secours dans ce combat :

"...Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter". 1 Corinthiens 10:13

Dieu peut nous préserver de toute chute et nous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l'allégresse. Jude 1:24

Il peut faire par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons. Éphésiens 3:20

Vous pourrez vivre comme le Seigneur le veut et faire tout ce qui lui plaît. Vous accomplirez toutes sortes d'actions bonnes et vous connaîtrez Dieu de plus en plus.
Sa puissance magnifique vous rendra forts pour tout. Alors vous résisterez et vous supporterez tout avec patience. Colossiens 1:11

Le Seigneur nous délivrera de toute œuvre mauvaise, et il nous sauvera pour nous faire entrer dans son royaume céleste. A lui soit la gloire aux siècles des siècles! Amen! 2 Timothée 4:18

L'effort principal consiste certainement à repousser les insinuations du malin nous faisant croire que nous n'arriverons jamais à être victorieux. Nous pouvons nous appuyer avec foi sur les promesses de Dieu et sa fidélité.

Constatant sa propre faiblesse, l'apôtre Paul se réfugie dans cette direction :

Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort?...
Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!... Romains 7:24

Grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ! 1 Corinthiens 15:57

Jésus qui a été tenté comme nous en toutes choses sans succomber à la tentation nous apportera son secours,

"Car, ayant été tenté lui-même dans ce qu'il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés". Hébreux 2:18

Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. Hébreux 4:15/16

Lorsque nous sommes tentés, ne cherchons pas du secours en nous-mêmes, notre force n'est que faiblesse. Nous pouvons prendre de bonnes décisions : "Non Seigneur, je ne te renierai pas !" Cependant Pierre à succombé ... et bien d'autres plus forts que nous.

La force est à Dieu et la victoire est en Jésus-Christ !

Certainement vous n'êtes pas encore arrivés au bout de l'invincibilité... Mais comptez sur la miséricorde, la patience et la fidélité de Dieu.

Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous. 1 Jean 1. 7

Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. 1 Jean 2:1

Se relever

Lorsque vous tombez, ne restez pas à terre, relevez vous et repartez en vous appuyant sur le Seigneur.

"Car sept fois le juste tombe, et il se relève". Proverbes 24:16

Celui qui nous demande de pardonner soixante dix fois sept fois, (Matthieu 18:22 ) ne se lasse pas de nous pardonner...

Que le méchant abandonne sa voie, Et l'homme d'iniquité ses pensées; Qu'il retourne à l'Eternel, qui aura pitié de lui, A notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner. Esaïe 55:7

Allons donc à lui avec confiance : pour trouver grâce, obtenir miséricorde et être secourus dans nos besoins, en l'occurrence être secourus lorsque nous sommes tentés.

Puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus le Fils de Dieu, tenons fermement la confession (de notre foi).
Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur incapable de compatir à nos faiblesses ; mais il a été tenté comme nous à tous égards, sans (commettre de) péché.
Approchons–nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, en vue d'un secours opportun. Hébreux 4:14

Si nus faisons notre part, nous efforçant de marcher selon l'Esprit, en nous détournant de mal, Dieu nous promet de nous donner les moyens de sortir victorieux de la tentation :

Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter. 1 Corinthiens 10:13

LA SANCTIFICATION     

Elle est tout simplement la manière de vivre de ceux qui, après avoir reçu le pardon de leurs péchés par la foi en Jésus, ont décidé de suivre le Seigneur Jésus-Christ en obéissant à ses instructions, selon qu'il l'a ordonné.

 

Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. Mathieu 28.19

Elle est la normalité pour ceux qui confessent que Jésus est leur Seigneur. En dehors de toutes pratiques religieuses, fussent elles "évangéliques" ou "bibliques", la foi en Dieu doit conduire à une relation personnelle réelle avec le Seigneur, selon que Jésus l'enseigne.

Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. Jean 14:23

La nécessité de la sanctification est rappelée aussi bien dans l'Ancien Testament que dans le Nouveau car elle concerne tous ceux qui sont appelés à vivre dans une vraie communion avec Dieu. En fait, elle conditionne toute notre vie par rapport à Dieu, à Christ et au Saint-Esprit

Si nous désirons que Dieu nous accueille favorablement lorsque nous prions ou l'adorons, si nous voulons que le Seigneur soit avec nous et qu'il nous aide chaque jour, il est indispensable que nous nous sanctifiions, comme il est écrit :

Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité? ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres?
Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle?
Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit: J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
C'est pourquoi, Sortez du milieu d'eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant.
Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 6.14

Dans l'Ancienne Alliance avec Israël, l'Eternel demandait à son peuple de se sanctifier pour s'approcher de Lui et le servir :

Parle à toute l'assemblée des enfants d'Israël, et tu leur diras: Soyez saints, car je suis saint, moi, l'Eternel, votre Dieu. Lévitique 19:2

Il en est de même pour le peuple de la Nouvelle Alliance c'est à dire l'Eglise de Jésus-Christ :

Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l'ignorance.
Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu'il est écrit: (1-16) Vous serez saints, car je suis saint.
Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l'œuvre de chacun, sans acception de personnes, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre pèlerinage, sachant que ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous, qui par lui croyez en Dieu, lequel l'a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu. 1 Pierre 1.14 à 21

Cette exhortation de l'apôtre Pierre n'a pas besoin de commentaires, nous comprenons ce que Dieu attend de la part de ceux qu'il a sauvés pas sa grâce et ajoutés à l'Eglise de son Fils Jésus-Christ.

Nous mesurons l'importance de la sanctification à l'aide de cette autre parole : la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur. Hébreux 12:14

Voir le Seigneur ne consiste pas uniquement à aller au ciel quand nous mourrons ou à être enlevés avec lui lors de son avènement, c'est aussi le voir dans nos vies quotidiennement, être en communion avec Lui, être exaucés quand nous prions, vivre par le Saint-Esprit qui nous communique ses dons et produit en nous son fruit.

Le but de ce dossier est de mettre en évidence la place vitale de la sanctification dans la vie des enfants de Dieu et aussi d'enseigner comment la mettre en pratique. Vous y retrouverez des articles parus séparément sur pasteurweb.

Pour en faciliter la lecture les chapitres sont disposés dans un ordre qui me semble logique, en commençant par présenter Celui qui nous appelle à être saints.
1. Dieu est saint

La première des choses qui frappe ceux qui ont une relation avec Dieu, c'est la révélation de sa sainteté et la conscience de leur propre souillure.

L'année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple.
Des séraphins se tenaient au-dessus de lui; ils avaient chacun six ailes; deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler.
Ils criaient l'un à l'autre, et disaient: Saint, saint, saint est l'Eternel des armées! toute la terre est pleine de sa gloire!
Les portes furent ébranlées dans leurs fondements par la voix qui retentissait, et la maison se remplit de fumée.
Alors je dis: Malheur à moi! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j'habite au milieu d'un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l'Eternel des armées. Esaïe 6.1

Dans sa vision, le prophète Esaïe a vu le Seigneur sur un trône très élevé, ce qui signifie la nature de la sainteté de l'Eternel proclamée par les séraphins qui l'entourent : Ils criaient l'un à l'autre, et disaient: Saint, saint, saint est l'Eternel des armées! toute la terre est pleine de sa gloire!

L'apôtre Jean a eu la même vision de la sainteté de Dieu :

Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu'un était assis.
Celui qui était assis avait l'aspect d'une pierre de jaspe et de sardoine; et le trône était environné d'un arc-en-ciel semblable à de l'émeraude.
Autour du trône je vis vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre vieillards assis, revêtus de vêtements blancs, et sur leurs têtes des couronnes d'or.
Du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres. Devant le trône brûlent sept lampes ardentes, qui sont les sept esprits de Dieu.
Il y a encore devant le trône comme une mer de verre, semblable à du cristal. Au milieu du trône et autour du trône, il y a quatre êtres vivants remplis d'yeux devant et derrière.
Le premier être vivant est semblable à un lion, le second être vivant est semblable à un veau, le troisième être vivant a la face d'un homme, et le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole.
Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d'yeux tout autour et au dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit: Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient! Apocalypse 4:2-8

Lorsque nous lisons ces passages et bien d'autres dans la Bible, nous prenons conscience de la nature de Dieu : Une sainteté incomparable, une pureté parfaite, une lumière éblouissante, insoutenable. C'est sa gloire, la gloire de Dieu. Ce n'est pas seulement la gloire de sa puissance, c'est surtout la gloire de sa pureté.

A plusieurs reprises Dieu a manifesté sa gloire de manière éclatante, comme cela est rapporté en Exode 24:16/17 : L'aspect de la gloire de l'Éternel était comme un feu dévorant sur le sommet de la montagne, aux yeux des enfants d'Israël.

Le prophète Ezéchiel en a aussi été le témoin.

Tel l'aspect de l'arc qui est dans la nue en un jour de pluie, ainsi était l'aspect de cette lumière éclatante, qui l'entourait: c'était une image de la gloire de l'Eternel. A cette vue, je tombai sur ma face, et j'entendis la voix de quelqu'un qui parlait. Ezéchiel 1:28

La sainteté de Dieu est révélée dans la personne du Fils de Dieu, le Seigneur Jésus-Christ, d'une manière plus accessible, par sa nature pure et sans tache, par la puissance de ses miracles et par l'éclat de sa gloire manifestée à trois de ses disciples sur la montagne :

Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques, et Jean, son frère, et il les conduisit à l'écart sur une haute montagne.
Il fut transfiguré devant eux; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Matthieu 17.1

Notre Seigneur Jésus-Christ, notre Sauveur et Seigneur est lui-même un modèle de sainteté :

Il nous convenait, en effet, d'avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux, Hébreux 7:26

Il pouvait en toute vérité dire aux pharisiens qui l'accusaient : Qui de vous me convaincra de péché? Jean 8:46

Même lorsqu'il mangeait et buvait avec les publicains et qu'il côtoyait les gens de mauvaise vie, comme le disaient dédaigneusement les pharisiens, Jésus s'est toujours distingué par une attitude de pureté. Il aimait les pécheurs qu'Il voulait sauver, mais il haïssait le mal. C'est pour cela que Dieu l'a élevé au dessus de toutes créatures et de toutes choses.

Tu as aimé la justice, et tu as haï l'iniquité; C'est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t'a oint D'une huile de joie au-dessus de tes égaux. Hébreux 1:9

Il nous convenait, en effet, d'avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux, Hébreux 7:26

Enfin le Saint-Esprit, qui nous a été donné de la part de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-Christ, pour venir habiter en nous, révèle et inspire la sainteté divine : c'est l'Esprit de Dieu, parfaitement saint, appelé l'Esprit de sainteté.

Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous?
Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c'est ce que vous êtes. 1 Corinthiens 3.16

2. La sainteté

La sainteté est un concept divin. Dieu seul est parfaitement saint. Si nous voulons savoir ce qu'est la sainteté c'est à lui qu'il faut regarder, quoique notre connaissance est bien limitée dans ce domaine comme dans d'autres.

La sainteté de Dieu est sa qualité essentielle, fondamentale. Sa pureté absolue, immaculée, manifeste sa gloire rayonnante, éternelle.

" Saint, saint, saint est l'Eternel... Toute la terre est pleine de sa gloire". Esaïe 6:3; 57:15

La racine hébraïque du mot "sainteté" ou "saint" a deux significations :

- Etre "mis à part pour un usage exclusif", "séparé", "considéré comme sacré par opposition au profane",

- Etre entièrement pur, c'est l'état de la pureté absolue comme l'éclat d'une blancheur éblouissante : la gloire de Dieu.

Etre saint, c'est être "sans tache, ni ride, ni rien de semblable" (Ephésiens 5:26-27).

Dans 2 Corinthiens 7:1 nous lisons:

"Purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sainteté (ou sanctification) dans la crainte de Dieu."

Dieu est dépeint comme parfaitement pur, saint et majestueux, et son peuple est appelé à reconnaître sa sainteté et ses droits souverains sur lui (Esaïe 6.3; 8.13).

Un texte de l'apôtre Paul donne une idée très forte de la sainteté de Dieu :

Il habite une lumière inaccessible, qu'aucun homme n'a vu ni ne peut voir. 1 Timothée 6:16

Nous pouvons avoir dès maintenant une notion assez précise de que signifie "être saint".

Certains pensent qu'il suffit d'être séparé, dans le sens d'être mis à part pour une tâche, mais il s'agit de beaucoup plus que cela.

La sainteté dans son expression divine c'est être séparé du péché d'une manière absolue, être dans un état de pureté parfaite. Nous comprenons bien que seul Dieu atteint cette perfection de la sainteté. Cependant Il nous appelle à être saints.

"Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu'il est écrit: Vous serez saints, car je suis saint." 1 Pierre 1:15

Ceci est valable pour toutes les époques. Dieu ne change pas.

Avec Israël dans l'Ancienne Alliance ou l'Église dans l'Alliance Nouvelle, Dieu a toujours appelé à la sainteté ceux qu'il rachète. Il les sépare, c'est à dire sanctifie, pour être son peuple car c'est le moyen de donner au monde le témoignage de ce qu'il est lui même.

A Israël il dit : Car tu es un peuple saint pour l'Eternel, ton Dieu; et l'Eternel, ton Dieu, t'a choisi, pour que tu fusses un peuple qui lui appartînt entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre. Deutéronome 14:2

Avec l'Église, le peuple de la Nouvelle Alliance composé de ceux qui ont été lavés de leurs péchés par le Sang de son fils Jésus-Christ, Dieu a la même exigence :

Vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. 1 Pierre 2.9

La réalité c'est que ceux qui sont appelés à être enfants de Dieu manifeste dans leur vie la nature du Seigneur.

Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise. 2 Pierre 1.3

Le fait d'être sous la grâce ne nous autorise pas à vivre dans la souillure du péché.

Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde?
Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Romains 6:1,2

La sainteté de ceux que le Seigneur a rachetés fait l'objet de nombreuses exhortations. C'est une vertu essentielle, fondamentale, de la vie chrétienne, car elle marque d'une manière évidente notre appartenance à un Dieu saint. La sainteté démontre que le péché est une souillure.

C'est peut être aussi l'élément le moins attrayant pour ceux qui croient, car elle demande un effort constant et une véritable séparation du péché et du mal qui sont tellement attachés à notre nature humaine.

La sainteté est la marque distinctive de ceux qui appartiennent au Seigneur.

Néanmoins, le solide fondement de Dieu reste debout, avec ces paroles qui lui servent de sceau: Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent; et: Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu'il s'éloigne de l'iniquité. 2 Timothée 2:19

Elle est aussi le témoignage évident d'une vie nouvelle qui provoque le rejet et la haine de la part des incrédules. Elle leur rend le témoignage que leurs œuvres sont mauvaises et c'est pour cette raison qu'ils haïssent ceux qui la pratiquent. Jésus a dit à ses disciples que le monde le haïrait parce qu'ils rendraient par leur conduite le témoignage que les œuvres des hommes sont mauvaises. (Jean 7:7). II ajoute qu'il en sera de même pour ceux qui le suivent.

Je leur ai donné ta parole; et le monde les a haïs, parce qu'ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Jean 17:14

Nous comprenons alors pourquoi elle est si difficile à vivre car en plus de surmonter la tendance naturelle de notre cœur charnel, nous devons encore affronter l'opposition et la haine de ceux parmi lesquels nous vivons, ceux que notre conduite condamne et exaspère. Pourtant c'est le témoignage que Dieu nous appelle à rendre :

Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite. 1 Pierre 1:15

C'est là ce qui fait la vraie différence. Les non-croyants peuvent pratiquer de bonnes œuvres. Nous avons des exemples évidents avec de personnes athées ou encore avec de nombreuses associations caritatives fondées et animées par des incrédules notoires. Mais il leur est impossible d'être saints.

Comprenez bien ce que je vous dis maintenant : Il est normal que des enfants de Dieu pratiquent la charité et se montrent secourables envers ceux qui souffrent ou sont dans le besoin, cela aussi les gens du monde le font. Il faut que nous soyons sensibles à "la charité qui s'exerce en faveur des saints" comme le fruit de l'amour fraternel, et à l'égard de ceux qui nous entourent comme la compassion de Dieu qui inspire notre cœur. C'est un comportement qui va de soi, si nous sommes enfants de Dieu.

Mais ce qui fait la différence avec les incroyants c'est la sainteté de notre conduite, la pureté de notre vie.

La sainteté est la marque des rachetés du Seigneur Jésus-Christ, du peuple de Dieu. Nous sommes appelés à être saints dans le monde, comme notre Père céleste, à l'image de Jésus notre Sauveur et selon la nature de l'Esprit de Dieu qui nous habite et nous inspire. Il est écrit que la sainteté convient à la maison de Dieu.

Tes témoignages sont entièrement véritables; La sainteté convient à ta maison, O Eternel! pour toute la durée des temps. Psaumes 93:5

Nous devons savoir que Dieu veut un peuple saint, c'est à dire des hommes et des femmes qui rachetés par le sang de son Fils Jésus-Christ, marchent dans la sainteté.

Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée.
Elle nous enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui s'est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres. Tite 2:11

La sainteté est le seul moyen de sanctifier la présence de Seigneur dans notre vie, selon qu'il est écrit : "Sanctifiez dans vos cœurs, Christ le Seigneur." 1 Pierre 3:15

La seule façon de vivre pour être agréable à Dieu c'est de vivre saintement, c'est à dire pratiquer la justice, se conserver pur. Dieu ne peut pas accepter d'être uni avec quelqu'un qui est souillé.

Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ.
Et nous écrivons ces choses, afin que notre joie soit parfaite.
La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c'est que Dieu est lumière, et qu'il n'y a point en lui de ténèbres.
Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité.
Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. 1 Jean 1:3:7

En quoi consiste marcher dans la sainteté ?

Plusieurs expressions aident à le comprendre : marcher dans la lumière, marcher dans la vérité, suivre des voies droites, vivre selon l'Esprit et non selon la chair, se conserver purs, sanctifier le Seigneur dans notre cœur, nous garder comme un temple saint pour l'Esprit de Dieu qui habite en nous. En fait, c'est vivre dans le monde en se préservant de ses souillures.

Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 7:1

C'est la condition pour maintenir une réelle communion avec le Seigneur.

C'est pourquoi, Sortez du milieu d'eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai. 2 Corinthiens 6:17

Ce passage a été parfois mal compris, interprété comme un appel à nous séparer des non-croyants dans notre vie familiale ou sociale. Il s'agit, tout en étant dans le monde, c'est à dire parmi les incroyants, de ne pas participer à leurs péchés et de nous garder des associations ou unions dont nous ne pourrons pas maîtriser la morale.

Si nous nous souillons avec les péchés du monde nous perdons notre bonne communion avec le Seigneur et toute notre vie de prière et de foi en est altérée. Notre conscience nous condamne et nous n'avons plus d'assurance devant Dieu. 1 Jean 3.19-21

Les lévites chargés d'entretenir le sanctuaire devaient se sanctifier et sanctifier la maison de Dieu :

Ecoutez-moi, Lévites! Maintenant sanctifiez-vous, sanctifiez la maison de l'Eternel, le Dieu de vos pères, et mettez ce qui est impur hors du sanctuaire. 2 Chroniques 29:5

Nous sommes le temple du Saint-Esprit, par lui Dieu demeure en nous et nous sommes appelés à être "un temple saint" :

Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire.
En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur.
En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit. Ephésiens 2:20-22

Ne savez–vous pas que vous êtes le sanctuaire de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? 1 Corinthiens 3:16

Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes?
Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. 1 Corinthiens 6:19,20

Il y a dans la Bible, beaucoup d'autres passages qui nous exhortent à la sainteté, il n'est pas difficile de les trouver, il est plus difficile de les pratiquer.

La sainteté c'est la seule façon de vivre qui plaise à Dieu et le glorifie. Le manque de sainteté nous prive de la joie de la communion avec le Seigneur, cela attriste le Saint-Esprit et empêche Dieu de nous exaucer et d'accomplir en notre faveur tout ce qu'il voudrait.

N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.

La parole que l'Eternel adressait à son peuple par le prophète Esaïe est aussi valable pour le peuple de la nouvelle alliance, l'Eglise, que nous sommes

Non, le bras du SEIGNEUR n'est pas trop court pour sauver, son oreille n'est pas trop dure pour entendre.
Ce sont vos fautes qui vous séparent de votre Dieu, ce sont vos péchés qui le détournent de vous, qui l'empêchent de vous entendre. Esaïe 59:1
2. Le péché

Il est important de prendre conscience de la nature du péché qui est une salissure de l'esprit, une souillure de l'âme et souvent une dégradation physique. Le péché est grave dans ses conséquences. Si nous sommes convaincus de sa gravité nous éprouverons le besoin d'en être pardonnés purifiés et aussi de nous en séparer.

Dans sa vision, le prophète Esaïe a vu le Seigneur sur un trône très élevé, ce qui signifie la nature de la sainteté de l'Eternel, proclamée par les séraphins qui l'entourent : Ils criaient l'un à l'autre, et disaient: Saint, saint, saint est l'Eternel des armées! toute la terre est pleine de sa gloire!

Nous pouvons comprendre que la souillure du péché soit un obstacle à l'approche de ce Dieu saint et à une réelle relation avec Lui. Il faut donc régler ce problème en commençant par haïr le péché à cause de ce qu'il est une souillure et des dommages qu'il occasionne.

Vous qui aimez l'Eternel, haïssez le mal! Il garde les âmes de ses fidèles, Il les délivre de la main des méchants. Psaumes 97:10

Ayez le mal en horreur; attachez-vous fortement au bien. Romains 12:9

Nous l'avons lu, l'Esprit de Dieu est un Esprit de Sainteté, Jésus dit qu'il nous conduit dans toute la vérité. C'est Lui qui nous fait prendre conscience de la véritable nature du péché, comme étant une souillure qui nous tient éloignés de Dieu.

La définition biblique du péché se trouve dans 1 Jean 3:4, et il est intéressant de comparer plusieurs versions du texte, en commençant par la plus connue :

Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. (Segond)

Voici le même texte dans d'autres versions qui aident à mieux comprendre le véritable sens, non seulement du mot "péché", mais ce qu'il est réellement.

. Quiconque pèche s'oppose à la loi de Dieu, car le péché est la révolte contre cette loi.

. Quiconque commet le péché commet aussi l'iniquité ; car le péché, c'est l'iniquité.

. Quiconque fait le péché fait aussi le mal ; c'est le péché qui est le mal.

. Tous ceux qui commettent des péchés luttent contre Dieu. En effet, commettre des péchés, c'est lutter contre Dieu.

. Celui qui commet le péché viole la Loi de Dieu, car le péché, par définition, c'est la violation de cette Loi.

Il y a aussi une définition qui se rapporte au sens des mots hébreu (pour l'AT) et grec (pour le NT)

. hébreu : chatta'ah (khat-taw-aw') ou chatta'th (khat-tawth') : ce qui manque le but

. grec : hamartano (ham-ar-tan'-o : " erreur, faux état d'esprit" ou encore : "manquer le chemin de la droiture et de l'honneur, faire le mal"

Il faut préciser ce qu'est réellement le péché par rapport à la pensée de Dieu, car je crains que l'expression "manquer le but", comme une flèche qui manque la cible, nous fasse perdre la conscience de sa gravité et de ses conséquences.

La loi de Dieu est une loi morale, droite et juste. Le péché enfreint cette loi, c'est une faute, un manque envers la droiture, la justice et la vérité

Enfin toute faute engendre des conséquences. Le péché détruit notre propre intégrité, mais aussi lèse les autres. Il provoque des blessures dans tous ceux qu'il atteint.

Au commencement, lorsque Dieu créa le monde et plaça Adam et Eve, dans le jardin d'Eden, ils ne connaissaient pas le péché. Puis, le diable est venu et les a séduits les entrainant à transgresser à l'ordre divin. Genèse 3

Le premier péché de l'être humain a été la désobéissance. Cela peut nous paraître étrange qu'une "simple désobéissance" entraine de telles conséquences.

C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché. Romains 5:12

Parfois on peut dire : "Oh ! Ce n'est qu'un simple mensonge". Cependant, c'est comme cela que "le père du mensonge" a entrainé Adam et Eve à transgresser la Parole de Dieu. Le résultat a été terrible pour eux et pour toute l'humanité qui a suivi leur exemple : "La mort s'est étendue à tous les hommes, parce que tous ont péché"

Le jour où le péché est entré dans le monde tout s'est déréglé. Jusque là, le fondement sur lequel reposait l'harmonie de la création était la confiance. Le diable est venu semer dans le cœur d'Adam et Eve la défiance, par des paroles calomnieuses envers le Créateur : "Dieu a-t-il réellement dit ?" puis "Vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que ..." Autrement dit "Dieu vous a menti, pour préserver sa domination sur vous, il ne veut pas que vous soyez comme lui, des dieux !" Genèse 3:1-4

Alors, le soupçon est entré dans le cœur d'Adam, à l'égard de Dieu et de Eve sa femme. Le fondement sur lequel reposait la vie dans le jardin a été détruit. Le péché est destructeur.

En observant les dégâts causés dans le monde par le péché nous devrions être horrifiés.

. L'adultère et la fornication produisent les divorces, la destruction des familles et la souffrance de ceux qui en sont victimes, parents et enfants.

. Le libertinage, les relations sexuelles multipartenaires ou entre des personnes du même sexe, produisent toutes sortes de dérèglement, de conflits, de drames, ainsi que de nombreuses infections : les MST (maladies sexuellement transmissibles) et parmi elles le terrible sida.

. L'usage des drogues crée des dépendances douloureuses, détruit l'organisme, altère les facultés mentales et cause de nombreuses maladies.

. Les excès du manger et du boire altèrent la santé, l'ivrognerie produit la déchéance, l'abus de l'alcool engendre la violence et est la cause de nombreux accidents.

. Le mensonge, la tricherie, la malhonnêteté, engendrent une méfiance toujours plus grande entre les gens.

. L'orgueil, l'ambition démesurée, le goût et la recherche du pouvoir, provoquent des conflits, des querelles et des guerres meurtrières.

. L'injustice, l'égoïsme, le mépris des autres, produisent la révolte et la violence

. La jalousie, la colère, la méchanceté, provoquent des drames

. La cupidité, l'avarice, l'amour de l'argent et des richesses, sont la cause de toutes sortes de maux.

Le péché se manifeste sous des formes différentes selon les personnes.

Chacun de nous fait des fautes sur bien des points et de bien des manières. Jacques 3:2

Jésus énumère les différentes sortes de péchés provenant du cœur humain .

Car c'est du dedans, c'est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie.
Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme. Marc 7:21-23

D'autres passages de la Bible sont aussi explicites. Il est question de passions infâmes, de choses indignes, d'abominations :

... des passions infâmes: car leurs femmes ont changé l'usage naturel en celui qui est contre nature; et de même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement.
... livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes, étant remplis de toute espèce d'injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice; pleins d'envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité; rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d'intelligence, de loyauté, d'affection naturelle, de miséricorde. Romains 1:26-31

Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu. 1 Corinthiens 6:9,10

Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu. Galates 5:19-21

Sache que dans les derniers jours surgiront des temps difficiles.
Car les gens seront égoïstes, amis de l'argent, fanfarons, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles envers leurs parents, ingrats, sacrilèges, insensibles, implacables, médisants, sans maîtrise de soi, cruels, ennemis du bien, traîtres, emportés, aveuglés par l'orgueil, amis du plaisir plus que de Dieu ; ils garderont la forme extérieure de la piété, mais ils en renieront la puissance. Eloigne–toi de ces gens–là. 2 Timothée 3:1

Ces textes ne nous laissent aucune illusion sur l'état du cœur humain. "Les péchés" sont appelés par leur nom et clairement dénoncés. De plus, la Parole de Dieu souligne que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront pas le royaume de Dieu.

Quant aux lâches, aux infidèles et inconstants, aux dépravés, assassins, noceurs et adultères, aux idolâtres et adeptes des pratiques occultes, bref à tous ceux qui s'écartent de la vérité, leur part sera l'étang ardent de feu et de soufre, la seconde mort. Apocalypse 21:8

Peut-être, quelqu'un dira : "Mais n'exagérez pas, nous ne sommes pas si mauvais, tous ne sont pas abominables."

Les Ecritures répondent sans ambigüité :

Quoi donc! sommes-nous plus excellents? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l'empire du péché, selon qu'il est écrit: Il n'y a point de juste, Pas même un seul;
Nul n'est intelligent, Nul ne cherche Dieu; Tous sont égarés, tous sont pervertis; Il n'en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul; ... Romains 3:9-12

Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; Romains 3:23

C'est pourquoi Jésus dit : "Si vous ne vous repentez, vous périrez tous également." Luc 13:3

On entend parfois parler du péché comme d'une faiblesse morale ou la conséquence de quelques antécédents familiaux, dont les gens ne seraient pas responsables. On pourrait ainsi remonter jusqu'à Adam et Eve, en passant par nos parents et grands parents, à qui nous en ferions porter la responsabilité. C'est toujours facile de trouver des excuses. Mais Dieu ne nous demande pas des excuses : il attend des pécheurs qu'ils se repentent en confessant humblement leurs péchés, puis qu'ils croient à la valeur du sang de son Fils Jésus, pour en être purifiés et enfin qu'ils se convertissent en se détournant du mal.

Reconnaissons le péché pour ce qu'il est vraiment et les conséquences qu'il engendre, afin de nous en repentir sincèrement et de nous en éloigner en marchant dans la sanctification.

Lorsque nous sommes confrontés à la sainteté de Dieu, nous prenons conscience de notre situation, c'est à dire de ce que nous sommes réellement :

Esaïe 6:5 Alors je dis: Malheur à moi! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j'habite au milieu d'un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l'Éternel des armées.

Job 42:5/6 Mon oreille avait entendu parler de toi; Mais maintenant mon oeil t'a vu. C'est pourquoi je me condamne et je me repens Sur la poussière et sur la cendre.

Luc 5:8 Quand il vit cela, Simon Pierre tomba aux genoux de Jésus, et dit: Seigneur, retire-toi de moi, parce que je suis un homme pécheur.

Apocalypse 1:17 Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant: Ne crains point! Je suis le premier et le dernier,

La conscience de la sainteté de Dieu et de notre misère, doit produire en nous, une profonde humiliation et le désir de changer : Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort ? Romains 7:24

C'est ce désir profond qui va nous amener à rechercher le moyen de devenir saints comme le Seigneur est saint

Puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu'il est écrit: Vous serez saints, car je suis saint. 1 Pierre 1.15/16

Voici ce que je répondais à une personne qui me demandait des explications sur le chapitre 7 de l'épître de Paul aux Romains :

"Dans ce passage comme dans beaucoup d'autres de ses épîtres, l'apôtre emploie le "je", comme prenant à témoin sa propre expérience, parlant des choses qu'il connaît par lui-même. Il ne s'agit pas de théorie, mais de vécu. Nous pouvons considérer, que ce texte met en évidence quelque chose qui nous est commun à tous : le péché qui habite en nous, dans nos membres. Romains 7.14/25

Jacques 4:1 D'où viennent les luttes, et d'où viennent les querelles parmi vous? N'est-ce pas de vos passions qui combattent dans vos membres?

C'est aussi ce que Jésus enseigne lorsqu'il dit :

Car c'est du dedans, c'est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie.
Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme. Marc 7.21/23

Dieu nous affirme que le cœur de l'homme est mauvais dès sa jeunesse. Nous pouvons donc affirmer que la nature humaine est pécheresse par nature.

Quoi donc! sommes-nous plus excellents ? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l'empire du péché, selon qu'il est écrit: Il n'y a point de juste, pas même un seul. Romains 3:10 Romains 3:9

Si nous sommes honnêtes, nous le reconnaissons déjà par notre propre conscience, puis la loi nous donne une connaissance plus précise du péché, produisant en nous un sentiment de culpabilité qui doit selon la pensée de Dieu nous conduire à Christ, afin d'obtenir le pardon et la purification de notre cœur souillé.

Comprenez que ce que je dis ici concerne notre sanctification.

Nous sommes sauvés par la grâce de Dieu, lorsque que nous croyons en Jésus-Christ. Étant purifiés de nos péchés par son sang nous échappons désormais à toute condamnation. Romains 8.1

Nous devons maintenant rechercher la sanctification en nous détournant du mal pour faire le bien. Nous sommes appelés à être saints, à nous sanctifier, à nous séparer du péché, car de par notre nature humaine, nous sommes constamment attirés par le mal que nous sommes appelés à surmonter.

C'est une loi nouvelle à laquelle maintenant nous nous soumettons : la loi de l'Esprit de vie qui est en Jésus-Christ, qui nous délivre de la loi du péché et de la mort. Romains 8.1/2

Nous ne pouvons pas, comme le prétendaient déjà quelques uns du temps de l'apôtre Paul, continuer de pratiquer délibérément le péché, sous prétexte que nous bénéficions de la grâce de Dieu. Romains 6.1/4

La grâce de Dieu nous enseigne la sanctification .

Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée.
Elle nous enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui s'est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres. Tite 2:11-14

Lorsque nous nous convertissons, nous sommes entrés dans un processus spirituel : Le Saint-Esprit, qui vient habiter en nous, produit de nouvelles affections, de nouveaux désirs, une volonté nouvelle, pour plaire à Dieu et pratiquer ce qui est bien, en nous éloignant du mal. Lire tout le chapitre 8 de l'épitre aux Romains.

Nous ne devons pas confondre le fait d'être justifiés, pardonnés, purifiés, nés de nouveau, oints, mis à part, etc. et celui d'être saints dans le sens où le péché est complètement extirpé de notre nature. Le fait d'être nés de nouveau, ne veut pas dire que nous ne sommes plus charnels, mais que nous avons reçu une vie nouvelle qui devra croître jusqu'à parvenir à la mesure de la stature parfaite de Christ. Éphésiens 4.13

Lorsque nous naissons de nouveau, un phénomène que nous ne connaissions pas va se produire en nous : deux natures s'opposent et s'affrontent. Il y a une guerre entre ce qui est né de la chair et ce qui est né de l'esprit et nous sommes exhortés à faire mourir par l'esprit les œuvres de la chair

L'objectif est de réaliser ce que l'apôtre Paul écrit aux disciples de Rome : Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l'esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Romains 8:9
3. La sanctification

La sanctification est la suite logique de la repentance et du pardon de nos péchés, comme il est écrit :

Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde?
Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Romains 6.1

C'est la volonté de Dieu pour ceux qui lui appartiennent :

Ce que Dieu veut, c'est votre sanctification; c'est que vous vous absteniez de l'impudicité; c'est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l'honnêteté, sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu ... Car Dieu ne nous a pas appelés à l'impureté, mais à la sanctification.. 1 Thessaloniciens 4.3/5,7

L'apôtre Paul écrivant aux membres de l'église de Corinthe, leur rappelait la nécessité de se séparer du péché, c'est à dire de se conserver saints à cause de la présence du Saint-Esprit en eux :

Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous?
Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c'est ce que vous êtes. 1 Corinthiens 3.16

Fuyez l'impudicité. Quelque autre péché qu'un homme commette, ce péché est hors du corps; mais celui qui se livre à l'impudicité pèche contre son propre corps.
Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. 1 Corinthiens 6:18-20

Nous sommes des vases dans la maison de Dieu et nous devons veiller à nous conserver purs si nous désirons plaire à Dieu, être remplis du Saint-Esprit et utiles à notre Maître :

Si donc quelqu'un se conserve pur, en s'abstenant de ces choses, il sera un vase d'honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre. 2 Timothée 2:21

Tes témoignages sont entièrement véritables; La sainteté convient à ta maison, O Eternel! pour toute la durée des temps. Psaumes 93:5

Devant la conduite de certains, nous sommes en droit de nous demander de quel esprit ils sont animés. S'il y a un esprit qui se manifesterait avec certains hommes se livrant au péché ce n'est pas l'Esprit de Dieu, mais un esprit séducteur et malfaisant, même s'il produit des miracles.

Les hommes de Dieu, remplis du Saint-Esprit son reconnaissables aux fruits qu'ils portent : la sainteté et la vérité, le fruit de l'Esprit de Dieu.

Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?
Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.
Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.
Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.
C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Matthieu 7.16

Dieu nous interpelle par sa Parole :

Partez, partez, sortez de là! Ne touchez rien d'impur! Sortez du milieu d'elle! Purifiez-vous, vous qui portez les vases de l'Éternel! Esaïe 52:11

Si donc quelqu'un se conserve pur, en s'abstenant de ces choses, il sera un vase d'honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre. 2 Timothée 2:21

Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité? ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres?
Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle?
Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit: J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
C'est pourquoi, Sortez du milieu d'eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant.
Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 6.14 à 7.1

Les apôtres donnaient à la sanctification une place importante dans leur enseignement, que ce soit l'apôtre Paul, ou Pierre ou Jacques ou Jean dans leurs épitres. Paul écrit même que "Celui donc qui rejette ces préceptes ne rejette pas un homme, mais Dieu, qui vous a aussi donné son Saint-Esprit. 1 Thessaloniciens 4:8 "

L'importance de la sanctification est soulignée par le fait que c'est la volonté de Dieu à notre égard et que sans elle personne ne verra le Seigneur. Hébreux 12.14

Cependant elle est souvent négligée parce que nous ne sommes pas conscients de son importance et que nous trouvons difficile de la mettre en pratique

Et puis elle est aussi mal comprise, confondue avec la perfection ou appliquée selon des concepts humains.

Pourtant elle est le chemin incontournable de toute bonne relation avec le seul vrai Dieu, le Créateur, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, l'Eternel, Celui qui est assis sur un trône très élevé, mais qui dans sa miséricorde et son amour infini permet que nous ayons accès à son trône comme étant celui où il fait grâce.

Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. Hébreux 4:16

Dans l'Ancien comme dans le Nouveauté Testament nous retrouvons les conditions indispensables pour une réelle communion avec le Seigneur : le pardon, la purification de nos péchés et l'engagement sincère de nous séparer du mal.

C'est pourquoi, Sortez du milieu d'eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant.
Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 6.17

La sanctification selon la pensée de Dieu, c'est l'action de se séparer du péché, de s'éloigner du mal et de s'abstenir de toute souillure morale et physique.

En lisant les ordonnances de la loi de Moïse sur la pureté, nous voyons que Dieu, l'Eternel, y attache une importance fondamentale :

Vous éloignerez les enfants d'Israël de leurs impuretés, de peur qu'ils ne meurent à cause de leurs impuretés, s'ils souillent mon tabernacle qui est au milieu d'eux. Lévitique 15:31

Le Seigneur rappelle à son peuple la nécessité d'être saint, c'est à dire de se séparer du péché et de ce qui est impur :

L'Eternel découvre le bras de sa sainteté, Aux yeux de toutes les nations; Et toutes les extrémités de la terre verront Le salut de notre Dieu.
Partez, partez, sortez de là! Ne touchez rien d'impur! Sortez du milieu d'elle! Purifiez-vous, vous qui portez les vases de l'Eternel! Esaïe 52:10,11

Nous retrouvons cette même exigence de Dieu dans la nouvelle alliance, c'est à dire pour l'Église :

Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité? ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres?
Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle?
Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit: J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
C'est pourquoi, Sortez du milieu d'eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant.
Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 6.14 à 7.1

Le but de la sanctification c'est d' être mis à part pour Dieu, consacré, selon la signification du mot hébreux : kaddosh
Une des premières actions de Dieu envers nous, c'est de nous mettre à part pour Lui en nous séparant du péché.

Vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils, qu'il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir. 1 Thessaloniciens 1.9

Un passage de l'Apocalypse exprime parfaitement cette pensée de Dieu :

Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre.
Il vint, et il prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône.
Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l'agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d'or remplies de parfums, qui sont les prières des saints.
Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et d'en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; tu as fait d'eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. Apocalypse 5.6 à 10

Le mot "sanctification" donne souvent lieu à un malentendu, car nous le confondons avec la perfection ou une parfaite sainteté.

La perfection est la qualité de Dieu lui-même : Dieu est parfait dans toute sa nature. Sa sainteté, sa justice, sa bonté, sa miséricorde, sa patience, sa compassion, son amour.

Dieu est lumière, et qu'il n'y a point en lui de ténèbres. 1 Jean 1:5

Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d'yeux tout autour et au dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit: Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient! Apocalypse 4:8

Le sens du mot sanctifier est "mise à part pour"

Dès le début de notre conversion, Dieu nous sanctifie, nous met à part, pour être un peuple qui lui appartienne, afin que nous devenions participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise. 2 Pierre 1:4

Jésus-Christ, notre Sauveur, s'est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres. Tite 2:14

C'est le premier élément de la sanctification, appelée la sanctification de l'Esprit

L'apôtre Pierre écrit à ceux qui sont élus selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l'Esprit, afin qu'ils deviennent obéissants, et qu'ils participent à l'aspersion du sang de Jésus-Christ. 1 Pierre 1:2

C'est aussi ce que dit l'apôtre Paul :

Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l'Esprit et par la foi en la vérité. 2 Thessaloniciens 2:13

La sanctification de l'Esprit s'opère de deux façons :

. En nous mettant à part dès le jour de notre conversion à Dieu, comme un peuple qui lui appartient, qui va le servir et l'honorer.

. En œuvrant en nous chaque jour par sa présence, produisant son fruit dans notre vie. Romains 6:22
4. Se sanctifier

Dans ce chapitre je mets en évidence notre responsabilité personnelle concernant "notre sanctification". Certains se réfugient dans une attitude passive en disant "Je suis trop faible, rien n'est bon en moi, C'est au dessus de mes forces, je laisse Dieu opérer son œuvre car lui seul peut le faire."

C'est vrai que Dieu nous sanctifie lui-même et que la part la plus importante est la sienne, mais il faut savoir qu'il demande aussi notre participation, comme dans tout ce qui concerne notre vie chrétienne.

C'est pourquoi, Sortez du milieu d'eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai. 2 Corinthiens 6:17

Dieu nous demande de nous sanctifier par une démarche personnelle, qui consiste dans un choix, un engagement.

Dieu ne fait jamais certaines choses à notre place. Par exemple la repentance, la foi et la conversion, nous incombent. Il en est de même pour la prière, la pratique de la piété et la sanctification.

L'injonction divine c'est "recherchez la sanctification", c'est à dire chercher à être saints. Cela consiste en deux choses :

. se séparer du péché, de ce qui est mauvais et de tout ce qui peut nous entraîner au mal.

. se mettre à part pour Dieu, afin de devenir des vases d'honneur, utiles dans sa maison, comme il est écrit :

Si donc quelqu'un se conserve pur, en s'abstenant de ces choses, il sera un vase d'honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre. 2 Timothée 2:21

Lorsque nous le comprenons nous entrons dans la pensée de Dieu qui nous appelle à nous sanctifier et qui opère lui-même en nous dans ce sens.

Notre part consiste à pratiquer certaines choses simples qui sont à notre portée, des moyens que Dieu nous a donnés : la prière, la Bible sa Parole écrite, son Esprit avec son témoignage intérieur, ses dons et les ministères dans l'Eglise.

Cependant il faut premièrement être animé d'un désir vrai et sincère de nous sanctifier qui provient du sentiment intérieur de notre propre misère, du besoin profond de changement. Nous retrouvons l'exemple du psalmiste criant à Dieu :

O Dieu! aie pitié de moi dans ta bonté; Selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions;
Lave-moi complètement de mon iniquité, Et purifie-moi de mon péché.
Car je reconnais mes transgressions, Et mon péché est constamment devant moi.
J'ai péché contre toi seul, Et j'ai fait ce qui est mal à tes yeux, En sorte que tu seras juste dans ta sentence, Sans reproche dans ton jugement.
Voici, je suis né dans l'iniquité, Et ma mère m'a conçu dans le péché.
Mais tu veux que la vérité soit au fond du coeur: Fais donc pénétrer la sagesse au dedans de moi!
Purifie-moi avec l'hysope, et je serai pur; Lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.
Annonce-moi l'allégresse et la joie, Et les os que tu as brisés se réjouiront.
Détourne ton regard de mes péchés, Efface toutes mes iniquités.
O Dieu! crée en moi un cœur pur, Renouvelle en moi un esprit bien disposé.
Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton esprit saint. Psaume 51

La conscience de notre misère crée le désir d'être transformé qui nous pousse à demander le secours de Dieu.

Afin de réussir dans notre recherche de la sanctification il y a quelques règles simples à appliquer : prier, être vigilant concernant les occasions de chutes, discipliner nos pensées, lire, écouter et méditer les Saintes Ecritures, la Parole de Dieu, accepter que l'Esprit de Dieu fasse son œuvre en nous en nous livrant à Dieu.

La prière est un élément important dans la part que nous prenons à notre sanctification.

Nous prions pour nos besoins temporels quotidiens mais pas uniquement. Il est essentiel de prier aussi pour notre édification spirituelle, pour les choses qui sont nécessaires à la vie de notre âme et de notre esprit. Nous demandons à Dieu la force, l'intelligence, la sagesse, les dons et le soutien, du Saint-Esprit .

En ce qui concerne la sanctification Jésus enseigne à prier notre Père céleste en disant "Ne nous laisse pas succomber à la tentation, mais délivre nous du mal."

Il dit aussi : Veillez et priez pour ne pas céder à la tentation. L'esprit de l'homme est plein de bonne volonté, mais la nature humaine est bien faible. Marc 14:38

Veiller, c'est se tenir sur ses gardes, être attentif à ce qui peut nous faire tomber. L'apôtre Jacques a écrit que nous bronchons tous de différentes manières. Nous pouvons connaître ce qui nous rend vulnérables et veiller particulièrement dans le domaine le plus sensible de notre personnalité.

David dit : Je me suis tenu en garde contre mon iniquité. Psaumes 18:23

Prier est le moyen de nous tenir en communion avec Dieu notre Père céleste, de lui parler de nos préoccupations, de lui faire part de nos craintes concernant notre fragilité face à la tentation et de lui demander son aide.

N'attendons pas d'être tentés pour prier mais anticipons le moment de la tentation, une vie de prière régulière et quotidienne nous affermira dans de bonnes dispositions et nous fortifiera pour résister au mal.

Fortifiez donc vos mains languissantes Et vos genoux affaiblis; et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse.

La prière seule ne suffit pas, il faut lui associer la lecture ou l'écoute de la Parole de Dieu. Ici je parle de la Parole écrite, la Bible par laquelle Dieu nous parle, nous instruits, nous conseille, nous met en garde et nous encourage, soit que nous la lisons nous-mêmes ou que nous l'entendons prêcher.

Jésus dit dans sa prière à son Père : Sanctifie-les par ta vérité: ta parole est la vérité. Jean 17:17

La parole de Dieu a une action sanctifiante en ce sens qu'elle agit comme une épée qui sépare les choses :

Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. Hébreux 4:12

Une lecture attentive, intelligente et régulière des Ecritures produit dans le cœur de bonnes dispositions à l'égard des choses que Dieu nous révèle concernant les sentiments et les pensées de notre cœur d'une part et par les exemples, les témoignages et les paroles d'encouragements que nous y trouvons, d'autre part.

Or, tout ce qui a été écrit d'avance l'a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Ecritures, nous possédions l'espérance. Romains 15:4

La façon dont nous occupons nos pensées tient une place déterminante dans la réussite de notre sanctification. L'apôtre Paul écrit :

Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l'objet de vos pensées. Philippiens 4:8

Si nos pensées se tournent vers des lectures, des images, des scènes ou des choses mauvaises, mondaines ou impures, nous succomberont facilement aux tentations. Ephésiens 2.3 et 4.17

Par contre si nous nous appliquons a lire et à méditer les Ecritures, à faire des instructions et des promesses divines l'objet de nos pensées, nous serons imprégnés de bonnes dispositions à l'égard des choses du royaume de Dieu et toute notre conduite en sera influencée.

Enfin nous devons aussi apprendre à nous laisser sanctifier par l'Esprit de Dieu et cela implique le don de nous mêmes, que nous nous placions volontairement et avec détermination entre les mains de Dieu.

Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Romains 6:13

De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l'impureté et à l'iniquité, pour arriver à l'iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté. Romains 6:19

Comprenons bien ceci : le Saint-Esprit ne pourra pas agir totalement en nous si nous lui refusons l'accès à certaines parties de notre vie. Nous devons nous livrer entièrement : esprit, âme et corps, nos pensées, nos sentiments, nos actes.

Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ!. 1 Thessaloniciens 5:23

Le but de la sanctification c'est de nous rendre utiles pour l'œuvre que Dieu veut faire avec nous.

Si donc quelqu'un se conserve pur, en s'abstenant de ces choses, il sera un vase d'honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne oeuvre. 2 Timothée 2:21

Dieu veut nous mettre à part pour être son peuple en nous marquant de son sceau, le sceau de l'Esprit. 2 Corinthiens 1:22

Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l'Esprit et par la foi en la vérité. 2 Thessaloniciens 2:13

C'est pour cela qu'il nous appelle à nous sanctifier afin que nous lui soyons utiles.

Donc notre part dans la sanctification sera de marcher vers l'objectif que Dieu nous fixe afin d'atteindre le but, comme l'écrit l'apôtre Paul :

Ce n'est pas que j'aie déjà remporté le prix, ou que j'aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j'ai été saisi par Jésus-Christ.
Frères, je ne pense pas l'avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant,
je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Philippiens 3.12

Enfin la volonté de Dieu en nous appelant à la sanctification c 'est de nous rendre "semblables à l'image de Christ".

Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit. 2 Corinthiens 3:18

Lorsque nous contemplons la gloire du Seigneur nous réalisons le chemin qu'il nous reste à parcourir pour lui ressembler parfaitement et nous pourrions nous décourager. Mais la sanctification est une route longue, un effort et un combat de chaque jour au cours duquel il ya des échecs et des chutes. Dieu le sait . Aussi il nous exhorte par des paroles d'encouragement à persévérer vers le but qu'il nous a fixé.

Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu. Hébreux 12.2

La sanctification, c'est un programme, le programme de Dieu pour ses enfants. C'est sa volonté. C'est à cela qu'il nous appelle.

Ce que Dieu veut, c'est votre sanctification; c'est que vous vous absteniez de l'impudicité; 1 Thessaloniciens 4:3
Car Dieu ne nous a pas appelés à l'impureté, mais à la sanctification. 1 Thessaloniciens 4:7

La sanctification c'est une action de tous les jours. Les Écritures en parlent comme d'une œuvre en cours qui s'achèvera lorsqu'on nous aurons atteint le but suprême :

Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est. 1 Jean 3:2

Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 7:1

Nous avons bien compris que la sanctification est à la fois l'œuvre de Dieu et la notre, dans ce sens que nous sommes appelés à nous soumettre à l'Esprit de Dieu.

Notre effort sera désormais de demeurer attachés au divin cep, le Seigneur Jésus-Christ, afin que par l'Esprit qu'il nous communique un fruit nouveau soit produit en nous et que la nature du péché soit détruite.

C'est l'objectif de Dieu vers lequel Paul tendait. Il n'avait pas encore atteint la perfection mais il courait vers le but.

Ce n'est pas que j'aie déjà remporté le prix, ou que j' aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j'ai été saisi par Jésus-Christ. Frères, je ne pense pas l 'avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Philippiens 3.12

Le succès de notre sanctification réside dans notre communion avec Dieu et avec Christ par le Saint-Esprit.

Nous ne pouvons atteindre l'objectif de la sanctification qu'avec l'aide du Saint-Esprit :

Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, Romains 8:13

Faire mourir par l'Esprit, les œuvres de la chair, c'est aussi ce nous enseigne Galates 5:16

Je dis donc: Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair.
Une autre version dit : laissez vous conduire par l'Esprit...

Laissez vous remplir du Saint-Esprit.

Dans ce chemin il arrive hélas que nous chutions. Alors rappelons nous ce qui est écrit : Sept fois le juste tombe, et il se relève, Proverbes 24:16

Ne restons pas à terre, relevons nous et revenons vers le Seigneur qui dit par son prophète : Qu'il retourne à l'Eternel, qui aura pitié de lui, A notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner. Esaïe 55:7

C'est aussi ce que l'apôtre Jean enseigne :

Mes enfants, je vous écris cela pour que vous ne péchiez pas. Mais si quelqu'un vient à pécher, nous avons un défenseur auprès du Père, Jésus–Christ, qui est juste.
Il est lui–même l'expiation pour nos péchés ; non pas seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. 1 Jean 2:1

5. La sanctification de l'Eglise

...Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau, afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. Éphésiens 5.25

Le Nouveau Testament, révèle dans la personne du Seigneur Jésus-Christ, le dessein de Dieu, annoncé par les prophètes de l'Ancienne Alliance, de sauver et d'amener à la perfection un peuple pour son Fils : l'Église, l'épouse de l'Agneau.

Nous comprenons que cette épouse doit être amenée à la perfection, telle que l'apôtre Jean nous la présente en Apocalypse 21.

Et je vis descendre du ciel, d'auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s'est parée pour son époux.
Et j'entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.
Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. 21:2-4

Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux vint, et il m'adressa la parole, en disant: Viens, je te montrerai l'épouse, la femme de l'agneau.
Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu. Son éclat était semblable à celui d'une pierre très précieuse, d'une pierre de jaspe transparente comme du cristal. 21:9-11

L'apôtre Jean a vu l'Église, comme elle sera lorsque Dieu l'aura revêtue de sa gloire.

Aujourd'hui, depuis sa création, jusqu'au moment de son enlèvement, l'Église de Christ est en construction. Nous comprenons qu'elle n'est pas parfaite car elle est composée de personnes imparfaites, mais cependant rachetées par le sang de Jésus-Christ.

La sanctification de l'Église consiste à conduire vers un état de sainteté parfaite, celle de Dieu, les disciples de Christ, ceux qu'il a rachetés par son sang, qui sont devenus membre de son corps. Comme pour notre sanctification personnelle le Seigneur accomplit cette œuvre par son Esprit et par sa Parole. Il accorde des dons et des ministères. Il rend capables des hommes et des femmes pour exhorter, instruire, enseigner et avertir les enfants Dieu pour l'édification de l'Eglise et le perfectionnement de ceux qui la composent.

Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ Éphésiens 4:11,12

Et celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous a oints, c'est Dieu, 2 Corinthiens 1:21

Ainsi, qu'on nous regarde comme des serviteurs de Christ, et des dispensateurs des mystères de Dieu.
Du reste, ce qu'on demande des dispensateurs, c'est que chacun soit trouvé fidèle. 1 Corinthiens 4:1,2

Parmi les ministères de Christ, il y en a un qui est particulièrement adapté à la sanctification des églises, c'est celui de pasteur ou berger ou encore ancien.

Le travail spirituel des bergers qui conduisent les troupeaux, c'est à dire les églises locales, consiste à enseigner, instruire, exhorter, reprendre, par les Écritures, afin de conduire les disciples de Christ vers la sainteté.

Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice 2 Timothée 3:16

Je vous ai parlé de notre sanctification personnelle, ici je vous entretiens de la sanctification de l'église locale, en tant qu'assemblée de Dieu, église de Christ, dans une ville, un quartier ou un village, qu'elle se tienne dans un local aménagé en lieu de prière et de culte ou dans une maison.

N'oublions pas que chaque église locale est un chandelier que le Seigneur place dans chaque ville, quartier, village, où elle naît et se développe. Or un chandelier doit éclairer d'une lumière pure et vive. C'est ce que sera une église qui se sanctifie.

La sanctification des églises est confiée en particulier à ceux qui ont la responsabilité de les conduire : des conducteurs, des bergers, établis par le Saint-Esprit ou du moins cela devrait être ainsi. La volonté du Seigneur des églises c'est que chacune soit gouvernée, dirigée, conduite.

S'il est vrai que le Seigneur établit des ministères sur ses assemblées, nous devons comprendre que nous sommes dépendant les uns des autres et que la sanctification de l'église, concerne chaque membre de l'assemblée.

Car, comme nous avons plusieurs membres dans un seul corps, et que tous les membres n'ont pas la même fonction, ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres. Romains 12.4

L'apôtre Paul a beaucoup écrit concernant la sanctification des églises et à ce sujet il montrait une grande sévérité comme à Corinthe :

On entend dire généralement qu'il y a parmi vous de l'impudicité, et une impudicité telle qu'elle ne se rencontre pas même chez les païens; c'est au point que l'un de vous a la femme de son père.
Et vous êtes enflés d'orgueil! Et vous n'avez pas été plutôt dans l'affliction, afin que celui qui a commis cet acte fût ôté du milieu de vous!
Pour moi, absent de corps, mais présent d'esprit, j'ai déjà jugé, comme si j'étais présent, celui qui a commis un tel acte.
Au nom du Seigneur Jésus, vous et mon esprit étant assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus, qu'un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l'esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus.
C'est bien à tort que vous vous glorifiez. Ne savez-vous pas qu'un peu de levain fait lever toute la pâte?
Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé.
Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité.
Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir des relations avec les impudiques, non pas d'une manière absolue avec les impudiques de ce monde, ou avec les cupides et les ravisseurs, ou avec les idolâtres; autrement, il vous faudrait sortir du monde.
Maintenant, ce que je vous ai écrit, c'est de ne pas avoir des relations avec quelqu'un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme.
Qu'ai-je, en effet, à juger ceux du dehors? N'est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger?
Pour ceux du dehors, Dieu les juge. Ôtez le méchant du milieu de vous. 1 Corinthiens 5:1-13

Nous l'avons bien compris, il s'agit de ne pas accepter le péché dans l'église, ainsi que toute personne qui refuse d'être reprise et persiste dans son péché.

Maintenant, ce que je vous ai écrit, c'est de ne pas avoir des relations avec quelqu'un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. Verset 11

Ici, les péchés de certaines personnes sont précisés : impudique, cupide, idolâtre, outrageux, ivrogne, voleur.

Lisons encore :

Ne savez-vous pas que ceux qui méprisent les commandements de Dieu et lèsent les droits d'autrui n'entreront point dans le Royaume de Dieu? Ne vous faites pas d'illusions à ce sujet; il n'y aura point de part dans l'héritage de ce royaume pour les immoraux, les idolâtres, les adultères ou les pervers: débauchés, sensuels, homosexuels... 1 Corinthiens 6:9

Sachant bien que la loi n'est pas faite pour le juste, mais pour les méchants et les rebelles, les impies et les pécheurs, les irréligieux et les profanes, les parricides, les meurtriers, pour les débauchés, les pervers, les homosexuels, les marchands d'esclaves, les menteurs, les gens sans parole et, d'une manière générale, elle est là pour s'opposer à tout comportement contraire au bon ordre et à la doctrine menant au salut. 1 Timothée 1:9

Voici des textes qui ont le mérite d'être clairs et qui précisent l'attitude spirituelle et scripturaire à l'égard des choses qui y sont nommées et de ceux qui les pratiquent.

Nous remarquons aussi le souci de la bonne tenue de l'église concernant la paix, le comportement respectueux les uns envers les autres, la considération, la soumission à l'enseignement des Écritures, l'exigence d'une bonne conduite, l'exhortation à la sainteté et à la charité.

Nous y trouvons une discipline certaine par la répréhension charitable à l'égard de ceux qui se conduisent mal, quelque soit leur rang dans les églises.

Parfois des mesures sévères doivent être prises envers les irréductibles, les diviseurs, les fauteurs de troubles et autres propagandistes de faux enseignements. Tite 3.19 - Romains 16.17 - 2 Thessaloniciens 3.6,14 - 2 Timothée 3.1/5

Le corps de Christ a besoin d'être en bonne santé et il est important de ne tolérer en son sein aucune source de maladie spirituelle.

Le Seigneur est à l'œuvre afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. Ephésiens 5:27

Telle que nous la voyons décrite en Apocalypse 22.11-22

"Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l'agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains. Et ils criaient d'une voix forte, en disant:
Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l'Agneau". Apocalypse. 7:9

"Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore.
Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu'est son oeuvre.
Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.
Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de vie, et d'entrer par les portes dans la ville!
Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge!
Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l'étoile brillante du matin.
Et l'Esprit et l'épouse disent: Viens. Et que celui qui entend dise: Viens. Et que celui qui a soif vienne; que celui qui veut, prenne de l'eau de la vie, gratuitement.
Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu'un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu'un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l'arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre.
Celui qui atteste ces choses dit: Oui, je viens bientôt. Amen! Viens, Seigneur Jésus!
Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous!" Apocalypse 22:11-21

6.Le combat de la sanctification

Lorsque nous parlons de la sanctification, il ne faut pas oublier qu'elle intervient au niveau de deux natures qui s'opposent en nous : notre ancienne nature appelée le vieil homme, influencée par des désirs charnels et notre nouvelle nature, l'homme nouveau créé selon Dieu, qui se développe en nous par le Saint-Esprit.

Notre problème c'est que nous ne savons pas toujours comment vivre cette sanctification victorieusement et nous sommes souvent frustrés et attristés par nos échecs. Il faut apprendre à vivre la sanctification, en connaître les principes actifs et efficaces.

L'apôtre Paul écrit : Je dis donc: Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair. Galates 5:16

Si la vie éternelle que communique l'Esprit de Dieu nous est donnée par grâce lorsque nous recevons Christ, marcher selon l'Esprit de Dieu cela s'apprend car le chemin est semé d'embûches et truffé de pièges.

Dès le début de notre vie d'enfants de Dieu nous allons entrer dans un conflit :

Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez. Galates 5.17

Si nous sommes attentifs à l'enseignement particulier de l'apôtre Paul au sujet de la dualité qui existe dans la vie d'un enfant de Dieu nous discernons ces deux natures qui s'opposent :

. la chair, notre nature charnelle, encore appelée le vieil homme.

. l'esprit régénéré, l'homme nouveau créé selon Dieu.

Une lutte est engagée :

Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Romains 7.21

L'apôtre était lucide et discernait exactement ce qui se passait en lui :

je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon intelligence et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres. Romains 7:23

Ainsi donc, moi-même, je suis par l'intelligence esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché. Romains 7.25

Paul parle de la loi comprise et acceptée, par une intelligence régénérée par l'Esprit de Dieu (intelligence = entendement).

Avant notre conversion, notre esprit était mort par nos offenses et par nos péchés. notre intelligence était obscurcie, nous étions étrangers à la vie de Dieu, en sorte que nos vivions selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées. Éphésiens 2.1,3

Mais lorsque Dieu dans sa grâce nous a rendus à la vie, une lumière est venue éclairer notre esprit en sorte que notre vision des choses de Dieu est devenue claire.

Cette lumière est la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. Jean 1:9

C'est ce qu'enseigne Jésus :

Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. Jean 8:12

Si nous lisons attentivement ce qu'écrit l'apôtre Paul, la nature nouvelle que Dieu crée en nous par son Esprit se heurte à une autre nature : la chair, c'est à dire notre nature humaine et cela va générer un conflit, car la vie qui vient de Dieu, qui comprend la pensée de Dieu, ses sentiments, sa nature pure, sainte, juste et bonne, rencontre notre nature charnelle, la chair avec ses passions et ses désirs :

Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu. Galates 5.19

Par cette description, nous apprenons que l'expression "la chair" recouvre

. des passions qui ont trait à notre corps : l'impudicité, l'impureté, l'inconduite, l'ivrognerie, les excès de tables et d'autres choses semblables.

. des sentiments qui concernent notre âme : les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie

. des choses plus complexes de notre esprit : les raisonnements, les doutes, l'incrédulité, la religiosité, l'idolâtrie, la magie, l'occultisme ...

Ces choses se trouvent en nous, comme l'enseigne le Seigneur Jésus-Christ :'

Car c'est du dedans, c'est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie.
Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme. Marc 7.21/23

C'est cette nature pécheresse qui est opposée à ce que l'Esprit de Dieu veut produire en nous.

Le combat commence au niveau des affections :

Notre être charnel trouve son plaisir dans des choses qui déplaisent à Dieu et il se cabre lorsque le Saint-Esprit vient pour mettre en nous des désirs et des affections nouvelles, saintes et pures.

L'apôtre Paul écrivant aux disciples de la Galatie met en évidence cette opposition :

Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.
Si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes point sous la loi.
Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu.

Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; la loi n'est pas contre ces choses. Galates 5.17-24

Il termine par cette phrase : Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

C'est là que le combat de la sanctification se situe : crucifier la chair avec ses passions et ses désirs, afin de permettre à la nature de l'Esprit de prendre la place et de grandir en nous.

Nous allons devoir choisir notre façon de vivre en fonction de ce que nous aimerons :

Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'esprit s'affectionnent aux choses de l'esprit. Romains 8:5

Si nous sommes réellement devenus "enfants de Dieu" et que l'Esprit de Dieu habite en nous le changement devient évident, nous vivons différemment :

Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. 2 Corinthiens 5:17

Nus ne vivez plus selon la chair, mais selon l'esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en nous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Romains 8:9

Ce qui ne veut pas dire que le problème sera définitivement et totalement résolu, et qu'il n'y aura plus en nous de conflit.

Je vous ai dit, un peu plus haut, que l'apôtre Paul était lucide et voyait clair en lui, tout simplement parce que son intelligence éclairée par l'Esprit et la Parole du Seigneur, discernait la véritable personnalité de sa nature charnelle.

Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.
Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort? Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!... Romains 7.21/34

C'est pour cela que, désespéré de cette nature, il n'a trouvé aucune autre solution que de la faire mourir.

J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi. Galates 2:20

Il s'agit ni plus ni moins de permettre à Christ de vivre en nous, que sa nature grandisse et remplace le vieil homme qui se corrompt par les convoitises et les mauvais désirs de la chair.

Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair.
Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Romains 8.12/14

Nous avons vu, que lorsque nous devenons ses enfants, Dieu envoie dans nos cœurs l'Esprit de son Fils

Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père! Galates 4:6

Nous avons donc reçu l'Esprit de Christ, qui apporte avec lui sa loi, une loi de justice, la loi de Christ, qu'il va écrire dans notre esprit et dans laquelle il va nous conduire.

Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur cœur; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple. Hébreux 8:10

Nous l'avons compris, le Saint-Esprit, qui habite désormais en nous, va nous inspirer de nouveaux sentiments, de nouveaux désirs, de nouvelles affections, de nouveaux choix, une nouvelle manière de vivre, une nouvelle nature : la nature divine, la nature de Christ.

Nous aurons alors à nous laisser conduire par l'Esprit de Christ, accepter de lui obéir, c'est la condition :

Afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit. Romains 8:4 ...

Car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Romains 8:14

Puisque l'Esprit est la source de notre vie, laissons- le aussi diriger notre conduite. Galates 5:25 (version Bible du Semeur)

Je vous dis donc ceci: laissez le Saint-Esprit diriger votre vie, et vous n'obéirez pas aux désirs qui animent l'homme livré à lui-même. Galates 5:16

Voici des textes qui sont très explicites et qui nous enseignent concernant la part de responsabilité qui est la notre en ce qui concerne la vie de l'Esprit qui doit prendre le pas sur la chair, car si nous voulons que notre marche avec l'Esprit ne soit pas entravée, il va falloir se dépouiller de la vieille nature.

Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c'est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées.
Ils ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur cœur.
Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité.

Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l'avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c'est en lui que vous avez été instruits. Éphésiens 4.17/24

. à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses,

. à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence, et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.

Ce passage est important pour notre sanctification, car il montre une situation d'opposition radicale entre l'ancienne manière de vivre et notre nouvelle situation en Christ.

.Vous ne devez plus marchez comme les païens ...

.Vous avez appris Christ, autrement dit vous connaissez Christ.

La Parole de Christ, dans le texte ci-dessus, dit que "En Jésus Christ nous sommes ou devrions être instruits de plusieurs choses indispensables pour plaire à Dieu" :

1. à nous dépouiller, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses.

Nous trouvons différentes expressions qui peuvent nous aider à comprendre comment nous pouvons nous dépouiller, ôter le vieux vêtement, la nature charnelle.

Se séparer :

C'est pourquoi, Sortez du milieu d'eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai. 2 Corinthiens 6:17

renoncer :

Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l'animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche. - Tite 2:12 Elle nous enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, Colossiens 3:8

s'abstenir :

abstenez-vous de toute espèce de mal. 1 Thessaloniciens 5:22

se détourner :

Ne soyez pas comme vos pères, auxquels s'adressaient les premiers prophètes, en disant: Ainsi parle l'Éternel des armées: Détournez-vous de vos mauvaises voies, de vos mauvaises actions! Zacharie 1:4

rejeter :

Rejetez loin de vous toutes les transgressions par lesquelles vous avez péché; faites-vous un cœur nouveau et un esprit nouveau. Pourquoi mourriez-vous, maison d'Israël ? Ézéchiel 18:31

Ces différentes expressions désignent toutes un changement de mentalité et de comportement. Cela demande une décision volontaire et nécessite un effort de notre part.

Paul dit "Je traite durement mon corps et je le tiens assujetti."

2. à être renouvelés dans l'esprit de notre intelligence. Il s'agit :

. de renouveler chaque jour notre communion avec le Seigneur, comme ranimer un feu, rallumer une lampe, boire à nouveau, remplir un récipient qui s'est vidé, etc.

. de ranimer un don reçu de Dieu. 2 Timothée 1:6

. de renouveler une provision, une plénitude.

Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce; Jean 1:16

en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu. Éphésiens 3:19

Soyez, au contraire, remplis de l'Esprit; Éphésiens 5:18

3. à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.

Cette nouvelle expression désigne une action de foi, comme se revêtir d'un vêtement. Il est question de se revêtir du Seigneur Jésus-Christ, de s'envelopper de sa justice comme d'un manteau, de revêtir ses sentiments, de se revêtir d'humilité, etc...

Romains 13:14 Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et n'ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises.
Éphésiens 6:11 Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.
Colossiens 3:12 Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience.
Colossiens 3:14 Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la charité, qui est le lien de la perfection.
1 Pierre 5:5 Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d'humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles.

Nous pouvons le constater, c'est un programme qui nous engage à persévérer chaque jour dans ce qui est spirituel, dans le chemin où l'Esprit Saint nous conduit.

l'homme nouveau, se renouvelle, dans la connaissance, selon l'image de celui qui l'a créé. Colossiens 3:10

Nous l'avons vu, l'Esprit Saint qui habite en nous, est là pour opérer, accomplir, l'œuvre de Dieu.

. créer en nous de nouvelles aspirations, de nouvelles affections, de nouveaux désirs.

. nous inspirer des bonnes dispositions à l'égard de la loi de Christ

. nous éclairer, nous faire comprendre et discerner ce qui plait à Dieu

. inspirer à notre cœur de bons sentiments, de miséricorde, de patience, d'amour, de bonté, de compassion, etc.

. faire croître en nous la nature de Christ, l'homme nouveau qui se renouvelle chaque jour, par notre communion avec Christ.

. nous fortifier puissamment dans notre être intérieur afin que nous soyons capables d'être victorieux dans notre combat.

7. Le principe de la sanctification

La sanctification fait l'objet d'un effort permanent, elle demande une persévérance de chaque jour, elle durera tant que nous serons dans notre corps terrestre, c'est pour cela que nous devons saisir le principe de la vraie sanctification, celle qui est spirituelle.

N'oublions pas que la sainteté, qui est le but de la sanctification est "un fruit"

Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Romains 6:22

Pour produire le fruit de la sainteté, il faut demeurer en Jésus-Christ, car comme nous allons le voir, notre sanctification dépend de notre communion avec Christ, le Seigneur. Jésus-Christ a été fait pour nous sanctification, dit autrement : Il est notre sanctification. Dieu a choisi son fils pour nous sanctifier.

Or, c'est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption, afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.

Jésus dit qu'il se sanctifie pour nous.

Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu'eux aussi soient sanctifiés par la vérité. Jean 17:19

En se sanctifiant pour nous Jésus est devenu "Celui qui sanctifie".

Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d'un seul. C'est pourquoi il n'a pas honte de les appeler frères, Hébreux 2:11

Comprenons bien la réalité de la relation de Christ avec nous : Il nous appelle "ses frères", c'est à dire ceux qui ont le même Père, qui sont de la même famille que Lui, ceux qu'il va amener à partager "sa vie"

La sanctification repose sur deux éléments essentiels :

1) Elle est l'œuvre que Dieu opère en nous, selon ce qui est écrit : "Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ!" 1 Thessaloniciens 5:23

2) Elle dépend de notre ardeur à la désirer et à la rechercher : "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force." Marc 12:30

C'est notre désir ardent, notre soif de sainteté et de pureté qui nous conduira à nous attacher au Seigneur, comme Barnabas exhortait les nouveaux disciples d'Antioche :

Lorsqu'il fut arrivé, et qu'il eut vu la grâce de Dieu, il s'en réjouit, et il les exhorta tous à rester d'un cœur ferme attachés au Seigneur. Actes 11:23

C'est ce que nous enseigne Jésus lui-même, en parlant de la nécessité de demeurer attaché à lui pour porter du fruit.

Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.
Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Jean 15:4,5

Le cep et les sarments

Dans son enseignement le Seigneur nous explique quelles sont les conditions à remplir pour atteindre l'objectif qu'il nous fixe : porter du fruit et glorifier Dieu. Par cette parabole il nous fait comprendre la nature de notre relation avec lui. Il nous enseigne que la qualité et l'efficacité de notre vie d'enfant de Dieu, ainsi que l'exaucement de nos prières, dépendent de la qualité de cette relation.

Le sarment est par nature attaché, uni, au cep dont il dépend. Jésus utilise cette image pour préciser la nature de notre relation avec lui : une véritable union. La qualité de notre vie chrétienne dépend de notre union avec Jésus-Christ, le cep de Dieu. Étant dépendants de Christ, nous ne pouvons porter de fruit sans LUI. Jean 15.5

Le sarment fait partie intégrante du cep, il naît de lui et se développe en lui. Il est de la même nature.

Lorsque nous devenons enfants de Dieu, nous devenons une même plante avec le Seigneur Jésus-Christ...Nous sommes greffés en lui, c'est une œuvre spirituelle. C'est ce que nous comprenons du passage de l'épître aux Romains 6. 4/5 (version Parole vivante d'A.Kuen)

Par le baptême, nous avons donc été ensevelis avec lui afin de partager sa mort. Tout ce que nous étions autrefois est à présent mort et enterré. Et pourquoi cela? Vous savez que le Christ a été ressuscité d'entre les morts par la puissance glorieuse du Père: nous aussi, nous avons reçu une nouvelle vie et nous sommes appelés à mener notre existence sur un plan nouveau.

Car nous sommes devenus un seul et même être avec lui. Nous lui avons été incorporés-comme le greffon à son porte- greffe. Si donc nous avons été implantés en sa mort pour mourir avec lui, nous le serons aussi en sa résurrection pour revivre comme lui.

Comme le sarment est naturellement uni au cep dont il fait partie, nous sommes spirituellement unis à Christ, afin de vivre de lui, de sa vie. C'est l'œuvre de Dieu en réponse à notre foi en Christ :

A tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle(la Parole) a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu. Jean 1. 12/13

L'union du sarment au cep est naturelle, elle ne dépend pas du sarment. Mais en ce qui nous concerne, notre communion avec Christ dépend en partie de nous. Nous avons à nous attacher à lui et à demeurer en lui, selon l'instruction du Seigneur :

"Demeurez en communion avec moi, je resterai uni à vous et j'agirai en vous"

Il y a donc au départ une décision de notre part en réponse à l'appel de Christ. Nous devons vouloir porter du fruit. C'est la première condition.

Il y a des personnes qui se contentent d'être sauvées, leur objectif se limite au salut de leur âme et c'est déjà une bonne chose, mais l'évangile ne nous propose pas seulement une assurance tous risques pour la vie éternelle.

Les enseignements du Seigneur sont clairs :

. Vivre une vie qui l'honore et glorifie notre Père céleste.

. Lui rendre témoignage. Actes 1.8 -

. Faire des disciples. Matthieu 28.19

. Servir Dieu et attendre le retour du Seigneur. 1 Thessaloniciens 1.9

L'objectif du Père, pour ceux qui ont cru en son Fils, c'est qu'ils portent du fruit et qu'ils en portent toujours plus ! C'est la volonté de Dieu pour ses enfants, la pensée de Jésus pour ses rachetés et le désir de l'Esprit. La situation normale d'un vrai disciple. Jean 15.1,8

Je vous ai dit plus haut, que la sainteté est le fruit de notre nouvelle vie en Jésus-Christ, selon ce qui est écrit :

Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Romains 6:22

Rappelons nous encore cette parole qui nous précise la volonté de Dieu à cet égard :

Ce que Dieu veut, c'est votre sanctification. 1 Thessaloniciens 4:3

Voici donc quelques instructions pratiques pour être un disciple accompli du Seigneur Jésus-Christ, en marchant dans la sanctification :

a) l'appartenance.

Comme le sarment appartient au cep, les rachetés de l'Agneau lui appartiennent.

Ce n'est pas systématique. Cela demande notre accord, une décision personnelle :

"Donnez vous vous-mêmes à Dieu". Romains 6.13 – 1 Cor. 6.20 – 2 Cor. 5.15

b) la dépendance. Sans lui nous ne pouvons rien faire. Jean 15.5

Nos seuls efforts ne sont pas suffisants, nous devons compter sur Jésus, nous appuyer sur lui, nous confier en lui, rechercher la force en lui, car la notre n'est que faiblesse. Le Seigneur seul peut nous communiquer la force dont nous avons besoin.

c) sa présence. Jean 15.4

L'apôtre Paul affirme : Ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi. Galates 2.20

Et si Christ est en nous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l'esprit est vie à cause de la justice. Romains 8:10

Par son Esprit, Christ vient demeurer en moi, dans mes pensées, mes sentiments, mon vouloir... Romains 8.9/10 – Ephésiens 3.14/17

Par sa Parole habitant abondamment en moi, Jésus éclaire et inspire ma vie– Colossiens 3.16 – Hébreux 4.12

d) l'attachement.

Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Jean 15.4

"Comme le sarment est attaché au cep". Il y a un lien intime et personnel entre le cep et chacun des sarments qu'il porte.

Jésus précise que ce lien c'est un amour réciproque., il dit

"si quelqu'un m'aime...mon Père l'aimera...nous viendrons habiter chez lui." Jean 14.23

Il y a dans l'amour deux éléments qui dépendent l'un de l'autre :

1) un lien affectif : Il nous aime, nous l'aimons

2) un choix personnel : nous voulons

L'attachement au Seigneur est le fait à la fois de nos sentiments d'amour pour lui et de notre volonté.

Nous pouvons traduire l'attachement par "la fidélité". Cela donne une dimension d'exclusivité et de durée dans le temps : demeurer attachés au Seigneur chaque jour que nous vivons.

Enfin, nous pouvons définir ces quatre éléments : l'appartenance, la dépendance, sa présence et l'attachement, par un seul mot : la communion, être uni à Christ, un avec lui.

Il dit de sa situation avec son Père : Moi et le Père nous sommes un.

Cela signifie : même pensée, même sentiment, même volonté, même but, même projet...Lui en nous et nous en lui : une même âme, un même cœur, une même vie, une même plante ...

Nous découvrons que le Père veut que tout ce qui vient de Lui nous soit communiqué par son Fils Jésus-Christ !

En fait tout ce qui nous vient du Père nous est donné par et en son Fils Jésus-Christ et ce qui est à Jésus nous est donné par le Saint-Esprit. Jean 16.14

Nous devons savoir que tout le fruit d'une vie de disciple de Christ, ne peut être que le résultat de notre communion personnelle avec le Seigneur lui-même.

Si nous nous détachons de Christ, le cep, nous nous mettons en dehors de sa communion. Nous devenons un sarment coupé, séparé du cep, qui se dessèche et que l'on brûle.

L'union constante avec Christ, le cep de vigne, est essentielle pour porter du fruit, produire la nature sainte, pure, aimante et juste de Celui à qui nous sommes attachés et unis. Le Père interviendra alors pour émonder, couper, tout ce qui va nuire au développement de ce fruit.

LE BAPTEME ET LES DONS DU SAINT-ESPRIT     

1. Le baptême du Saint-Esprit

Que veut dire "être baptisé du Saint-Esprit" ?

 

"Être baptisé du Saint-Esprit", est une expression tout à fait courante et scripturaire. D'abord employée par Jean-Baptiste (Marc 1:8), elle a été reprise par le Seigneur lui-même (Actes 1:5). Nous la retrouvons dans la bouche de l'apôtre Pierre, précisant ainsi le fait de "recevoir le Saint-Esprit" (Actes 11:15-17). Elle désigne une expérience précise et évidente. (Pour ce qui est des choses que la Bible enseigne, il est bon d'utiliser le vocabulaire biblique. Et en ce qui concerne ce sujet, nous parlons tout simplement "du baptême du Saint-Esprit".)

Nous savons ce qu'est le baptême d'eau, selon sa signification étymologique "l'immersion" de notre corps dans l'eau. Si nous appliquons cette signification au "baptême du Saint-Esprit", il s'agit aussi d'être "immergé" dans le Saint-Esprit. C'est une immersion spirituelle, notre être intérieur, notre esprit, baptisé, immergé, plongé, "dans" le Saint-Esprit. Cela s'est traduit pour les croyants du livre des Actes par le parler en langue et c'est un bon modèle. "Recevoir le Saint-Esprit" ou "recevoir le don du Saint-Esprit", sont des expressions qui dans la pensée des apôtres désignaient la même expérience : Être baptisé du Saint-Esprit. Actes 2:38; 8.15-17; 19:2

"Le Saint-Esprit vint sur eux " Actes 19.6

Il faut remarquer que le baptême du Saint-Esprit est accordé lorsque le Saint-Esprit vient SUR ou descend SUR ceux qui ont cru. Ils sont remplis, baptisés du Saint-Esprit : Actes 8:6;10:44. Voici quelques expressions qui précisent diverses situations en rapport avec le Saint-Esprit :

Il sera EN vous

Il s'agit de la présence du Saint-Esprit "EN" nous. Il demeure EN nous... Dieu l'envoie DANS notre cœur : Jean 14:17 et Galates 4:6.

Il sera AVEC vous

Ici c'est le sens d'être avec...Celui qui accompagne, qui travaille avec. Jean 14:16.

Il viendra SUR vous

Jésus dit à ses disciples : Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant SUR vous. Actes 1:8 .

C'est cette expression que l'on retrouve dans les exemples où il est question du Saint-Esprit dans la manifestation de sa puissance, telle le Baptême du Saint-Esprit ou d'autres manifestations de force miraculeuse animant des êtres humains saisis, revêtus, ou remplis du Saint-Esprit. On peut dire que l'expérience du Baptême du Saint-Esprit se produit comme "un enveloppement", comme lorsqu'un manteau est jeté sur une personne l'enveloppant complètement, comme lorsque le prophète Élie a revêtu Elisée de son manteau.

Elie partit de là, et il trouva Elisée, fils de Schaphath, qui labourait. Il y avait devant lui douze paires de bœufs, et il était avec la douzième. Elie s'approcha de lui, et il jeta sur lui son manteau. 1 Rois 19:19

Nous en voyons le résultat en 2 Rois:14,15

Elisée prit le manteau qu'Elie avait laissé tomber, et il en frappa les eaux, et dit: Où est l'Eternel, le Dieu d'Elie? Lui aussi, il frappa les eaux, qui se partagèrent çà et là, et Elisée passa.
Les fils des prophètes qui étaient à Jéricho, vis-à-vis, l'ayant vu, dirent: L'esprit d'Elie repose sur Elisée!

Nous avons parfois du mal à analyser tout ce qui concerne l'œuvre du Saint-Esprit dans l'Église en général et dans notre vie en particulier. Si nous prenons comme exemple le Seigneur Jésus-Christ, nous trouvons plusieurs interventions du Saint-Esprit le concernant :

Sa conception est l'œuvre de l'Esprit Saint, Luc 1:35 ... L'ange dit à Marie : " Le Saint-Esprit viendra sur toi et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre " Remarquons les expressions " viendra sur et te couvrira ", semblable à un oiseau étendant les ailes pour couvrir...planant sur...

Après avoir été baptisé d'eau par Jean le baptiste, Jésus fut rempli du Saint-Esprit (Luc 4:1), certainement au moment où sortant de l'eau, pendant qu'Il priait, le Saint-Esprit vint sur lui sous la forme d'une colombe.

Puis Il fût revêtu de la puissance du Saint-Esprit, en revenant des quarante jours passés à prier et à jeûner dans le désert et alors il commença son ministère. (Luc 4:14)

Il faut admettre que ces phases successives expriment des situations différentes.

Naître par le Saint-Esprit, naître de nouveau, recevoir la vie éternelle.

Être rempli du Saint-Esprit, la plénitude, être baptisé du Saint-Esprit

Être revêtu de la puissance du Saint-Esprit. C'est l'onction, pour le service. La Bible donne de nombreux exemples d'hommes et de femmes qui furent remplis du Saint-Esprit pour accomplir des œuvres de puissance : des prodiges, des miracles, des guérisons, l'autorité sur les puissances démoniaques, des révélations, des visions, des songes, l'inspiration divine : la prophétie, les langues et leur interprétation... Voici quelques textes à lire :

"Pierre, rempli du Saint-Esprit, fut aussi rempli d'assurance pour répondre à ceux qui s'opposaient aux disciples." Actes 4:8

"Quand les frères et sœurs assemblés à Jérusalem eurent prié, le lieu où ils étaient réunis trembla; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance."Actes 4:31

"Les hommes choisis pour servir l'église devaient rendre un bon témoignage et être pleins d'Esprit-Saint et de sagesse, afin d'être capables de remplir cette fonction." Actes 6:3

"Etienne, plein de grâce et de puissance, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple." Actes 6:8

"Il eut par le Saint-Esprit la vision de la gloire de Jésus. Actes 7:55 Saul de Tarse a été rempli du Saint-Esprit, pour être apôtre de Christ." Actes 9:17

"Barnabas était un homme de bien, plein d'Esprit-Saint et de foi. Et une foule assez nombreuse se joignit au Seigneur." Actes 11:24

"Paul, rempli du Saint-Esprit, fixa les regards sur le magicien et discerna qui il était réellement." Actes 13:9

"Après avoir entendu l'Évangile et cru les disciples étaient remplis de joie et du Saint-Esprit." Actes 13:52

"Jean Baptiste a été rempli du Saint-Esprit dans une circonstance exceptionnelle, pour être prophète du Très Haut." Luc 1:15

"Dès qu'Élisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son sein et elle fut remplie du Saint-Esprit et elle prophétisa." Luc 1:41

"Lorsque Zacharie, le Père de Jean Baptiste, fut rempli du Saint-Esprit, il prophétisa, Jésus, rempli du Saint-Esprit, fut conduit par l'Esprit dans le désert." Luc 4.1

Par la bouche de son serviteur l'apôtre Paul, Dieu nous exhorte à être remplis du Saint-Esprit : "Soyez remplis de l'Esprit." Éphésiens 5:18

Les résultats de la plénitude du Saint-Esprit sont évidents :

. les miracles accompagnent ceux qui ont cru : Au Nom du Seigneur, ils chassent les démons, ils imposent les mains aux malades et ceux-ci sont guéris, ils parlent de nouvelles langues, etc. Marc 16:17.

. Ils exercent les dons spirituels, parmi lesquels la diversité des langues et leur interprétation 1 Corinthiens 12:10; 1 Corinthiens 12:28 (Au sujet du parler en langues, l'apôtre Paul dit : Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue plus que vous tous;1 Corinthiens 14:18.)

Le roi David oint, revêtu, du Saint-Esprit, proclame :

"L'esprit de l'Éternel parle par moi, Et sa parole est sur ma langue." 2 Samuel 23:2

Dès le début de son appel il avait été saisi par le Saint-Esprit. 1 Samuel 16.

Le prophète Michée affirme :

Mais moi, je suis rempli de force, de l'esprit de l'Éternel, Je suis rempli de justice et de vigueur, Pour faire connaître à Jacob son crime, Et à Israël son péché. Michée 3:8

La Bible cite, dans de nombreux passages, ceux qui sont " saisis par l'Esprit de Dieu " ou sur lesquels l'Esprit vient et les faits qui expriment l'action du Saint-Esprit, à un moment donné pour une œuvre déterminée. Voici encore quelques exemples intéressants :

L'Éternel descendit dans la nuée, et parla à Moïse; il prit de l'esprit qui était sur lui, et le mit sur les soixante-dix anciens. Et dès que l'esprit reposa sur eux, ils prophétisèrent; mais ils ne continuèrent pas. Nombres 11:26 Il y eut deux hommes, l'un appelé Eldad, et l'autre Médad, qui étaient restés dans le camp, et sur lesquels l'esprit reposa; car ils étaient parmi les inscrits, quoiqu'ils ne fussent point allés à la tente; et ils prophétisèrent dans le camp. Nombres 11:25

Lorsqu'ils arrivèrent à Guibea, voici, une troupe de prophètes vint à sa rencontre. L'esprit de Dieu le saisit, et il prophétisa au milieu d'eux. 1 Samuel 10:10

Samuel prit la corne d'huile, et l'oignit au milieu de ses frères. L'esprit de l'Éternel saisit David, à partir de ce jour et dans la suite. 1 Samuel 16:13

Juges 3:10 L'esprit de l'Éternel fut sur Othniel. Il devint juge en Israël, et il partit pour la guerre. L'Éternel combattit avec lui et sa main fut puissante

Gédéon fut revêtu de l'esprit de l'Éternel; il sonna de la trompette, et Abiézer fut convoqué pour marcher à sa suite. Juges 6:34

L'esprit de l'Éternel fut sur Jephthé. Juges 11:29

L'esprit de l'Éternel saisit Samson; et, sans avoir rien à la main, Samson déchira le lion comme on déchire un chevreau. Il ne dit point à son père et à sa mère ce qu'il avait fait. Juges 14:6

Nous remarquons, sans qu'il soit toujours question du "Baptême du Saint-Esprit" tel que le conçoit l'enseignement de Jésus et des apôtres, que lorsque le Saint-Esprit est présent et agit cela se voit et s'entend.

Jésus avait dit à ses disciples :" Vous recevrez de la puissance, le Saint-Esprit venant sur vous" Actes 1:8

Et encore : "J'enverrai sur vous ce que mon Père a promis...et vous serez revêtus de la puissance d'en haut." . Luc 24:19

Il s'agit de la même chose qu'en Actes 1:4-8 Si la nouvelle naissance consiste à recevoir "une vie nouvelle" (Jean 3:3), être baptisé du ou dans le Saint-Esprit c'est recevoir de la puissance. Actes 1:8

Dans l'évangile de Jean, le Seigneur Jésus a parlé de deux choses distinctes :

Une source d'eau jaillissant en vie éternelle, qui produit la vie que Jésus donne à celui qui croit en lui. Jean 4:14

Des fleuves d'eau vive qui coulent du cœur de celui qui a cru en Jésus et qui s'abreuve à lui. Jean 7:37-39. Il dit cela de l'Esprit que doivent recevoir ceux qui croient en lui.

Le baptême du Saint-Esprit est une expérience individuelle, distincte de la conversion. Ce qui marque la conversion c'est la nouvelle naissance, le baptême d'eau en étant le signe visible, l'acte d'obéissance qui manifeste la foi. Romains 6:4

Ce qui rend évident le Baptême du Saint-Esprit, c'est la manifestation miraculeuse qui l'accompagne. Ceux qui se convertissent sont appelés à être baptisés du Saint-Esprit car la promesse est pour tous. Actes 2:38-39

Nous nous contentons trop souvent du minimum vital, un espèce de RMI spirituel, alors que Jésus parle de : - source qui jaillit Jean 4:14 – de fleuves qui coulent Jean 7:38 – de vie abondante Jean 10:10 – de puissance d'en haut. Luc 24:49

La parole de Dieu nous exhorte à " être remplis du Saint-Esprit. " Eph. 5:18

Le Seigneur nous annonce la plénitude, l'abondance : Le ruisseau de Dieu est plein d'eau ! Les pas de Dieu versent l'abondance... Ps.65:10

L'apôtre Jean affirme : Nous avons tous reçu de sa plénitude. Jean 1:16

Comment se manifeste le baptême du Saint-Esprit ?

Il est bon de le savoir car cela nous permet d'être au clair sur notre situation, si nous l'avons reçu ou non.

Comment pouvons nous répondre à la question "Avez vous reçu le Saint-Esprit lorsque vous avez cru " si rien ne s'est manifesté ? Beaucoup ne savent pas ou ne croient pas qu'il y ait aujourd'hui "un baptême du Saint-Esprit" que l'on peut recevoir de la même manière qu'autrefois.

Comment croiront-ils s'ils ne sont pas enseignés ? Et comment seront-ils enseignés si les pasteurs n'en parlent pas ? Nous avons une responsabilité dans ce domaine ! Jésus avait expliqué à ses disciples comment cela se produirait :

"J'enverrai sur vous ce que mon Père à promis, mais vous restez dans la ville jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la puissance d'en haut " Luc 24:49

Le Seigneur a décrit cette expérience comme " UN REVÊTEMENT DE PUISSANCE DE DIEU. "

Lors de son ascension il a précisé : " vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous." Actes 1: 8

On peut donc présenter le " BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT ", comme la plénitude de l'Esprit-Saint, un revêtement de puissance.

Les disciples savaient, par les exemples décrits dans les Écritures, ce que signifiait ce revêtement de puissance car il s'était manifesté bien souvent au cours de l'histoire d'Israël : des hommes et des femmes de leur peuple revêtus, oints, saisis ou remplis par le Saint-Esprit, accomplissaient des actes de puissance ou de bravoure ou simplement prophétisaient.

Je l'ai rempli de l'Esprit de Dieu, de sagesse, d'intelligence, et de savoir pour toutes sortes d'ouvrages, Exode 31:3

Josué, fils de Nun, était rempli de l'esprit de sagesse, car Moïse avait posé ses mains sur lui.. Deutéronome 34:9

L'esprit de l'Éternel te saisira, tu prophétiseras avec eux, et tu seras changé en un autre homme. 1 Samuel 10:6

Samuel prit la corne d'huile, et l'oignit au milieu de ses frères. L'esprit de l'Éternel saisit David, à partir de ce jour et dans la suite. 1 Samuel 16:13

Lorsqu'ils arrivèrent à Guibea, voici, une troupe de prophètes vint à sa rencontre. L'esprit de Dieu le saisit, et il prophétisa au milieu d'eux. 1 Samuel 10:10

L'Éternel descendit dans la nuée, et parla à Moïse; il prit de l'esprit qui était sur lui, et le mit sur les soixante-dix anciens. Et dès que l'esprit reposa sur eux, ils prophétisèrent; mais ils ne continuèrent pas. Nombres 11:25

Cependant ces expériences isolées ne sont pas perçues comme étant le " baptême du Saint-Esprit ". Jésus lui-même dit que le Saint-Esprit n'était pas encore (sous-entendu "répandu"). Jean 7:39.

On peut dire avec que Jésus parlait là du baptême du Saint-Esprit, que devaient recevoir ceux qui croiraient en Lui. Jean 7:37-38; Actes 2:39

Il n'y a qu'une chose que les disciples ignoraient, c'est la forme sous laquelle cela se ferait. Néanmoins, quand c'est arrivé ils savaient que c'était la promesse du Père dont Jésus leur avait parlé et ils l'ont aussitôt identifiée comme l'accomplissement de la prophétie de Joël.

"C'est ici ce qui a été dit par le prophète Joël" Actes 2.16 :

Comment pouvons nous savoir si nous avons reçu le Saint-Esprit ?

Le baptême du Saint-Esprit se manifeste habituellement par le parler en langues. C'est comme cela que les disciples ont su qu'ils avaient reçu le Saint-Esprit. Actes 2.4 ,16 – 10.46

Il est intéressant de remarquer la question que l'apôtre Paul pose aux disciples d'Éphèse.

"Ayant rencontré quelques disciples, il leur dit: Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru? Ils lui répondirent: Nous n'avons pas même entendu dire qu'il y ait un Saint-Esprit." Actes 19:2

Pour nous cette question en appelle une autre : " Comment ou par quel signe manifeste auraient-ils su qu'ils avaient ou non reçu le Saint-Esprit ? "

Il est clair que les premiers croyants reconnaissaient qu'ils avaient reçu le Saint-Esprit lorsqu'ils en constataient la manifestation. En lisant attentivement le livre des Actes des apôtres, nous remarquons que le baptême du Saint-Esprit est une expérience évidente, marquée par une manifestation audible ou visible :

"Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean. Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu'ils reçussent le Saint-Esprit. Car il n'était encore descendu sur aucun d'eux; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit. Lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l'imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l'argent, en disant: Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j'imposerai les mains reçoive le Saint-Esprit." Actes 8.14-19

Dans chacun des autres exemples cités, il est dit qu'on entendait ceux qui recevaient le Saint-Esprit :

"Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens. Car ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu. Alors Pierre dit: Peut-on refuser l'eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous?" Actes 10.45-47

"Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient." Actes 19:6

Il s'agit donc d'une manifestation évidente, l'évidence étant le fait de toute manifestation. Dès le début, le baptême du Saint-Esprit, s'est manifesté par le parler en langues.

"Ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer." Actes 2.4

Ainsi s'accomplissait la parole de Jésus : "Ils parleront de nouvelles langues" Marc 16:16

Nous retrouvons cette même manifestation chez Corneille et à Éphèse. Actes 10 et 19:1-7

Lorsque le Saint-Esprit descend et s'arrête SUR nous, il nous immerge, nous remplit, nous enveloppe, nous revêt de sa puissance et se manifeste. Dans le livre des Actes des apôtres quatre récits parlent de la façon dont le Saint-Esprit s'est manifesté :

Actes 2.4 "...Et ils se mirent à parler en d'autres langues selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer."

Actes 8.18 "...Simon vit que le Saint-Esprit était donné"

Actes 10.46 "...Ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu."

Actes 19.8 "... Ils parlaient en langues et prophétisaient".

Dans trois de ces récits il est mentionné que ceux que le Saint-Esprit remplit PARLENT EN LANGUES. Dans deux endroits il est ajouté : a) qu'ils glorifiaient Dieu. Actes 10;46 - b) qu'ils prophétisaient . Actes 19;8 - En Actes 8:18, il est seulement mentionné que c'était visible, évident. Nous trouvons dans ces récits deux petits mot: "car" et "et", deux conjonctions de coordination qui lient le revêtement de l'Esprit à sa manifestation. Nous en retenons que la manifestation se produisait parce qu'ils étaient remplis du Saint-Esprit ! Ils venaient d'être revêtus de la puissance d'en haut, selon la promesse du Père que Jésus leur avait annoncée.

C'est ce revêtement de puissance du Saint-Esprit qui fait que ceux qui l'ont reçue peuvent s'exprimer dans des langues nouvelles inconnues d'eux, prophétiser et exercer les autres dons spirituels. Le Saint-Esprit a la puissance de Dieu et il la communique ! C'est de cette même puissance que Jésus fut revêtu lorsqu'il ressortit du désert et commença son ministère. : Il était oint, revêtu d'Esprit-Saint et de force. Luc.4:14,18 et Actes 10:38

Comment recevoir le baptême du Saint-Esprit ?

. Premièrement, IL FAUT Y CROIRE SANS RÉSERVE.

Ceci est valable pour toutes les promesses de Dieu. La foi est l'élément indispensable pour l'accomplissement des choses que Dieu nous promet. Héb.11:6; Jacques 1:6-8. Or, pour croire correctement, il faut un enseignement correct. La foi vient de ce qu'on entend : la Parole de Christ... Romains 10:17 –

Nous ne pouvons pas rester dans l'ignorance. 1 Cor 12:1. Les disciples d'Éphèse ne connaissaient pas le Saint-Esprit, ils n'avaient pas été enseignés à son sujet. Ce n'est que lorsque Paul leur en eut parlé et prié pour eux qu'ils furent baptisés du Saint-Esprit. Act.19:2 Nous devons savoir que le baptême du Saint-Esprit est une promesse de Dieu, selon ce que dit Jésus "La promesse du Père" et que, ce que le Père a promis est pour tous ceux qu'il appelle. Actes 2:39 Aussi nous pouvons croire que le baptême du Saint-Esprit est pour chacun de nous !

. Ensuite IL FAUT LE DÉSIRER ARDEMMENT.

"Jésus s'écrie : Si quelqu'un a soif qu'il vienne à moi et qu'il boive. Il dit cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui." Jean 7.37/39

En 1 Cor.14:1 la version Darby précise :

"Désirez avec ardeur...les dons spirituels."

Nous devons prendre conscience de l'importance du baptême du Saint-Esprit pour une vie chrétienne bien remplie : "Soyez remplis du Saint-Esprit" Éphésiens 5:18 C'est une plénitude. La plénitude de Dieu. Eph.3:19 -

. Puis nous devons LE DEMANDER.

Jésus enseigne à prier pour recevoir le Saint-Esprit :

Le Père donnera le Saint-Esprit à celui qui le lui demande. Luc 11.13

Les apôtres prièrent pour les disciples de Samarie qui avaient été baptisés d'eau, afin qu'ils reçoivent le Saint-Esprit. Actes 8.15 –

Demandez et priez pour être baptisés du Saint-Esprit et vous recevrez la promesse du Père.

Les apôtres attachaient beaucoup d'importance au fait que ceux qui avaient cru, reçu la Parole de Dieu et s'étaient fait baptiser d'eau, soient aussi baptisés du Saint-Esprit. Ils en avaient fait eux-mêmes l'expérience et ils savaient combien ce don était précieux. Ils s'enquerraient auprès des nouveaux disciples s'ils l'avaient reçu. Et si ce n'était pas le cas, ils priaient pour eux et leur imposaient les mains afin qu'ils en fassent l'expérience. Actes 19:2

Pourquoi en serait-il autrement aujourd'hui ? Nous avons les mêmes besoins spirituels que les premiers disciples et nous devons prier afin que ceux qui se convertissent et se font baptiser d'eau "reçoivent aussi le baptême du Saint-Esprit, d'une manière évidente".

Si nous sommes conscients de notre besoin d'être remplis du Saint-Esprit, alors nous le demanderons à notre Père céleste et il nous le donnera car cela fait partie des " bonnes chose " qu'Il donne à ceux qui les lui demandent. Matthieu 7:11 C'est Jésus qui le dit :

"Votre Père céleste donnera le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent." Luc 11:13

La prière est un élément important pour recevoir le baptême du Saint-Esprit.

Pendant que Jésus priait le ciel s'ouvrit et l'on vit le Saint-Esprit descendre sur lui. Luc 3:21

Les disciples réunis dans la chambre haute à Jérusalem persévéraient dans la prière. Actes 1:14

Ceux qui le désirent doivent le demander au Père céleste, prier pour le recevoir.

"Demandez et l'on vous donnera. " Luc 11:9

Ceux qui l'ont reçu doivent prier pour que d'autres le reçoivent à leur tour :

Ils prièrent pour eux afin qu'ils reçoivent le Saint-Esprit. Actes 8:15 -

Priez, seul ou avec d'autres, mais de toute manière PRIEZ !

L'imposition des mains

Les apôtres Pierre et Jean imposèrent les mains aux disciples de Samarie qui avaient reçu la Parole de Dieu et avaient cru en se faisant baptiser par Philippe, afin qu'ils reçoivent le Saint-Esprit. Actes 8:17

L'apôtre Paul le fit également pour les disciples d'Éphèse, après qu'ils furent baptisés d'eau au nom de Jésus. Actes 19:6

Timothée avait reçu le don du Saint-Esprit par l'imposition des mains de l'apôtre Paul. 2 Tim 1:6 (Il y a tout lieu de croire que ce don, que le disciple ne devait pas négliger mais ranimer, était le baptême du Saint-Esprit ...)

Certains serviteurs de Dieu semblent dotés de ce pouvoir ("doté" est le mot employé dans l'original) qui consiste dans le fait que ceux à qui ils imposent les mains reçoivent le baptême du Saint-Esprit et que Simon le magicien voulait acheter des apôtres. Actes 8:18-20). Ne craignons pas d'avoir recours aux dons que d'autres ont reçus pour nous en faire bénéficier.

Prier avec persévérance.

La ferveur et la persévérance sont des éléments déterminants auprès de Dieu pour être exaucés. Jacques 5:17 et Luc 18:1-8, tandis que la tiédeur et le manque de persévérance ne lui sont pas agréables.

Prier avec foi, sans douter. Jacques 1:6 et Marc 11:24 sont deux passages qui donnent la description de "la foi qui reçoit"

Le baptême du Saint-Esprit est un don

C'est un don que Dieu accorde par grâce (du grec: charis") à ceux dont les péchés sont pardonnés. (Actes 2:38) et comme tous les autres dons du Seigneur il se reçoit par la foi. (Galates 3:2) Nous pouvons lui appliquer ce passage qui concerne le salut : ce n'est pas par les œuvres afin que personne ne se glorifie. Ephésiens 2:9

Une condition essentielle pour le recevoir est un cœur purifié par le sang de Jésus.

Et Dieu, qui connaît les cœurs, leur a rendu témoignage en leur donnant l'Esprit saint tout comme à nous ; il n'a fait aucune différence entre nous et eux, puisqu'il a purifié leur cœur par la foi. actes 15:8

Approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d'une mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure. Hébreux 10:22

Si notre cœur nous condamne nous n'avons pas d'assurance devant Dieu. 1 Jean 3:21 - 23.

Corneille et ses amis ont eu la foi pour être purifiés par Dieu et ils ont reçu le baptême du Saint-Esprit. Lorsque nous avons cru au Seigneur Jésus, nos cœurs ont été lavés, purifiés de leurs péchés par son Sang, nous pouvons donc nous approcher avec assurance, en son Nom, du trône de la grâce de Dieu et recevoir sa promesse. Héb.9:11-14 ; 1 Jean 1:7 à 2:2 ; Héb.4:16.

Le baptême du Saint-Esprit est donné par le Seigneur Jésus-Christ lui-même.

"Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu." Matthieu 3:11

Des serviteurs de Dieu peuvent imposer les mains et prier pour que ceux qui ont cru en Jésus, reçoivent le baptême du Saint-Esprit. Actes 8:16-17 ; Actes 9:17; Actes 19:6 - Mais ce n'est pas indispensable. Actes 10:44-46

Nous pouvons le demander nous mêmes, en particulier et le recevoir pendant que nous prions. Luc 11:13

Conclusion

Le Baptême du Saint-Esprit est une promesse de Dieu pour tous ceux qui se repentent de leurs péchés et croient au Seigneur Jésus. Actes 2:38-39

C'est un don de Dieu qui se reçoit par la foi, dans la prière et la persévérance, comme de nombreuses promesses de Dieu.

Il nécessite une démarche personnelle auprès du Seigneur de la part de celui qui le désire et qui veut le recevoir, selon la parole Jésus : "Si quelqu'un a soif qu'il vienne à moi et qu'il boive". Jean 7:37

En général, il faut le demander pour le recevoir : soit personnellement (Luc 11:13), soit avec quelqu'un qui l'a déjà reçu (Actes 9), soit dans le cadre d'une réunion de prière, avec l'imposition de mains. Actes 8:16-17 Exceptionnellement, Corneille et les siens, le reçurent sans le demander et nous savons pourquoi. Dieu voulait enseigner à Pierre et les chrétiens juifs qui étaient avec lui, que les païens avaient aussi accès au salut par la foi en Christ.

Il faut le vouloir, le désirer ardemment, en avoir soif :

Que celui qui veut vienne et qu'il prenne de l'eau de la vie gratuitement. Apocalypse 22:17

Si quelqu'un à soif ... Jean 7:37

C'est à Jésus qu'il faut venir et lui demander à boire. C'est LUI qui baptise du Saint-Esprit .

Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. Matthieu 3:11

Certains nous disent que la véritable évidence que quelqu'un est rempli du Saint-Esprit, c'est le fruit qu'il porte, selon Galates 5.22

Je réponds que le fruit est le produit constant et croissant de la présence du Saint-Esprit en nous, dans notre communion avec le Seigneur Jésus-Christ, selon Jean 15, une perfection progressive, tandis que le Baptême du Saint-Esprit se produit instantanément.

D'autres confondent le témoignage intérieur que le Saint-Esprit met dans nos cœurs, avec le baptême du Saint-Esprit. Il est vrai que par sa présence, l'Esprit de Dieu nous rend conscients que nous sommes maintenant enfants de Dieu, nés de nouveau, selon Galates 4.6 et Romains 8.15/16, Cependant ce témoignage intérieur, tout à fait personnel ne ressemble pas à la manifestation audible, visible, évidente de la manifestation de "la puissance miraculeuse" de l'Esprit Saint.

Dans cette étude, nous parlons du " Baptême du Saint-Esprit " ou " l'immersion dans le Saint-Esprit ", appelé encore "Le don du Saint-Esprit", qui est normalement suivi de la manifestation qui l'accompagne...

Lorsque les disciples, (les 120) ont parlé en langues et prophétisé, il est devenu évident et indéniable qu'ils avaient reçu le Saint-Esprit. Ils savaient qu'ils étaient baptisés du Saint-Esprit. Lorsque Corneille, sa famille et ses amis se sont mis à parler en langues et glorifié Dieu, il était évident pour tous qu'ils venaient d'être baptisés du Saint-Esprit, qu'ils avaient reçu le don de Dieu, de la même manière que les disciples Juifs dans la chambre haute à Jérusalem quelques années auparavant.

Ceci étant établi il est clair que la manifestation extérieure est le produit d'une plénitude intérieure. Ce qui est essentiel c'est premièrement "d'être rempli du Saint-Esprit". La manifestation ne doit en être que le résultat. Or pour être rempli du Saint-Esprit il faut chercher la présence du Seigneur, venir à LUI, car c'est LUI qui baptise du Saint-Esprit. Jean Baptiste disait à ceux qui l'interrogeaient au sujet de Jésus : " Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser d'eau, celui-là m'a dit: Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et s'arrêter, c'est celui qui baptise du Saint-Esprit." Jean 1:33

Notre recherche doit être fervente, parfois intense, persévérante, seul ou avec l'assemblée de frères et sœurs, bien disposés. Un environnement favorable est nécessaire. Il y a des personnes avec qui nous ne pourrons pas prier efficacement. Ex. Luc 8.51 (bien qu'il ne s'agisse pas là du même sujet, nous croyons que l'exemple est significatif.)

Cherchez personnellement le Seigneur, jusqu'à ce que vous le trouviez.

Réunissez-vous avec des frères et sœurs qui font la même recherche ou qui ont déjà été baptisés du Saint-Esprit. Des gens qui y croient et qui prient pour cela sans aucune restriction.

Veillez aussi à ce que votre cœur soit purifié. Actes 15.8/9 -

Enfin priez avec un cœur miséricordieux. Marc 11.25

Le don du Saint-Esprt fait partie des bonnes choses que notre Père céleste donne à ceux qui les lui demandent (Matthieu 7.11) Cherchez le Seigneur, celui qui donne.

Soyez confiants, miséricordieux et persévérants ! Alors, Comme un torrent qui déborde sur ses rives, Votre cœur s'inondera et de joie se remplira, Vous aurez aussi la source de l'eau vive, Jaillissant de votre cœur.

2. Pourquoi être baptisé du Saint-Esprit ?

J'ai entendu un jeune prédicateur proclamer avec conviction que pour évangéliser le monde, il nous fallait être revêtu de la puissance du Saint-Esprit et équipé de ses dons, que le Baptême du Saint-Esprit était accordé dans ce but.

Il donnait comme exemples les divers miracles que Dieu opérait par ses serviteurs, rapportés dans le livre des Actes et il démontrait qu'ils étaient équipés des dons mentionnés dans 1 Corinthiens 12.7/11, qui opéraient avec puissance pour amener leurs auditeurs à la foi en Christ. C'est tout à fait juste et je ne puis que dire "amen" ! Qu'il en soit ainsi ! Il faut que tous ceux qui ont à rendre témoignage au Seigneur dans le monde comprennent cela. Puisse cette réalité ne pas rester au niveau du discours, mais que nous nous empressions à trouver et à recevoir auprès du trône de la grâce de Dieu tout l'équipement qu'Il accorde pour son service.

En fait il y a deux objectifs principaux pour lesquels il est nécessaire d'être baptisé du Saint-Esprit, c'est à dire revêtus de sa puissance :

1) être témoin du Seigneur Jésus-Christ dans le monde

2) édifier le corps de Christ, c'est à dire ceux qui ont cru en Lui.

Lorsqu'il est question dans la Bible, du baptême du Saint-Esprit et des dons spirituels, nous retrouvons à chaque fois les deux choses pour lesquelles il est utile. Je vais vous entretenir dans cette étude de la première raison :

Être témoin de Christ dans le monde

Nous pourrions penser que pour "promouvoir" l'Évangile, ou l'église, il suffit d'une bonne formation professionnelle, de la psychologie, de l'à propos, de la persuasion, des moyens adaptés, pour attirer l'attention et convaincre les gens, comme le font les entreprises commerciales pour la promotion de leurs produits. Mais nous ne sommes pas dans la même logique. Nous n'avons pas à "vendre' au monde, selon ses méthodes, ni l'évangile, ni l'église !

Je rappelle simplement ce qu'écrit l'apôtre Paul :

"Car je n'oserais mentionner aucune chose que Christ n'ait pas faite par moi pour amener les païens à l'obéissance, par la parole et par les actes, par la puissance des miracles et des prodiges, par la puissance de l'Esprit de Dieu, en sorte que, depuis Jérusalem et les pays voisins jusqu'en Illyrie, j'ai abondamment répandu l'Évangile de Christ." Romains 15.18/19

Parmi les bénédictions qui accompagnent le Baptême du Saint-Esprit, il y a une raison qui nous échappe peut-être et qui pourtant est soulignée par le Seigneur Jésus-Christ :

Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. Actes 1:8

Vous serez mes témoins

Il n'y a rien de plus clair dans les dernières instructions du Seigneur Jésus-Christ à ses disciples, non seulement ceux présents au moment de son départ, mais à tous ceux qui croiraient en Lui, jusqu'à la fin du monde.

Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. Matthieu 28.19/20

Il est significatif que pour être témoin de Christ dans le monde, ses disciples ont besoin d'une force particulière, sans laquelle ils restent au niveau des capacités humaines.

Et il leur dit: Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu'il ressusciterait des morts le troisième jour, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. Vous êtes témoins de ces choses. Et voici, j'enverrai sur vous ce que mon Père a promis; mais vous, restez dans la ville jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la puissance d'en haut. Luc 24.46/49

Vous recevrez de la puissance

Le baptême du Saint-Esprit n'est pas seulement la présence de l'Esprit de Dieu, mais le revêtement de sa puissance, de sa force (en grec "dunamis"). C'est une puissance supérieure, surnaturelle, certains disent "la dynamite de Dieu" qui fait exploser les choses.

Jésus connaît la force de résistance et d'opposition que ses disciples rencontrent dans le monde et il sait que pour vaincre les forteresses d'incrédulité, de méchanceté, de haine à son encontre, ceux qui témoignent de Lui ont besoin de revêtir des armes puissantes, comme le souligne encore l'apôtre Paul.

Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance de Christ. 2 Corinthiens 10.3/5

Lorsque nous examinons la manière dont les premiers disciples ont accompli leur mission dans le monde et l'opposition qu'ils rencontraient, nous observons que leur force résidait dans le revêtement de puissance de l'Esprit Saint, qui se manifestait par ses dons : les miracles, les guérisons, l'autorité de la foi, les révélations de sagesse et de connaissance divines, le discernement, les paroles prophétiques, le don des langues et son interprétation. 1 Cor.12.7 ...

Dieu appuyait leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint-Esprit distribués selon sa volonté. Hébreux 2:4

Ils étaient accompagnés par les signes dont leur avait parlé Jésus avant de les quitter pur aller au ciel :

Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s'assit à la droite de Dieu. Et ils s'en allèrent prêcher partout.Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles. Marc 16.17/20

Le Saigneur travaillait avec eux

Le compte rendu de Luc l'auteur du livre des Actes des apôtres, nous fait connaître la façon dont les prédicateurs travaillaient à l'œuvre de Dieu et comment le Seigneur accompagnait ses disciples et les assistait.

Peut-être cherchez vous les moyens ou des méthodes efficaces pour atteindre les inconvertis ? Alors lisez plutôt :

Actes 2.6 Le provoqué par la manifestation du SaintEsprit et les langues nouvelles, attirent la foule des pèlerins de Jérusalem

Actes 3.9 Un miracle évident pour tous interpelle les gens et même les chefs du peuple. Actes 4.16

Actes 4.31 Un renouvellement de la plénitude du Saint-Esprit donne de l'assurance pour annoncer la Parole de Dieu

Actes 5.12/16 Beaucoup de miracles et de prodiges font accourir les foules.

Actes 6. 7/8 La parole de Dieu se répandait de plus en plus, le nombre des disciples augmentait beaucoup à Jérusalem, et une grande foule de sacrificateurs obéissaient à la foi. Etienne, plein de grâce et de puissance, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple.

Actes 8.5/12 : des miracles, des guérisons et des délivrances, produisent de nombreuses conversions dans une ville sous l'influence du magicien Simon.

Actes : 9.34/42 la guérisons de Énée le paralytique amène à la conversion les habitants de la région et la résurrection de Dorcas, produit la foi chez un grand nombre.

Actes 10.1 La visite d'un ange et l'intervention du Saint-Esprit, font que toute la famille d'un capitaine romain va croire au Seigneur et être baptisée du Saint-Esprit

Actes 13.1/4 Le Saint-Esprit choisit et envoie des hommes pour la mission

Actes 13.6/12 Paul rempli du Saint-Esprit confond un magicien qui s'opposait à la Parole de Dieu, ce qui amène un proconsul romain à la foi.

Actes 14.1/3 des prédicateurs qui s'appuient sur le Seigneur voient leur message toucher de nombreuses personnes, Dieu confirmant leur prédication par des prodiges et des miracles.

Dans une autre ville, la guérison d'un paralytique émeut une foule de païens idolâtres. 14.8

Actes 16.1/10 Le Saint-Esprit dirige ostensiblement les missionnaires

Actes 16.25/34 Un tremblement de terre bouleverse une prison et le geôlier et sa famille se convertissent.

Actes 19.6 Une douzaine d'hommes sont baptisés du Saint-Esprit, parlent en langues et prophétisent

19.8/12 Dans la région d'Ephèse, pendant deux ans, Dieu va faire des miracles extraordinaires par les mains de l'apôtre Paul, accompagnant son enseignement.

Actes 28.5/10 Les signes annoncés par Jésus continuent de se produire, annihilant la morsure d'un serpent et guérissant des malades par l'imposition des mains.

Certains disent, bien sûr nous savons ces choses, mais aujourd'hui tout a changé. Permettez moi de vous dire, que si les conditions de vie des habitants de la terre ont évolué, leur cœur reste le même. les besoins profonds de leurs âmes demeurent, tandis que les malades ont toujours besoin d'être guéris et les captifs des démons attendent leur délivrance.

En relisant dans les Évangiles, ce qui concerne le ministère de Jésus et dans les Actes des apôtres, celui de ses premiers disciples, et en comparant avec notre situation, nous découvrons qu'en réalité c'est nous qui avons changé.

Les croyants d'aujourd'hui sont devenus conformistes et religieux, tièdes et mondains. Alors l'Esprit de Dieu est devenu spectateur de nos pénibles et vains efforts. Il attend que nous l'invitions sincèrement à prendre la direction des opérations.

Dieu veut être à la première place. Le Seigneur Jésus-Christ veut être à la tête de son armée, il en est le Chef suprême et il veut commander.

Aujourd'hui nous établissons nos plans, nous étudions des stratégies, nous demandons des moyens et de l'argent ... et nous allons à la bataille en disant : Seigneur bénis-nous !

Cependant, il faut commencer par chercher le Seigneur dans la prière et lui demander de nous révéler ses plans, de nous montrer ses stratégies et de nous donner ses armes, son Esprit avec ses dons puissants.

Avant d'aller, il faut être revêtus de l'armure, c'est ce que Jésus enseignait à ses premiers disciples :

J'enverrai sur vous ce que mon Père à promis, mais ne partez pas avant que vous soyez revêtus de la puissance d'en haut. Luc 24.49

Actes 1:8 Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.

Jésus connaît l'ampleur et les difficultés de la tâche. Il sait qu'il y a des pièges nombreux et une forte opposition, des forteresses et que la seule force, la seule intelligence, de ses serviteurs n'y suffiront pas.

Alors Il nous recommande de prendre du temps dans la prière, avant d'aller au combat, pour être revêtus de la puissance de Dieu et de ses armes.

La première raison du Baptême dans le Saint-Esprit est donc d'être revêtu de la puissance de Dieu pour être les témoins de Jésus.

La seconde raison est l'édification de ceux qui ont cru et sont devenus disciples de Christ.

La force de notre vie chrétienne dépend du Saint-Esprit. La force de notre foi, de notre amour, de notre sanctification, de notre espérance, de notre témoignage, dépendent de Lui, d'où la nécessité, l'importance d'être remplis du Saint-Esprit, revêtus de sa puissance, fortifiés par lui. Luc 24.49 – Ephésiens.3.16

L'édification de l'Eglise est grande partie liée à la pratique des dons spirituels, selon ce qui est écrit et ce que vous retrouvez tout au long de ce dossier. Ils sont accordés par le Saint-Esprit donnés pour l'utiité commune et c'est dans ce but que nous devons y aspirer. 1 Corinthiens 12:7; 14:12

3. Les dons spirituels

Avertissement :

Vous trouverez certainement dans cette étude, des répétitions de ce qui a été dit dans des études précédentes, mais cela est nécessaire pour la bonne compréhension du sujet. Merci de l'accepter.

Il y a trois questions qui sont posées couramment au sujet de ce passage de 1 Cor.12.7/11 :

. En quoi consiste ces dons du Saint-Esprit dont parle ici l'apôtre Paul. Comment peut-on les définir ?

. A quoi serve-t-ils ?

. Sont-ils pratiqués convenablement de nos jours, dans les églises ?

La manifestation de l'Esprit est donnée POUR L'UTILITÉ COMMUNE. 1 Cor 12.7

Comme je l'ai expliqué dans les études précédentes, le Saint-Esprit remplit une fonction essentielle dans la vie des enfants de Dieu, pour leur édification personnelle, leur sanctification, leur croissance spirituelle et la force du témoignage envers ceux du dehors. C'est par lui que l'Église peut être en paix, se sanctifier et s'accroître.

L'Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie, s'édifiant et marchant dans la crainte du Seigneur, et elle s'accroissait par l'assistance du Saint-Esprit. Actes 9:31

Nous savons qu'il est aussi à l'œuvre dans le monde pour convaincre les habitants de la terre,dans le but de les amener à la repentance et de les attirer à Jésus-Christ pour qu'ils soient sauvés par la foi en Lui.

Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement ...Jean 16:8

Sa mission est double :

Équiper, fortifier, les membres du corps de Christ, chacun en particulier, afin de nous rendre participants de l'édification de l'ensemble de ce Corps, dont nous sommes membres. 1 Corinthiens 12:7 - 1 Corinthiens 14:12

Donner de la force et de l'assurance pour rendre témoignage au Seigneur Jésus-Christ. Actes 1:8 Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.

Le Saint-Esprit est répandu dans l'Église.

Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. Jean 14:16,17

Il est important de comprendre cette réalité, si nous voulons connaître sa façon d'agir par l'intermédiaire de ceux à qui il accorde ses dons.

En fonction de cela, les dons du Saint-Esprit s'exercent dans les assemblées de l'Église et par ses membres dans le monde pour l'évangélisation. 1 Cor.14.26 - Actes 1.8

La manifestation du Saint-Esprit, dans les églises

Nous étudions maintenant la façon dont les dons spirituels sont pratiqués ""dans les assemblées".

Les Écritures donnent des instructions précises qui permettent de les pratiquer avec sagesse et assurance, sous le discernement spirituel de ceux qui en ont l'expérience et dans la soumission les uns aux autres. 1 Cor.14.29/33
Le Saint-Esprit se manifeste de plusieurs façons et en cela Il rend sa présence évidente et active, agissant pour l'édification de l'Église. IL se manifeste au travers de chacun en particulier pour le bien de l'ensemble du corps :

... à l'un est donné...à l'autre est donné...par un même Esprit. 1 Cor.12.7 ...

Il ne peut y avoir contradiction, opposition, conflit entre les dons spirituels, puisqu'ils sont l'expression du Saint-Esprit. Les divisions et les disputes sont les œuvres de la chair, lorsque nous ajoutons nos pensées personnelles.

Il faut signaler le sens du mot "don" qui vient du grec "charis" c'est à dire "grâce", soulignant que le fait d'avoir reçu et d'exercer un don spirituel ne dépend en aucun cas d'un mérite personnel. Ainsi nous ne pouvons nous en glorifier.

Le terme utilisé, "les dons spirituels", inclut la notion du mot grec "pneumatikos", de "pneuma" = souffle = "ruah" = vent, mot qui désigne l'Esprit. Il ne s'agit donc pas de dons naturels, mais de dons "spirituels", qui proviennent de l'Esprit-Saint et qui sont accordés à des hommes et des femmes nés de nouveau, pour l'édification de l'église, selon la volonté expresse du Saint-Esprit. C'est la raison pour laquelle nous sommes exhortés à les rechercher. 1 Cor.14.15

En 1 Cor.12.7 à 11, l' apôtre Paul cite neuf dons, dans le cadre de la manifestation de l'Esprit : une parole de sagesse, une parole de connaissance, le don de la foi, le dons d'opérer des miracles, les dons de guérir, la prophétie, le discernement des esprits, le parler en langue et l'interprétation des langues.

Un peu plus loin, au verset 28, il énonce à la fois certains ministères et quelques autres dons, comme les dons de secourir, de gouverner.

Dans l'épître aux Romains, au chapitre 12, il parle encore, entre autres, des dons de libéralité, le don de présider, celui d'exercer la miséricorde (qui doit être le même que celui de secourir).

L'exercice des dons spirituels, surtout ceux de 1 Cor. 12.7/11, requiert une certaine compréhension de la façon dont ils opèrent. Certains sont associés aux ministères, les autres sont accordés à tous sans distinction.

Le Saint-Esprit accorde ses dons, avec libéralité, encore faut-il y aspirer ardemment.

Enfin, quelque soit le ministère ou le don reçu du Seigneur, que tout se fasse pour l'édification, dans l'amour et avec humilité.

Comme de bons dispensateurs des diverses grâces de Dieu, que chacun de vous mette au service des autres le don qu'il a reçu. 1 Pierre 4:10

Description et pratique des dons spirituels selon 1 Cor 12.7 à 11
Les chapitre 12 et 14 de la première épître de Paul aux Corinthiens traitent particulièrement des dons spirituels : Ce qu'ils sont, comment ils sont accordés, la meilleure façon de les pratiquer.

Premièrement, leur origine est " surnaturelle ".

. C'est " la manifestation " de l'Esprit de Dieu. 1 Cor.12.7
. Chacun d'eux est accordé par le Saint-Esprit.12.8 - 12:11
. Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut.
. La manifestation de l'Esprit est "la manifestation de sa puissance"

Jésus avait dit : Le Saint-Esprit viendra sur vous et vous recevrez de la puissance. Actes 1.8 – Luc 24.49

Lorsque le Saint-Esprit opère par quelqu'un, il communique la force surnaturelle qui produit une action déterminée, soit : une parole de sagesse, une parole de connaissance, le discernement des esprits (dons de révélation) ou la foi, des miracles et des guérisons (dons d'actions puissantes) ou la prophétie, le parler en langues et interprétation des langues (dons vocaux d'inspiration).

A chaque fois que le Saint-Esprit se manifeste dans ce domaine, il opère une action surnaturelle. Ses dons sont donc des œuvres surnaturelles accordées selon Sa propre volonté, afin d'être utiles à l'Eglise, corps de Christ. 1 Cor.12.7/11
C'est le Saint-Esprit qui donne, qui accorde, qui distribue, à chacun en particulier, ses dons, selon sa propre volonté, et c'est lui qui opère par eux. Ceux qu'il choisit pour cela sont des instruments qu'il utilise.

En accordant par le Saint-Esprit une part de sa puissance, de sa connaissance, de sa sagesse, la révélation d'une partie de ce qu'il fait, voit ou projette, Dieu ouvre à l'être humain des possibilités miraculeuses de puissance et de connaissance. Il ouvre complètement la porte de son royaume à ses enfants, tel que Jésus est venu le révéler et le manifester. Luc 7.21/22 – Matthieu 12.28

Nous sommes exhortés à aspirer ardemment aux dons spirituels, à les rechercher, à les demander avec foi et une humble soumission. Notre motivation doit être l'accomplissement des œuvres de Dieu pour l'édification des enfants de Dieu et le salut des âmes. 1 Cor.14.1, 12,13.

Les " charismes " de 1 Cor. 12. 7/11

Nous devons peut-être différencier cette liste de 1 Corinthiens 12.7 à 11, de celle de Romains 12 et autres passages dans lesquels, il est questions de dons, de ministères ou de services.
Il me semble que " les dons " décrits en 1 Cor.12.7/11, revêtent un caractère particulier dans le fait qu'ils sont présentés comme " la manifestation surnaturelle " , une " opération " du Saint-Esprit à des moments donnés et dans des circonstances précises. c'est ce que nous remarquons dans la description de chacun d'eux.

Commentaires personnels.

Certains dons spirituels sont associés aux ministères:

une parole de sagesse et une parole de connaissance, accompagneront particulièrement le ministère des prophètes, tels Agabus.

Le don de la foi, le don d'opérer des miracles, se remarquent dans le ministère d'apôtre, dont ils sont la preuve. 2 Corinthiens 12.2

Le don des guérisons accompagnent le ministère des évangélistes. Ex. Philippe en Samarie. Actes 8

La prière pour les malades, accompagnée de l'onction d'huile avec la promesse de guérison par le Seigneur, est attachée au ministère pastoral, pasteurs, anciens de l'église. Jacques 5.14/15

Le don de prophétie est accordée dans le cadre de l'assemblée et peut être exercé par tous, selon que le dit l'apôtre Paul, aux Corinthiens. 1 Co.14
Les langues sont données pour l'édification personnelle, lorsqu'elles sont accompagnées de l'interprétation elles édifient l'assemblée.

Nous pourrions encore parler des dons de présider et de gouverner, accordés à ceux qui dirigent les églises : pasteurs, anciens...

des dons de secourir par compassion ou miséricorde. Ex. Phoébée, Dorcas...

Du don de donner avec libéralité.

Peut-être que ce que nous considérons parfois comme des dons de l'Esprit sont tout simplement une bonne disposition du cœur sous l'influence de l'Esprit-Saint. Ex. Lydie. Actes 16.14

Dans le passage de 1 Cor 12.7/11, l'apôtre Paul dénombre neuf dons découlant de "la manifestation du Saint-Esprit." Il est intéressant de noter que dans sa lettre aux disciples de Galatie il donne également une liste de 9 qualités ou vertus " du fruit de l'Esprit ". Galates 5.22

L'un ne va pas sans l'autre. Le fruit de l'Esprit et la manifestation de l'Esprit sont tous les deux nécessaires à l'Eglise. Je les compare aux deux mains d'un même corps. On peut vivre sans l'une de nos mains, mais c'est quand même gênant ! Dieu nous en a donné deux, et les deux sont bien utiles à l'équilibre et au bon fonctionnement de notre corps. On pourrait aussi prendre comme exemple les deux rames d'une barque.

Dans l'énumération des deux listes des dons et du fruit de l'Esprit deux choses apparaissent complémentaires : la puissance (la force) et l'amour. La force sans l'amour peut être de la brutalité, l'amour sans force risque d'être de la faiblesse. Dans la vie et pour la vie de l'Eglise, Dieu a donné la puissance et l'amour de son Esprit-Saint. Recherchons donc à les posséder l'un et l'autre abondamment.

"Recherchez l'amour. Aspirez aussi aux dons spirituels " 1 Cor.14.1

La meilleure façon de pratiquer les dons spirituels, c'est dans l'amour que l'Esprit Saint développe dans notre cœur

Il y a des qualités nécessaires dans la pratique des dons, afin qu'ils atteignent leur but :

. La foi. Rom.12.16,

. L'humilité. Rom.12.3,

. La soumission. 1 Cor. 14.32,37,

. La maturité spirituelle, la sagesse et le discernement. 1 Cor.14.7/9 et 14.20,

. L'ordre et la bienséance. 1 Cor.14.39,

. Et surtout la charité, la voie par excellence. 1 Cor.12.31

Les dons spirituels doivent apporter : l'exhortation, l'encouragement, l'instruction, la consolation, le conseil, la direction, la guérison, la délivrance, la paix, la bénédiction du Seigneur. Ils doivent servir au bien des enfants de Dieu et glorifier le Seigneur !

Si nous savons faire abstraction de notre propre intérêt, pour rechercher le bien de l'église, par amour pour nos frères et sœurs, nous parviendrons à une pratique saine et équilibrée des dons spirituels qui atteindront alors le but pour lequel le Saint-Esprit les accorde : l'édification de l'église. 1 Cor.14.12

Les dons spirituels sont des moyens que l'amour utilise pour le bien des membres du corps de Christ.

Ils ne sont pas les seuls moyens, mais ils font partie des choses importantes que Dieu donne à l'Église de son Fils Jésus-Christ. pour son édification et lui permettre d'accomplir pleinement sa mission dans le monde

Nous voyons bien à la lecture de Écritures, que le revêtement de force (l'onction) accordé par le Saint-Esprit est la qualification nécessaire pour la vie équilibrée des disciples de Christ, le développement harmonieux des églises et l'exercice des ministères dans l'Église et à l'extérieur, vers le monde. Par amour, par compassion, par bonté et bienveillance, avec le désir d'être utiles et en bénédiction, aspirons aux dons du Saint-Esprit.

4. Les dons spirituels de 1 Corinthiens 12.7 à 11

Introduction

Lorsque nous lisons la Bible en général et le Nouveau Testament en particulier, nous sommes frappés par la façon dont Dieu intervient, pour se révéler aux hommes et attirer leur attention, par des miracles, des prodiges et des guérisons.

Les miracles que Jésus faisaient, et après lui ses disciples, avaient entre autre pour but de révéler le Sauveur pour amener les gens à la foi en Lui.

En observant le ministère de Jésus et de ses disciples après son ascension, nous voyons que ces miracles sont en fait la manifestation des dons spirituels mentionnés dans 1 Corinthiens 12 7/11.

Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. En effet, à l'un est donnée par l'Esprit

une parole de sagesse;

à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit;

à un autre, la foi, par le même Esprit;

à un autre, le don des guérisons, par le même Esprit;

à un autre, le don d'opérer des miracles;

à un autre, la prophétie;

à un autre, le discernement des esprits;

à un autre, la diversité des langues;

à un autre, l'interprétation des langues.

Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut.

Je voudrais en reprenant ces études sur "les dons du Saint-Esprit", montrer leur nécessité indispensable à l'édification, la sanctification, la croissance et le bien-être des églises en général et de chaque disciple de Christ en particulier, mais aussi comme un équipement efficace pour apporter au monde la bonne Nouvelle de Jésus-Christ le Sauveur.

Il faut remarquer dans la première lettre de Paul à l'église de Corinthe, combien l'apôtre, qui consacre deux chapitres aux dons spirituels, exhorte avec insistance à y "aspirer avec ardeur", pour l'utilité commune et l'édification.

1 Corinthiens 14:1 Poursuivez l'amour, et désirez avec ardeur les dons spirituels, mais surtout de prophétiser.
1 Corinthiens 14:12 Ainsi vous aussi, puisque vous désirez avec ardeur des dons de l'Esprit, cherchez à en être abondamment doués pour l'édification de l'assemblée.

Désirer avec ardeur, demander avec ferveur, rechercher avec persévérance, c'est ce qui devrait être la règle commune pour tous les dons de l'Esprit, avec pour seule motivation l'utilité commune et l'édification.

Ce que l'apôtre écrit à Timothée est valable pour tous les dons que Dieu accorde à tous ceux qui appartiennent à Christ et à chacun en particulier :

Ne néglige pas le don qui est en toi, et qui t'a été donné par prophétie avec l'imposition des mains de l'assemblée des anciens. 1 Timothée 4:14

Je répète avec insistance que tous les dons que le Seigneur accorde à l'Église sont nécessaires et indispensables pour une bonne évolution de son oeuvre, que ce soit pour le salut des âmes dans l'évangélisation et le témoignage ou l'édification et la sanctification des enfants de Dieu.

Le présent texte, n'est pas tout à fait une étude, mais une exhortation et une explication concernant un don de l'Esprit de Dieu, indispensable et à mon sens trop négligé ou mal compris. Afin de compléter cet article, reportez vous à l'étude : Un Esprit de sagesse.

Lorsque nous parlons de la sagesse, comme pour le discernement, il faut en distinguer trois formes :

La sagesse naturelle, qui est commune aux humains à divers degrés

La sagesse spirituelle, que l'apôtre Jacques appelle : celle d'en haut

La sagesse surnaturelle, que l'apôtre Paul cite parmi les dons spirituels, en 1 Corinthiens 12.

Dans la Bible, Parole écrite de Dieu, le Saint-Esprit insiste sur l'importance de la sagesse, dans de nombreux passages, surtout dans le livre des Proverbes. En voici quelques uns :

Proverbes 8:12 Moi, la sagesse, j'ai pour demeure le discernement, Et je possède la science de la réflexion.

Proverbes 3.13/15 Heureux l'homme qui a trouvé la sagesse, Et l'homme qui possède l'intelligence!
Car le gain qu'elle procure est préférable à celui de l'argent, Et le profit qu'on en tire vaut mieux que l'or;
Elle est plus précieuse que les perles, Elle a plus de valeur que tous les objets de prix.

Ecclésiaste 2.13/14 Et j'ai vu que la sagesse a de l'avantage sur la folie, comme la lumière a de l'avantage sur les ténèbres; le sage a ses yeux à la tête, et l'insensé marche dans les ténèbres

Une parole de sagesse

La sagesse de Dieu consiste dans " le savoir faire " de Dieu : ce qui doit être dit ou fait au meilleur moment, au meilleur endroit, de la meilleure façon.

La sagesse de Dieu est parfaite :

En Dieu résident la sagesse et la puissance. Le conseil et l'intelligence lui appartiennent. Job 12:13

C'est par la sagesse que l'Eternel a fondé la terre, C'est par l'intelligence qu'il a affermi les cieux; C'est par sa science que les abîmes se sont ouverts, Et que les nuages distillent la rosée. Proverbes 3:19/20

Il a créé la terre par sa puissance, Il a fondé le monde par sa sagesse, Il a étendu les cieux par son intelligence. Jérémie 10:12

Admirable est son conseil, et grande est sa sagesse. Esaïe 28:29

Le don de l'Esprit "une parole de sagesse" est une révélation partielle de la façon dont Dieu veut faire les choses. Il est souvent associé à "une parole de connaissance" c'est à dire une communication partielle de ce que Dieu voit et connaît.

En accordant ce don et celui de la parole de connaissance Dieu nous ouvre une fenêtre dans les domaines de sa connaissance et de sa sagesse.

Une parole de sagesse nous introduit directement, mais en partie seulement, et à un moment donné, dans la pensée divine, dans l'élaboration de ses plans et de ses projets.

Jésus dit que le Père lui montrait tout ce qu'il devait faire et lui révélait tout ce qu'il devait dire. Jean 5.19/20. -

. Il a su ce qu'il convenait de faire, lorsqu'il apprit que son ami Lazare était malade. Jean 11.

. Il répondait et il agissait toujours exactement comme il le fallait. Jean 2.4 – Jean 6.6

Nous avons besoin de " paroles de sagesse ", car Dieu sait exactement quand et comment faire les choses et lorsque cela est nécessaire il nous le révèle.

Nous sommes amenés à prendre des décisions pour notre propre vie ou pour l'église et nous avons besoin de " paroles de sagesse ". C'est à dire du conseil de Dieu.

Cela ne veut pas dire qu'il nous faut toujours attendre une révélation surnaturelle. Dieu opère quand il veut, comme il veut et avec qui il veut, mais il est évident que dans beaucoup de situations nous ne savons pas que faire ou comment faire. Nous agissons alors au mieux, comptant sur le Seigneur et nous nous rendons compte que ce n'est pas toujours la bonne façon d'agir.

Salomon, le roi d'Israël à qui l'Eternel avait donné une sagesse particulière, a su immédiatement comment il devait agir à l'égard des deux femmes qui réclamaient la maternité de l'enfant vivant. 1 Rois 3.16/28

Tout Israël apprit le jugement que le roi avait prononcé. Et l'on craignit le roi, car on vit que la sagesse de Dieu était en lui pour le diriger dans ses jugements. 1 Rois 3:28

Salomon est un merveilleux exemple d'un homme a qui Dieu a donné la sagesse, non seulement dans le jugement fameux raconté dans 2 Rois 3.16, mais pendant toute la période de la construction du temple. Malheureusement, par la suite il s'est laissé entraîner par les femmes étrangères avec lesquelles il s'était lié. Comme quoi la sagesse que Salomon a manifestée dépendait de sa relation avec Dieu.

Voici encore d'autres exemples

Samson est né après que l'ange de l'Eternel ait révélé à ses parents le dessein de Dieu, qui voulait délivrer son peuple du joug des Philistins. Juges 13

Gédéon a reçu une communication divine sur la façon dont il devait opérer pour vaincre les Madianites. Juges 7

Samuel a reçu à plusieurs reprises des révélations divines lui indiquant ce qu'il devait faire à l'égard du sacrificateur Eli, puis pour oindre roi Saül et plus tard pour le choix de David, l'oint de l'Eternel.

David a souvent été conduit par des révélations divines, lui indiquant ce qu'il fallait faire. En voici un exemple parmi tant d'autres. 2 Samuel 5.17/25

Élisée savait comment recevoir et traiter Naaman. 2 Rois 5.9 ...

Joseph, l'époux de Marie, a été divinement averti à plusieurs reprises, de ce qu'il était urgent de faire, avec Jésus enfant.

Zacharie, le père de Jean-Baptiste a été instruit du ministère de son fils. Luc 1

Siméon le vieillard venu au temple pour rencontrer Jésus, a été averti par le Saint-Esprit.

Etienne savait comment discuter avec les chefs religieux. Actes 6 et 7 -

Pierre et Jean ont su comment répondre aux chefs des juifs. Actes 4.

L'apôtre Pierre ne serait jamais allé chez Corneille, le païen pieux, si Dieu ne lui avait pas communiqué sa volonté par une vision. Actes 10

Corneille lui-même a appris par la visite d'un ange ce qu'il devait faire pour être sauvé.

Paul a eu, à plusieurs reprises, la révélation de ce qu'il fallait faire ou dire, dans des circonstances différentes :

lorsque le Saint-Esprit le conduisit en Macédoine. Actes 16.9 –

lorsque le bateau était pris dans la tempête. Actes 27.15 à 38

Philippe l'évangéliste, a été dirigé par Dieu pour aller à la rencontre du ministre éthiopien. Actes 8

Ananias, le disciple de Damas, a su comment agir avec Saul de Tarse. Actes 9.10

Je pourrai encore citer bien des exemples, mais en lisant attentivement la Bible, nous trouvons tous ces récits dans lesquels Dieu a révélé ce qu'il convenait de faire, pas uniquement à des prophètes ou des apôtres, mais aussi à des hommes et des femmes ordinaires.

Nous pourrions rappeler les exemples contemporains et ce que nous avons nous mêmes vécu.

Dieu révèle ses desseins par "des paroles de sagesse" sous des formes différentes, soit par des visions, des songes, des anges, ou des prophètes, mais à chaque fois qu'il indique ce qu'il faut faire ou comment le faire, il s'agit d'une communication surnaturelle de sa sagesse.

Notre sagesse humaine ne tient pas la comparaison avec la sagesse qui vient de Dieu et qui se manifeste d'une manière miraculeuse. La sagesse divine peut paraît comme une folie à nos yeux tellement elle est contraire à notre logique.

L'apôtre Paul écrit que le monde, avec sa sagesse, n'a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, 1 Corinthiens 1:21

Et que l'homme avec son intelligence naturelle ne peut pas comprendre les choses que Dieu opère par sa sagesse.

Ce que nous considérons comme des choses insensées ou faibles, venant de Dieu, sont plus sages et plus fortes que tout ce que nous pouvons penser ou produire.

Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes. 1 Corinthiens 1:25

Pour comprendre les choses de Dieu, il nous faut l'aide de l'Esprit de Dieu :

Car l'homme naturel ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c'est spirituellement qu'on en juge. 1 Corinthiens 2:14

Dieu donne la sagesse :

Jacques 1:5 Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée.

Proverbes 2:6 Car l'Eternel donne la sagesse; De sa bouche sortent la connaissance et l'intelligence;

Daniel 1:17 Dieu accorda à ces quatre jeunes gens de la science, de l'intelligence dans toutes les lettres, et de la sagesse; et Daniel expliquait toutes les visions et tous les songes.

Dans bien des domaines notre discernement est limité et parfois nous marchons à tâtons comme des aveugles, ne sachant ce qui réussira ou non, ni qu'elle est la meilleure voie.

Nous devons admettre que nous avons besoin de Dieu pour nous diriger, comme dit le prophète :

Je le sais, ô Eternel! La voie de l'homme n'est pas en son pouvoir; Ce n'est pas à l'homme, quand il marche, A diriger ses pas. Jérémie 10:23

C'est pourquoi, connais la sagesse pour ton âme; Si tu la trouves, il est un avenir, Et ton espérance ne sera pas anéantie. Proverbes 24:14

Le psalmiste priait ainsi :

Eternel! fais-moi connaître tes voies, Enseigne-moi tes sentiers.
Conduis-moi dans ta vérité, et instruis-moi; Car tu es le Dieu de mon salut, Tu es toujours mon espérance Psaume 25.4/5

Et voici ce que Dieu lui répondait :

Je t'instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre; Je te conseillerai, j'aurai le regard sur toi. Psaumes 32:8

"Une parole de sagesse" est un don que le Saint-Esprit manifeste pour nous conseiller, nous instruire, nous diriger, dans les desseins de Dieu.

Nous devrions y être plus attentifs, car même si le Seigneur emploie d'autres formes de révélation ou de direction, ce don est particulièrement adapté à nos besoins.

Nous honorons notre Père céleste, lorsque que prenons ses dons en considération, en y aspirant ardemment, les demandant humblement, mais avec foi par des prières persévérantes et ferventes.

La prière fervente du juste a une grande efficace. Elie était un homme de la même nature que nous: il pria avec instance pour qu'il ne plût point, et il ne tomba point de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois.
Puis il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie, et la terre produisit son fruit.

Nous pouvons observer que ceux à qui Dieu communique ses révélations, marchent dans son intimité, en communion quotidienne avec Lui.

Psaumes 25:14 Le Seigneur confie son secret à ses fidèles, il les instruit des devoirs de l'alliance.

Amos 3:7 Car le Seigneur, l'Eternel, ne fait rien Sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes.

Genèse 18.17/19 Alors l'Eternel dit: Cacherai-je à Abraham ce que je vais faire?...
Abraham deviendra certainement une nation grande et puissante, et en lui seront bénies toutes les nations de la terre.
Car je l'ai choisi, afin qu'il ordonne à ses fils et à sa maison après lui de garder la voie de l'Eternel, en pratiquant la droiture et la justice, et qu'ainsi l'Eternel accomplisse en faveur d'Abraham les promesses qu'il lui a faites...

La parole de Dieu nous instruit souvent de cette relation intime et privilégiée que le Seigneur accorde à ceux qui l'aiment, ainsi qu'Il le dit en Apocalypse :

Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.

Il existe une intimité avec Dieu, comme une grâce excellente qui s'appelle "la communion" et nous comprenons que c'est dans cette situation qu'il accorde ce don inestimable qui nous fait entrer dans ses desseins : Une parole de sagesse.

Si nous sommes en communion avec Lui, nous saurons alors entendre sa voix et nous laisserons conduire par son conseil.

Je bénis l'Eternel, mon conseiller; La nuit même mon cœur m'exhorte. Psaumes 16:7

Admirable est son conseil, et grande est sa sagesse. Esaïe 28:29 ...

Voir aussi : Conduits par Dieu et Intimité avec Dieu

Une parole de connaissance

La connaissance parfaite, infinie, appelée "l'omniscience", appartient à Dieu seul. Même les créatures célestes, les anges et les esprits sont limités dans leur connaissance. Satan lui-même, anciennement "chérubin protecteur", ne connaît pas tout. Il ne peut être que dans un endroit à la fois, et même si sa vitesse de déplacement est plus rapide que celle de la lumière, il est limité dans sa connaissance et dans son action.

Par contre, Dieu voit et connaît parfaitement toutes choses, il sonde nos cœurs et il y discerne nos pensées et nos sentiments. Rien n'échappe à son regard.

Le prophète Jérémie dit à Dieu : Tu sais tout, ô Eternel, Jérémie 15:15

Psaumes 11:4 L'Eternel est dans son saint temple, L'Eternel a son trône dans les cieux; Ses yeux regardent, Ses paupières sondent les fils de l'homme.

Psaume 33.13/15 L'Eternel regarde du haut des cieux, Il voit tous les fils de l'homme; Du lieu de sa demeure il observe Tous les habitants de la terre,
Lui qui forme leur coeur à tous, Qui est attentif à toutes leurs actions.

Le psalmiste David, dans le cantique qu'il a composé pour le chef des chantres, a écrit des strophes merveilleuses qui nous font prendre conscience de la connaissance parfaite, infinie de Dieu, du passé, du présent et de l'avenir :

Psaume 139.1/18

Eternel! tu me sondes et tu me connais,
Tu sais quand je m'assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée;
Tu sais quand je marche et quand je me couche, Et tu pénètres toutes mes voies.
Car la parole n'est pas sur ma langue, Que déjà, ô Eternel! tu la connais entièrement.
Tu m'entoures par derrière et par devant, Et tu mets ta main sur moi.
Une science aussi merveilleuse est au-dessus de ma portée, Elle est trop élevée pour que je puisse la saisir.
Où irais-je loin de ton esprit, Et où fuirais-je loin de ta face?
Si je monte aux cieux, tu y es; Si je me couche au séjour des morts, t'y voilà.
Si je prends les ailes de l'aurore, Et que j'aille habiter à l'extrémité de la mer,
Là aussi ta main me conduira, Et ta droite me saisira.
Si je dis: Au moins les ténèbres me couvriront, La nuit devient lumière autour de moi;
Même les ténèbres ne sont pas obscures pour toi, La nuit brille comme le jour, Et les ténèbres comme la lumière.
C'est toi qui as formé mes reins, Qui m'as tissé dans le sein de ma mère.
Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes oeuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien.
Mon corps n'était point caché devant toi, Lorsque j'ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre.
Quand je n'étais qu'une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m'étaient destinés, Avant qu'aucun d'eux existât.
Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables! Que le nombre en est grand!
Si je les compte, elles sont plus nombreuses que les grains de sable. Je m'éveille, et je suis encore avec toi.

Il est encore plus merveilleux de savoir que l'Eternel veut partager sa connaissance avec les humains que nous sommes. C'est pour cela qu'il accorde par le Saint-Esprit un moyen de communication appelé "une parole de connaissance"

Il ne faut jamais oublier que la source de toute révélation divine est le Saint-Esprit et que nous ne sommes que les récepteurs plus ou moins sensibles.

Le don "une parole de connaissance" est la révélation partielle de ce que Dieu connaît. Elle fonctionne selon le même principe qu'une parole de sagesse, mais elle concerne la connaissance de faits , de circonstances, d'événements ou de personnes.

Une parole de connaissance, c'est lorsque Dieu communique surnaturellement par le Saint-Esprit ce qu'il connaît d'une personne, d'une chose, d'une situation ou d'un fait caché à notre perception naturelle, c'est la vision qu'Il a, lui le Tout-Puissant, le Dieu Très Haut.

Un exemple caractéristique de la manifestation de ce don nous est donné dans l'épisode du sacre de Saül, 1 Samuel 10.20/24 :

Samuel fit approcher toutes les tribus d'Israël, et la tribu de Benjamin fut désignée.
Il fit approcher la tribu de Benjamin par familles, et la famille de Matri fut désignée. Puis Saül, fils de Kis, fut désigné. On le chercha, mais on ne le trouva point.
On consulta de nouveau l'Eternel: Y a-t-il encore un homme qui soit venu ici? Et l'Eternel dit: Voici, il est caché vers les bagages.
On courut le tirer de là, et il se présenta au milieu du peuple. Il les dépassait tous de la tête.
Samuel dit à tout le peuple: Voyez-vous celui que l'Eternel a choisi? Il n'y a personne dans tout le peuple qui soit semblable à lui. Et tout le peuple poussa les cris de: Vive le roi!

Dieu savait où se cachait Saül et il l'a révélé à son prophète.

Dans une autre circonstance, Dieu avait suivi du regard Guéhazi, le serviteur d'Élisée et le Saint-Esprit a montré au prophète ce qui se passait. 2 Rois 5.26

Guéhazi, serviteur d'Elisée, homme de Dieu, se dit en lui-même: Voici, mon maître a ménagé Naaman, ce Syrien, en n'acceptant pas de sa main ce qu'il avait apporté; l'Eternel est vivant! je vais courir après lui, et j'en obtiendrai quelque chose.
Et Guéhazi courut après Naaman. Naaman, le voyant courir après lui, descendit de son char pour aller à sa rencontre, et dit: Tout va-t-il bien?
Il répondit: Tout va bien. Mon maître m'envoie te dire: Voici, il vient d'arriver chez moi deux jeunes gens de la montagne d'Ephraïm, d'entre les fils des prophètes; donne pour eux, je te prie, un talent d'argent et deux vêtements de rechange.
Naaman dit: Consens à prendre deux talents. Il le pressa, et il serra deux talents d'argent dans deux sacs, donna deux habits de rechange, et les fit porter devant Guéhazi par deux de ses serviteurs.
Arrivé à la colline, Guéhazi les prit de leurs mains et les déposa dans la maison, et il renvoya ces gens qui partirent.
Puis il alla se présenter à son maître. Elisée lui dit: D'où viens-tu, Guéhazi? Il répondit: Ton serviteur n'est allé ni d'un côté ni d'un autre.
Mais Elisée lui dit: Mon esprit n'était pas absent, lorsque cet homme a quitté son char pour venir à ta rencontre. Est-ce le temps de prendre de l'argent et de prendre des vêtements, puis des oliviers, des vignes, des brebis, des boeufs, des serviteurs et des servantes?
La lèpre de Naaman s'attachera à toi et à ta postérité pour toujours. Et Guéhazi sortit de la présence d'Elisée avec une lèpre comme la neige.

C'est encore par une parole de connaissance qu'Élisée le prophète avait la révélation de la stratégie que le roi de Syrie élaborait en secret contre Israël. 2 Rois 6.8-12

Le roi de Syrie était en guerre avec Israël, et, dans un conseil qu'il tint avec ses serviteurs, il dit: Mon camp sera dans un tel lieu.
Mais l'homme de Dieu fit dire au roi d'Israël: Garde-toi de passer dans ce lieu, car les Syriens y descendent.
Et le roi d'Israël envoya des gens, pour s'y tenir en observation, vers le lieu que lui avait mentionné et signalé l'homme de Dieu. Cela arriva non pas une fois ni deux fois.
Le roi de Syrie en eut le cœur agité; il appela ses serviteurs, et leur dit: Ne voulez-vous pas me déclarer lequel de nous est pour le roi d'Israël?
L'un de ses serviteurs répondit: Personne! ô roi mon seigneur; mais Elisée, le prophète, qui est en Israël, rapporte au roi d'Israël les paroles que tu prononces dans ta chambre à coucher.

Il y a un récit dans l'Ancien Testament qui définit assez bien ce don de l'Esprit, appelé "une parole de connaissance" :

Nombres 24:2/5

Balaam leva les yeux, et vit Israël campé selon ses tribus. Alors l'esprit de Dieu fut sur lui.Balaam prononça son oracle, et dit:

Parole de Balaam, fils de Beor, Parole de l'homme qui a l'oeil ouvert,
Parole de celui qui entend les paroles de Dieu, De celui qui voit la vision du Tout-Puissant, De celui qui se prosterne et dont les yeux s'ouvrent.Qu'elles sont belles, tes tentes, ô Jacob! Tes demeures, ô Israël

Nombres 24.15/17

Balaam prononça son oracle, et dit: Parole de Balaam, fils de Beor,

Parole de l'homme qui a l'oeil ouvert, Parole de celui qui entend les paroles de Dieu, De celui qui connaît les desseins du Très-Haut, De celui qui voit la vision du Tout-Puissant, De celui qui se prosterne et dont les yeux s'ouvrent.
Je le vois, mais non maintenant, Je le contemple, mais non de près.

L'apôtre Pierre parle de lui comme "un prophète cupide qui, par l'amour d'un gain inique, a perdu la raison ou le bon sens".

... Balaam, fils de Bosor, qui aima le salaire de l'iniquité, mais qui fut repris pour sa transgression: une ânesse muette, faisant entendre une voix d'homme, arrêta la démence du prophète. 2 Pierre 2.15

De plus il mélangeait le culte à l'Eternel avec celui des faux dieux du peuple auquel il appartenait. Il pratiquait les enchantements. On pourrait dire selon une expression connue "Il faisait feu de tout bois", pourvu que cela serve ses intérêts.

Cependant, aussi étonnant que cela puisse paraître, Dieu l'a utilisé en fonction des circonstances, car il faut noter qu'il était appelé par Balac, en vue de maudire Israël.

Mais Dieu est intervenu, une première fois pour l'empêcher de partir, puis, devant son obstination, pour changer la malédiction en bénédiction.

Ne pouvant aller à l'encontre de la volonté de Dieu de bénir Israël, il à quand même donné un conseil pernicieux à Balac, afin de pouvoir recevoir son salaire. Nombres 31. versets 8 et 16. Mais il a reçu son châtiment.

Le jour où il prononcé son oracle Balaam est entré dans la connaissance des desseins de l'Eternel pour Israël :

L'Esprit de Dieu fut sur lui et Balaam prononça son oracle

Et voici comment il perçoit son expérience :

L'homme qui a l'œil ouvert ... qui entend les paroles de Dieu ... qui connaît les desseins de l'Eternel ...

Et surtout : de celui "qui voit la vision" du Tout Puissant

Une parole de connaissance, c'est exactement cela : L'Esprit de Dieu qui vient et ouvre notre esprit pour voir ce que Dieu voit, dans une circonstance particulière, à un moment donné ...

Il est remarquable de constater que lorsque l'on rentre dans la vision de Dieu, dans ce qu'Il voit et montre, les choses prennent une autre dimension, car la connaissance divine ne concerne pas uniquement l'instant présent, mais elle englobe le passé, le présent et l'avenir, formant un tout parfaitement lié.

Les dimensions de Dieu sont infinies et éternelles et lorsqu'il nous introduit dans son espace, alors l'esprit humain vacille, s'enflamme, puis adore :

Parole de celui qui entend les paroles de Dieu, De celui qui voit la vision du Tout-Puissant,

De celui qui se prosterne et dont les yeux s'ouvrent. Nombres 24:4

Les révélations de Dieu ne se limite pas à la simple connaissance des choses, mais à la connaissance de Dieu lui même et à l'adoration.

"Une parole de connaissance", don de l'Esprit, nous fait donc entrer dans la connaissance surnaturelle de l'Eternel, Dieu.

Elle peut être communiquée par des visions, des songes, par des paroles audibles ou tout simplement par l'inspiration du Saint-Esprit à notre esprit.

La manière dont se manifeste "une parole de connaissance" peut être illustrée par l'image suivante : Comme si Dieu nous faisait approcher d'une fenêtre pour découvrir ce qui se passe dans une cour ou un jardin. Nous ne voyons pas tout l'horizon, mais nous découvrons la scène qu'il veut nous montrer.

Le Nouveau Testament rapporte plusieurs interventions divines par "une parole de connaissance" :

Jésus a constamment manifesté ce don qu'il possédait parfaitement, il n'avait pas seulement "une" parole de connaissance" mais LA connaissance divine dans sa plénitude.

Mais Jésus ne se fiait point à eux, parce qu'il les connaissait tous, et parce qu'il n'avait pas besoin qu'on lui rendît témoignage d'aucun homme; car il savait lui-même ce qui était dans l'homme. Jean 2.24-25

Il savait ce qui était dans la pensée des pharisiens Marc 2.8.

Jésus, ayant aussitôt connu par son esprit ce qu'ils pensaient au dedans d'eux, leur dit: Pourquoi avez-vous de telles pensées dans vos cœurs?

Il connaissait Simon Pierre en particulier. Jean 1.42.

Jésus, l'ayant regardé, dit: Tu es Simon, fils de Jonas; tu seras appelé Céphas ce qui signifie Pierre.

Il a vu surnaturellement Nathanaël sous le figuier et il connaissait son cœur. Jean 1.47

Jésus, voyant venir à lui Nathanaël, dit de lui: Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n'y a point de fraude.
D'où me connais-tu? lui dit Nathanaël. Jésus lui répondit: Avant que Philippe t'appelât, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu.
Nathanaël répondit et lui dit: Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël.

Il a révélé à la femme samaritaine qu'il connaissait sa situation maritale. Jean 4.15/19

La femme lui dit: Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n'aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici.
Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici.
La femme répondit: Je n'ai point de mari. Jésus lui dit: Tu as eu raison de dire: Je n'ai point de mari.
Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari. En cela tu as dit vrai.
Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète.

Comme pour Nathanaël, c'est la connaissance surnaturelle du Seigneur qui l'a convaincue de la personnalité de celui qui lui parlait et c'est cela qui a amené les Samaritains à venir entendre Jésus et à croire en Lui.

Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s'en alla dans la ville, et dit aux gens:
Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait; ne serait-ce point le Christ?
Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui. Jean 4.28-30

Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme: Il m'a dit tout ce que j'ai fait.
Aussi, quand les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d'eux. Et il resta là deux jours.
Un beaucoup plus grand nombre crurent à cause de sa parole; et ils disaient à la femme: Ce n'est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons; car nous l'avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu'il est vraiment le Sauveur du monde. Jean4.39-42

Ensuite les apôtres ont également manifesté ce don de l'Esprit Saint:

L'apôtre Pierre à découvert, par une parole de connaissance, le mensonge d'Ananias et de Saphira, . En réalité, ils avaient menti au Saint-Esprit qui connaissait parfaitement la situation et qui l'a révélée à Pierre. Devant cette intervention miraculeuse les gens ont été saisi d'une crainte salutaire afin d'apprendre à respecter les choses de Dieu. Actes 5.1/11

A Lystre, pendant qu'il prêchait, l'apôtre Paul a vu, par le Saint-Esprit que le boiteux avait la foi pour être guéri. Actes 14.9

Les Écritures renferment de nombreux exemples de la manifestation de ce don, qui est encore et heureusement, d'actualité.

J'ai assisté à la l'intervention du Saint-Esprit dans ce domaine et c'est toujours un moment béni où nous glorifions Dieu.

Aujourd'hui, dans certaines églises, des "paroles de connaissance" sont données, à des personnes atteintes de maladies ou d'infirmités et le Seigneur les guérit. Parfois des situations précises sont révélées, touchant le cœur de la personne concernée.

Mais si tous prophétisent, et qu'il survienne quelque non-croyant ou un homme du peuple, il est convaincu par tous, il est jugé par tous, les secrets de son cœur sont dévoilés, de telle sorte que, tombant sur sa face, il adorera Dieu, et publiera que Dieu est réellement au milieu de vous. 1 Cor 14.24/25

Il y a aussi des excès auxquels il faut prendre garde, car il y a forcément une part de la nature humaine qui interfère et peut dénaturer ou diminuer l'efficacité du don. C'est pourquoi il est nécessaire qu'intervienne un autre don : le discernement des esprits.

L'apôtre Paul écrit, au sujet de la prophétie, une chose qui est valable pour toutes les manifestations spirituelles :

N'empêchez pas l'Esprit de vous éclairer : ne méprisez pas les prophéties ; au contraire, examinez toutes choses, retenez ce qui est bon, et gardez–vous de ce qui est mauvais, sous quelque forme que ce soit. (version Le Semeur) 1 Thessaloniciens 5.19/22

Nous remarquons dans l'enseignement du Nouveau Testament concernant la pratique des dons de l'Esprit, qu'ils se manifestent en présence d'autres ministères ou dans les assemblées dans lesquelles d'autres personnes peuvent examiner et juger de la source d'inspiration, pour intervenir et corriger éventuellement les déviations.

La crédibilité des dons spirituels a tout a gagner dans une pratique équilibrée, soumise à l'examen de personnes spirituelles.

Le don "une parole de connaissance" est très utile pour l'édification de l'église, pas seulement dans le domaine de la guérison, de la délivrance, de situations difficiles, d'incertitude pour des choix, mais aussi pour discerner les ruses, les séductions, du malin qui inspire des personnes dans le but de nuire aux assemblées des disciples de Christ ou de s'opposer à la foi de l'Évangile. Actes 5 et Actes13.4 à 12

Barnabas et Saul, envoyés par le Saint-Esprit, descendirent à Séleucie, et de là ils s'embarquèrent pour l'île de Chypre.
Arrivés à Salamine, ils annoncèrent la parole de Dieu dans les synagogues des Juifs. Ils avaient Jean pour aide.
Ayant ensuite traversé toute l'île jusqu'à Paphos, ils trouvèrent un certain magicien, faux prophète juif, nommé Bar-Jésus, qui était avec le proconsul Sergius Paulus, homme intelligent. Ce dernier fit appeler Barnabas et Saul, et manifesta le désir d'entendre la parole de Dieu.
Mais Elymas, le magicien, -car c'est ce que signifie son nom, -leur faisait opposition, cherchant à détourner de la foi le proconsul.
Alors Saul, appelé aussi Paul, rempli du Saint-Esprit, fixa les regards sur lui, et dit: Homme plein de toute espèce de ruse et de fraude, fils du diable, ennemi de toute justice, ne cesseras-tu point de pervertir les voies droites du Seigneur?

Dans ce récit, nous voyons que Paul a non seulement exercé "une parole de connaissance" pour démasquer le faux prophète juif, mais aussi "le don de la foi", l'autorité qui commande au Nom de Jésus à une chose de se produire :

Maintenant voici, la main du Seigneur est sur toi, tu seras aveugle, et pour un temps tu ne verras pas le soleil. Aussitôt l'obscurité et les ténèbres tombèrent sur lui, et il cherchait, en tâtonnant, des personnes pour le guider.
Alors le proconsul, voyant ce qui était arrivé, crut, étant frappé de la doctrine du Seigneur.

C'est à cause de la manifestation miraculeuse de l'Esprit de Dieu, que le proconsul romain a été amené à la foi en Christ.

Nous devrions avoir une plus grande conscience de la nécessité de "paroles de connaissance".

En lisant ce qui le concerne nous voyons combien il devrait avoir une place importante dans nos églises, pour leur édification, mais aussi pour l'évangélisation, comme Jésus l'a manifesté en particulier à Samarie.

Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l'œil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment.
Dieu nous les a révélées par l'Esprit. Car l'Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. 1 Corinthiens 2.9/10

Demandons avec foi et persévérance, au Nom de Jésus, notre Sauveur, que Dieu notre Père céleste nous fasse entrer, par ce don, dans la dimension de sa connaissance, afin de remplir pleinement notre mission de serviteurs et servantes de Christ, dans les églises et en dehors.

Le don de la foi

Dans l'étude : La nature de la foi, je parle de trois sortes de foi :

1. La foi naturelle
2. La foi spirituelle
3. La foi surnaturelle

C'est de cette dernière dont il sera question dans cette étude : le don de la foi. Il y a une foi qui est plus grande que notre foi naturelle ou que la foi spirituelle produite en nous par la parole de Dieu, c'est la foi surnaturelle, la foi de Dieu :

"Le lendemain, après qu'ils furent sortis de Béthanie, Jésus eut faim. Apercevant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s'il y trouverait quelque chose; et, s'en étant approché, il ne trouva que des feuilles, car ce n'était pas la saison des figues. Prenant alors la parole, il lui dit: Que jamais personne ne mange de ton fruit! Et ses disciples l'entendirent... ...Le matin, en passant, les disciples virent le figuier séché jusqu'aux racines. Pierre, se rappelant ce qui s'était passé, dit à Jésus: Rabbi, regarde, le figuier que tu as maudit a séché. Jésus prit la parole, et leur dit: Ayez foi en Dieu. Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne: Ôte-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir." Marc 11:22.

En lisant ce dernier verset nous remarquons que Jésus a parlé d'une foi différente qui entre dans une action d'autorité, de commandement. Jésus prit la parole, et leur dit:

"Ayez foi en Dieu. Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne: Ôte-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir."

Certaines versions et le contexte nous font comprendre qu'il s'agit d'avoir "la foi de Dieu ": "Ayez la foi de Dieu" (Nouvelle Bible Segond).

Si nous suivons bien le récit de l'événement rapporté au chapitre 11 de Marc, il est clair que Jésus, se trouvant devant le figuier sans fruit, a prononcé une parole d'autorité, un commandement donné avec l'autorité de la foi.

"Prenant alors la parole, il lui dit: Que jamais personne ne mange de ton fruit! Et ses disciples l'entendirent." Marc 11:14.

"Le matin, en passant, les disciples virent le figuier séché jusqu'aux racines. Pierre, se rappelant ce qui s'était passé, dit à Jésus: Rabbi, regarde, le figuier que tu as maudit a séché."

Jésus leur a donné une leçon de chose, en ce qui concerne une nouvelle façon d'agir avec l'autorité de la foi.

"Prenant la parole, et leur dit: Ayez foi en Dieu, (ou "Ayez la foi de Dieu"). Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne: Ôte-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir." Marc 11:22.

Dieu parle avec autorité :

Psaumes 33:9 "Car il dit, et la chose arrive; Il ordonne, et elle existe".

Dieu ne doute pas un seul instant de l'accomplissement de ce qu'il ordonne. D'après ce que je comprends des Écritures au sujet de la foi, il existe une foi qui est véritablement communiquée par le Saint-Esprit, c'est une foi surnaturelle qui est de nature divine :

"Alors Saul, appelé aussi Paul, rempli du Saint-Esprit, fixa les regards sur lui, et dit: : Homme plein de toute espèce de ruse et de fraude, fils du diable, ennemi de toute justice, ne cesseras-tu point de pervertir les voies droites du Seigneur? Maintenant voici, la main du Seigneur est sur toi, tu seras aveugle, et pour un temps tu ne verras pas le soleil. Aussitôt l'obscurité et les ténèbres tombèrent sur lui, et il cherchait, en tâtonnant, des personnes pour le guider." Actes 13:9-11.

Lorsque l'apôtre Paul a donné cette parole, il a été rempli du Saint-Esprit à cet instant et c'est par le Saint-Esprit qu'il a été revêtu d'autorité pour prononcer un jugement contre Elymas. Le don de la foi, c'est à un moment précis et dans une circonstance particulière, la communication de l'autorité de Dieu, par l'Esprit de Dieu.

C'est le don de la foi

"Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. En effet, à l'un est donnée par l'Esprit une parole de sagesse; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit; à un autre, la foi, par le même Esprit;" 1 Corinthiens 12.7-9.

C'est la foi de Dieu communiquée par l'Esprit de Dieu, que nous pourrions appeler "une parole de foi", car elle consiste à prononcer une parole, un ordre, un commandement avec autorité. C'est l'autorité de Dieu dont est revêtue, par le Saint-Esprit, la personne qui va l'exercer à un moment donné, dans une situation déterminée. C'est la foi qui ordonne, elle commande. Celui qui la possède parle avec autorité, sans douter, car son attitude lui est communiquée par Dieu lui-même. C'est "le don de la foi" de 1 Corinthiens 12:9, accordé par le Saint-Esprit, selon sa volonté pour manifester une œuvre de Dieu, à la gloire de Dieu.

Le don de la foi nous fait entrer dans la dimension même de Dieu : c'est un autre aspect de la foi : parler, commander avec autorité, prendre l'autorité sur la situation, la maladie ou les démons. Voici une pratique de la foi que nous connaissons peu ou mal : Nous avons au Nom de Jésus le pouvoir de donner des ordres en son Nom. Nous entrons ici dans un domaine peu ou mal pratiqué : donner des ordres au Nom du Seigneur Jésus-Christ.

Pour donner cette parole d'autorité absolue, incontestable, il faut être au moment même, rempli du Saint-Esprit. C'est exercer le don de l'Esprit, cité en 1 Corinthiens 12:9 "... à un autre, la foi, par le même Esprit".

Jésus pratiquait la foi qui commande avec autorité en chassant les démons par le doigt de Dieu : Luc 11:20 - Il leur commande avec l'autorité de Dieu.

"Tous furent saisis de stupéfaction, de sorte qu'ils se demandaient les uns aux autres: Qu'est-ce que ceci? Une nouvelle doctrine! Il commande avec autorité même aux esprits impurs, et ils lui obéissent!" Marc 1:27.

En menaçant la fièvre qui rendait malade la belle-mère de Pierre, en maudissant un figuier, en ordonnant au vent et à la mer de se calmer, en ordonnant aux oreilles et à la langue d'un sourd muet de s'ouvrir, au paralytique de se lever et d'emporter son lit, aux morts de revivre, etc.

Les apôtres ont aussi pratiqué ce genre de foi.

- Pierre et Jean, avec le boiteux à la porte du temple : Actes 3,
- Pierre avec Énée le paralytique, puis avec Dorcas qui ressuscita : Actes 9,
- l'apôtre Paul avec Elymas le magicien et avec le boiteux qui l'écoutait prêcher : Actes 14.9,
- Paul, encore, avec la servante possédée d'un esprit de divination : Actes 16.18.

Nous ne sommes pas toujours à l'aise dans ce domaine : commander au Nom du Seigneur.

Il est écrit :

"Au Nom de Jésus, tout genoux fléchit, c'est à dire tout obéit." Philippiens 2:9-10.

Jésus donnait des ordres aussi bien à des éléments naturels, qu'à un animal, à un figuier, ou à un démon ou même une maladie. Dernièrement, je devais prêcher dans une réunion sur la guérison divine. Dès le lundi qui précédait ce dimanche j'ai commencé à être malade. D'abord une forte toux, puis des maux de ventre, puis des courbatures, des maux de tête. Cela tournait en rond dans mon corps et je commençais à être sérieusement abattu. Alors je me suis posé la question : "les virus obéissent-ils au Nom de Jésus ?" Bien sûr je connaissais la réponse. Alors, j'ai ordonné : "Virus, je ne connais pas votre nom, mais quittez mon corps au Nom de Jésus !" Aussitôt je me suis senti mieux et le dimanche j'ai pu prêcher au culte et à la réunion de l'après midi. J'étais en pleine forme. Même les virus obéissent au Nom de Jésus. Il suffit de leur donner en son Nom l'ordre de partir.

Le don de la foi, que l'on pourrait encore appelé "une parole d'autorité" est indispensable pour chasser les démons. Jésus et ses disciples parlait avec autorité aux mauvais esprits et ils sortaient des gens qu'ils tourmentaient.

Dans l'Ancien Testament nous voyons aussi des exemples de cette foi qui commande avec autorité.

Moïse devait parler au rocher, mais il douta,
Josué commanda au soleil et à la lune de stopper leur course dans le ciel et les choses s'accomplirent ainsi,
Élisée prononça une parole de malédiction sur des jeunes gens qui s'étaient moqué de lui,
A la parole d'Élie le feu descendit du ciel et consuma l'Holocauste.

Une parole, un ordre, prononcé avec foi, dans le Nom de Jésus, fait intervenir la puissance et l'autorité du Seigneur selon ce qu'il a dit lui-même :

Ayez la foi de Dieu

"Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne: Ôte-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir." Marc 11.22-23

Voici une parole sans équivoque, concernant l'autorité d'un ordre donné avec foi : "Il le verra s'accomplir". Jésus souligne "s'il ne doute point en son cœur" et encore "s'il croit que ce qu'il dit arrive". Il ne s'agit pas d'une conviction habituelle qui prend sa source dans la Parole écrite de Dieu, mais d'une certitude intérieure qui prend forme dans notre esprit par l'intervention du Saint-Esprit. Nous ne pouvons pas très bien en expliquer le processus, sinon qu'il s'agit d'un état intérieur particulier dans lequel nous sommes conscients que nous pouvons commander à une chose de se produire, sans que rien ne résiste à cet ordre. Nous croyons alors avec une entière conviction que ce que nous ordonnons va se produire. Cette conviction est produite directement par le saint-Esprit, elle n'est pas le résultat d'un effort particulier de notre part, elle vient et prend place en nous surnaturellement, c'est le don du Saint-Esprit.

En lisant les Écritures, nous constatons que cette foi surnaturelle a été déterminante dans de nombreuses circonstances, aussi bien dans l'Ancien Testament, avec Moïse, Josué et beaucoup d'autres, que dans l'Église d'hier et d'aujourd'hui. Le don de la foi peut être placé parmi "les dons les meilleurs", auxquels l'apôtre Paul nous exhorte à aspirer avec ardeur : 1 Cor:12-31.

"Désirez avec ardeur les dons spirituels" 1 Corinthiens 12.7-11 (version Darby).

Le don d'opérer des miracles

Les miracles sont des actes de puissance, prodiges et signes. Des actes éclatants selon la racine du mot hébreu : "mowpheth", dans le sens de "manifestation éclatante", de prodige, de merveille. Le Nouveau Testament désigne les miracles par les termes de dunameis, "puissances", terata "prodiges, actes étonnants", semeia, "signes" : Actes 2:22. Dans la Bible, les miracles sont des interventions surnaturelles de Dieu qui apportent la révélation de sa présence, de sa puissance et de sa gloire.

Il est écrit du miracle que Jésus a accompli en changeant l'au en vin, aux noces de Cana :

"Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui." Jean 2:11.

En fait, le but des miracles, c'est de glorifier Dieu et le Seigneur Jésus-Christ, de convaincre ceux qui en sont témoins afin de les amener à croire. Ils attestent ainsi la grandeur, la sagesse, la bonté et la puissance de Dieu et confirment la Parole qu'il envoie par ses messagers. Enfin, Dieu opère également ses miracles pour secourir, et délivrer ceux qui l'invoquent en cherchant leur secours auprès de Lui. L'Éternel a souvent secouru et délivré Israël par de puissants et étonnants miracles. Nous pouvons lire les récits de ceux qu'Il opéra en Égypte par Moïse, puis durant les quarante années dans le désert, en faveur de son peuple. Les miracles accomplis par Moïse sont des signes de la souveraineté du Dieu qui commande au Pharaon comme à Israël : Exode 4:5; 8-9.

Chacune des dix plaies est un message de Dieu à Pharaon et à son peuple

"Les Égyptiens sauront que je suis l'Éternel, lorsque j'étendrai ma main sur l'Égypte". Exode 7:5.

Les miracles de l'ouverture d'un passage dans la mer, l'assainissement de l'eau de Mara, l'envoi de la manne, l'eau jaillissant du rocher brisé, les cailles dans le désert, etc. prouvent à Israël qu'ils ont un Dieu qui est vivant, puissant et bon qui les accompagne constamment et qui est capable de subvenir à leurs besoins. Plus tard, lorsque les Israélites firent la conquête du Pays de Canaan et s'y établirent, le Seigneur a continué de manifester sa présence et sa puissance, par des miracles, au temps de Josué, des juges, des prophètes et des rois d'Israël. Nous sommes émerveillés par les miracles que Dieu a accomplis par ses envoyés Élie et Élisée.

Les Évangiles et les Actes des apôtres relatent abondamment les nombreux miracles accomplis par Jésus et après lui par ses disciples. Les miracles que Jésus a faits devaient attester au peuple d'Israël qu'il était le Messie que Dieu leur envoyait. Le Sauveur a non seulement enseigné, il a agi sur la nature et délivré les hommes de leurs maladies physiques ou morales, par ses interventions miraculeuses. Il y a un rapport étroit entre les déclarations de Jésus et ses actes, comme une attestation par des oeuvres évidentes de la réalité spirituelle de son enseignement. Aussitôt après avoir dit: "Je suis la lumière du monde", il guérit l'aveugle-né : Jean 8:12; 9:5-7. Ayant déclaré: "Je suis la résurrection et la vie", il fait sortir Lazare du tombeau : Jean 11:25,43. Tout son discours sur le pain de vie est un commentaire de la multiplication des pains : Jean 6:11,26-58. C'est après avoir guéri un homme malade depuis 38 ans que Jésus s'écrie:

"Mon Père agit jusqu'à présent; moi aussi, j'agis... tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement" Jean 5:5-19).

On peut dire que les miracles ont toujours un but spirituel et que Jésus a délibérément refusé d'accomplir des prodiges qui ne remplissaient pas cette condition : Matthieu 4:3-7; 12:38-40. Les miracles (les signes) font partie de la mission donnée par Jésus d'annoncer la Bonne Nouvelle, car ils confirment la Parole du Seigneur : Marc 16:16-20. Ils attestaient la mission de ses disciples comme "ses envoyés", ceux qui viennent en son Nom, de sa part.

"Allez, prêchez, et dites: Le royaume des cieux est proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons." Matthieu 10:7,8.

"Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé." Matthieu 10:40.

Après l'ascension de Jésus, le Saint-Esprit a accordé à ses serviteurs le dons d'accomplir des miracles et des prodiges, afin de glorifier Jésus et de confirmer la prédication de l'Évangile : Jean 14:12; 15:26,27; 16:13-15. C'est par l'accomplissement de miracles que des hommes, des femmes, des familles, des villes et même des régions entières ont cru et reçu la Parole de Dieu : Actes 9:32-43; Actes 16:34; 19:11-20. C'est ainsi que la parole du Seigneur croissait en puissance et en force.

Les miracles, manifestation de la puissance et de l'intervention de Dieu, sont là pour interpeller les hommes et les aider à croire.

"Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu'elles apprirent et virent les miracles qu'il faisait." Actes 8:6.

Après avoir donné des signes éclatants de sa nature et de sa mission divine, Jésus déclare à ses interlocuteurs qu'ils devraient croire à cause de ses oeuvres mêmes : Jean 10:25,37,38. Il affirme qu'elles attestent suffisamment son autorité, et fait des reproches à ceux qui n'en acceptent pas le témoignage :

"Jean, ayant entendu parler dans sa prison des oeuvres du Christ, lui fit dire par ses disciples: Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? Jésus leur répondit: Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres." Matthieu 11:2-5.

Toutefois, les miracles n'amènent pas toujours à la foi et peuvent être pour certains une occasion de chute :

"Quand le sabbat fut venu, il se mit à enseigner dans la synagogue. Beaucoup de gens qui l'entendirent étaient étonnés et disaient: D'où lui viennent ces choses? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et comment de tels miracles se font-ils par ses mains ? N'est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joses, de Jude et de Simon? et ses sœurs ne sont-elles pas ici parmi nous? Et il était pour eux une occasion de chute." Marc 6:2-3.

"Car le cœur de ce peuple est devenu insensible; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, Qu'ils ne comprennent de leur cœur, Qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse." Matthieu 13:15.

"Malgré tant de miracles qu'il avait faits en leur présence, ils ne croyaient pas en lui, afin que s'accomplît la parole qu'Esaïe, le prophète, a prononcée: Seigneur, Qui a cru à notre prédication? Et à qui le bras du Seigneur a-t-il été révélé? Aussi ne pouvaient-ils croire, parce qu'Esaïe a dit encore: Il a aveuglé leurs yeux; et il a endurci leur cœur, De peur qu'ils ne voient des yeux, Qu'ils ne comprennent du cœur, Qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse." Jean 12:37-40.

Il peut y avoir également une recherche des miracles qui procède de la chair et non de la foi. A ces gens-là, Jésus déclare sur un ton de reproche:

"Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croyez point". Jean 4:48.

En réalité, ce sont ceux qui croient ou sont prêts à croire qui voient les miracles et en retirent un bénéfice spirituel:

"Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu." Jean 11:11-40; Mat. 9:29.

Tandis qu'au milieu de l'incrédulité, le Seigneur n'accomplit aucun miracle : Matthieu 13:54,58.

Le temps des miracles

N'entrons pas, ici dans la discussion avec ceux qui disent que les miracles n'on lieu qu'à certaines époques particulières dans lesquelles Dieu interviendrait spécialement et qu'après "la manne cesse". Cependant nous voyons que des années après l'entrée d'Israël dans le pays que l'Éternel a donné à son peuple, les miracles ont continué de se produire, sous des formes différentes, en fonction des besoins et des circonstances.

Dieu est le Dieu des miracles, il ne change pas, il n'y a en lui aucune ombre de variation. Le Seigneur Jésus-Christ est toujours le même et il a promis que le Saint-Esprit que le Père enverrait en son nom, serait accordé non seulement aux premiers disciples, mais à tous ceux qui se repentent et se convertissent au Seigneur :

"Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera." Actes 2:38,39.

Or le Saint-Esprit est toujours le même Esprit de Dieu, qui agit en réponse à la foi dans notre cœur, mais aussi par ses dons puissants. Il n'est écrit nulle part qu'Il cesserait d'accorder ses dons surnaturels, et parmi eux "le don d'opérer des miracles.

"Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. En effet, à l'un est donnée par l'Esprit une parole de sagesse; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit; à un autre, la foi, par le même Esprit; à un autre, le don des guérisons, par le même Esprit; à un autre, le don d'opérer des miracles; à un autre, la prophétie; à un autre, le discernement des esprits; à un autre, la diversité des langues; à un autre, l'interprétation des langues. Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut." 1Corinthiens 1:7-11.

Nous avons toujours besoin des miracles de Dieu, ils sont toujours utiles, pour confirmer la Bonne Nouvelle de Christ, pour convaincre ceux qui entendent, mais aussi pour secourir ceux qui ont cru et pour glorifier le Seigneur, comme le disait l'apôtre Pierre à la foule étonnée :

"Le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, que vous avez livré et renié devant Pilate, qui était d'avis qu'on le relâchât." Actes 3:13.

Rappelons-nous que les miracles sont des signes qui accompagnent ceux qui croient et confirment la Parole du Seigneur, partout où elle est annoncée, jusqu'à la fin du monde.

"Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s'assit à la droite de Dieu. Et ils s'en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l'accompagnaient." Marc 16:17-20.

"Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde." Matthieu 28:19-20.

Aujourd'hui, c'est toujours le temps des miracles, mais est-ce encore le temps de la foi ?

"Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard? Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?" Luc 18:7-8.

Le don d'opérer des miracles

C'est le pouvoir accordé par le Saint-Esprit d'accomplir des actes puissants et surnaturels, telles que ceux que Jésus a fait et a dit que feraient aussi ceux qui croiraient en Lui.

"En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père;" Jean 14:12.

Dieu accorde le don, ou pouvoir, d'opérer des miracles, au Nom de son Fils Jésus et par son Esprit. Nous sommes toujours hésitants dans ce domaine. Nous sommes plus à l'aise dans les dons exprimés par des paroles. Cependant, si nous considérons la puissance de Dieu, nous devrions pouvoir nous attendre à la manifestation de ses oeuvres miraculeuses. Nous avons besoin d'entrer par la foi dans cette partie du royaume de Dieu, pour une simple raison exprimée par l'apôtre Paul :

"Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance." 1 Corinthiens 4:20.

"Les preuves de mon apostolat ont éclaté au milieu de vous par une patience à toute épreuve, par des signes, des prodiges et des miracles." 2 Corinthiens 12:12.

Si nous observons les miracles accomplis par Jésus et les premiers disciples, nous découvrons qu'ils s'opèrent souvent en association avec d'autres dons, comme une parole de connaissance et le don de la foi. En réalité, c'est Dieu par les mains ou l'intermédiaire de ses serviteurs, que Dieu fait des miracles :

"Et ils s'en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l'accompagnaient." Marc 16:20.

"La crainte s'emparait de chacun, et il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les apôtres." Actes 2:43.

"Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres." Actes 5:12.

Ils avaient prié pour cela : Actes 4:29-30.

Lisons encore ces passages qui produisent en nous le désir de voir le Seigneur à l'œuvre :

"Ils restèrent cependant assez longtemps à Icone, parlant avec assurance, appuyés sur le Seigneur, qui rendait témoignage à la parole de sa grâce et permettait qu'il se fît par leurs mains des prodiges et des miracles." Actes 14:3.

"Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu'on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient." Actes 19.11-12.

Certains nous disent que le diable fait aussi des miracles. Nous le savons, mais nous savons aussi qu'il y a des limites à son pouvoir.

Lorsque les magiciens d'Égypte s'opposaient à Moïse en imitant certains des miracles divins, il ne purent aller au delà de leur troisième tentative. Confondus par la puissance de Dieu, ils durent admettre leur impuissance et reconnaître "le doigt de Dieu". De plus, il y a dans les dons du Saint-Esprit "le don du discernement des esprits", qui permet de connaître l'origine des manifestations surnaturelles

Lorsque nous plaçons notre confiance en Dieu et que nous agissons honnêtement au Nom du Seigneur Jésus-Christ, le Saint-Esprit qui se tient là, avec nous et en nous, ne permet pas que nous soyons abusés par les ruses du malin. Toutes sortes d'arguments sont utilisés par ceux qui refusent l'évidence et la nécessité des miracles pour l'Église aujourd'hui, mais ce sont les arguments de leur incrédulité. Les pharisiens accusaient aussi Jésus de chasser les démons et de faire des miracles par la puissance de Belzébul, le prince des démons. Et nous savons ce que le Seigneur leur a répondu. N'écoutons pas les détracteurs, les incrédules et les gens religieux qui refusent les dons de grâces et de puissance du Seigneur. Croyons seulement que les miracles divins existent et sont possibles, pour nous maintenant. Recherchons les auprès du Seigneur avec détermination, ferveur et une pleine confiance en la fidélité de notre Père céleste, comme le dit Jésus :

"Et moi, je vous dis: Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l'on ouvre à celui qui frappe. Quel est parmi vous le père qui donnera une pierre à son fils, s'il lui demande du pain? Ou, s'il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu d'un poisson? Ou, s'il demande un oeuf, lui donnera-t-il un scorpion? Si donc, méchants comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent." Luc 11:9-13.

Pour conclure, nous observons que tous n'ont pas le don d'opérer des miracles.

"Tous sont-ils apôtres? Tous sont-ils prophètes? Tous sont-ils docteurs? Tous ont-ils le don des miracles ?" 1 Corinthiens 12:29.

Le don d'opérer des miracles se remarque particulièrement dans les ministères d'apôtres et d'évangélistes :

"Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres. Ils se tenaient tous ensemble au portique de Salomon, et aucun des autres n'osait se joindre à eux; mais le peuple les louait hautement." Actes 5:12-13.

"Etienne, plein de grâce et de puissance, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple." Actes 6:8.

"Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu'elles apprirent et virent les miracles qu'il faisait." Actes 8:6.

"Toute l'assemblée garda le silence, et l'on écouta Barnabas et Paul, qui racontèrent tous les miracles et les prodiges que Dieu avait faits par eux au milieu des païens." Actes 15:12.

"Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul," Actes 19:11.

"J'ai donc sujet de me glorifier en Jésus-Christ, pour ce qui regarde les choses de Dieu. Car je n'oserais mentionner aucune chose que Christ n'ait pas faite par moi pour amener les païens à l'obéissance, par la parole et par les actes, par la puissance des miracles et des prodiges, par la puissance de l'Esprit de Dieu, en sorte que, depuis Jérusalem et les pays voisins jusqu'en Illyrie, j'ai abondamment répandu l'Évangile de Christ." Romains 15:17-19.

"Les preuves de mon apostolat ont éclaté au milieu de vous par une patience à toute épreuve, par des signes, des prodiges et des miracles." 2 Corinthiens 12:12.

"Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint-Esprit distribués selon sa volonté." Hébreux 2:4.

En citant ces passages, je ne veux pas dire que Dieu n'opère des miracles que par l'intermédiaire de ces ministères, mais "le don d'opérer des miracles" leur est accordé en particulier. Il faut peut être distinguer, comme pour d'autres dons spirituels, le fait que les miracles peuvent se produire indépendamment des ministères sans qu'il s'agisse "du don". L'apôtre Paul écrit aux disciples de Galatie, que le Seigneur opère des miracles sur la base de la foi :

"Celui qui vous accorde l'Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les oeuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ?" Galates 3:5.

Dieu peut répondre à votre foi et opérer un miracle en votre faveur, lorsque cela est nécessaire, même sans l'intermédiaire d'un apôtre ou d'un autre ministère. Il ne s'agira pas là du don des miracles, mais de la manifestation du secours de Dieu dans uns situation particulière.

"Et que dirai-je encore? Car le temps me manquerait pour parler de Gédéon, de Barak, de Samson, de Jephthé, de David, de Samuel, et des prophètes, qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l'épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères. Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection ..." Hébreux 11:32-35.

Que le Seigneur augmente et affermisse notre foi, afin que la puissance de son Esprit se manifeste et que nous voyons la gloire de Christ parmi nous.

Le don des guérisons

La Bible, Parole écrite et inspirée de Dieu, fait souvent mention de guérisons opérées par le Seigneur, soit directement par lui ou par l'intermédiaire de ses serviteurs. La guérison est un bienfait dont le but est de secourir, de consoler, de restaurer ceux qui sont éprouvés par la maladie en montrant aux hommes que celui qui les guérit est aussi celui qui pardonne leurs péchés et les sauve : Luc 5:24. Nous pouvons affirmer que la guérison est le fruit de la compassion de Dieu et de son désir de faire du bien : Actes 10:38.

Dans l'épître de l'apôtre Paul aux Corinthiens, où se trouve mentionné le don des guérisons, certaines versions traduisent "le don des guérisons", comme ci-dessus, d'autres "les dons de guérir". 1 Corinthiens 12:9.

La Bible en français courant dit :

"Ce seul et même Esprit donne ... à un autre le pouvoir de guérir les malades."

En fait, en observant attentivement comment se manifestent les dons spirituels, nous pouvons dire qu'il s'agit de "pouvoir" que le Saint-Esprit accorde, pour exercer ces différents dons, dans les domaines de la sagesse et de la connaissance divines, de la foi, des miracles, de la guérison, de la prophétie, du discernement, des langues et de leur interprétation. Joseph avait le don d'une parole de connaissance et il dit qu'il avait "le pouvoir de deviner".

"Joseph leur dit: Quelle action avez-vous faite? Ne savez-vous pas qu'un homme comme moi a le pouvoir de deviner?" Genèse 44:15.

Le pouvoir que Dieu accorde c'est à la fois l'autorité et la puissance, pour accomplir ses oeuvres. Avant d'être manifesté en chair, Christ était revêtu d'autorité, de puissance et de gloire.

"Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui." Colossiens 1:16-17.

Lorsqu'il est venu en chair, il a paru comme un simple homme, s'étant dépouillé de sa gloire.

"Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix." Philippiens 2.5-8.

Mais Dieu l'a oint d'Esprit-Saint et de force pour accomplir ses oeuvres.

"L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur." Luc 4:18.

"vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l'empire du diable, car Dieu était avec lui." Actes 10:38.

Jésus, le fils de l'homme, a reçu de son Père l'autorité et la puissance

"Toutes choses m'ont été données par mon Père ..." Luc 10:22.

"Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre." Matthieu 28:18.

Il a exercé tout le pouvoir dans de nombreux domaines, entre autres pardonner les péchés, chasser les démons et guérir les malades.

"Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés: Je te l'ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison." Luc 5:24.

Puis le Seigneur a accordé à ses disciples le pouvoir : l'autorité et la puissance pour accomplir ses oeuvres :

"En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père;" Jean 14:12.

"... je dispose du royaume en votre faveur, comme mon Père en a disposé en ma faveur," Luc 22:29.

"Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis, et il l'a répandu, comme vous le voyez et l'entendez." Actes 2:33.

Les douze apôtres avaient reçu de Jésus le pouvoir de chasser les démons et de guérir les malades.

"Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité." Matthieu 10:1.

Les 70 disciples avaient reçu le pouvoir de dominer sur toute la puissance de l'ennemi, le diable :

"Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l'ennemi; et rien ne pourra vous nuire." Luc 10:19.

L'autorité et la puissance, ainsi que tous les privilèges du royaume de Dieu, sont accordés à l'Église sur la terre, jusqu'au retour du Seigneur :

"Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde." Matthieu 28:20.

"Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris." Marc 16.17-18.

Le pouvoir de guérir les malades

Nous remarquons que souvent, plusieurs dons sont associés dans une même action. Par exemple, lorsque Pierre et Jean ordonne au boiteux de se lever, dans Actes 3, Pierre donne d'abord l'ordre au Nom de Jésus, puis ensuite il le prend par la main et le fait lever. Le don de la foi opère par la parole de Pierre et le don de guérison agit par le toucher. Il faut considérer que Dieu guérit de plusieurs manières : en réponse à la prière, par l'imposition des mains ou l'onction d'huile, par le don de guérison, mais il semble que le don de guérir se manifeste par le toucher.

"En quelque lieu qu'il arrivât, dans les villages, dans les villes ou dans les campagnes, on mettait les malades sur les places publiques, et on le priait de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le touchaient étaient guéris." Marc 6:56.

Le don de guérison est cité parmi les dons spirituels accordés par le Saint-Esprit, à des personnes en particulier, pour l'utilité commune et pour l'édification de ceux qui croient : 1 Corinthiens 12:9; 14:12.

"Et Dieu a établi dans l'Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues." 1 Corinthiens 12:28.

En 1 Cor. 12:9 il est question "du don des guérisons" et au verset 28 "des dons de guérir". Il s'agit dans un cas comme dans l'autre du pouvoir spirituel que le Seigneur accorde par le Saint-Esprit pour la guérison de ceux qui sont atteints de différentes maladies ou infirmités.

"Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité." Matthieu 9:35.

"Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité." Matthieu 10:1.

La guérison fait partie des bénédictions que l'Éternel, dans son amour et sa bonté, accorde comme une grâce avec son salut, par le Seigneur Jésus-Christ. Le don, ou pouvoir de guérir est pleinement manifesté dans le ministère de Jésus, des apôtres et des évangélistes.

C'est ce don qui agit lorsque des personnes touchent les vêtements de Jésus et sont guéries ou lorsqu'il leur impose les mains.

"Ayant entendu parler de Jésus, elle vint dans la foule par derrière, et toucha son vêtement. Car elle disait: Si je puis seulement toucher ses vêtements, je serai guérie. Au même instant la perte de sang s'arrêta, et elle sentit dans son corps qu'elle était guérie de son mal." Marc 5.27-29.

"En quelque lieu qu'il arrivât, dans les villages, dans les villes ou dans les campagnes, on mettait les malades sur les places publiques, et on le priait de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le touchaient étaient guéris." Marc 6:56.

"Après le coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d'eux, et il les guérit." Luc 4:40.

C'est ce même don qui est manifesté :

Lorsque l'ombre de Pierre couvre les malades

"Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s'augmentait de plus en plus; en sorte qu'on apportait les malades dans les rues et qu'on les plaçait sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrît quelqu'un d'eux. La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs; et tous étaient guéris." Actes 5.14-16.

Quand des gens touchent les linges qui avaient été en contact avec le corps de Paul

"Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu'on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient." Actes 19.11-12.

De même lorsque l'imposition des mains est pratiquée sur les malades.

"Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie; Paul, s'étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit. Là-dessus, vinrent les autres malades de l'île, et ils furent guéris." Actes 28.8-9.

Qui peut exercer le don ou le pouvoir de guérir les malades ?

Lorsque nous observons ce qu'il en est dit dans les Écritures, nous remarquons qu'il s'agit d'un don accordé par le Saint-Esprit, dans le corps de Christ pour l'utilité commune et selon la volonté de l'Esprit-Saint.

"Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut. Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Christ." 1 Corinthiens 12:7,11,12.

Il est donné par Dieu dans l'Église

1 Corinthiens 12:28 "Et Dieu a établi dans l'Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues."

Il n'est pas accordé à tous, mais comme pour les autres dons, seulement à ceux que Dieu établit pour cela :

"Tous sont-ils apôtres? Tous sont-ils prophètes? Tous sont-ils docteurs? Tous ont-ils le don des miracles? Tous ont-ils le don des guérisons? ..."

Nous sommes exhortés à aspirer aux dons spirituels, mais c'est Dieu qui décide de les accorder à qui il veut en fonction de son utilité.

"Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint-Esprit distribués selon sa volonté." Hébreux 2:4.

Nous remarquons aussi que le don ou pouvoir de guérir les malades accompagne particulièrement différents ministères accordés à l'Église par son Chef, Christ :

Les apôtres

"Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres ... La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs; et tous étaient guéris." Actes 5.12-16.

Les évangélistes

"Philippe, étant descendu dans la ville de Samarie, y prêcha le Christ. Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu'elles apprirent et virent les miracles qu'il faisait. Car des esprits impurs sortirent de plusieurs démoniaques, en poussant de grands cris, et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris." Actes 8.5-7.

Ceux qui prêchent l'Évangile

"Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris." Marc 16:15-18.

On ne peut pas dire que le don de guérison fait partie du ministère des anciens, mais il est possible qu'il le soit. La forme de guérison qu'ils pratiquent étant généralement celle de la prière de la foi accompagnée de l'onction d'huile ! Jacques 5:14-15.

Dans le Nouveau Testament, il n'y a pas d'exemple de prophètes dont le ministère inclut le don de guérison. Les prophètes de l'Ancien Testament n'ont pas manifesté ce don, même si des malades ont été guéris lors de certaines de leurs interventions. D'ailleurs, la guérison des malades, dans le Nouveau Testament, c'est-à-dire la Nouvelle Alliance, est accordée sur d'autres bases :

Pour Israël il s'agissait d'une promesse liée à l'obéissance du peuple à la loi de Moïse :

Exode 15.25-26 "Moïse cria à l'Éternel; et l'Éternel lui indiqua un bois, qu'il jeta dans l'eau. Et l'eau devint douce.

"Ce fut là que l'Éternel donna au peuple des lois et des ordonnances, et ce fut là qu'il le mit à l'épreuve. Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l'Éternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l'oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d'aucune des maladies dont j'ai frappé les Égyptiens; car je suis l'Éternel, qui te guérit." Deutéronome 7:12-15;28:2ss.

Tandis que sous la Nouvelle Alliance, la guérison fait partie de la grâce divine en Jésus-Christ, sur la base du son sacrifice rédempteur et elle est accordée par la foi en Lui.

"Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris." Esaïe 53:5.

"Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple. Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui amenait tous ceux qui souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des lunatiques, des paralytiques; et il les guérissait." Matthieu 4.23-24.

"C'est par la foi en son nom que son nom a raffermi celui que vous voyez et connaissez; c'est la foi en lui qui a donné à cet homme cette entière guérison, en présence de vous tous." Actes 3:16.

Nous pouvons conclure que le don de guérison est un don de grâce, qui ne se mérite pas. Il est accordé par faveur dans le but de secourir ceux qui sont malades, de manifester la bonté, la compassion et la puissance de Dieu, de témoigner de la gloire du Seigneur Jésus-Christ ressuscité et de confirmer la prédication de l'Évangile. Il est donc d'un grand intérêt pour l'Église, car il fait partie des choses que le Seigneur lui accorde pour son édification, sa croissance et sa mission dans monde.

Seigneur Dieu, notre Père céleste, étends ta main afin qu'au Nom de Jésus-Christ, ton Fils, il se fasse des guérisons par les mains de tes serviteurs. Glorifie toi et glorifie Jésus. Amen !

Le don de prophétie

La prophétie est le moyen de communication le plus important, utilisé par Dieu pour communiquer sa Parole...

Dieu a autrefois et de plusieurs manières parlé par les prophètes. Hébreux 1.1

C'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. 2 Pierre 1:21

La Bible toute entière est "La Parole prophétique" inspirée de Dieu.

Et nous tenons pour d'autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour vienne à paraître et que l'étoile du matin se lève dans vos cœurs; sachant tout d'abord vous-mêmes qu'aucune prophétie de l'Écriture ne peut être un objet d'interprétation particulière, car ce n'est pas par une volonté d'homme qu'une prophétie a jamais été apportée, mais c'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. 2 Pierre 1.19/21

Le premier prophète de la Bible dont les paroles aient été rapportées est Énoch. Jude 14

Il est dit d'Abraham qu'il était prophète. Genèse 20.7

Moïse fut un prophète incomparable par son intimité avec Dieu.

"Il n'a plus paru en Israël de prophète semblable à Moïse, que l'Eternel connaissait face à face." Deutéronome 34:10

Jésus dit de Jean le baptiste, que depuis le début, il n'a point paru de prophète aussi grand que lui, quoique il n'ait point fait de miracles. (les prophètes n'ont d'ailleurs pas tous fait des miracles)

Bien sûr, Jésus était prophète et il a en lui la plénitude des ministères et des dons.

Le ministère de Prophète

Le prophète est une personne à qui Dieu va révéler sa Parole, soit par une inspiration de l'esprit, soit par une vision ou un songe, afin de la communiquer à celui ou ceux à qui elle est destinée : un peuple, un individu, un groupe de personne, une église, l'Église.

Le prophète c'est le héraut de Dieu. Celui qui dans un premier temps se tient comme une sentinelle, qui veille, pour écouter ce que Dieu va dire, puis dans un second temps va se tenir devant ceux à qui la Parole est destinée pour la leur communiquer.

J'étais à mon poste, Et je me tenais sur la tour; Je veillais, pour voir ce que l'Eternel me dirait ... Habakuk 2:1

Élie, le prophète disait :"L'Éternel devant qui je me tiens est vivant"

Le prophète est celui que Dieu envoie avec un message qu'Il lui a préalablement révélé. Cela peut être un homme ou une femme : un Élie ou une Débora .Juges 4.4, un Samuel ou une Hulda. 2 Rois 22.14

Dans l'ancienne alliance Dieu envoie régulièrement ses prophètes à son peuple, ou a un roi ou a une personne en particulier, dans le but de délivrer un message important pour encourager, reprendre, avertir.

Dans la nouvelle alliance des prophètes sont établis par Dieu dans l'Église. 1 Cor. 12.28; Éphésiens 4.11,

pour exhorter Actes 15.32

ou transmettre un message particulier. (exemple Agabus : Actes 11.28 et 22.10 )

Le prophète est une personne animée par le souffle du Tout Puissant. C'est celui ou celle qui a l'œil ouvert sur la révélation divine, l'oreille sensible à la Parole de Dieu. C'est quelqu'un qui est revêtu (oint), rempli, inspiré, par le "Ruah" : le souffle divin , l'Esprit de Dieu.

Nous comprenons alors que l'intervention d'un véritable prophète va toucher le cœur, les sentiments et les émotions.

Si celui qui enseigne la doctrine s'adresse plus particulièrement à la réflexion, à notre intelligence, celui qui prophétise crée des émotions décisives pour entraîner ceux à qui il s'adresse, dans la direction que Dieu indique. La Bible est remplie des récits de l'intervention des prophètes

On distingue dans l'ancienne alliance deux sortes de prophètes :

Ceux qui ont participé à l'élaboration des Saintes Écritures, par leurs écrits : Moïse; Esaïe, Jérémie, Ézéchiel, Daniel, David, etc.

Les prophètes envoyés vers le peuple, qui n'ont pas écrit, mais dont les prophéties ou les actions nous ont été rapportées, tels Élie, Élisée, et quelques-uns autres qui apparaissent dans l'histoire d'Israël.

On pourrait aussi parler des troupes de prophètes qui se déplaçaient ensemble, souvent des musiciens et des chanteurs, parfois appelés "les fils des prophètes"

Dans la nouvelle alliance (l'histoire de l'Église) on distingue au moins trois sortes de prophètes :

Les apôtres et prophètes de Christ ( Éphésiens 3.5), qui ont eu pour mission d'élaborer la doctrine de Christ, l'ayant reçue particulièrement par révélation : Pierre, Jean, Paul et les auteurs du Nouveau Testament

Ceux qui exercent "le ministère de prophète", comme Barnabas, Agabus, Silas, Jude...

Et ceux et celles qui parmi les disciples prophétisent ou exercent "le don de prophétie", telles les filles de Philippe l'évangéliste. Actes 21.19

Ceci étant dit, abordons plus précisément l'étude de "La prophétie"

Qu'est-ce que prophétiser ?

D'une manière générale prophétiser c'est transmettre un message reçu de Dieu, selon ce que traduit avec justesse la Bible en français courant :Le don de transmettre des messages reçus de Dieu. 1 Cor.12.10.

Donc un prophète, c'est une personne qui reçoit un message de Dieu et qui le transmet de sa part, elle est le porte parole de Dieu.

Qu'est-ce que la prophétie ?

C'est une communication "inspirée" par l'Esprit de Dieu et exprimée par celui qui la reçoit.

L'apôtre Pierre définit ainsi l'action de prophétiser : "c'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu." 2 Pierre 1.19 (Pierre parle ici des Écritures inspirées, comme Paul en 2 Tim.3.16)

L'apôtre Paul dit que celui qui prophétise est "inspiré" 1 Corinthiens 14.37 ou encore qu'il a une révélation. 1 Corinthiens 14.30

Au départ du processus de la prophétie, il y a donc "une inspiration" ou "une révélation" du Saint-Esprit, c'est pourquoi nous pouvons dire que le ministère de prophète et le don de prophétie sont des dons "d'inspiration" et "de révélation" qu'accorde le Saint-Esprit.

La prophétie, que ce soit dans l'exercice du ministère de prophète ou du don de prophétie, peut être reçue, soit par inspiration, ou une autre forme de révélation telle qu'une vision ou un songe.

De toute façon, quelque soit la forme de réception du message de Dieu, il est reçu pour être transmis. C'est la fonction du véritable prophète. [J'appelle prophète aussi bien celui qui exerce le ministère que celui qui reçoit simplement le don.]

Celui qui prophétise PARLE AUX HOMMES, ce qui ne veut pas dire qu'à chaque fois que quelqu'un parle aux autres il prophétise ! Nous pouvons parler par prophétie, mais aussi par révélation, par connaissance, par doctrine (enseignement) 1 Cro.14.6

La prophétie est la manifestation directe du Saint-Esprit

La particularité de la prophétie, c'est qu'elle est UNE INSPIRATION (souffle) DU SAINT-ESPRIT...

" C'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes (ou des femmes) ont parlé de la part de Dieu " 2 Pi 1.21

C'est un message divin que le Saint-Esprit inscrit dans notre esprit, notre pensée ET QUE NOUS DEVONS TRANSMETTRE. (Notez bien que c'est celui qui prophétise qui parle, d'où sa responsabilité d'être fidèle)

C'est l'onction du Saint-Esprit (lorsque le Saint-Esprit repose, vient sur quelqu'un, le couvre) qui confère le pouvoir de prophétiser :

. Je répandrai de mon esprit...vos fils et vos filles prophétiseront. Actes 2.

. Et dès que l'esprit reposa sur eux, ils prophétisèrent. Nombres 11:25

. L'esprit de Dieu le saisit, et il prophétisa au milieu d'eux. 1 Samuel 10:10

. Zacharie, fut rempli du Saint-Esprit, et il prophétisa. Luc 1:67

Lorsque le Saint-Esprit couvre un lieu, une personne ou une assemblée...Il engendre la vie et communique ses dons.

. Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. La terre était sans forme et vide, et l'obscurité couvrait l'océan primitif. Le souffle de Dieu se déplaçait à la surface de l'eau. Genèse 1. 1

. Alors la nuée couvrit la tente d'assignation, et la gloire de l'Éternel remplit le tabernacle. Exode 40:34

. Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l'eau. Et voici, les cieux s'ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Matthieu 3:16

. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d'eux. Actes 2:3

Lorsque le Saint-Esprit couvre, revêt, c'est à dire "oint", il se passe toujours quelque chose...

Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. Actes 1:8

Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos jeunes gens auront des visions, Et vos vieillards auront des songes. Actes 2.17

Le don de prophétie est cité parmi les dons importants, selon le chapitre 14 de la 1ère aux Corinthiens. Lire 1 Cor.14.1/5

L'apôtre Paul écrit :

"Aspirez ardemment aux dons spirituels...MAIS SURTOUT à celui de prophétie. Celui qui prophétise parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console...Celui qui prophétise édifie l'Église...Je désire encore plus que vous prophétisiez."

Le don de prophétie est important dans l'église car il est utile pour son édification. Le Saint-Esprit nous l'accorde dans ce but et nous ne devons pas le négliger.

"N'éteignez pas l'Esprit. Ne méprisez pas les prophéties." 1 Thess. 5. 19

"Ne néglige pas le don qui est en toi, et qui t'a été donné par prophétie avec l'imposition des mains de l'assemblée des anciens." 1 Timothée 4:14

Il est important parce qu'il est un des moyens par lequel Dieu nous parle, nous édifie, nous exhorte, nous console, nous instruit...

Dieu voit chacun et nous connaît, il sait que nous avons besoin qu'il nous parle en particulier.

Dans la pratique de la prophétie, il y a Dieu qui veut faire parvenir un message, il y a celui qui doit recevoir le message et enfin il y a celui par qui Dieu fera entendre le message.

Qui peut prophétiser ?

Vous pouvez tous prophétiser successivement, afin que tous soient instruits et que tous soient exhortés. 1 Corinthiens 14:31

Mais si tous prophétisent, et qu'il survienne quelque non-croyant ou un homme du peuple, il est convaincu par tous, il est jugé par tous, 1 Corinthiens 14:24

Je désire que vous parliez tous en langues, mais encore plus que vous prophétisiez. 1 Cor. 14:5

Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos jeunes gens auront des visions, Et vos vieillards auront des songes. Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, Dans ces jours-là, je répandrai de mon Esprit; et ils prophétiseront. Actes 2.17/18

Cependant c'est le Saint-Esprit, opérant ces choses qui les distribue à chacun en particulier comme il veut. 1 Corinthiens 12:11

Comment prophétiser ?

Prophétiser, c'est donc parler de la part de Dieu, transmettre un message reçu de Dieu.

Le don de prophétie est accordé par le Saint-Esprit, sur le principe de sa propre volonté et de sa grâce. Nous sommes exhortés à y aspirer ardemment afin de participer à l'édification de l'église.

Celui qui prophétise est, avant de parler, inspiré par le Saint-Esprit.

Nous l'avons vu plus haut : C'est lorsque le Saint-Esprit revêt ou rempli une personne que cette dernière peut prophétiser.

Dans la prophétie il y a deux éléments :

a) l'inspiration divine

b) la réception et la transmission du message divin, par la personne qui prophétise.

Il faut premièrement reconnaître que nous prophétisons imparfaitement...Si nous attendons de prophétiser parfaitement, nous ne le ferons jamais. Il faut donc admettre les imperfections de la prophétie, tout en recherchant à prophétiser le mieux possible.

Ceux qui prophétisent peuvent transmettre plus ou moins fidèlement le message qu'ils reçoivent de Dieu, en fonction de leur foi et de leur expérience (maturité) ou donner leur propre parole...Voir Jérémie 23, concernant leur comportement :

. l'extravagance, l'exaltation personnelle, le manque de maîtrise de soi. Jérémie 23.13

. les visions, les pensées de leur propre cœur. 23.16

. leur propre parole donnée pour la parole de Dieu. 23. 31

La première qualité de celui qui prophétise c'est la droiture de cœur, l'humilité, la soumission au jugement des autres qui prophétisent, accepter d'être corriger.

NOTE : nous devrions pouvoir, sereinement avec douceur dans l'amour intervenir pour confirmer la véracité d'une prophétie, pour en corriger ce qui semble erroné ou pour la compléter, car il se peut que celui qui a prophétisé n'ait pas donné tout le message divin.

La mission première de celui qui prophétise étant de parler de la part de Dieu, il se doit d'être attentif, car avant de parler celui qui prophétise reçoit un message de Dieu, inspiré = soufflé, de pneuma : souffle, par le Saint-Esprit. Sa première qualité c'est de savoir écouter.

Le Seigneur, l'Éternel, m'a donné une langue exercée, pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu; Il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, pour que j'écoute comme écoutent des disciples. Esaïe 50:4

Celui qui prophétise sous l'inspiration du Saint-Esprit peut paraître exalté. Il parle parfois avec emphase, en proie à l'émotion, marqué par sa personnalité. Surtout au début.

Il est vrai que celui qui prophétise est un être humain avec sa nature : son intelligence, ses sentiments, ses émotions.

La prophétie est partielle et nous prophétisons imparfaitement. Ceci n'empêche pas qu'il y a inspiration, souffle, de l'Esprit de Dieu.

A force de vouloir rechercher un certain équilibre selon notre propre conception d'un bon comportement, nous éteignons l'Esprit, car nous bridons les prophètes.

C'est pourquoi, celui ou celle qui prophétise doit être spirituel, tendre à devenir un adulte spirituel, afin de maîtriser sa personnalité émotive pour trier entre la balle et le froment, ce qui viendrait de soi et ce qui est inspiré par le Saint-Esprit.

La qualité d'un bon prophète c'est de transmettre fidèlement la parole qu'il a reçue de Dieu.

L'expérience de celui qui prophétise est importante, car il doit être capable de " discerner " la pensée de Dieu de sa propre pensée.

Lorsqu'il reçoit un message divin, il doit :

. s'examiner lui-même, mettre à l'épreuve ce sui s'inscrit dans sa pensée.

. être fidèle dans la transmission de ce message

. demeurer sobre, modéré. Il n'est pas chargé d'enseigner, mais de dire ce que le Saint-Esprit lui a inspiré.

La pratique du de prophétie demande :

. La foi : que celui qui a le don de prophétie l'exerce selon l'analogie de la foi. Romains 12.6

. Une certaine discipline, dans les assemblées de l'église. Chacun son tour...deux ou trois...Successivement. 1 Cor.14

. L'humilité. accepter d'être jugé, dans le sens de 1 Thess. 5. 19

. La sagesse, fruit de la maturité spirituelle.

Frères, ne soyez pas des enfants sous le rapport du jugement; mais pour la malice, soyez enfants, et, à l'égard du jugement, soyez des hommes faits.1 Corinthiens 14:20

Or, quiconque en est au lait n'a pas l'expérience de la parole de justice; car il est un enfant. Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. C'est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait, Héb.5.13

. La sensibilité au Saint-Esprit. Cela fait partie du don de prophétie, lorsque l'Esprit de Dieu témoigne intérieurement à notre cœur , dans notre esprit. Cela s'acquiert par la communion avec le Seigneur, lorsque nous savons et nous aimons l'intimité de sa présence.

. Savoir demeurer tranquille, sans précipitation, prendre le temps de l'examen dans la prière.

Il y a-t-il des prophètes dans l'Église aujourd'hui ?

Certainement, il y a dans les églises des personnes inspirées par le Saint-Esprit, des hommes ou des femmes, des jeunes et des vieillards. Mais souvent ils n'osent pas se manifester. Il est vrai que ce n'est pas toujours évident.

La première fois que nous prophétisons, nous sommes particulièrement intimidés, nous avons peur et nous pouvons être bloqués. Cela peut se traduire par des pleurs, des tremblements ou d'autres manifestations émotives. La première fois que j'ai prophétisé, j'ai cru que mon cœur allait sortir de ma poitrine, je tremblais de tous mes membres

Puis avec l'expérience, peu à peu nous nous prenons de l'assurance et acquérons du discernement, notre expression devient plus claire et plus complète. La croissance dans l'exercice du don de prophétie est constante, lorsque nous le pratiquons régulièrement

Au début le prophétie peut être comme les eaux de Siloé qui coulent doucement. Es.8.6, avant de devenir un fleuve qui jaillit de notre cœur. Jean 7.38 Il ne faut pas mépriser les faibles commencements. Zacharie 4.10

Un point important concernant le don de prophétie C'EST LE DISCERNEMENT : DISCERNER L'ORIGINE DE L'INSPIRATION.

Le don de prophétie est un don d'inspiration...Le Saint-Esprit INSPIRE le message à transmettre.

Différentes sources d'inspiration :

La véritable prophétie vient de Dieu. Elle est inspirée par le Saint-Esprit.

Car ce n'est pas par une volonté d'homme qu'une prophétie a jamais été apportée, mais c'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. 2 Pierre 1:21

En ce temps-là, des prophètes descendirent de Jérusalem à Antioche.
L'un d'eux, nommé Agabus, se leva, et annonça par l'Esprit qu'il y aurait une grande famine sur toute la terre. Elle arriva, en effet, sous Claude. Actes 11:27,28 et Actes 21:10,11

Mais il y a aussi d'autres sources d'inspiration :

Notre propre cœur peut nous inspirer, nos propres pensées que nous pouvons confondre avec la pensée du Saint-Esprit.

Dieu reprochait à certaines personnes de s'établir elles mêmes prophètes et de donner leurs propres paroles comme venant de l'Éternel :

Voici, dit l'Éternel, j'en veux aux prophètes Qui prennent leur propre parole et la donnent pour ma parole. Je ne les ai point envoyés, je ne leur ai point donné d'ordre, Et ils ne sont d'aucune utilité à ce peuple, dit l'Éternel. Que celui qui a entendu ma parole rapporte fidèlement ma parole. Pourquoi mêler la paille au froment? dit l'Éternel. (lire Jér.23.28 à 32)

C'est pourquoi il est nécessaire que ceux qui prophétisent soient soumis au jugement (discernement) d'autres prophètes. 1 Cor.14. 29...

Le diable, le menteur, qui peut placer ses propres prophètes dans une assemblée. 2 Cor.11.13/15 – Matthieu 7.15 – 1 Timothée 4.1

Des esprits de mensonges. 1 Rois 22:23;

Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant. Apocalypse 16:14

D'où la nécessité du don de discernement des esprits : 1 Cor. 12.10 – 1 Jean 4.1

Le discernement des esprits est un don de l'Esprit Saint, placé aussitôt après le don de prophétie dans 1 Corinthiens 12.10. Il permet de discerner l'origine de l'inspiration et il demande une grande sensibilité au Saint-Esprit

Il y a un apprentissage de la prophétie qui est fait d'expériences personnelles, de conseils et de recommandations d'autres personnes, de mises en garde et parfois de répréhension qu'il faut savoir accepter avec humilité, si nous voulons progresser et être utiles à l'église.

Il faut veiller à rester humble, si nous voulons continuer à discerner la pensée du Seigneur, afin de ne pas confondre son message avec notre propre pensée.

Celui qui prophétise doit donc demeurer dans la crainte de Dieu et continuer avec persévérance à rechercher la pensée du Seigneur et la croissance dans la pratique de la prophétie.

Le meilleur endroit pour exercer le don de prophétie est l'assemblée de frères et sœurs, car il est soumis au jugement de ceux qui prophétisent. Nous pourrons alors être aidés, conseillés et encouragés.

Aujourd'hui, avec les moyens de communication moderne, surtout "Internet", beaucoup se mettre à envoyer toutes sortes de prophéties, bonnes ou moins bonnes, parfois totalement erronées.

J'ai remarqué qu'il est difficile de les reprendre. Ce sont des prophètes "indépendants" qui se sont établis eux-mêmes. Ils oublient tout simplement cet enseignement de Paul : 1 Corinthiens 14.29/33

Dieu reproche à certains prophètes de mélanger la paille au froment, de mélanger leur propre pensée à la pensée de Dieu, ou pire, de donner leur propre parole comme parole de Dieu.

Dieu dit que celui qui a " entendu " ma parole, répète fidèlement ma parole. Jér.23.28/32

Celui qui prophétise doit être attentif et vigilant. Sa fonction c'est de se tenir dans la présence de Dieu, comme une sentinelle. Le prophète Habakuk dit au chapitre 2:1 "Je me tenais à mon poste et je veillais pour voir ce que le Seigneur me dirait."

Examinez toute chose

Prophétiser, ce n'est pas faire ou dire n'importe quoi. L'apôtre Paul a établi les règles de l'exercice du don de prophétie dans le chapitre 14 de la 1ère aux Corinthiens. Versets 26 à 39

"S'il y a plusieurs personnes qui prophétisent, que quelqu'un parle et que les autre jugent ..."

Nous devons avoir le courage de juger si la prophétie vient du Saint-Esprit, si elle est bonne, consolant, exhortant, instruisant, édifiant l'église et ceux qui prophétisent doivent avoir l'humilité suffisante pour se laisser juger et peut-être corriger ou instruire sur la meilleure façon d'exercer le don de prophétie dans les assemblées.

Le don de prophétie s'exerce en général " dans les assemblées de l'église " ou " dans la communion avec d'autres frères et sœurs". Cela permet de le soumettre à l'examen des autres prophètes et c'est est important. Le caractère d'un bon prophète c'est l'humilité.

Le don de prophétie n'est pas donné pour diriger l'église, pour cela Dieu donne à l'église des pasteurs, des anciens.

J'ai connu des personnes qui se sont rebellées lorsqu'on les a averties qu'il fallait se remettre en question, d'autres ont préféré prophétiser en cercle restreint, car elles n'acceptaient pas d'être jugées.

Nous devons être capables, assez adultes, pour maintenir l'église dans ce qui est convenable et édifiant. Si nous sommes spirituels, les dons du Saint-Esprit ne nous effrayeront pas, car nous aurons la capacité d'éprouver les esprits, de discerner ce qui vient de Dieu, d'examiner toutes choses et de retenir ce qui est bon, de trier la balle et le bon grain !

Jésus annonce que dans les derniers temps il y aura des faux prophètes qui séduiront beaucoup de gens. Cela ne veut pas dire qu'il s'agit de personnes étrangères à l'Église. Nous devons être vigilants et courageux pour dénoncer toute utilisation déviante de la prophétie.

Le don de prophétie est un des moyens que Dieu utilise pour cela dans l'église.

La prophétie est le don par excellence, accessible à tous, pour l'édification de l'église. Une prophétie a la marque du Saint-Esprit, lorsqu'elle fait du bien. Cela ne veut pas dire qu'elle est toujours acceptée !

La prophétie doit encourager, exhorter, consoler, instruire, édifier et parfois avertir, reprendre et corriger !

Dieu dit : "Je te conseillerai, je t'instruirai, j'aurai le regard sur toi, je te montrerai la voie que tu dois suivre." Ps. 32.8 -

En règle générale, elle n'est pas faite pour maudire, pour exclure, pour diviser, mais pour bénir, pour ramener, pour rassembler.

Consolez, consolez mon peuple, Dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem, et criez lui que sa servitude est finie, que son iniquité est expiée, qu'elle a reçu de la main de l'Eternel au double de tous ses péchés. Esaïe 40:1

Nous savons aussi que les prophètes que Dieu envoyait à son peuple étaient parfois très sévères.

Crie à plein gosier, ne te retiens pas, élève ta voix comme une trompette, Et annonce à mon peuple ses iniquités, A la maison de Jacob ses péchés ! Esaïe 58:1

Cependant le but est toujours de ramener dans la repentance et vers le pardon, ceux qui s'égarent.

Si nous demeurons humbles, soumis, confiants. Si nous nous comportons comme des gens responsables et spirituellement adultes, alors la prophétie sera comme une lampe du Saint-Esprit qui éclaire l'église, un souffle qui l'enflamme et la rend zélée.

Des règle simples pour prophétiser selon la pensée de Dieu : liberté, soumission, humilité.

Que faire donc, frères? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l'édification.

En est-il qui parlent en langue, que deux ou trois au plus parlent, chacun à son tour, et que quelqu'un interprète; s'il n'y a point d'interprète, qu'on se taise dans l'Eglise, et qu'on parle à soi-même et à Dieu.

Pour ce qui est des prophètes, que deux ou trois parlent, et que les autres jugent; et si un autre qui est assis a une révélation, que le premier se taise. Car vous pouvez tous prophétiser successivement, afin que tous soient instruits et que tous soient exhortés. Les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes; car Dieu n'est pas un Dieu de désordre, mais de paix. Ainsi donc, frères, aspirez au don de prophétie, et n'empêchez pas de parler en langues. Mais que tout se fasse avec bienséance et avec ordre.1 Corinthiens 14:26-33

L'Amour

Lorsque nous aspirons au don de prophétie, le sentiment qui nous motive doit être le désir de faire du bien, d'édifier l'église du Seigneur, parce que nous aimons nos frères et sœurs en Christ. Ceux qui prophétisent, recherchent l'intérêt des autres. Comme tous ceux qui exercent un don ou quelques autres services dans l'église, ils le font au sein d'un corps dont ils sont membres, pour l'édification, l'utilité commune.

Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. Et quand j'aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j'aurais même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien. 1 Cor.13:1,2

La connaissance enfle, mais la charité édifie. 1 Corinthiens 8:1

Par amour pour l'église, pour vos frères et vos sœurs, aspirez au don de prophétie !

L'Église a besoin d'hommes et de femmes qui exercent dans ses assemblées le don de prophétie, car elle a besoin d'être interpellée par un souffle, une inspiration qui parle au cœur, autant qu'à la raison.

Parfois, je me dis que nos rassemblements, nos cultes, nos réunions de prières, sont trop raisonnables. Nous maîtrisons tout, nous contrôlons tout, même le Saint-Esprit a du mal à trouver une place dans notre sens de l'organisation.

"Un professeur de collège biblique en Amérique raconte qu'un jour il était dérangé et agacé, pendant son cours par certains soupirs dans sa classe, devenant de plus en plus insistants, jusqu'au moment où il compris que Dieu voulait prendre la parole à sa place. Alors il a cédé la chaire au Saint-Esprit et un réveil a commencé dans la classe. Des étudiant se sont mis à pleurer et à s'humilier de leurs péchés, il y eut des vies changée, des péchés pardonnés réciproquement, un zèle nouveau pour le Seigneur et une meilleure compréhension des cours bibliques. Le réveil s'étendit à tout le collège touchant les élèves et les professeurs. L'année scolaire en fut totalement bouleversée, en bien et à la gloire de Dieu... "

Parce que ce professeur a eu la sagesse, le courage et l'humilité de céder au Saint-Esprit, une œuvre de Dieu à pu être accomplie.

Ne méprisez pas, n'ignorez pas, ne fermez pas la porte à la prophétie, n'éteignez pas l'Esprit ! Examinez toutes choses, retenez ce qui est bon !

Parler en d'autres langues ?

"Le parler en langue" est un des thèmes le plus controversé dans l'Église et de nombreuses théories ont été élaborées à sont sujet. Si nous voulons en avoir une conception équilibrée et juste, nous devons le situer dans son cadre et nous poser la question élémentaire : Qu'en dit l'Écriture, la Bible, la Parole de Dieu ?

Les prophètes en ont parlé (Esaïe 28.11/12 : "C'est par des langues étrangères que je parlerai à ce peuple".(Darby), passage rapporté en 1.Cor.14.21 concernant justement le parler en langues).

L'apôtre Pierre cite aussi le prophète Joël, en disant : "C'est ici ce qui a été dit par le prophète. Il venait d'en faire l'expérience" (Actes 2.16 et à suivre).

Jésus a annoncé que ceux qui croiraient et seraient baptisés "parleraient de nouvelles langues". Il place le parler en langue parmi les signes qui confirment la prédication de l'Évangile et accompagnent ceux qui croient (Marc 16.15 à 20).

L'apôtre Paul le cite parmi les choses que l'Esprit-Saint opère (1 Cor.12.10).

En lisant ce dernier passage de l'Écriture, nous constatons que le parler en langue est la manifestation de l'Esprit (1 Cor.12.7).

Nous croyons que le Saint-Esprit se manifeste dans l'Église du Seigneur Jésus-Christ, aujourd'hui, comme autrefois, par les membres du corps de Christ et dans la vie de chaque croyant en particulier. C'est une chose dont nous devons être conscients.

La manifestation de l'Esprit est donnée à chacun en particulier, selon Sa volonté, pour l'utilité commune (1 Corinthiens 12.7,11).

Question : Le Saint-Esprit se manifeste-t-il dans notre vie et de quelle manière ?

"Le parler en langue" est un don, parmi d'autres, que le Saint-Esprit opère lorsqu'il se manifeste (utilisons le vocabulaire de notre texte). Un enseignement correct, basé sur les Écritures, en ce qui le concerne, doit nous amener à une expérience pratique et équilibrée.

Il est important de noter que "celui qui parle en langue s'édifie lui-même". Si nous voulons édifier les autres nous devons premièrement être édifiés nous-mêmes. La connaissance théorique et intellectuelle des Écritures n'est pas suffisante, il nous faut l'aide du Saint-Esprit, dans sa manifestation.

Question : Le parler en langue, qu'est-il ?

C'est "une langue"! Mystérieuse il est vrai.1Cor.14.14, et pour certains rébarbative.1 Cor.14.11 - Es.28.11/12

Cependant, il s'agit d'une langue authentique. 1 Cor.14.10

Incompréhensible à notre intelligence, elle est un des moyens par lequel nous parlons à Dieu et Dieu nous parle. 1 Cor.14.2 et 28

Elle est accordée par le Saint-Esprit, lorsqu'il se manifeste et remplit ceux sur lesquels il descend. Actes 2.4 C'est une des choses que le Saint-Esprit opère. 1 Cor.12.10/11.

Question : A quoi sert-il ? Est-il utile ?

Le parler en langue est utile pour plusieurs bonnes raisons(1 Cor.12.7).

Pour louer Dieu. Ceux qui parlent en langues exaltent la grandeur de Dieu (Actes 2.11) ? - Ils louent Dieu, lui rendant d'excellentes actions de grâces (Actes 10.46 et 1 Cor.14.17).

Le parler en langue est le témoignage rendu par Dieu lui-même à ceux qui par la foi en Jésus ont accepté sa grâce et ont été lavés de leurs péchés, sans distinction de personne (Actes 15.8).

Il utile à celui qui le parle car il s'édifie lui-même (1 Cor.14.4).

Il est utile à l'assemblée lorsqu'il est interprété. Il revêt la forme de la prophétie (1 Cor.14.5).

Il est parfois l'accompagnateur de la prophétie, comme un déclencheur (Actes 19.6).

Paul enseigne que celui qui parle en langue prie ou chante en esprit, son intelligence demeurant stérile (1 Cor.14.14/15). Et aussi qu'il rend d'excellentes actions de grâces (14.17).

Le parler en langue peut donc être une prière, un chant, une action de grâces ou une parole de Dieu à notre esprit (1 Cor.14.14, 15,17,28).

Le parler en langue annoncé par les prophètes est l'accomplissement de la promesse de notre Père céleste (Esaïe 28.11/12 - Joel 2. 28/32 - Actes 1.4 - Luc 24.49).

Cité parmi les signes que Jésus annonce, il accompagne la foi de ceux qui se convertissent. Marc 16.16/17 : Ils parleront de nouvelles langues. Et il est un des miracles par lesquels le Seigneur confirme sa parole, en travaillant avec ses disciples (Marc 16.20).

Question : Parlez-vous ces langues nouvelles que donne le Saint-Esprit, et que citent les Ecritures parmi les choses auxquelles nous devons aspirer ?

L'apôtre Paul dit : "Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue plus que vous tous" (1 Cor.14.18).

Il considérait ce don comme une bénédiction et il désirait que tous en fassent l'expérience (1 Cor.14.5).

Nous sommes exhortés à parler en d'autres langues, à y aspirer (1 Cor.14.1 et 14.5).

Cependant, nous devons noter que Paul le pratiquait avec sagesse et qu'il enseigne la même chose aux autres (1 Cor.14.19).

Il y a des instructions très claires pour la pratique du parler en langue (1 Cor.14.19, 20,27,28,40). S'il n'est pas accompagné de l'interprétation, il s'exerce en privé. Lorsqu'il peut être interprété, il devient utile à l'assemblée.

Notons une recommandation importante (1 Cor.14.39 : N'empêchez pas de parler en langues). Nous devons prendre en considération la valeur du parler en langue, car il est un don de Dieu et comme tous les autres dons de l'Esprit, nous ne devons pas le mépriser, c'est à dire n'en faire aucun cas ou si peu que nous négligions d'y aspirer (1 Thes.5.19/20).

Question : Que faut-il faire pour parler en langues ?

Plusieurs se demandent comment recevoir ce don. Nous avons vu que Jésus cite le fait de parler de nouvelles langues parmi les signes qui accompagnent ceux qui croient (Marc 16.17). Nous croyons qu'aucun de ces signes n'a cessé de se produire. Partout ou des hommes et des femmes croient de tout leur cœur au Seigneur Jésus et se font baptiser, on doit retrouver la manifestation de ces miracles dont parle le Seigneur.

L'apôtre Paul place le parler en langue parmi les dons que le Saint-Esprit accorde à chacun en particulier (1 Cor. 12.7/10).

Dans la 1ère épître aux Corinthiens, au chapitre 12 et 14, l'apôtre Paul exhorte les chrétiens à aspirer aux dons spirituels : "à les désirez avec ardeur" (1Cor.14.1. Version de la Bible Darby).

Il faut le désirer avec ardeur, en avoir soif.

C'est la première condition : en ressentir un réel et profond besoin, y aspirer intensément, comme d'une chose qui nous devient indispensable.

Jésus interpelle ses auditeurs en s'écriant : "Si quelqu'un a soif" (Jean 7.37).

Dans le livre de l'Apocalypse, le Saint-Esprit dit : Que celui qui a soif vienne, que celui qui veut prenne de l'eau de la vie gratuitement (Apoc.22.17).

David s'écriait : Mon âme à soif de Dieu, du Dieu vivant (Ps.42.2).

Ensuite, il faut le demander. Notre Père céleste donne le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent (Luc 11.13).

Jésus nous dit : Demandez et l'on vous donnera, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira, Dieu donnera le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent (Luc 11.9/13).

Paul exhorte les chrétiens leur disant : Soyez remplis du Saint-Esprit (Eph.5.18).

Mais le demander avec foi. La foi est l'élément le plus important dans cette démarche.

Il faut que celui qui demande croit non seulement que Dieu existe, mais aussi qu'il rémunère (qu'il exauce) ceux qui le cherchent (Héb.11.6).

La définition de la foi se trouve en Hébreux 11.1 : "Une ferme assurance ...une démonstration".

Jésus précise l'attitude de celui qui croit : "Tout ce que vos demandez en priant, croyez que vous l'avez reçu et vous le verrez s'accomplir" (Marc11.24).

La foi est indispensable (Jacques 1.6/8).

Or la foi concernant le parler en langue peut être bloquée par des sentiments dont il nous faudra nous débarrasser et l'un de ces sentiments c'est la crainte.

Dans le passage de Luc 11.11,12. Jésus met l'accent sur le fait que nous puissions craindre de recevoir autre chose que ce que nous demandons et même des choses nuisibles et dangereuses ! Il s'agit donc de débarrasser notre cœur de toute crainte et de remplacer ce sentiment malsain par un sentiment de confiance absolue dans la fidélité et l'amour de notre Père céleste.

Jésus dit : "donnerions-nous de mauvaises choses à nos enfants qui nous en demandent de bonnes ?"

Si nous prions sincèrement notre Père céleste, quelqu'un d'autre pourrait-il se glisser entre lui et nous afin de nous tromper ? Dieu, notre Père, le laisserait-il faire ?

Il nous faut avoir confiance. La confiance est un des éléments essentiel de la foi en Dieu.

Notre confiance absolue, dans la vigilance et la bonté de Dieu à notre égard, nous débarrassera de tout sentiment de crainte et nous permettra de nous avancer joyeux et reconnaissants vers notre bon Père céleste pour recevoir de lui l'accomplissement de sa promesse (Es.12.3).

Faisons de la confiance une affaire personnelle entre Dieu et nous (Esaïe 12.2)

Il faut demander avec insistance. L'insistance, c'est un autre élément de la foi qui reçoit de Dieu.

Jésus souligne le fait d'insister jusqu'à la limite de l'importunité pour recevoir ce que nous venons demander (Luc 11.8/9).

L'apôtre Jacques dit que : Elie était un homme de la même nature que nous et qu'à cause de son insistance il fut exaucé (Jacques 5.17).

Il avait mis sa tête entre ses genoux et courbé sur le sol il priait avec instance...Jusqu'à ce que... (1 Rois 18.42/46).

Jacques parle aussi de ferveur. (5.16) Nous pensons à nouveau à une soif ardente

Nous avons besoin de persévérance (Hébreux 10.36 et 6.11/12) !

La persévérance n'est pas la résignation, comme si la chose que nous désirons est bien improbable et que si elle doit se produire ...on verra bien !

La persévérance est associée à l'intensité, la ferveur de notre prière. C'est une attente active "Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâces" (Colossiens 4:2).

Enfin soyez miséricordieux

Lorsque nous prions, nous pourrions oublier une chose importante que Jésus enseigne, qui est directement liée à l'exaucement de notre prière : "lorsque vous êtes debout, faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un PARDONNEZ..." (Marc 11.25,26; Matthieu 5.23 - 6.14)Cela se passe de commentaire.

Question : Comment fait-on pour parler en langue ?

Pour parler ces nouvelles langues surnaturelles IL FAUT ETRE REMPLI DU SAINT-ESPRIT.

Ne confondons pas "parler en langues" avec "être baptisé du Saint-Esprit" ! Le baptême du Saint-Esprit est le fait d'être rempli, le parler en langues en est une évidence.

Souvenons nous que le parler en langue est un don de l'Esprit. Il ne s'agit donc pas d'une chose que nous pouvons produire nous-mêmes, par quelques exercice, par un entraînement particulier ou par une méthode quelconque.

Ils furent tous remplis du Saint-Esprit et ils se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer (Actes 2.4).

Dieu est lumière et le chemin tracé par les Ecritures est lumineux ! Ce qu'il nous faut rechercher en premier c'est d'être remplis du Saint-Esprit, car c'est le Saint-Esprit qui donne de s'exprimer en de nouvelles langues (Actes 2.4 6 1 Cor.12.7/11).

Le Seigneur commence par remplir ceux qui prient pour le recevoir. Aussi, Paul nous exhorte en disant : "Soyez remplis du Saint-Esprit" (Eph.5.18/19).

Question : Que veut dire être baptisé du Saint-Esprit ?

Jean-Baptiste, puis Jésus, puis Pierre, emploient une expression qui désigne une expérience précise et évidente : "ETRE BAPTISE DU SAINT-ESPRIT".

Nous savons ce qu'est le baptême d'eau, selon sa signification étymologique "l'immersion"

Si nous appliquons cette signification au "baptême du Saint-Esprit", il s'agit aussi d'être immergé. C'est une immersion spirituelle, baptisé, immergé, plongé, "dans" le Saint-Esprit. Le baptême d'eau est l'immersion de notre corps dans l'eau, le baptême du Saint-Esprit est l'immersion de notre esprit dans le Saint-Esprit. Notre être intérieur, notre esprit est plongé dans le Saint-Esprit, immergé et rempli, cela s'est traduit pour les croyants du livre des Actes par le parler en langue. C'est un bon modèle.

Être rempli du Saint-Esprit est le résultat d'une recherche auprès du Seigneur, c'est LUI qui baptise du Saint-Esprit. C'est une recherche persévérante, parfois intense, seul ou avec l'assemblée de frères et sœurs, bien disposés. Un environnement favorable est nécessaire. Il y a des personnes avec qui nous ne pourrons pas prier efficacement. Exemple : Luc 8.51 (bien qu'il ne s'agisse pas là du même sujet, nous croyons que l'exemple est significatif.)

Cherchez personnellement le Seigneur, jusqu'à ce que vous le trouviez. Réunissez-vous avec des frères et sœurs qui font la même recherche ou qui ont déjà été baptisés du Saint-Esprit. Des gens qui y croient et qui prient pour cela sans aucune restriction. Veillez aussi à ce que votre cœur soit purifié (Actes 15.8/9) - Enfin priez avec un cœur miséricordieux (Marc 11.25).

Le don des langues fait partie de ces bonnes choses que notre Père céleste donne à ceux qui les lui demandent (Matthieu 7.11)

. Cherchez le Seigneur, celui qui donne.

. Soyez confiants, miséricordieux et persévérants ! Alors, vous pourrez expérimenter ce que dit ce vieux cantique :

Comme un torrent qui déborde sur ses rives,
Votre cœur s'inondera et de joie se remplira,
Vous aurez aussi la source de l'eau vive,
Jaillissant de votre cœur.
La pratique du parler en langue, en particulier et dans l'Église. 1 Cor.14.18/19

Le parler en langue, un signe.

Dans l'évangile de Marc, au chapitre 16, le Seigneur Jésus présente le fait de parler de nouvelles langues comme un des signes qui accompagnent ceux qui croient et confirment la prédication de l'Évangile, au même titre que les autres signes dont il fait partie (16.15/20).

Déjà, à partir de ce passage, nous pouvons considérer que le parler en langue est un signe pour les non-croyants, comme le dit Paul en 1 Cor.14.22

Pour les non-croyants, des signes accompagnaient la prédication de l'évangile et rendaient manifeste la vérité du message entendu comme étant la Parole de Dieu. Ces signes étaient la confirmation divine que ce qu'ils entendaient était réellement sa Parole. "Le Seigneur confirmait sa parole" , auprès de ceux qui l'entendaient prêchée, par les signes qui l'accompagnaient et parmi ces signes figure "le parler en langues".

Les exemples donnés dans le livre des Actes des apôtres mettent en évidence le fait que ceux qui avaient cru, qui s'étaient fait baptiser d'eau par immersion recevaient le baptême du Saint-Esprit et se mettaient à parler en d'autres langues selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer (Actes 2.4).

La manifestation évidente du baptême du Saint-Esprit étaient donc pour eux "de parler de nouvelles langues". Ils parlaient en langues et glorifiaient Dieu. Actes 10. 46 - Ils parlaient en langues et prophétisaient (Actes 19.6). En serait-il autrement aujourd'hui ?

Le parler en langue, un don (1 Cor.12.10)

Ici, le parler en langue est présenté comme un des dons que l'Esprit-Saint accorde dans l'église, à chacun en particulier, comme il le veut. A ce titre, il fait partie de ces dons accordés à l'Église pour son édification.

En 1 Corinthiens 14, l'apôtre Paul, qui répond aux chrétiens de Corinthe concernant plusieurs sujets depuis le début de sa lettre, explique l'utilité du parler en langue, en rapport avec la manière dont on le pratique.

Si la langue n'est pas comprise, elle n'est d'aucune utilité à ceux qui l'entendent. Le parler en langue donné en public, dans l'assemblée, demande une interprétation (1 Cor14.13).

Par contre l'apôtre insiste sur le fait que celui qui parle en langue s'édifie lui-même et souhaite que tous en soient pourvus.

Nous en concluons, que le parler en langue, don de l'Esprit, est réservé à l'édification personnelle de celui qui le pratique et que s'il doit être entendu dans une assemblée il demande impérativement une interprétation.

La pratique des dons spirituels exige de la foi, de la sagesse, de l'équilibre (ce que l'apôtre appelle ordre et bienséance) et de l'amour, la voie par excellence (1 Cor.12.31).

Nous pouvons aussi comprendre que lorsque des croyants sont baptisés du Saint-Esprit, le parler en langue, qu'ils expriment selon l'Esprit, est évident, audible aux témoins. "Car ils les entendaient parler en langues et ..." (Actes 10.46 et 19.6).

A la lumière de ce que nous venons de voir, nous découvrons la valeur et l'importance d'un don que Dieu dans son amour et sa grâce, ne demande qu'à répandre dans l'église et sur chacun de ceux qui le désirent avec ardeur.

Voici ma conclusion : Aspirez à parler les langues nouvelles qu'accorde le Saint-Esprit de Dieu !

L'interprétation des langues

Ce don est complémentaire du précédent "la diversité des langues", et on le comprend très bien selon ce qu'enseigne l'apôtre Paul dans sa lettre aux chrétiens de Corinthe.

"Et maintenant, frères, de quelle utilité vous serais-je, si je venais à vous parlant en langues, et si je ne vous parlais pas par révélation, ou par connaissance, ou par prophétie, ou par doctrine? Si les objets inanimés qui rendent un son, comme une flûte ou une harpe, ne rendent pas des sons distincts, comment reconnaîtra-t-on ce qui est joué sur la flûte ou sur la harpe? Et si la trompette rend un son confus, qui se préparera au combat? De même vous, si par la langue vous ne donnez pas une parole distincte, comment saura-t-on ce que vous dites? Car vous parlerez en l'air. Quelque nombreuses que puissent être dans le monde les diverses langues, il n'en est aucune qui ne soit une langue intelligible; si donc je ne connais pas le sens de la langue, je serai un barbare pour celui qui parle, et celui qui parle sera un barbare pour moi. De même vous, puisque vous aspirez aux dons spirituels, que ce soit pour l'édification de l'Église que vous cherchiez à en posséder abondamment. C'est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d'interpréter." 1 Corinthiens 14:6-13.

Il y a une règle pour le parler en langues "dans les assemblées" :

"En est-il qui parlent en langue, que deux ou trois au plus parlent, chacun à son tour, et que quelqu'un interprète; s'il n'y a point d'interprète, qu'on se taise dans l'Église, et qu'on parle à soi-même et à Dieu." 1 Cor. 14:13.

Comment se produit l'interprétation des langues ?

"Celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c'est en esprit qu'il dit des mystères." 1 Corinthiens 14:2

Selon ce passage, celui qui parle en langues utilise un langage mystérieux que personne ne comprend, pas même lui. Il est important de noter qu'il parle à Dieu qui le comprend. Le parler en langue est un don qui se pratique dans notre piété personnelle, mais qui parfois peut se manifester dans une assemblée de croyants. Il faut alors qu'il soit compris...

"Quelque nombreuses que puissent être dans le monde les diverses langues, il n'en est aucune qui ne soit une langue intelligible; si donc je ne connais pas le sens de la langue, je serai un barbare pour celui qui parle, et celui qui parle sera un barbare pour moi." 1 Corinthiens 14:10-11.

C'est là que se situe le don d'interprétation des langues afin que ceux qui l'entendent soient édifiés.

"C'est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d'interpréter." 1 Corinthiens 14:13.

Ce dernier don, comme celui de prophétie et de la diversité des langues, est un don d'inspiration. Le mot hébreux utilisé pour désigner l'Esprit de Dieu dans l'Ancien Testament est "ruwach (roo'-akh)" et dans le Nouveau testament le mot grec pneuma (pnyoo'-mah), c'est à dire en français "souffle". Aussi, l'inspiration de la prophétie, des langues et de l'interprétation des langues, relève particulièrement du "souffle divin" qui insufle, souffle le message de Dieu à l'esprit de ceux ou celles qui ont reçu ces dons.

Lorsqu'un parler en langue est manifesté dans une assemblée, le Saint-Esprit en accorde l'interprétation soit à la personne qui a parlé en langues, soit à quelqu'un d'autre dans l'assemblée. Cela peut nous paraître mystérieux car il s'agit d'une action surnaturelle de l'Esprit de Dieu, un miracle. Il ne s'agit pas d'une traduction littérale, mot pour mot de ce qui a été dit par le parler en langues, mais d'une interprétation, c'est-à-dire la transmission du message, comme lorsque un interprète intervient pour interpréter les paroles d'une personne étrangère. Ce n'est pas du mot à mot, mais un message inspiré par l'Esprit de Dieu qui exprime au plus près ce qui a été dit.

Normalement, celui qui parle en langue doit demander à Dieu le don d'interpréter : 1 Cor. 14:13. Cependant, s'il n'a pas ce don, quelqu'un d'autre dans l'assemblée doit intervenir.

"Que faire donc, frères ? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l'édification. En est-il qui parlent en langue, que deux ou trois au plus parlent, chacun à son tour, et que quelqu'un interprète; s'il n'y a point d'interprète, qu'on se taise dans l'Église, et qu'on parle à soi-même et à Dieu." 1 Cor. 14:26-28.

Lorsque quelqu'un parle en langues et qu'il en reçoit l'interprétation, cela équivaut à une prophétie. Alors me direz vous : Pourquoi ne pas prophétiser directement ? Premièrement, il s'agit de dons différents, même si leur origine est la même et s'ils font partie des dons d'inspiration. Deuxièmement, le parler en langue agit comme un signal qui attire l'attention de l'assemblée, pour l'interprétation qui va suivre. Enfin, le Saint-Esprit opère comme il l'entend et il se manifeste sous la forme qui lui semble la meilleure.

Comme pour tous les autres dons spirituels, il nous faut être attentifs, sensibles, confiants et soumis à l'Esprit de Dieu qui oeuvre afin que ceux qui croient soient édifiés et que les autres soient amenés à la foi en Christ.

En terminant cette recherche sur les dons spirituels de 1 Corinthiens 12, je rappelle avec insistance combien ils sont utiles et précieux pour l'édification des églises du Seigneur en général, pour l'édification personnelle de chaque membre du corps de Christ, en particulier et pour accompagner la prédication de l'Évangile.

Empressons-nous donc de les rechercher auprès du Seigneur, dans la prière, avec ardeur et foi.

Que le Seigneur de toutes grâces, notre Père céleste, accorde avec abondance, à ses enfants que nous sommes, tous les dons de sa richesse infinie, afin qu'en toutes choses Son Fils Jésus-Christ notre Seigneur soit glorifié parmi ses rachetés et proclamé dans le monde comme le Sauveur et le Roi qui vient.

"C'est pour cela que nous aussi, depuis le jour où nous en avons été informés, nous ne cessons de prier Dieu pour vous, et de demander que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d'une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes oeuvres et croissant par la connaissance de Dieu, fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients." Colossiens 1.9-11.

5. Demander, recevoir, pratiquer, les dons spirituels

Les dons du Saint-Esprit, tels qu'ils sont présentés dans 1 Corinthiens 12, ne sont pas des choses aléatoires dont l'Église peut se passer sans conséquence. Lorsque nous lisons la Bible en général et le Nouveau Testament en particulier, nous remarquons la façon dont Dieu intervient, pour se révéler aux hommes et attirer leur attention, par des miracles, des prodiges et des guérisons.

Les dons du Saint-Esprit sont indispensables non seulement à l'édification de l'Église, mais ils le sont tout autant pour accomplir dans le monde les oeuvres de Dieu, afin d'annoncer l'Évangile avec la puissance divine, comme le souligne l'apôtre Paul :

"Car je n'oserais mentionner aucune chose que Christ n'ait pas faite par moi pour amener les païens à l'obéissance, par la parole et par les actes, par la puissance des miracles et des prodiges, par la puissance de l'Esprit de Dieu, en sorte que, depuis Jérusalem et les pays voisins jusqu'en Illyrie, j'ai abondamment répandu l'Évangile de Christ." Romains 15:18,19.

Les miracles que Jésus faisaient, et après lui ses disciples, avaient, entre autres choses, pour but de révéler le Sauveur afin d'amener les gens à la foi en Lui.

En observant le ministère de Jésus et de ses disciples après son ascension, nous voyons que ces miracles sont en fait la manifestation du Saint-Esprit par les dons spirituels.

Il faut remarquer dans la première lettre de Paul à l'église de Corinthe, combien l'apôtre, qui consacre deux chapitres aux dons spirituels, exhorte avec insistance à y "aspirer avec ardeur", pour l'utilité commune et l'édification.

1 Corinthiens 14:1 "Poursuivez l'amour, et désirez avec ardeur les dons spirituels, mais surtout de prophétiser."

1 Corinthiens 14:12 "Ainsi vous aussi, puisque vous désirez avec ardeur des dons de l'Esprit, cherchez à en être abondamment dotés pour l'édification de l'assemblée."

Désirer avec ardeur, demander avec ferveur, rechercher avec persévérance, c'est ce qui devrait être notre attitude à l'égard de tous les dons de l'Esprit, avec pour seule motivation l'utilité commune, l'édification de l'Église et l'œuvre de Dieu dans le monde.

Ce que l'apôtre écrit à Timothée est valable pour tous les dons que Dieu accorde à tous ceux qui appartiennent à Christ et à chacun en particulier :

"Ne néglige pas le don qui est en toi, et qui t'a été donné par prophétie avec l'imposition des mains de l'assemblée des anciens." 1 Timothée 4:14.

Un équipement nécessaire

Je répète avec insistance que tous les dons que le Seigneur accorde à l'Église sont nécessaires et indispensables pour une bonne évolution de son oeuvre, que ce soit pour le salut des âmes dans l'évangélisation et le témoignage ou l'édification et la sanctification des enfants de Dieu. Si nous voulons que les églises s'édifient dans la crainte de Dieu, c'est à dire la sanctification, que leurs membres vivent dans la plénitude de la grâce de Dieu et qu'elle s'accroissent par le témoignage envers ceux du dehors, il faut l'assistance du Saint-Esprit.

"L'Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie, s'édifiant et marchant dans la crainte du Seigneur, et elle s'accroissait par l'assistance du Saint-Esprit." Actes 9:31.

L'assistance du Saint-Esprit consiste dans son soutien, son conseil, son témoignage, ses interventions, la manifestation de ses dons, etc. Certains pensent qu'il n'agit que par une espèce d'action invisible, muette, sans évidence, qui n'engage, ni ne dérange personne. Or ses interventions sont très souvent puissantes, audibles et visibles. C'est ce que nous observons dans la Parole écrite de Dieu, ainsi que dans les églises où on le laisse s'exprimer librement. L'apôtre Paul écrit :

"Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance." 1 Corinthiens 4:20.

"Ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d'Esprit et de puissance, afin que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu." 1 Corinthiens 2:4,5.

Par les nombreux exemples donnés dans la Bible, Dieu nous enseigne les lois de son royaume :

La manifestation de sa puissance accompagnent toujours sa présence

Nous le voyons dès le commencement du monde :

"Il a créé la terre par sa puissance..." Jérémie 10:12.

Sans parler des nombreux exemples de l'Ancien Testament, nous remarquons comment Jésus était accompagné de la puissance miraculeuse de Dieu.

"Hommes Israélites, écoutez ces paroles! Jésus de Nazareth, cet homme à qui Dieu a rendu témoignage devant vous par les miracles, les prodiges et les signes qu'il a opérés par lui au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes." Actes 2:22.

Le Seigneur a dit à ses disciples qu'ils avaient besoin de sa puissance pour continuer sa mission dans le monde et accomplir ses oeuvres.

"Vous êtes témoins de ces choses." Luc 24.48/49.

"Et voici, j'enverrai sur vous ce que mon Père a promis; mais vous, restez dans la ville jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la puissance d'en haut... Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre." Actes 1:8.

Le livre des Actes des apôtres nous décrit comment cette puissance de Dieu les accompagnait, confirmant ainsi les promesses de Jésus :

"En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père; et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. Si vous m'aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous. Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus; mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous." Jean 14:12-20.

"Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde." Matthieu 28:20.

"Et ils s'en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l'accompagnaient." Marc 16:20.

L'apôtre Paul écrit encore aux disciples d'Italie :

"Car je n'oserais mentionner aucune chose que Christ n'ait pas faite par moi pour amener les païens à l'obéissance, par la parole et par les actes, par la puissance des miracles et des prodiges, par la puissance de l'Esprit de Dieu, en sorte que, depuis Jérusalem et les pays voisins jusqu'en Illyrie, j'ai abondamment répandu l'Évangile de Christ." Romains 15:18,19.

La Parole de Dieu doit nous faire réfléchir et nous amener à la conclusion que nous ne sommes ni meilleurs, ni plus intelligents, ni plus forts qu'eux. S'ils ont eu besoin de cette démonstration de la puissance de Dieu, elle nous est aussi indispensable. Il y a le don du Saint-Esprit que chaque enfant de Dieu reçoit lors de sa conversion, qui atteste notre filiation avec Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, puis il y a les dons qu'il accorde pour accomplir les oeuvres de Dieu. Nous devons avoir soif, non seulement de sa présence intime, mais aussi de la manifestation de sa puissance et de ses dons, afin de les demander avec ardeur et avec foi pour les recevoir et les appliquer.

Demandez et vous recevrez

Telle est la promesse du Seigneur. Mais cette demande doit être faite avec foi et détermination.

"Élie était un homme de la même nature que nous : il pria avec instance pour qu'il ne plût point, et il ne tomba point de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois. Puis il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie, et la terre produisit son fruit." Jacques 5:17.

Dans l'Évangile de Marc, la parole de Jésus, donne toute la signification de ce qu'il a voulu dire concernant la prière de la foi.

"C'est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir." Marc 11:24.

L'évangile de Matthieu nous rapporte une parole du Seigneur concernant la prière :

"Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière vous le recevrez." Matthieu 20:22.

Dans ces deux passages, Jésus parle de la prière exaucée et il précise que c'est une prière faite avec foi. Il ne s'agit pas de nous taper la tête par terre et de nous exciter mentalement. Le genre de prière que Jésus enseigne nécessite une véritable intimité avec Dieu, une relation de communion, dans laquelle nous lui soumettons notre être entier : notre vie, notre volonté, nos projets, tout ce que nous voulons entreprendre. Être résolus à connaître et à faire sa volonté, avant d'appliquer nos propres pensées. Commençons donc par demander, avec foi et détermination, la révélation de sa pensée et de ses desseins et soumettons nous à ce qu'il veut. Recevoir et pratiquer les dons qu'il accorde pour notre édification, fait partie de ses désirs et de ses instructions pour nous.

Recevoir

Lorsque l'apôtre Pierre a dit au boiteux de la porte du Temple : Ce que j'ai je te le donne, il s'agissait de la guérison et l'homme l'a reçue. Il a saisi les mains de Pierre et de Jean, il s'est levé et il a été entièrement guéri, sautant et louant Dieu.

"Pierre, de même que Jean, fixa les yeux sur lui, et dit: Regarde-nous.5 Et il les regardait attentivement, s'attendant à recevoir d'eux quelque chose. Alors Pierre lui dit: Je n'ai ni argent, ni or; mais ce que j'ai, je te le donne: au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche. Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes; d'un saut il fut debout, et il se mit à marcher." Actes 3:4-8.

Jésus dit :

"Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir." Marc 11:24.

Croyez que vous l'avez reçu ou croyez que vous le possédez déjà, que c'est à vous ou encore selon la version Parole vivante :

"croyez que vous l'avez déjà reçu et cela vous sera accordé."

Imaginez qu'un enfant demande un vélo à son père et que celui-ci lui réponde : "D'accord, je vais te le donner, sois sans crainte, c'est comme si c'était fait, crois qu'il est à toi". L'enfant dit "Merci papa, je le veux rouge ! Puis il s'en va en sautant de joie vers sa mère et lui dit : Maman j'ai le vélo, rouge ! Sa mère lui répond : Je ne vois rien ! Alors l'enfant reprend avec assurance : Papa me l'a promis, je sais que c'est vrai, je vais l'avoir "

Voilà ce qu'enseigne Jésus : "Croyez que c'est à vous et vous allez le voir s'accomplir !" Alors nous sautons de joie en disant : Merci Père céleste. Si quelqu'un nous demande : Qu'est-ce qui vous arrive ? Nous répondons avec assurance : J'ai demandé telle chose au Seigneur et je vais la recevoir ! Alléluia ! Recevoir, c'est cela ! Alors recevez ses dons ! Quelqu'un dira : Mais comment saurai-je vraiment que j'ai reçu tel ou tel autre don, en dehors du fait de le croire ? Une assurance viendra dans votre cœur par le Saint-Esprit, comme une pensée irrésistible qui vous poussera à exercer ce don. Ce ne sera ni votre désir personnel, ni votre propre pensée, mais la conviction par l'Esprit de Dieu que vous avez reçu ce que vous demandiez et qu'i vous faut maintenant l'appliquer.

Il existe, pour ceux qui vivent dans la communion avec Dieu, un sentiment intérieur qui s'appelle "le témoignage du Saint-Esprit", qui nous révèle ces choses.

"Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l'oeil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment. Dieu nous les a révélées par l'Esprit. Car l'Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l'homme, si ce n'est l'esprit de l'homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n'est l'Esprit de Dieu. Or nous, nous n'avons pas reçu l'esprit du monde, mais l'Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce." 1 Corinthiens 2:9-12.

Appliquer

Lorsque le Seigneur nous accorde ses dons, il nous faut alors les pratiquer. Cela demande de la foi, de la sagesse et parfois du courage. Trop d'enfants de Dieu se sont laissés aller à faire les choses sans discernement et le résultat n'a pas été bon, alors soit on se décourage, soit on a peur des contrefaçons. Il y a une pratique convenable des dons du Saint-Esprit et nous ne devons pas oublier que nous avons notre responsabilité. Lorsque Dieu nous utilise, nous ne devenons pas des robots, nous demeurons lucides et maîtres de nos décisions. Alors il nous faut réfléchir :

"Tandis que Pierre ne savait en lui-même que penser du sens de la vision qu'il avait eue, voici, les hommes envoyés par Corneille, s'étant informés de la maison de Simon, se présentèrent à la porte, et demandèrent à haute voix si c'était là que logeait Simon, surnommé Pierre. Et comme Pierre était à réfléchir sur la vision, l'Esprit lui dit: Voici, trois hommes te demandent; lève-toi, descends, et pars avec eux sans hésiter, car c'est moi qui les ai envoyés." Actes 10.17/20.

Il ne faut pas non plus que notre réflexion soit fondée sur nos pensées ou sentiments humains, car nous risquons simplement de perdre la foi concernant ces manifestations. Nous ne sommes pas livrés à nous-mêmes. Dieu nous a donné le Saint-Esprit avec ses dons et c'est lui notre conseiller qui nous explique la meilleure façon et le moment le plus opportun pour agir. La première chose dont nous avons besoin, c'est la sensibilité au Saint-Esprit et cela s'apprend dans la communion avec Dieu, dans la prière, l'écoute et la méditation. L'apôtre Pierre, l'homme impulsif, avait appris à réfléchir sur les événements produit par Dieu dans sa vie, comme nous le voyons ci-dessus et encore dans Actes 12.5 :

"Pierre donc était gardé dans la prison; et l'Église ne cessait d'adresser pour lui des prières à Dieu. La nuit qui précéda le jour où Hérode allait le faire comparaître, Pierre, lié de deux chaînes, dormait entre deux soldats; et des sentinelles devant la porte gardaient la prison. Et voici, un ange du Seigneur survint, et une lumière brilla dans la prison. L'ange réveilla Pierre, en le frappant au côté, et en disant: Lève-toi promptement! Les chaînes tombèrent de ses mains. Et l'ange lui dit: Mets ta ceinture et tes sandales. Et il fit ainsi. L'ange lui dit encore: Enveloppe-toi de ton manteau, et suis-moi. Pierre sortit, et le suivit, ne sachant pas que ce qui se faisait par l'ange fût réel, et s'imaginant avoir une vision. Lorsqu'ils eurent passé la première garde, puis la seconde, ils arrivèrent à la porte de fer qui mène à la ville, et qui s'ouvrit d'elle-même devant eux; ils sortirent, et s'avancèrent dans une rue. Aussitôt l'ange quitta Pierre. Revenu à lui-même, Pierre dit: Je vois maintenant d'une manière certaine que le Seigneur a envoyé son ange, et qu'il m'a délivré de la main d'Hérode et de tout ce que le peuple juif attendait. Après avoir réfléchi, il se dirigea vers la maison de Marie, mère de Jean, surnommé Marc, où beaucoup de personnes étaient réunies et priaient."

Le Saint-Esprit parle, lorsque nous avons premièrement écouté ses instructions et que nous réfléchissons à la meilleure façon d'agir. Il parle aussi et agit, lorsque nous prions, quand nous adorons et nous attendons à lui.

"Pendant qu'ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu'ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit: Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l'œuvre à laquelle je les ai appelés." Actes 13:2.

Puis lorsque nous obéissons :

"Un ange du Seigneur, s'adressant à Philippe, lui dit: Lève-toi, et va du côté du midi, sur le chemin qui descend de Jérusalem à Gaza, celui qui est désert. Il se leva, et partit. Et voici, un Éthiopien, un eunuque, ministre de Candace, reine d'Éthiopie, et surintendant de tous ses trésors, venu à Jérusalem pour adorer, s'en retournait, assis sur son char, et lisait le prophète Esaïe. L'Esprit dit à Philippe: Avance, et approche-toi de ce char." Actes 8:26-29.

Il est remarquable de constater que c'est au moment où le char est arrivé, que l'Esprit de Dieu a parlé à Philippe, pas avant. Nous ne savons pas combien de temps Philippe a attendu sur ce chemin désert, mais a un moment donné les choses se sont produites. Le Seigneur sait le moment le plus favorable pour intervenir, il nous faut alors être attentifs et patients. Le Saint-Esprit agit lorsque nous lui en laissons le temps et la place. Nous sommes toujours trop pressés et trop bavards. Nous pensons que l'adoration et la prière c'est un flot de paroles et de chants.

Je suis toujours étonné du comportement des enfants de Dieu dans les cultes, les réunions de prières ou de louanges. Il n'y a pas de véritable adoration. Nos programmes sont tellement bien ficelés et chargés que le temps et la place manquent pour la manifestation du Saint-Esprit. Nous avons pourtant cru être inspirés par Lui, en préparant nos cultes ou nos rassemblements, mais nous sommes trop rigides dans l'application de notre programme.

Agir avec assurance

Si le manque de place ou de temps peut nous empêcher de manifester les dons spirituels, il y a aussi un sentiment de crainte qui paralyse. Lorsque le moment est venu et que nous ressentons l'insistance du Saint-Esprit, nous ne devons pas hésiter. Élançons-nous avec assurance, aussitôt qu'une ouverture se présente, si brève soit-elle. Il m'est arrivé de réagir trop tard, alors l'occasion était passée. Qu'est-ce qui peut nous faire hésiter ? La crainte de nous tromper ou de ne pas être à la hauteur, la peur de n'être pas écoutés, la crainte des autres. Les prophètes de Dieu ont connu des situations dans lesquelles nous pouvons aussi nous trouver, tels Jérémie, Ézéchiel et d'autres.

"Je répondis: Ah! Seigneur Éternel ! voici, je ne sais point parler, car je suis un enfant. Et l'Éternel me dit: Ne dis pas: Je suis un enfant. Car tu iras vers tous ceux auprès de qui je t'enverrai, et tu diras tout ce que je t'ordonnerai. Ne les crains point, car je suis avec toi pour te délivrer, dit l'Éternel." Jérémie 1:6-8.

"Et toi, ceins tes reins, lève-toi, et dis-leur tout ce que je t'ordonnerai. Ne tremble pas en leur présence, de peur que je ne te fasse trembler devant eux." Jérémie 1:17.

"Qu'ils écoutent, ou qu'ils n'écoutent pas, -car c'est une famille de rebelles, -ils sauront qu'un prophète est au milieu d'eux. Et toi, fils de l'homme, ne les crains pas et ne crains pas leurs discours, quoique tu aies auprès de toi des ronces et des épines, et que tu habites avec des scorpions; ne crains pas leurs discours et ne t'effraie pas de leurs visages, quoiqu'ils soient une famille de rebelles." Ézéchiel 2:5-6.

L'apôtre Pierre, pourtant aguerri dans le ministère avait ses moments de faiblesse :

"En effet, avant l'arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens; et, quand elles furent venues, il s'esquiva et se tint à l'écart, par crainte des circoncis." Galates 2:12.

"La crainte des hommes tend un piège, Mais celui qui se confie en l'Eternel est protégé." Proverbes 29:25.

Il y aura toujours des contradicteurs et des opposants, Jésus a connu cela.

"Mais Jésus, sans tenir compte de ces paroles, dit au chef de la synagogue: Ne crains pas, crois seulement." Marc 5:36.

L'apôtre Paul exhortait Timothée à surmonter ses craintes et sa timidité, en ranimant le don qu'il avait reçu, aujourd'hui on dirait : en le réactivant ou en le réveillant.

2 Timothée 1:6/7 "C'est pourquoi je t'exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l'imposition de mes mains. Car l'Esprit que Dieu nous a donné ne nous rend pas timides ; au contraire, cet Esprit nous remplit de force, d'amour et de maîtrise de soi."

6. Besoin d'un réveil

Je ne connais pas l'œuvre de Dieu dans le monde, mais pour ce que je sais des églises en France et peut-être en Europe, nous avons un profond besoin d'une nouvelle effusion de Saint-Esprit, dans sa réalité originelle, c'est à dire avec la même puissance qu'Il manifestait dans les églises primitives, avec les évangélistes, les prophètes et les apôtres. Ils n'avaient pas beaucoup de moyens matériels, mais nous voyons qu'avec la force qui les accompagnait ils remplissaient pleinement la mission que le Saigneur leur avait confiée.

La raison de leur efficacité n'est pas un secret : Le seigneur travaillait avec eux et ils travaillaient avec le Seigneur.

Ils restèrent cependant assez longtemps à Icone, parlant avec assurance, appuyés sur le Seigneur, qui rendait témoignage à la parole de sa grâce et permettait qu'il se fît par leurs mains des prodiges et des miracles. Actes 14:3

A Ephèse, cela dura deux ans, de sorte que tous ceux qui habitaient l'Asie, Juifs et Grecs, entendirent la parole du Seigneur.
Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu'on appliquait sur les malades des linges ou des étoffes qui avaient touché son corps ; alors les maladies les quittaient et les esprits mauvais sortaient. Actes 19:10-12

Soyons honnêtes, Il y a des choses qui nous manquent et d'autres qui en qui ont besoin d'être renouvelées et elle le seront dans une recherche personnelle auprès du Seigneur, en particulier par la prière et la lecture de sa Parole.

"C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel: Si tu te rattaches à moi, je te répondrai, et tu te tiendras devant moi; Si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est vil, tu seras comme ma bouche. C'est à eux de revenir à toi, Mais ce n'est pas à toi de retourner vers eux." Jérémie 15:19.

Les hommes ou les femmes de la Bible, dont Dieu se servait marchaient avec le Seigneur sans se laisser distraire par le monde, ils étaient entièrement à Dieu. C'étaient des êtres humains comme nous, avec leurs faiblesses, mais leur principale qualité c'était leur attachement au Seigneur. Ils marchaient avec Dieu.

Je ne connais , ni ne juge le cœur des autres, mais je me connais et je regarde l'église qui m'environne. Je dis "Seigneur il y a un décalage dans ce que nous vivons et ce que nous racontent les écrits de ta Parole. Nous faisons beaucoup d'œuvres, nous avons de nombreuses activités et des moyens qui demandent souvent beaucoup d'argent, nous semons beaucoup et nous récoltons peu ! Alors Seigneur, Eternel, toi qui ne change pas, dans le Nom de ton Fils Jésus de Nazareth, remplis nous et revêt nous du Saint-Esprit, comme dans les jours d'autrefois, accomplis les œuvres que nos pères dans la foi ont connus. Alors nous serons heureux et tu seras glorifié, ainsi que notre Seigneur Jésus-Christ !" Amen !

Pasteur L.Guyot

QUE SIGNIFIE ETRE EN CHRIST ? COMMENT ETRE SUR QUE JE SUIS EN JESUS ?


Le Seigneur veut nous faire du bien parce que c'est un Dieu bon et merveilleux. Le Seigneur voudrait que tous Le connaissent et que tous ceux qui Le connaissent aillent toujours plus loin dans Sa
connaissance, parce que, plus on Le connaît, plus on a envie de Le connaître davantage, et on aura cette connaissance de Dieu pour l'éternité dans le ciel. Il va nous révéler en permanence qui Il est, et Il a déjà commencé maintenant. Ce soir, j'aimerais vous parler d'une chose qui est d'une importance extrême. Quand je lisais ces passages dans la Bible, je me disais : "C'est fantastique, Seigneur ! Que nos yeux s'ouvrent !". Et je disais pour moi-même : "Seigneur, que mes yeux s'ouvrent. "Quand je regarde ce qui est écrit, j'ai l'impression de le lire pour la première fois et pourtant, je le connais, mais cette Parole, quand on la lit avec un coeur ouvert et désireux de savoir, elle nous renouvelle dans la connaissance de ces choses. Elle nous les rappelle, elle nous les rend vivantes à nouveau.

Alors ce soir, j'aimerais vous parler de ce que la Bible dit quand elle dit que "Nous sommes en Christ". Qu'est-ce que ça veut dire, qu'est-ce qu'il y a dans le fait d'être en Christ ? Souvent, dans la
Bible, il est dit : "à ceux qui sont en Christ, à l'Eglise qui est en Christ". Si on devait entrer dans le détail, ce n'est pas une soirée qu'il faudrait, c'est plusieurs. Alors je vais essayer de condenser cela en un seul message, afin d'avoir un aperçu de ce que la Bible dit que nous sommes quand "nous sommes en Christ".

Alors, la première des choses, c'est qu'il faut "être en Christ". On ne peut pas recevoir toutes les merveilles que Dieu veut nous donner si nous ne sommes pas en Christ. Qu'est-ce que ça veut dire " être en Christ" et, pour ceux qui sont en Christ, qu'est-ce que Dieu a en réserve pour eux ? Vous savez, aujourd'hui, vous regardez le monde qui est autour de vous, où il va. Il suffit d'écouter un peu les informations et de voir les titres des journaux pour se rendre compte que les choses vont mal
et même de mal en pis.

On réalise qu'il ne peut y avoir que deux positions aujourd'hui. Je ne dis pas : croire en Dieu ou ne pas croire en Dieu, puisque, si vous demandez qui croit en Dieu, la plupart des gens vous disent qu'ils croient en Dieu. Il ne peut y avoir que deux positions : ou bien on est en Jésus-Christ, ou bien on est
en dehors.

Quand on est en Jésus, on reçoit son Esprit qui nous change constamment et Il peut se servir de nous. Quand on est en dehors de Jésus, on est dans les ténèbres et dans la mort. Tout ce monde qui nous entoure, qui est sans Jésus, ne se rend pas compte qu'il va à la mort, au précipice. Et le Seigneur Jésus est en train de déverser son Esprit pour appeler tous ceux qui ne sont pas encore en Lui, à rentrer en Jésus, à se mettre dans l'arche, dans la forteresse, en Jésus.

Alors que sommes-nous en Jésus ? Je ne parle pas seulement à ceux qui sont en Jésus, mais aussi à ceux qui ne sont pas en Jésus. Il y en a qui vont entendre cette cassette, qui ne sont pas en Jésus. Le désir de mon coeur et le désir du Seigneur est de donner envie à ces derniers d'entrer en Jésus. Pas seulement d'entendre un message, mais de dire : "Moi, j'aimerais être en Jésus. Qu'est-ce qu'il faut faire pour être en Jésus ? Parce que, quand j'entends ce que Dieu réserve à ceux qui sont en Jésus- Christ, j'aimerais entrer en Jésus et y rester. "Et à ceux qui sont déjà en Jésus, ce message doit nous ouvrir encore plus les yeux sur les merveilles que Dieu réserve à ceux qui sont en Jésus, les merveilles qu'Il nous a déjà données et dans lesquelles nous n'avons qu'à puiser. Car il y a une grande différence entre une promesse et ce qui est déjà accompli. En Jésus, nous avons des choses qui sont déjà pour nous, qu'il nous suffit de comprendre et d'utiliser et nous avons aussi des promesses qui vont venir. Alléluia !

Alors, la première chose, c'est que la Bible nous dit que nous devons absolument être en Jésus et que nous devons le savoir, quand nous y sommes. Il faut absolument que nous entrions en Jésus-
Christ. Si nous ne sommes pas en Jésus, nous sommes dans la mort.

J'aimerais lire dans Colossiens 2:6 un premier verset : "Ainsi, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus...", Paul parle à des gens qui étaient des païens. Les Colossiens n'étaient pas juifs, ils étaient païens, ils avaient reçu le Seigneur Jésus. "...comme vous L'avez reçu, marchez en Lui, étant enracinés et fondés en Lui, et affermis par la foi, d'après les instructions qui vous ont été données, et abondez en actions de grâces."
Il leur dit : "Vous ne connaissiez pas Jésus, vous êtes entrés en Lui. Comme vous L'avez reçu, Il est entré en vous, et, en entrant en vous, c'est vous qui êtes entrés en Lui.". Les deux sont vrais. Une fois que vous êtes entrés en Lui, continuez, marchez en Lui, enracinés et fondés en Lui. C'est fort. C'est très fort. Il faut que dans notre coeur, nous ayons bien conscience que la conversion, ce n'est pas changer de religion, ce n'est pas une nouvelle religion. La conversion, c'est entrer en Dieu par Jésus- Christ et c'est Dieu qui entre en nous, par Jésus. Jésus est la porte obligée. Personne ne peut entrer en Dieu sans passer par Jésus. C'est pourquoi toutes les religions du monde se trompent. Elles sont toutes des efforts que les hommes ont essayé de mettre en place pour essayer de monter jusqu'à Dieu. On ne peut pas monter jusqu'à Dieu. Il a fallu que Dieu descende vers nous en envoyant Jésus, qui est la porte qui nous fait entrer en Dieu. Et une fois qu'on est en Lui, on continue à marcher en Lui, jusqu'au bout. Quand Paul parle aux Eglises, il dit, par exemple, aux Thessaloniciens : "A vous, l'église des Thessaloniciens, qui êtes en Dieu le Père et en Jésus-Christ le Seigneur "
Donc, tous les chrétiens sont en Lui et Paul le sait puisqu'il le leur dit. Dans 1 Corinthiens 1:30, Paul nous dit quelque chose de très important : nous n'avons pas le pouvoir nous-mêmes d'entrer en
Jésus-Christ ; nous ne pouvons pas forcer la porte. Il faut que ce soit Dieu qui nous fasse entrer en Lui. "Or, c'est par Lui que vous êtes en Jésus-Christ " Donc, Dieu le Père nous a pris, nous a enlevés de ce royaume de perdition où nous étions et Il nous a placés en Jésus. Heureusement que c'est Dieu qui nous met en Christ, parce que, de nous-mêmes, nous ne pouvons atteindre ce but. Evidemment, nous avons quelque chose à faire, nous. Dieu ne va pas mettre comme ça quelqu'un et le forcer à entrer. II faut que notre coeur s'ouvre.

Dans Colossiens 1:12, Paul dit : "Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres ". Il a commencé par nous délivrer du diable qui nous tenait entre ses griffes, Il nous en a arraché grâce au sang de Jésus. " et nous a transportés dans le royaume de son Fils " Donc Il nous a transportés, non seulement dans un royaume où son Fils règne, mais Il nous a transportés dans Son Fils qui est le roi et la tête de Son corps. C'est vraiment quelque chose qui me parle, à moi, de savoir que Dieu ne m'a pas seulement introduit dans son royaume, mais qu'Il m'a introduit en Lui-même, dans Son Fils, Jésus, dont je fais partie, puisque je suis membre de Son corps. "Il nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour ", ou de Son Fils bien-aimé, " en qui nous avons la rédemption par Son sang, la rémission des péchés en Lui. "Dieu le Père nous a transportés EN Jésus. C'est beau, c'est merveilleux !

Dans Ephésiens 5:30, Paul parle aux chrétiens et dit : " parce que nous sommes membres de Son corps, étant de Sa chair et de Ses os. "Ça, c'est un miracle : la Bible dit que nous sommes de la chair de Jésus et de Ses os (certaines versions n'ont pas ce bout de verset, mais les bonnes versions l'ont). Jésus a actuellement un corps ressuscité, une chair glorieuse et Paul dit que nous sommes membres de Son corps, étant de Sa chair et de Ses os, nous qui sommes en Lui. Il dit dans 1 Corinthiens 6:17 "Celui qui s'attache au Seigneur est avec Lui un seul esprit."
Ça aussi c'est très fort. Il ne dit pas que nous avons simplement reçu une partie de Son Esprit, il va encore plus loin et il dit que celui qui s'attache au Seigneur, est non seulement corps de Son corps, de manière miraculeuse, mais il est avec Lui un seul esprit. Vous voyez à quel point nous sommes plantés en Jésus. Nous sommes vraiment de Sa chair et de Son Esprit. Pour comprendre cela, bienaimés, il faut une révélation de Dieu, du Saint-Esprit. Moi, je peux vous en parler, mais je compte surtout sur l'action du Saint-Esprit dans nos coeurs pour que nos yeux s'ouvrent et qu'Il nous fasse comprendre cela dans le coeur. Nous sommes EN Lui.

Alors je mettrai à la fin le problème de savoir comment entrer en Jésus-Christ. D'abord je vais montrer ce que la Bible dit que nous sommes, quand nous sommes en Christ et après je parlerai de ce que la Bible dit qu'il faut faire pour entrer en Christ et comment nous pouvons être sûrs que nous sommes en Jésus. Mais d'abord, qu'est-ce que la Bible dit que nous sommes, lorsque nous sommes en Christ ? Quand nous avons rempli les conditions que Dieu nous donne, que nous avons accepté le Seigneur comme notre Sauveur, notre Seigneur, que Dieu le Père nous a placés en Christ, la Bible dit : "Lorsque vous êtes en Christ, vous êtes ceci, vous êtes cela ; vous avez ceci, vous avez cela". C'est ce que nous allons voir maintenant. J'ai regroupé ce que la Bible dit que nous sommes en Christ, en trois grandes catégories, pour simplifier.
A tous ceux qui sont en Lui, Dieu donne des privilèges. Un privilège, c'est une chose qui est exclusivement réservée à une certaine catégorie de personnes. Dieu n'a pas de chouchous. Il voudrait
que tous les hommes reçoivent ces privilèges. Mais simplement, parce qu'il y en a qui acceptent et d'autres qui refusent, Dieu ne peut pas donner ces privilèges à ceux qui refusent, parce qu'Il les
respecte. Mais si tu Lui dis : "Moi, je veux de Toi, Seigneur, je veux de ces grâces, de ces privilèges", alors là, ils sont gratuitement pour toi. Dieu va te les montrer, Il va te les révéler, Il va te les expliquer et tu n'auras plus qu'à te servir par la foi.
La première série de bénédictions : en Christ, nous sommes complètement morts à tout ce qui est du passé et à tout ce qui est du monde, qui est dans le péché. Alors j'ai eu l'occasion d'en parler dans ces derniers messages, mais c'est tellement important que j'y reviens encore, un peu moins longuement qu'avant.
Il faut comprendre que lorsque nous entrons en Christ, Dieu ne veut pas que nous traînions avec nous, quoi que ce soit de notre ancienne vie passée. L'ancienne vie passée, on la connaît pour chacun d'entre nous, ce n'est pas la peine d'entrer dans les détails, elle est mauvaise, elle est pourrie. Il n'y a pas de bons et de mauvais pécheurs devant Dieu, il n'y a que des pécheurs et nous sommes tous sortis de là. Nous sommes tous des pécheurs au départ, par naissance, et nous avons commis des péchés. Ce qui déplaît à Dieu, c'est de voir que notre nature au départ, est une nature de péché. Il ne peut donc pas nous faire entrer en Christ, avec une nature comme ça. Il ne va pas se contenter d'effacer nos péchés. Il veut aussi mettre à mort complètement tout ce qui est de notre vieille nature, il faut que cela soit détruit, mis à mort complètement. Et cela a été fait en Christ, quand Il est mort à la Croix. Il est dit que, pour tous ceux qui croiraient en Lui, tout ce qui est de notre vieille nature est mort en lui à la Croix. Ça, c'est un cadeau merveilleux. Sans cela, on traînerait cette vie passée comme un boulet, et Dieu ne le veut pas, même s'il y a encore des conséquences de nos péchés passés qui traînent aujourd'hui, dans notre vie présente. Dieu veut les enlever complètement, parce que nous sommes en Lui de nouvelles créatures ; Il veut nous changer de la tête aux pieds. Et déjà, en Christ, Il l'a fait. Alors je vais juste citer les passages de ce que ça veut dire qu'être mort en Christ au moment où Il est mort à la croix, il y a 2000 ans.

Dans Ephésiens 1:7 "En Lui nous avons la rédemption par Son sang " Cela veut dire que lorsque nous entrons en Jésus, au moment même où nous entrons, Son sang efface tous nos péchés passés, parce que nous avons demandé pardon au Père, au nom de Jésus.
Dans Ephésiens 4:32 "En lui, vous avez le pardon de vos péchés. "C'est la même idée. Le sang de Jésus efface, quand nous entrons en Christ, tous nos péchés passés.
Dans Romains 6:3 "Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en Sa mort que nous avons été baptisés ?" Et baptisés en Lui veut dire plongés en Lui. L'idée est belle ; Dieu ne s'est pas contenté de nous mettre en Christ, Il nous a plongés en Lui. Au verset 6 : " sachant que notre vieil homme a été crucifié avec Lui, afin que le corps de péché soit
détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché " Donc à ceux qui ne sont pas en Christ, sachez qu'en Christ nous pouvons avoir une délivrance complète de ce corps de péché qui nous pousse constamment à pécher parce qu'au moment où Christ est mort, vous êtes morts avec Lui. Et nous qui sommes en Lui, nous pouvons demander au Seigneur de nous révéler d'avantage que notre vieille nature, qui nous cause tant de problèmes souvent, a été clouée et morte en Lui et que c'est quelque chose qui est FAIT, et non quelque chose à faire. Nous n'avons qu'à le recevoir par la révélation, à le croire et à le garder dans nos coeurs. Ma nature est morte en Christ. Quand Dieu m'a placé en Lui, il m'a placé d'abord dans la mort de Jésus.
Dans Romains 8:2 "La loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ m'a délivré de la loi du péché et de la mort qui me retenait prisonnier."

Galates 2:20 "J'ai été crucifié en Christ " Alors ne dites plus, bien-aimés : "Seigneur, viens m'aider à crucifier ma chair". Vous faites une prière que Dieu n'aime pas entendre. Dites-lui : "Seigneur, je Te remercie parce que Tu dis que ma chair a été crucifiée en Toi. Ouvre mes yeux et mon coeur simplement à cette vérité : que je la reçoive, que je me l'approprie par la foi, pour que je la vive tous les jours, mais que je la reçoive par révélation !"
Dans Galates 6:14, il dit quelque chose qui est merveilleux : "Pour ce qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d'autre chose que de la Croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme moi, je le suis pour le monde. "Donc, puisque j'ai été crucifié avec Jésus et mort en Lui et avec Lui, ce monde qui m'entoure, qui est dominé par Satan et le péché, a été crucifié pour moi comme moi j'ai été crucifié pour lui, puisque maintenant je suis libéré de la loi du péché qui contrôle ce monde. Et le monde, pour celui qui est crucifié en Jésus, n'a plus d'attirance. C'est terminé. Si je comprends que j'ai été crucifié pour ce monde, ça veut dire qu'entre ce monde et moi, il y a la mort qui est passée. Un mort n'est plus tenté par le monde et le monde ne peut pas tenter un mort.
Le Saint-Esprit me révèle que j'ai été crucifié, que le monde est crucifié pour moi, que tout a été englouti dans la mort de Jésus, que j'ai commencé par être plongé dans la mort à toute ma vie passée, à ma nature passée, à ce monde de péché, à tout ! Alors en Christ, je suis mort avec Lui.
Et c'est important de comprendre maintenant la deuxième série de bénédictions que Dieu donne à ceux qui sont en Lui.
Si nous en étions restés là et si Christ n'était pas ressuscité, Paul dit aux Corinthiens : "Et si Christ n'est pas ressuscité, vous seriez encore morts dans vos péchés. "Notre nature de péché méritait la mort à cause de ce qu'elle était. Il fallait qu'elle meure. Christ est mort pour nous, nous sommes morts en Lui. Mais nous n'en sommes pas restés là, sinon, nous serions encore morts dans nos péchés. Mais Christ est ressuscité et, EN Lui, nous recevons sa vie de résurrection. Ce n'est pas une doctrine nouvelle que tu vas recevoir, ce n'est pas une religion nouvelle que tu reçois, c'est la vie-même de Dieu, en Christ. La VIE de Dieu qui rentre en toi et qui te recrée complètement : tu es une nouvelle création.
Donc la deuxième série de bénédictions gratuites, qui ont coûté cher à Jésus mais qui nous sont données par la foi en Lui, c'est la naissance à une vie entièrement nouvelle à tout point de vue et une vie éternelle.
Dans 2 Corinthiens 5:17 il est dit : "Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature."
Dans le texte grec, c'est encore plus fort : "il est une nouvelle création". Ça veut dire qu'à l'instant où tu acceptes Jésus comme ton Sauveur et ton Seigneur, Dieu fait un grand miracle ; Dieu fait mourir toute ta vieille nature passée qui est déjà morte, il y a 2000 ans, en Christ, et il crée en toi une nature entièrement neuve, par la puissance de Son Esprit.
Quand Jésus est ressuscité des morts, c'était quelque chose d'extraordinaire. Quelqu'un dans le tombeau depuis 3 jours où toutes les fonctions sont arrêtées, son esprit est parti et par la puissance de l'Esprit de Dieu, il revient à la vie, une vie éternelle, parce que Christ ressuscité ne meurt plus, un corps glorifié, d'un esprit éternel, vivant, vivifiant. Au moment où tu te donnes à Jésus, le même Saint- Esprit entre en toi et Il te crée un esprit nouveau qui s'établit en toi avec la présence du Saint-Esprit.

Mais ça se passe au plus profond, à l'intérieur, et tout le travail du Seigneur, c'est de nous ouvrir les yeux à cette première réalité. Notre corps n'est pas encore changé, notre âme non plus, mais dedans, au plus profond, le Seigneur change notre esprit, Il nous donne la vie éternelle en Christ et Il nous promet que tout le reste va être changé ensuite, jusqu'à la résurrection du corps, au retour de Jésus. Nous allons recevoir alors la plénitude de ce que nous sommes en Christ, une nouvelle création. "Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. "Ton corps ne doit plus être un problème, puisqu'il est mort en Christ. Il nous faut le comprendre par la révélation du Saint-Esprit au plus profond de nos coeurs, pour que par la foi, on puisse marcher par l'Esprit. Et ça s'apprend par le Seigneur qui est notre maître et qui nous aide.
Ephésiens 2:1 "Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés " Avant de connaître Jésus, avant d'être en Lui, pour Dieu nous étions morts. Et si la mort physique nous avait trouvés à ce moment-là, c'était l'enfer pour toujours. Mais Dieu qui est amour et qui nous aime, ne veut pas de cela pour nous.
C'est pour cela qu'Il a envoyé Jésus. Il ne veut pas que nous soyons placés en enfer pour l'éternité. Il aime trop ses créatures. Il a demandé à Jésus de venir justement pour cela, pour nous faire sortir de ce domaine de ténèbres et nous faire rentrer dans Son royaume de lumière.
Au verset 4 il dit : "Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont Il nous a aimés ", c'est ça qui compte. Rappelons-nous toujours que si Dieu cherche à nous avoir avec Lui, c'est parce qu'Il nous AIME. Ce n'est pas un Dieu vengeur qui est là avec sa matraque pour nous matraquer chaque fois qu'on pèche. Dieu nous AIME. Et c'est parce qu'Il nous a aimés d'un grand amour, nous qui n'étions pas aimables, qu'Il a envoyé Jésus pour nous transformer complètement. " nous qui étions morts par nos offenses, Il nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ; Il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ. "Tout ça, c'est au passé. Cela veut dire que maintenant, ceux qui sont en Christ sont sortis de ce domaine de ténèbres, ils sont entrés dans la lumière et ils sont, en esprit, assis dans les lieux célestes, avec Jésus. Maintenant votre corps est assis ici dans cette pièce, mais en esprit, nous sommes assis avec Lui dans les lieux célestes. Où est Jésus maintenant ? Il est assis à la droite du Père et Il prépare sa venue pour nous chercher. Comme Il est assis à côté du Père, à Sa droite, et que nous sommes en Lui, nous aussi nous sommes assis, en Lui, à la droite du Père.
Dans Ephésiens 2:10 "Nous sommes son ouvrage ", quand Dieu fait quelque chose, Il le fait bien, " ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance pour que nous les pratiquions. "Vous voyez, c'est vraiment une création nouvelle, il n'y a rien du passé qui reste. Dieu nous a créés à neuf en Jésus et Il nous dit : "Maintenant, ne t'inquiète pas, j'ai du travail pour toi, c'est préparé d'avance, tu n'as qu'à entrer dans les oeuvres que j'ai préparées. J'ai préparé des foules de bonnes choses pour toi à faire. Et c'est par Ma puissance que tu vas les faire. "Si tu es en Christ, tout ça, c'est pour toi. Une nouvelle création : entrer dans une vie nouvelle.

Maintenant, la troisième série de bénédictions qu'Il a pour nous, c'est que, lorsque nous entrons dans cette vie nouvelle, Dieu nous dit que nous avons tout pleinement en Jésus.
Alors tout, ça veut dire tout. Et le Seigneur, bien-aimés, ne veut plus que nous soyons des chrétiens pleurnicheurs qui disent : "il me manque ceci, il me manque cela. "D'accord, peut-être en ce moment ce n'est pas encore manifesté dans ta vie. Mais si tu comprends dans ton coeur que déjà en Christ, tu as tout reçu pleinement, si tu restes dans cette foi et cette confiance en ton Seigneur qui t'aime, tu vas voir tout cela se manifester dans ta vie, déjà maintenant, et dans l'au-delà, pour l'éternité. Tu as tout pleinement en Lui. Le travail du Seigneur, c'est qu'Il va te faire jouir de tout cela, ici-bas et dans l'éternité. Quand nous sommes en Lui, nous pouvons nous rappeler ces choses que nous avons déjà en Lui, parce qu'elles répondent à tous nos problèmes pratiques.
"Dieu a voulu faire connaître quelle est la glorieuse richesse de ce mystère, à savoir : Christ en vous, l'espérance de la gloire. C'est Lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ. "Vous voyez le rapport entre les deux versets : c'est parce que Christ est en nous, que nous pouvons devenir parfaits en Lui. Parce que c'est Lui qui fait le travail en nous, si nous restons attachés à Lui.
Donc le but du Seigneur, une fois qu'Il nous fait rentrer en Lui, c'est de mettre clairement cette pensée qui est la Sienne dans nos coeurs : Dieu a commencé à mettre Sa vie en toi ; c'est pour te rendre parfait en Christ, parfait en tout. C'est Lui, par Sa force toute puissante, qui le fait en toi. "Seigneur, donne à mes frères et soeurs ton Esprit pour comprendre cela, donne-leur la force nécessaire, dans leur fatigue, pour rester debout et écouter ce message. Donne-nous ton Saint-Esprit dans nos coeurs pour nous le faire comprendre."
Dans Colossiens 2:9 "Car en Lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. "Christ est Dieu, et en Lui habite, sous une forme corporelle, toute la plénitude de la divinité. Il veut nous rendre participants de toute cette plénitude en Lui, parce qu'Il veut que Christ soit tout en tous. Donc, Il veut nous remplir, nous aussi, de cette plénitude.
Colossiens 2:10 "Vous avez tout pleinement en Lui " Alors cela ne peut pas être plus complet. Quand il dit : "Vous avez tout pleinement en Lui", qu'est-ce qui manque ? Quand on a tout pleinement en quelqu'un, il ne peut rien nous manquer. Ceci est reçu par la révélation du Saint-Esprit et accepté par la foi, dans des coeurs ouverts. Quand vous le comprenez par le Saint-Esprit, vous dites avec Dieu : "J'ai tout pleinement en Jésus". Peut-être que je ne le vois pas encore devant moi ou manifesté dans ma vie, mais je suis en Lui, j'ai déjà tout pleinement en Lui. Ce n'est pas quelque chose que je dois atteindre plus tard dans le futur ou dans le ciel, quand je serai là-haut, si j'y arrive. Ce n'est pas ça du tout. Si tu es en Christ, tu as tout pleinement en Lui. Et cela concerne à la fois ton esprit, ton âme, ton corps, tes finances, ta santé, ta vie, dans les combats spirituels, dans la délivrance, dans la direction divine : tu as tout pleinement en Jésus. Et c'est parce que je le crois, que Dieu va travailler par sa force en moi, d'abord pour me le faire comprendre, puis pour me le faire toucher du doigt.
Ce n'est pas automatiquement manifesté dans ma vie, si je ne crois pas à ce que Dieu me dit. Si Dieu me dit : "Ecoute, tu as tout pleinement en Christ" et si je L'écoute en disant : "Oui, Seigneur, mais il y a ça et ça que je n'ai pas, je ne le vois pas, donc je ne l'ai pas", je suis en train de douter, je suis dans l'incrédulité. Je dois dire à Dieu : "Seigneur, Tu le dis ; c'est Ta Parole sainte, je l'accepte. J'ai tout pleinement en Toi. Cela veut dire que, hors de Toi, il me manque tout, et en Toi, j'ai tout. "Gloire à Dieu !
Dans Ephésiens 1:3 "Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis " Il nous a bénis : c'est au passé, donc c'est que nous sommes bénis maintenant. " de toutes sortes de
bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ. "Mon seul problème, c'est d'être en Lui.
Quand je suis en Lui, Dieu me dit : "Tu as été béni de toutes sortes de bénédictions spirituelles en Christ". Alors ne dis plus que tu n'es pas béni, quand tu es au Seigneur. Tu as été béni de toutes sortes de bénédictions spirituelles. Et Dieu veut te le révéler, te le faire comprendre, pour que ce soit dans ton coeur, que tu t'en réjouisses et que tu entres dans ces bénédictions, pleinement.
Au verset 4 : "En Lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irréprochables devant Lui ", irréprochables, sans un seul reproche. Bien-aimés, nous, les chrétiens, nous sommes quelquefois tellement incrédules que Dieu a du mal à nous révéler ces vérités glorieuses, parce que nous sommes trop attachés à ce qui était de notre vie passée, nous nous voyons encore avec cette vieille nature pourrie. Dieu a beaucoup de mal à ouvrir nos yeux sur ce qu'Il a fait en nous, en Christ, sur ce qu'Il veut faire en nous, en Christ, et à tout ce que nous avons déjà en Lui.
Pour que tout cela se réalise pleinement dans nos vies, il faut que nous le comprenions et que nous le croyions. Dieu le dit.
Au verset 7 : "En Lui nous avons la rédemption par Son sang, la rémission des péchés "
Au verset 11 : "En Lui nous sommes aussi devenus héritiers " Un héritier a droit à tout l'héritage de son père. Tu es déjà héritier de ton Père céleste. Tu as déjà ton héritage en poche. C'est fait. Tu ne vas pas le recevoir quand tu vas mourir. Tu l'as déjà. Tu l'as parce que Jésus est mort pour toi.
Au verset 13 : "En Lui vous aussi vous avez été scellés du Saint-Esprit. "Scellé du Saint-Esprit, cela veut dire qu'il y a un sceau sur ta vie. On mettait un sceau avant ; c'était le signe de propriété. Le propriétaire avait un sceau, une fois qu'il avait mis son sceau, tout le monde savait qu'on lui appartenait. Le sceau servait aussi à fermer quelque chose pour qu'on ne l'ouvre plus. Quand un document était cacheté, fermé, scellé, personne ne pouvait l'ouvrir. Donc nous sommes, pour Dieu, Sa propriété. Il nous a scellés par le Saint-Esprit. Cela veut dire que personne d'autre ne peut rentrer, une fois que nous sommes en Lui. Tout cela, nous l'avons en Christ.
1 Corinthiens 1:2 " à l'Eglise de Dieu qui est à Corinthe, à ceux qui ont été sanctifiés en Jésus-Christ, appelés à être saints " Donc, en Jésus tu as été sanctifié, tu as été mis à part pour Lui, complètement, pour être parfaitement saint, manifesté dans tous les aspects de ta vie, parce qu'en Christ, tu l'es déjà.
Au verset 30 du même chapitre : " c'est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice, sanctification et rédemption. "Cela veut dire que, si Christ est en toi, ces quatre choses-là te sont données par Christ et vont se manifester dans ta vie, si tu restes en Christ et si Christ reste en toi. Parce qu'Il a été fait pour toi, d'avance, (Il te fait ce cadeau) sagesse, justice, sanctification et rédemption.
Dans 2 Corinthiens 1:20 "pour ce qui concerne toutes les promesses de Dieu, c'est en Christ qu'est le oui "Si tu demandes quelque chose au Seigneur qui correspond à une de ces promesses et si tu es en Christ, Dieu te dit : "C'est oui, en Lui". Tu peux citer devant ton Père n'importe quelle promesse : "Seigneur, je suis en Christ ; tu me dis qu'en Jésus tu as le oui, j'ai le droit de recevoir toutes tes promesses".
2 Corinthiens 2:14 "Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ " Si tu es en Christ, Dieu te fait toujours triompher en Lui. Mon problème, c'est de rester en Christ. Si tu restes en Christ, dans la paix de la foi en Lui et sachant que c'est Sa puissance qui travaille en toi, ça ne va pas être une petite victoire prise à l'arraché, où tu perds un membre, un pied, une main, mais unNtriomphe total en Christ, parce que Lui a triomphé pour toi à la Croix, de toutes les dominations, des autorités, du prince de ce monde des ténèbres. Il a triomphé du péché, Il a triomphé de la mort, Il a triomphé du monde, Il a triomphé des tentations. Il vit en toi, tu vis en Lui. Paul dans ce verset emploie le présent : "Dieu nous FAIT TOUJOURS TRIOMPHER en Christ. "C'est vraiment très fort tout ça. Merci Seigneur, alléluia !
2 Corinthiens 3:14 "Ils sont devenus durs d'entendement. Car jusqu'à ce jour le même voile demeure, quand ils font la lecture de l'Ancien Testament " Il parle du voile de la révélation de la Parole de Dieu. Les Juifs ne peuvent pas comprendre en profondeur, quand ils lisent l'Ancien Testament. Les païens non plus. Ils peuvent juste comprendre ce qu'il faut faire pour être sauvé. Et là Paul dit : " le voile ne se lève pas, parce que c'est en Christ qu'il disparaît." Donc, quand je suis en Christ, le voile de la révélation de la Parole disparaît. Je dois le croire, ça aussi.
En Christ, une pleine lumière s'ouvre devant moi, parce qu'Il me donne, dans mon coeur, le Saint- Esprit qui a inspiré toute la Parole et Dieu désire nous révéler les choses. Les choses cachées sont à Dieu, dit la Parole, les choses révélées sont à nous et à nos enfants. Dieu désire nous révéler Sa Parole, Il sait à quel point nous en avons besoin. Aujourd'hui où il y a tant de séduction, tant de doctrines, de choses qui ne vont pas et qui se répandent dans le monde, Dieu veut qu'on ait la révélation de Sa Parole. Si nous restons en Christ, Il nous dit : "Le voile est enlevé, tu as la révélation en Christ de Ma Parole."

2 Corinthiens 5:21 "Celui qui n'a pas connu le péché, Il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en Lui justice de Dieu. "En Christ, nous devenons justice de Dieu. Cela veut dire que nous recevons la même nature que Lui, sans être des dieux. On devient participant de sa nature divine.
Comme Christ a payé entièrement pour nous, en lavant nos péchés et en nous donnant une nouvelle nature qu'Il est en train de perfectionner et d'amener à la sainteté parfaite, Il nous donne en Lui Sa justice. Il nous fait même devenir, en Lui, justice de Dieu. Cela veut dire que, tels que nous étions nous étions pourris-Il nous transforme. Il nous fait naître de nouveau et son oeuvre est tellement parfaite que quand Il nous regarde, Il dit : "Tu es devenu ma justice, en Christ". C'est merveilleux !
Moi, ça me fait frémir tout ça. J'ai des frissons qui me parcourent le corps, rien que de comprendre ce que le Seigneur a fait en nous.
Je vais être obligé d'aller plus vite, c'est dommage.
Dans Galates 2:4 "De faux prophètes se sont glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ " En Christ, nous avons la liberté.
Dans Galates 3:28 "Il n'y a plus ni Juif ni grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un, en Jésus-Christ."
Nous devons comprendre que la véritable Eglise de Jésus est déjà une en Jésus. Elle n'est pas divisée par les dénominations, les appellations des groupes, etc Si tu es en Christ, Dieu ne s'occupe plus de ton étiquette, ni de ta race, ni de ton origine sociale. Il nous voit tous un, en Christ. Son Eglise est une, en Christ.
Philippiens 4:19 "Mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon Sa richesse, avec gloire, en Jésus- Christ. "Là, il parle des biens matériels et financiers. Dieu connaît mes besoins, Il va y répondre et Il va pourvoir selon Sa richesse. Si tu as ça dans le coeur, tu ne t'inquiètes plus de l'avenir.
Enfin dans 2 Timothée 3:12 "Tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. "Tu es persécuté parce que quand tu es en Christ, tu reçois une vie qui est complètement à
l'opposé de la vie qui est dans le monde. Tu commences à penser aux choses d'en haut, à te réjouir des choses d'en haut. Tu n'as plus du tout l'esprit du monde. Dieu a changé ton coeur et le monde qui est autour de toi ne peut pas le supporter. Satan, qui contrôle ce monde, non plus. Donc, tu vas être persécuté comme Jésus l'a été. Tu ne peux pas être traité mieux que ton maître. Mais ça ne fait rien. Si tu as tout en Christ, tout pleinement en Lui, si tu as la paix, le bonheur, la joie d'être en Lui, si tu as l'assurance qu'Il te conduit dans la perfection, qu'Il te conduit et te dirige, qu'Il pourvoit à tous tes besoins, la persécution ne fait que te donner la touche finale de perfection que Dieu réserve à ceux qui participent aux souffrances du Christ, pour que l'Esprit de gloire repose sur toi, quand tu es persécuté.

Alors, je voulais terminer en disant comment savoir que nous sommes en Lui et comment y entrer. C'est Dieu qui nous fait entrer en Christ, mais Il nous demande une chose pour pouvoir entrer en Lui. Il faut simplement répondre au message de Jésus et au message de l'Evangile : ouvrir son coeur à Sa Parole qui veut nous montrer ce que nous sommes quand nous ne sommes pas en Lui. Nous sommes des pécheurs perdus qui allons à la mort, à l'enfer et au jugement. Dieu envoie le message de l'Evangile par Jésus-Christ, pour te dire qu'il y a un Sauveur qui t'aime et qui veut t'en faire sortir, pour te faire rentrer dans Son salut, en Lui, pourvu que tu acceptes ce message de l'Evangile qui te dit que tu es un pécheur perdu et que Dieu a envoyé Jésus mourir sur la Croix pour toi, par amour pour toi, pour que, si tu L'acceptes dans ton coeur, tu dises : "Seigneur Jésus, pardonne mes péchés, rentre dans mon coeur, change-moi, fais-moi rentrer en Toi". Quand tu dis cela de tout ton coeur, parce que tu as compris que Dieu t'aime et que le Saint-Esprit t'a montré ce que tu es sans Lui, non pas pour te condamner, t'abaisser, mais pour que tu te repentes ; lorsque tu dis : "Seigneur, oui, je vois maintenant, à la lumière de Ta Parole, que je suis moins que rien, un pécheur perdu devant Toi, que j'ai besoin de Toi. J'ouvre mon coeur, entre, Seigneur Jésus". Lorsque tu fais ça, le coeur de Dieu bondit de joie. Il envoie immédiatement Son Saint-Esprit pour entrer en toi, pour faire mourir toute ta vieille nature et te faire naître à une vie nouvelle en Christ, en Esprit. Et ça implique donc que tu ouvres ton coeur à la Parole du Seigneur, que tu l'acceptes dans ton coeur. Le jour de la Pentecôte, quand ils ont eu le coeur touché et qu'ils ont dit : "Qu'est-ce qu'il faut faire ?", Pierre leur dit : "Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit." Et là, vous comprenez pourquoi le Seigneur nous demande d'abord de nous repentir, parce que "se repentir" veut dire comprendre ce qu'on est, par le Saint-Esprit et le regretter, demander pardon à Dieu, pour laisser tomber cette vieille nature et rentrer dans Son salut. Et le Seigneur nous fait comprendre aussi pourquoi le baptême d'eau est si important.
Dans Marc 16:16, il dit : "Ceux qui croiront et qui seront baptisés seront sauvés " Alors, pourquoi le baptême d'eau est si important ? Parce qu'il symbolise, (et c'est plus qu'un symbole, c'est un acte d'obéissance), la mort et la résurrection en Jésus. C'est tellement capital que Dieu a prévu que notre premier acte d'obéissance, quand nous venons à Lui, pour entrer en Lui, soit le baptême. Dieu nous dit : "Tu comprends que tu es entré en Moi, dans Ma mort, que tu es né à une vie nouvelle. Pour Me montrer que tu es obéissant et que tu as compris ce que c'est que cette vie nouvelle, par cet acte public d'obéissance, Je te demande de passer par l'immersion dans de l'eau au nom du Seigneur. "C'est un acte d'amour que je fais envers mon Seigneur. Quand je fais cela, je montre au Seigneur que je veux Le suivre pour toujours. Il y a une coupure qui se fait spirituellement à ce moment-là, entre le monde, Satan et moi et ma vie passée.

Je lirai ce verset dans Ephésiens 5:26 "Christ a aimé l'Eglise, et s'est livré Lui-même pour elle, afin de la sanctifier après l'avoir purifiée par l'eau et la Parole. "Il parle de l'eau du baptême qui n'est pas la purification des souillures du corps, mais l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu, et c'est cela qui nous sauve. C'est la foi en Jésus qui nous sauve, et sans la foi, je ne peux pas dire que je crois en Jésus, si je n'obéis pas à Sa Parole.
Donc, ça, c'est la première des choses. Je fais cela par amour pour Jésus, pour répondre à son appel. Et une fois que je l'ai fait, que je suis rentré en Lui, il y a un certain nombre de signes qui nous montrent que nous sommes en Lui et qui travaillent visiblement dans nos vies. Dès que nous sommes en Lui et que Son Esprit est en nous, comme Il nous a changés au plus profond de nos coeurs, il y a un certain nombre de choses qui changent dans nos vies. On les observe jour après jour, et ce sont ces choses qui nous montrent que nous sommes bien en Lui, parce que nous l'acceptons par la foi.
Le premier des signes, vous le voyez dans Colossiens 3:1. Nous recherchons les choses d'en haut et plus celles d'en bas. Ceux qui sont en Jésus ont le coeur changé et eux-mêmes cherchent les choses d'en haut, alors que, lorsqu'on n'est pas en Lui, on se force pour le faire et on n'y arrive pas. C'est pourquoi je réponds à ceux qui me disent : "Ah oui, mais si je dois me convertir, il va falloir que j'abandonne ça, que je m'arrête de fumer, etc -Ne t'occupe pas de ça, accepte et reçois la vie de Jésus en toi, il va changer ton coeur et tu vas voir la
suite."
La deuxième chose dans Philippiens 3:8. Le fait de recevoir Jésus en nous, nous donne le désir de connaître Christ. Si je n'ai pas ce désir dans mon coeur, je peux me poser la question : est-ce que je suis vraiment en Lui ? Mais le fait d'être en Lui me donne et fait brûler en moi, de plus en plus, le désir de le connaître, Lui, et de renoncer à ce monde qui ne m'intéresse plus.
Ensuite dans Ephésiens 4:20 " mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l'avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c'est en Lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence, et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité."
Qu'est-ce qu'il veut dire par là ? Il veut dire que, quand nous sommes en Christ, nous avons déjà reçu la mort de notre vie passée et la naissance à une vie nouvelle. Mais il dit : "En Christ, il faut que vous soyez instruits à apprendre, jour après jour, ce que veut dire vous dépouiller du vieil homme, vous renouveler dans vos pensées, et vous revêtir du nouveau. "Donc, ça veut dire que, lorsque je suis en Lui, je vais chercher à apprendre de Lui ce que ça veut dire que marcher par l'Esprit tous les jours.
Retenez ceci simplement : nous qui sommes en Lui, nous avons le désir d'apprendre de Jésus, qui est notre maître, comment marcher par l'Esprit, jour après jour, c'est-à-dire nous dépouiller complètement de cette vieille nature qui est morte déjà, de changer nos pensées pour les remplacer par les pensées de Dieu et de nous habiller chaque jour de l'être nouveau qu'Il nous a donné.
Et cela, c'est Jésus qui va nous l'apprendre, puisque, quand nous sommes en Lui, nous gardons Sa Parole, nous restons dans Ses enseignements, nous ne pratiquons pas le péché et nous gardons
soigneusement le Saint-Esprit qu'Il nous a donné. Rappelez-vous ceci : c'est Jean qui le dit dans sa première épître : quand nous sommes en Lui, nous gardons Sa Parole, nous ne pratiquons pas le péché. Celui qui est en Christ peut chuter, il peut pécher, mais il ne pratique pas le péché.

Alors en conclusion, ce qu'il nous faut, après avoir entendu ça, c'est prier que Dieu nous donne la révélation de ces choses. Nous ne pouvons pas les vivre pleinement sans qu'elles nous soient révélées par Dieu, et vous savez, Dieu révèle. Il dit dans Amos : Dieu ne fait rien sans révéler Ses secrets à Ses serviteurs, les prophètes. Cela veut dire qu'à nous Ses enfants, qui sommes plus que Ses serviteurs, Dieu va nous révéler toutes ces choses, si nous prions, si nous Lui demandons qu'Il nous les révèle.
Vous vous rappelez la prière de Jésus quand Il dit : "Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que Tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que Tu les a révélées aux enfants. "Nous sommes Ses enfants, si nous gardons un coeur humble et petit en disant : "Seigneur, toutes ces choses-là sont des choses fantastiques, Seigneur révèle-les moi par Ton Esprit."
Paul priait pour que les Ephésiens reçoivent de Dieu un esprit de révélation et d'intelligence spirituelle pour qu'ils voient briller les merveilles que Dieu leur avaient déjà données en Christ.
Si nous devons retenir quelque chose de cette soirée, retenons l'engagement de prier d'avantage pour que Dieu nous révèle ce que nous sommes déjà en Lui, par Son Esprit., parce qu'une fois qu'Il l'aura révélé dans le coeur, nous n'allons plus nous regarder comme nous nous regardions avant, mais nous allons nous regarder comme Lui nous regarde maintenant. Quand Dieu nous regarde, Il nous voit en Christ, Il nous voit déjà chargé de toutes Ses bénédictions. Et je ne peux pas, moi, me considérer comme mort et vivant en Lui, si je n'ai pas reçu d'abord la révélation par le Saint-Esprit, par Sa Parole.
Donc, revenons à ces passages, dans un esprit de prière, et prions. Le grand mal de l'Eglise, c'est qu'elle ne comprend pas ce que Dieu a fait pour elle, en Jésus, et ce que Dieu a fait d'elle, en Jésus. Et pourquoi elle ne le comprend pas ? Parce qu'elle ne prie pas assez son Père céleste de le lui révéler.
Dieu ne va pas forcer les révélations sur nous. Jamais. Mais Il va répondre avec tellement de désir et d'amour à notre prière : "Père, je désire que mes yeux s'ouvrent à ces merveilles. Révèle-les moi, Seigneur". Et il va le faire à la mesure de notre capacité, Il va élargir notre capacité. Une fois qu'Il nous aura révélé ces choses, à ce moment-là, notre responsabilité est de nous saisir de ces choses, de ce que Dieu dit que nous sommes et de dire : "Seigneur je le suis. Je ne veux plus faire preuve d'incrédulité et dire que je suis encore un vieux pécheur pourri et misérable, alors que Tu dis que je suis une merveilleuse créature en Christ, que Tu as tout changé en moi et que Tu vas faire des merveilles, encore, dans ma vie. C'est cela que je veux confesser de tout mon coeur puisque Tu me?l'as révélé."

Je veux me voir comme Jésus me voit et me donner entièrement au Seigneur, être consacré, esprit, corps et âme, pour dire : "Maintenant Seigneur, je Te donne mes membres, je Te donne mon corps. Je Te donne tout, pour qu'en ayant cette révélation et me voyant tel que Tu me vois, je puisse continuer à apprendre de Toi jour après jour, je puisse entrer dans ces oeuvres que Tu as préparées et je puisse entrer dans tous Tes plans parfaits, pour Ta gloire. "Le monde en a besoin, l'Eglise en a besoin, nous en avons besoin. Dieu veut le faire en nous. Alléluia !
Et Il le fera dans le coeur de tous ceux qui croient en Sa puissance. Amen.
"Merci Seigneur. Je veux vraiment Te bénir pour Ta Parole, parce que, Seigneur, ce n'est qu'une partie du voile qui est levée, mais Tu veux lever tout le voile, puisqu'il est levé en Jésus. Et puisqu'il est levé en Jésus, je Te prie, Père, que tout ce qui manque à notre compréhension spirituelle, Tu le combles par Ta révélation. Seigneur, je Te prie pour nous tous, pour moi-même, pour chacun de nous, pour que Tu nous accordes une pleine révélation de ces choses. Et qu'ayant cette révélation, Seigneur, nous allions de progrès en progrès, en Toi, de victoire en victoire, jusqu'à Ton retour. Seigneur, il n'y a que cela qui compte et qui devrait compter : vivre en Toi, laisser Ta vie couler en nous et être entre Tes
mains, dans ce monde qui se perd et dans ces temps de la fin, un instrument puissant pour Toi.
Seigneur, fais-le pour tes enfants. Père, au nom de Jésus, je T'en supplie, manifeste Ta puissance en Te révélant et en nous révélant Ta Parole et glorifie-Toi en accomplissant toute Ta merveilleuse Parole en nous, au nom de Jésus. Amen !

 Source de Vie - http://www.sourcedevie.com

TOUT CE QUE JESUS A ACCOMPLI SUR LA CROIX POUR NOUS

Ce soir, j'aimerais vous parler, avec la grâce de Dieu, de tout ce que Jésus a fait sur la Croix, pour nous. Car c'est tellement profond, tellement important, que j'ai besoin de toute la grâce du Seigneur pour pouvoir l'expliquer et vous avez besoin de la grâce du Seigneur pour pouvoir l'entendre. Il y a des choses que nous savons très bien, mais il y en a d'autres que nous ne savons pas très bien. Que nous soyons au Seigneur ou non, nous avons besoin de savoir et d'entendre ce qu'il a fait pour nous. Quand nous ne sommes pas au Seigneur, quand nous n'avons pas donné notre vie au Seigneur, nous avons absolument besoin de savoir ce que Jésus a fait sur la Croix, pour pouvoir entrer dans son salut. Mais, une fois que nous y sommes entrés, nous avons absolument besoin d'aller plus loin dans la connaissance de ce qu'il a fait sur la Croix, pour pouvoir avancer avec lui jusqu'au bout, surtout dans ces temps où nous savons qu'il revient bientôt chercher ceux qui lui appartiennent.

Alors, ce soir, je vais vous en parler ou vous en reparler parce que vous savez qu'il faut y revenir souvent car en y revenant, le Saint-Esprit le fait pénétrer de plus en plus dans nos coeurs. Je vais vous parler plus profondément de 4 choses que le Seigneur a accomplies sur la Croix. Ce sont des choses qu'il a accomplies il y a 2000 ans, c'est fait une fois pour toutes. Et, une fois qu'il les a accomplies, il les met à la disposition de tous ceux qui veulent l'accepter, donc de nous aujourd'hui. Ce qu'il a accompli il y a 2000 ans est toujours pour nous aujourd'hui.

La 1ère chose qu'il a accomplie sur la Croix, quand il est mort, c'est l'expiation de nos péchés par son sang. Pour toutes ces choses, nous avons besoin de la révélation intérieure du Saint-Esprit, parce que je peux vous parler, votre oreille peut entendre, mais il ne faut pas que ça reste au niveau d'une compréhension dans le cerveau. Il faut que ça rentre dans le coeur et, pour cela, il faut ouvrir notre coeur à ce que le Saint-Esprit veut y faire. Il faut donc que la révélation nous soit donnée, au moment où notre oreille entend. Jésus-Christ a versé tout son sang pour payer pour nos péchés et effacer tous nos péchés. C'est la chose la plus fantastique du monde, parce que cela nous ouvre la porte étroite du salut.
Donc, le sang qu'il a versé à la Croix a la puissance, dans la vie de ceux qui croient, d'effacer tous les péchés commis. Il efface tout, il a payé avec son sang pour nous.

Et maintenant la 2ème chose que Dieu le Père a accomplie en Jésus, pour nous à la Croix. Au moment où Jésus est mort, Dieu le Père a placé tous ceux qui croiraient en Jésus, d'avance, pour mourir avec lui sur la Croix. C'est déjà un peu plus compliqué à comprendre. Là aussi, nous avons besoin de l'assistance du Saint-Esprit, parce que, quand on explique que Jésus est mort il y a 2000 ans, qu'il a versé son sang, que son sang efface tous les péchés, on peut l'accepter assez facilement. Mais, penser que Dieu avait mis, en Jésus-Christ, il y a 2000 ans, pour y mourir avec lui, tous ceux qui croiraient en lui, c'est déjà un peu plus compliqué et le Saint-Esprit doit nous l'expliquer, dans nos coeurs. Quand Jésus est mort, il est mort dans un corps de chair, mais il n'a jamais commis de péchés. Il est mort parce qu'il fallait non seulement qu'il verse son sang pour laver nos péchés, mais aussi qu'il règle, par sa mort, le problème de notre nature de péché. Quand Adam et Eve ont péché, le péché est entré dans la vie des hommes et des femmes, et tous leurs descendants ont été placés sous l'esclavage et la malédiction du péché. Notre nature humaine, esprit, âme et corps, est complètement sous l'esclavage du péché. On ne peut pas, quand on ne connaît pas Jésus comme sauveur, résister au péché. C'est une puissance qui nous domine et nous rend complètement esclave. La volonté ne peut rien contre cela.
Donc, il ne suffisait pas d'effacer les péchés passés, il fallait aussi régler le problème de la nature de péché qui causait les péchés. Si Dieu efface nos péchés et si notre nature constamment nous pousse à pécher, le sang de Jésus peut toujours les effacer, évidemment. Mais, il fallait aller plus profond dans la solution. Il fallait que notre nature de péché meure en Jésus-Christ. C'est pour cela qu'il est mort dans la chair pour nous, pour que notre nature charnelle soit tuée en lui, au moment où il est mort, pour tous ceux qui croiraient en lui. C'est fantastique, car cela nous libère de l'esclavage du péché.

La 3ème chose qu'il a faite, c'est qu'il n'est pas resté au tombeau. Trois jours après, il est ressuscité, par la puissance de Dieu qui n'a pas voulu le garder au tombeau, puisque ce n'est pas pour ses propres péchés qu'il est mort, c'est pour les nôtres. Il ne fallait pas qu'il connaisse la corruption. Il était destiné, dans le plan de Dieu, à ressusciter, à renaître à une vie nouvelle. Et son corps, le troisième jour, est sorti du tombeau. Il est ressuscité. Aujourd'hui, au moment où je vous parle, Jésus n'est pas seulement une doctrine d'il y a 2000 ans, ou le créateur d'une religion d'il y a 2000 ans, qui est mort et enterré, comme tous les autres créateurs de religions. Jésus est ressuscité comme la tête d'un corps nouveau qui est son Eglise. Cette Eglise est composée de tous ceux qui croient en lui, et c'est dans la VIE de Jésus que nous, nous sommes nés de nouveau, ressuscités avec lui, quand il est ressuscité. Alors, c'est une 3ème chose importante, car il ne suffit pas de mourir dans notre vieille nature charnelle et de rester dans cette mort. Ce serait très passif et négatif. Jésus veut nous faire participer à une vie entièrement nouvelle, par sa résurrection. Une vie qui n'a plus rien à voir avec la vie passée : une vie de résurrection, qu'il plante en nous, au moment où nous acceptons Jésus comme Seigneur et Sauveur, au moment où nous lui demandons pardon pour nos péchés. Il accomplit ces trois choses d'un coup :
-il efface par son sang tous nos péchés passés, au moment où nous nous repentons
-il fait mourir notre vieille nature complètement, puisqu'elle est morte en lui, il y a 2000 ans
-il nous fait renaître à une vie nouvelle par son Esprit qui pénètre en nous au moment où nous ouvrons notre coeur pour demander à Jésus d'y entrer, où nous demandons pardon pour nos péchés. Et il recrée un esprit entièrement nouveau en nous, qui n'a plus rien à voir avec la vieille nature qui est morte, et il le place en nous, dans notre corps actuel qui devient maintenant le temple de son Esprit.
Donc, au moment où il est ressuscité, en lui, d'avance sont nés de nouveau tous ceux qui allaient croire en lui, et nous aussi, maintenant, qui avons cru en lui. Nous ne devons jamais oublier que : "En Jésus-Christ, toutes les choses anciennes sont passées ; toutes choses sont devenues nouvelles. "En lui. Il nous a donné une nouvelle vie, une nouvelle nature. Mais, le problème, c'est qu'il a placé cette nouvelle nature dans un corps qui n'est pas encore ressuscité. Il le sera quand Jésus reviendra chercher ceux qui l'attendent. A ce moment-là, la dernière étape du salut va s'accomplir. Il va transformer notre corps mortel en un corps immortel ; il va lui donner une vie de résurrection. Mais en attendant, il veut que cette nature nouvelle qu'il met en nous avec son Esprit qu'il met en nous, se manifeste pleinement dans tous les aspects de notre vie, au travers de cette chair mortelle.

Et c'est la 4ème chose qu'il accomplit pour nous à la Croix. Après que nous ayons compris et reçu par la foi ces trois premières choses qui sont des réalités déjà accomplies, le Seigneur va travailler par son Esprit en nous pour manifester cette vie de résurrection dans tous les aspects de notre vie. Jésus l'a déjà accompli, pour nous d'avance, parce qu'il est notre vie et qu'il vit en nous. Dés le moment où nous l'acceptons comme Seigneur et Sauveur, il commence en nous un travail qui ne s'achèvera que le jour où il reviendra, ou le jour où la mort viendra nous prendre, c'est à dire un travail de manifestation de cette vie de résurrection dans notre vie de tous les jours. Cette nouvelle nature, cette 3ème chose est acquise une fois pour toutes, en Christ. Mais le 4ème point, c'est que, jour après jour, l'Esprit de Dieu, le Seigneur qui habite en nous, travaille par sa puissance, à nous transformer dans le modèle qu'il est lui-même. Et pour cela, il nous demande de porter notre croix tous les jours. Lui, il a porté la sienne, et nous avons été engloutis dans sa mort et sa résurrection. Mais, dans ce travail de manifestation de sa nature divine en nous, il faut que cette chair, qui a été crucifiée il y a 2000 ans, soit mise à mort tous les jours, dans tous ses aspects, parce que ça ne se manifeste pas instantanément.

Je vais vous expliquer cela de nouveau, parce que c'est un peu délicat à comprendre. Il y a 2000 ans, Jésus-Christ a tout accompli. Déjà, spirituellement, en lui, nous sommes parfaits. En lui, nous sommes une nouvelle créature, nous sommes nés à une vie nouvelle. En lui, Dieu nous voit déjà parfaits. Mais, ce qui compte pour le Seigneur, ce n'est pas que nous restions simplement sur le plan de cette compréhension spirituelle de ce que nous avons en lui. Ce qui compte pour lui c'est que nous le manifestions concrètement dans notre vie de tous les jours. Et ça ne se fait pas le jour de la conversion. Ce qui se fait le jour de la conversion, c'est une réception personnelle, par l'Esprit, de tout ce que Jésus a accompli pour nous. C'est déjà à nous, complètement, d'avance. Et, à partir de là, le Seigneur, par sa puissance et par notre foi aussi en son travail, va faire un travail de mise à mort, effective cette fois, concrète, dans notre vie de tous les jours, de tout ce qui n'est pas spirituel et il va manifester tout ce qui est spirituel. C'est lui qui l'accomplit en nous. Ce ne sont pas nos efforts personnels qui vont le faire. Cette transformation graduelle, Il l'a accomplie il y a 2000 ans. Il nous l'a acquise. C'est lui qui va le faire en nous, pourvu que nous restions attachés à lui et que nous croyions à sa Parole. C'est exactement l'image du cep. Vous êtes en train de faire les vendanges. Vous avez vu comment la grappe s'est formée. Le sarment était attaché au cep, et il n'a pas fait d'effort personnel pour produire du fruit. Il lui a suffi de rester attaché au cep, et la vie qui est dans le cep s'est, petit à petit, manifestée en faisant grandir le fruit, jusqu'au moment où on vient le récolter. Cela n'a pas été le travail du sarment. Le seul travail du sarment, si je peux dire, a été de rester accroché au cep. Et, s'il y a la moindre blessure, il faut que ce soit réparé pour que la sève puisse bien couler dans le sarment et que, jour après jour, le fruit se forme. C'est la vie du cep qui permet au fruit de se former. Déjà, à l'instant où le vigneron voit les premières fleurs sur le sarment, il sait que, si les conditions restent bonnes, la récolte va suivre son chemin. Il va veiller simplement à ce que les conditions soient bien remplies (protection, lutte contre les maladies) et que le sarment reste attaché au cep.

Ce sont des images spirituelles de ce que le Saint-Esprit fait en nous, pourvu que nous restions attachés à Jésus. Alors, c'est merveilleux, parce que, lorsque nos yeux s'ouvrent à ce qu'il a fait, le
Saint-Esprit veut nous faire comprendre que la vie avec Jésus, ce n'est pas une religion, ce n'est pas une nouvelle religion, ce n'est pas entrer dans une religion, en disant : "Tu vas te faire chrétien et, à partir de ce moment, tu vas participer à des réunions, accepter certains commandements, ne plus faire certaines choses". Ce n'est pas ça du tout. Ça, c'est la méthode des religions du monde. Mais avec le Seigneur Jésus, c'est une vie qu'on reçoit, un changement de nature qu'on reçoit, de l'intérieur, une transformation que le Saint-Esprit fait dans nos coeurs. C'est lui qui nous rend capables, à ce momentlà, d'obéir aux exigences du Seigneur et de manifester sa gloire. Recevoir Jésus, c'est recevoir sa vie, ce n'est pas entrer en religion. C'est sa vie qui fait son oeuvre en nous, qui nous change, qui nous donne la joie, la paix et tous les bienfaits du ciel.
Alors, je reviens au 1er point et je lis dans Romains chapitre 3, verset 9 : "Quoi donc ! sommes-nous plus excellents ? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs..." A son époque, il n'y avait que deux catégories de personnes : les Juifs, qui avaient la Parole de Dieu et les autres, les païens, c'étaient les Grecs. Je continue : "...tous sont sous l'empire du péché...", cela veut dire : sont esclaves du péché, "... selon qu'il est écrit : Il n'y a point de juste, pas même un seul ; nul n'est intelligent, nul ne cherche Dieu ; tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul. "Quand nous nous voyons les uns les autres avec les yeux de Dieu, nous n'avons pas à nous dire : "Tu es meilleur que moi, je suis meilleur que toi". Nous sommes tous complètement pervertis, aux yeux de Dieu, à cause du péché que nous avons hérité de nos ancêtres. Vous pouvez dire : "Oui, mais ce n'est pas ma faute". D'accord, ce n'est pas votre faute, au départ. Cela devient ta faute, quand tu refuses Jésus. Car, quand je refuse Jésus, ça veut dire que je n'ai plus le moyen de sortir de l'état dont j'ai hérité, alors qu'il me donne, en cadeau gratuit, le moyen d'en sortir. Jésus me dit : "Il faut que tu comprennes que tu es esclave du péché, sous l'empire du péché. "Cela veut dire un esclave complet. Il n'y a pas de moyen d'éviter de pécher. Il n'y a que les hypocrites qui arrivent à donner le change, ou les religieux qui ont une façade, mais qui n'ont pas le coeur changé.
Mais Dieu qui voit les coeurs, nous voit tous au même niveau, c'est-à-dire pourris par le péché. Il nous aime et il ne veut pas nous laisser dans cette situation. C'est pour cela qu'il a envoyé Jésus. Et il dit, un peu plus loin au verset 23 : "Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. "Le péché nous sépare de Dieu ; le péché nous empêche de comprendre et de voir même Dieu. Et Dieu qui nous aime veut rétablir ce contact entre lui et nous, c'est pour cela qu'il dit : "...et ils sont gratuitement justifiés..."
cela veut dire rendus justes, pardonnés, lavés. "... par sa grâce..." Il nous a fait grâce, comme un président de la république gracie un condamné à mort. Il nous a fait grâce parce qu'un autre est mort pour nous. "... par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C'est lui que Dieu a destiné à être une victime expiatoire pour ceux qui auraient la foi en son sang afin de montrer sa justice. "Il dit bien : "ceux qui croient en ce que Jésus a fait."

La foi nous est donnée quand on entend la Parole de Dieu. Cette Parole nous dit : nous sommes tous des pécheurs. Le péché nous conduit à la mort et à l'enfer. Mais Dieu qui nous a aimés d'un amour éternel, n'a pas voulu cette chose pour nous. Il a envoyé Jésus dans un corps sans péché pour mourir sur une croix, pour y porter le châtiment que nous aurions dû avoir à cause de notre péché. Il a versé son sang, et ce sang nous rend juste devant Dieu, quand nous croyons. Nous écoutons ce message et, immédiatement, le Saint-Esprit nous donne, dans notre coeur, la conviction que c'est vrai, que nous sommes vraiment pécheurs devant Dieu, mais que Dieu qui nous aime, ne veut pas nous laisser dans cette situation. Il a envoyé son Fils, qui est mort sur la croix pour nous. En payant pour nous, Jésus a satisfait la justice de Dieu qui voulait que le péché soit condamné. Et en étant condamné à notre place, en versant son sang, il nous permet, si nous croyons en lui, de bénéficier de ce salut qu'il nous a donné par grâce. Quand quelqu'un meurt à la place d'un autre, cet autre n'a plus à mourir, à payer la condamnation. Il a simplement à accepter ce qu'un autre a accompli pour lui, pour recevoir la libération. Et nous devons le recevoir par la foi. Ce n'est pas par nos oeuvres qu'on entre au ciel. Mais Dieu qui est bon, veut que tous les hommes soient sauvés. Et c'est pour cela qu'il nous donne ce message de l'Evangile : Jésus est mort pour toi, il a versé son sang, ce sang a la puissance de te laver de tous tes péchés et de te rendre juste devant Dieu. Sa justice est satisfaite. Maintenant, si on va plus loin, dans Romains 6:3, il parle à ceux qui ont accepté Jésus comme leur Seigneur, aux chrétiens. Il leur dit : "Vous allez comprendre une chose un peu plus profonde, après avoir compris que le sang de Jésus a effacé vos péchés". "Ignorez-vous..." (apparemment, certains ne le savaient pas) "...que nous tous
qui avons été baptisés en Jésus-Christ..." (baptisés veut dire plongés, immergés), "c'est dans sa mort que nous avons été baptisés ?" Il veut dire que, lorsque Jésus-Christ est mort, vous avez été plongé dans sa mort et ce qui a été plongé dans sa mort, c'est toute votre vieille nature de péché. Elle a été engloutie dedans. Au moment où Il est mort, vous êtes mort avec lui. Non pas mort au sens où vous allez finir en enfer ; au contraire c'est sa mort qui nous délivre de l'enfer. Il nous délivre de la puissance de la vieille nature qui a été engloutie dans la mort de Jésus.
"Nous avons été ensevelis avec lui par le baptême dans sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme, notre vieille nature de péché a été crucifiée avec lui. "Cela, c'est important de le savoir, parce que le fait de savoir que le sang de Jésus nous a lavés de nos péchés ne suffit pas dans le plan de Dieu. Cela suffit complètement pour nous donner le salut, mais ça ne suffit pas à régler le problème de notre vieille nature de péché. Il veut que nous sachions que notre vieille nature charnelle, qui nous poussait constamment à pécher, a été crucifiée avec lui pour que le corps du péché soit détruit, ce corps qui était esclave du péché, maintenant est détruit.

Paul prend l'exemple d'un homme qui est esclave d'un autre qui est son maître. "Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice ?" Le péché est comparé à un maître et nous étions esclaves de ce maître-là. Le péché régnait dans nos membres et nous étions son esclave. Pour être libéré de cet esclavage, en théorie il y a deux solutions : s'enfuir ou mourir. On ne peut pas s'enfuir quand on est esclave du péché, parce que le péché habite en nous. Donc, la seule solution est de passer par la mort et de comprendre et de croire que, lorsque Jésus est mort, cette vieille nature de péché qui nous tenait esclave est morte avec lui, pour que nous soyons libres du péché. Il le dit au verset 7 : "...car celui qui est mort est libre du péché. "Le maître qui s'appelle le péché est toujours vivant, mais l'esclave est mort en Christ. Donc, le maître n'a plus de pouvoir sur cet esclave puisque l'esclave est mort. Le péché habite toujours dans le corps, mais l'esclave est mort. On ne peut plus avoir autorité sur quelqu'un qui est mort.

Seulement, ça ne s'arrête pas là. Il dit, au verset 8 : "Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus ; la mort n'a plus de pouvoir sur lui. "Il est ressuscité, Il est vivant aujourd'hui. Il a reçu un corps de gloire. Il est à la droite du Père, dans le ciel, attendant sa venue pour prendre son Eglise et l'emporter avec lui, pour lui éviter l'apocalypse qui vient sur une terre rebelle. Et il vit dans nos coeurs par son Esprit. "Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes ; il est revenu à la vie, et c'est pour Dieu qu'il vit. "Au moment où vous écoutez cela, je prie dans mon coeur pour que cette révélation soit vraiment donnée au plus profond de vos coeurs à tous. Tout cela a été accompli par Jésus. C'est une réalité. Cette mort en lui et cette résurrection en lui sont parfaitement accomplies et disponibles maintenant pour tous ceux qui croient. Notre Père céleste est prêt à nous donner cette révélation dans le fond de nos coeurs, si nous le désirons. Il ne va pas nous forcer. Il va simplement répondre à notre désir. Est-ce que tu désires avoir cette révélation du péché, de la mort où nous conduit le péché, mais aussi du salut en Jésus, du pardon des péchés par le sang de Jésus, de la mort de notre vieille nature en Jésus et de notre résurrection à une vie nouvelle ? Il peut nous donner immédiatement cette révélation, si nous le désirons.Maintenant, nous sommes au 3ème point. En ce qui concerne la naissance à une vie nouvelle, le Seigneur commence par nous le révéler par son Esprit. Il nous dit : "Ton problème de vieille nature est réglé. Tu es maintenant une nouvelle créature en esprit et en Christ". Je peux recevoir cette révélation dans mon coeur, être rempli de joie et dire : "C'est fait, Seigneur, en toi. Tu m'as donné cette vie-là, et maintenant que je le sais, que je suis une nouvelle créature, je vais vivre entièrement pour toi, je vais me consacrer à toi".
On commence comme cela, si on est sincère, dans notre vie chrétienne. Cela a été notre cas à tous et notre erreur à tous. On est tellement rempli de reconnaissance pour le Seigneur, quand on a eu cette révélation, on est tellement attristé de voir, autour de nous, tant de gens qui n'ont pas cette révélation, on voudrait tellement la faire partager, faire plein de choses pour le faire connaître aux autres, qu'on commence à se lancer dans toutes sortes de choses faites pour le Seigneur. On veut témoigner, et là commence souvent notre première erreur. Comme on n'a pas encore pleinement manifesté la nouvelle nature sainte qu'il nous a donnée, on commence par faire l'erreur de vouloir faire des choses pour lui, parce qu'on apprend sa Parole, on voit ses exigences, ses commandements.
Jésus nous dit, par exemple : "Aimez-vous les uns les autres". On va recevoir ce commandement et on commence à s'efforcer d'aimer les autres, parce que Jésus nous le demande. Et là, on se rend compte que ça ne marche pas vraiment à chaque fois. Dès que nous nous efforçons de faire quelque chose, on voit réapparaître cette nature de péché, dont pourtant nous avons reçu la révélation qu'elle était morte en lui. On a tous fait cette expérience. On fait un faux-pas, on trébuche, on se met en colère, on a une réaction d'impatience, d'impureté, de méchanceté, et on dit au Seigneur : "Quand même, je ne devrais pas faire cela, pardonne-moi". Le Seigneur nous pardonne ; on prend de bonnes résolutions. On dit : "Seigneur, maintenant c'est fini. Je ne recommencerai plus, parce que je connais ta Parole, je sais que tu me demandes d'aimer mes frères et mes soeurs. S'il y en a un qui me parle de travers, tu peux être
sûr que je ne vais jamais plus me mettre en colère. Je veux manifester ton amour et ça va être le cas". Et puis, un quart d'heure après ou le lendemain, on recommence. On réussit à ne pas se mettre en colère la première fois. Et puis, à la septième fois que la même personne nous fait la même chose dans la journée, alors là, on craque. On voit réapparaître cette nature charnelle et ça nous frustre, parce qu'on sait qu'on fait mal, puisqu'on est honnête avec le Seigneur. C'est de cette expérience dont il parle dans Romains 7. Il y a un deuxième degré de libération : non seulement réaliser par la foi qu'il m'a donné une nouvelle nature, mais aussi Il me donne une révélation un peu plus grande. "Ignorez-vous, frères, -car je parle à des gens qui connaissent la loi...", il parle de la loi de Dieu, "...que la loi exerce son pouvoir sur l'homme aussi longtemps qu'il vit ? Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant, mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. "Cela, c'est la loi de Dieu. En passant, je le dis : quand tu es marié, c'est pour la vie. Il n'y a que la mort qui peut séparer un couple. Mais là, il prend l'image de cette association mari et femme, pour nous montrer comment le Seigneur veut nous dégager de toute loi, au sens où il l'entend lui.
Au verset 3 : "Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d'un autre homme, elle sera appelée adultère ; mais si le mari meurt, elle est libérée de la loi, de sorte qu'elle n'est pas adultère en devenant la femme d'un autre."
Il prend l'exemple d'un homme et d'une femme qui sont mariés pour la vie. Et ce mari est très exigeant. La loi de Dieu est très exigeante. Elle est parfaite. Cette femme qui est mariée à ce mari, elle est liée à lui tant que les deux sont vivants. Elle ne peut être libérée de cette loi, de ce mari exigeant, tout le temps en train de lui donner des commandements. Mais, on ne peut rien dire, parce qu'il est parfait. On ne peut rien trouver de mal à la loi de Dieu. Elle est parfaite. On est là sous un esprit de condamnation permanent, parce qu'on veut essayer de bien faire et on n'y arrive pas. Et cette femme est malheureuse. Elle est libérée, si le mari meurt. Mais là, appliqué à notre cas, c'est la femme qui doit mourir : "...de même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi. "Nous étions mariés à la loi avant, et la seule manière d'être libéré de la loi, c'est de mourir en Christ. Cela veut dire que, pour pouvoir marcher dans cette vie de résurrection qu'il nous donne, le Seigneur va me faire comprendre que je dois aller un pas plus loin. Il y a beaucoup de chrétiens qui restent à ce niveau-là, au niveau légaliste d'une condamnation permanente par la loi. Ils sont sincères, ils connaissent les commandements de Dieu, ils voudraient les appliquer, ils s'efforcent de les appliquer, d'aimer les autres, d'être patients, de faire des choses pour Dieu, d'évangéliser, etc. Et ils le font par leurs propres forces, et, à ce moment-là, ils sont esclaves de la loi de Dieu, puisque la loi produit et développe le péché dans ceux qui veulent marcher par leurs propres forces. La seule manière de pouvoir être libéré de l'esclavage de la loi de Dieu, c'est de mourir en Christ. Je vais prendre un autre exemple plus simple. Supposez que vous soyez patron et que vous ayez un employé qui est vraiment bon à rien, qui fait tout de travers. C'est le Gaston la Gaffe parfait. Il est complètement incapable.
Vous avez beau lui dire : "fais ceci, fais cela, ne fais pas ceci, ne fais pas cela", il n'y a rien à faire. C'est dans sa nature. Il est incapable de faire quelque chose de bien, sauf quand il reste tranquille. Mais, dès que vous lui demandez de faire quelque chose, c'est-à-dire dès que la loi commence à agir, il n'y arrive pas. Les commandements de Dieu, c'est comme un patron qui est parfait, qui nous donne de bonnes règles. Mais nous, nous sommes comme des serviteurs incapables. Dès que nous essayons de nous lever pour obéir à sa loi, par nos propres bonnes résolutions, nous n'y arrivons pas. Il nous libère de cet esclavage de la loi par la mort de Jésus et il nous fait comprendre que l'on est mort et ressuscité en Jésus, que la vie de Jésus doit s'exprimer en nous pour nous faire faire tout ce qu'il nous demande. On a chanté tout à l'heure : "Tout ce que nous faisons, c'est toi qui l'accomplit en nous". Paul dit : "c'est Christ qui vit en moi". Jésus dit : "Je ne fais rien de moi même mais je fais tout ce que mon Père me demande." Il le faisait, non pas parce qu'il se forçait à le faire, mais parce qu'il laissait la vie divine s'exprimer pleinement en lui. La seule chose qu'il faisait, c'était d'accepter de laisser sa volonté propre de côté, parce que Jésus avait aussi une volonté personnelle. Il a une personnalité différente de celle du Père, bien que ce soit le même Dieu. Il dit : "...non pas ma volonté Père, mais la tienne. "Il a choisi de mettre de côté sa volonté personnelle, pour laisser la volonté du Père se faire en lui, par la puissance de l'Esprit qui l'habitait pleinement. Il a simplement mis sa volonté au service de son Père et la vie divine s'est écoulée au travers de lui. Et c'est notre pierre d'achoppement, quand nous voulons faire des choses pour Jésus et que nous faisons des efforts pour lui plaire. Chaque fois on tombe. On prend des résolutions et on continue à pécher.
Quand vous voyez le tableau que Paul écrit dans Romains 7, ce n'est pas un tableau très agréable, puisqu'il dit au verset 14 : "La loi est spirituelle ; mais moi, je suis charnel, vendu au péché (dans ma nature charnelle). Et le propre de la nature charnelle, c'est de se manifester immédiatement lorsqu'on lui en laisse la possibilité. Dès que nous voulons faire quelque chose par nous-mêmes, même si nousvoulons le faire pour Dieu, c'est notre nature charnelle qui s'exprime, et là, c'est la catastrophe, parce que notre nature charnelle ne peut pas obéir à Dieu. Il faut que cette nature charnelle soit complètement mise de côté.

Et c'est là que le 4ème point vient, puisque tout se fait par la foi. Je comprends que Dieu m'a libéré de la loi du péché. Il m'a libéré de l'esclavage à ce corps de péché, par la mort et la résurrection de Jésus. Maintenant, je comprends qu'il me libère de tout effort personnel pour le servir. C'est le plus difficile et pénible à comprendre pour des chrétiens. Il y a des chrétiens qui restent enfoncés là-dedans toute leur vie, parce qu'ils aiment le Seigneur et qu'on leur enseigne la Parole : "il va falloir que tu fasses ceci, puis cela, que tu mettes le voile, que tu payes ta dîme, etc". Alors, nous voulons le mettre en pratique par un effort de volonté personnelle qui vient de notre chair, de notre volonté, l'âme charnelle qui n'est pas un fruit de la vie du Saint-Esprit en nous, un fruit naturel de ma communion avec Jésus. Quand on est en communion avec Jésus, quand on laisse la vie de Jésus s'exprimer, il va nous faire mettre le voile, nous faire habiller, parler d'une certaine façon, nous rendre polis, aimables et gentils. Mais, cela va être un fruit naturel qui va venir du fait que la croissance va se faire en Dieu et la manifestation du Saint-Esprit va se faire de plus en plus grande dans tous les domaines de ma vie.
C'est Christ qui va le faire en moi, si je le laisse faire, si je me mets devant lui en disant : "Seigneur, j'ai compris que mes efforts personnels, même mes bons efforts pour te servir et faire du bien pour toi, c'est de la pourriture", (excusez-moi du terme, mais c'est ça). Dieu n'en veut pas. Il veut que nous recevions de lui tout ce dont nous avons besoin, pour qu'il vive au travers de nous. Il nous demande simplement de croire en sa présence en nous et à la puissance de son Saint-Esprit, de lui offrir nos membres comme un sacrifice vivant, pour que lui prenne le relais et s'exprime au travers de nous. Cela ne veut pas dire que nous allons devenir des pantins, des marionnettes entre ses mains. Dieu aura toujours besoin de notre accord, notre décision de consécration personnelle, de notre foi en son action et en sa Parole. C'est la Parole de Dieu qui va nous guider constamment dans ce travail de
manifestation de la vie de Christ.
C'est ce 4ème point qui consiste à voir, jour après jour, dans nos vies, la perfection de Christ se manifester. Une fois que j'ai été libéré de l'esclavage de la loi, que j'ai compris que ce ne sont pas mes efforts pour Dieu qui comptent, je me mets devant Dieu en disant : "Seigneur, pendant des années, j'ai voulu faire des choses pour toi, j'ai fait beaucoup de choses pour toi, et apparemment, ça a pu porter beaucoup de fruits pour toi. J'ai parcouru la terre entière en évangélisant des milliers de personnes. Mais ça venait de ma chair, parce que je voulais faire des choses pour toi, et devant toi, ce n'est pas acceptable, si ce n'est pas toi qui l'as fait en moi, si ce n'est pas la manifestation de ta volonté parfaite en moi". Quand j'arrive à ce point de capitulation complète, personnelle, devant Jésus ; à ce momentlà, (4ème point), l'oeuvre de la Croix peut se faire profondément en moi. Et c'est la dernière des oeuvres de la Croix : me faire comprendre à quel point le Seigneur veut que lui se manifeste en moi et que ce ne soit plus moi qui le fasse pour lui. Il veut que ce soit son bon parfum qui sorte du vase brisé. Rappelez-vous cette femme qui a brisé ce vase de parfum pur et l'a répandu sur les pieds de Jésus. Cela a embaumé toute la pièce. Les disciples n'étaient pas contents parce qu'elle avait gaspillé des milliers de francs d'un parfum de grand prix. Jésus a dit : "laissez-la, elle a fait quelque chose de bien et partout où l'évangile sera annoncé, jusqu'à la fin des temps on racontera ce que cette femme a fait. "Parce qu'elle a fait exactement ce que Jésus veut que nous fassions : que nous brisions ce bouchon qui empêche le parfum de Christ de se manifester, ce bouchon de volonté personnelle, de vie personnelle que Dieu veut complètement briser par sa Croix. Et il veut nous apprendre, jour après jour, à marcher dans une vie crucifiée qui est en même temps une marche par l'Esprit. Si je veux apprendre à grandir en Christ, concrètement cela s'apprend : laisser la vie de Christ s'exprimer, marcher par l'Esprit et non plus par la chair, cela s'apprend concrètement dans une communion personnelle avec Jésus, tous les jours.
Il dit dans Romains 8:1 "Il n'y a maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus, qui marchent non selon la chair mais selon l'Esprit. La loi de l'esprit de vie en Christ m'a libéré de la loi du péché et de la mort. "Au verset 4 il dit : "...afin que la justice de la loi fût accomplie en nous qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit. "A partir de là, commence ton apprentissage
quotidien de la marche par l'esprit, parce que tu sais que l'Esprit de Dieu habite en toi. Tu as en toi un Aide puissant.
Alors, comment apprendre quotidiennement à marcher par l'Esprit ? Il le dit au verset 11 : "Si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous...", c'est le cas pour tout ceux qui ont accepté Jésus, "...celui qui a ressuscité Christ d'entre les morts...", c'est à dire Dieu notre Père qui a ressuscité Christ par son Esprit, "...rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous ne sommes pas redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps...", par l'Esprit qui habite en vous, "...vous vivrez."

Là, c'est notre apprentissage quotidien. Alors, comment recevoir cet apprentissage ?
1. En sachant qu'en Christ nous sommes une nouvelle créature.
2. Que son Esprit habite en nous et que son Esprit a la capacité de rendre la vie à nos corps mortels et de faire mourir les actions de ce corps, complètement, pourvu que nous laissions faire le Saint-Esprit et que nous ne mettions pas notre volonté personnelle sur le chemin du Saint-Esprit en disant : "Maintenant JE vais faire les bonnes oeuvres, JE veux obéir. "Non, laisse agir le Saint-Esprit en toi. Fais confiance à l'action du Saint-Esprit qui va te conduire et t'éclairer sur la situation actuelle que tu es en train de vivre. Nous avons besoin de la lumière du Saint-Esprit pour qu'il nous montre où nous en sommes aujourd'hui. Si vous avez le visage sale et que vous voulez le nettoyer, vous allez devant une glace, vous regardez où est la saleté et puis vous vous lavez. Mais il faut qu'il y ait une glace et de la lumière. Placez-vous devant une glace en pleine nuit pour vous nettoyer, ça ne va pas marcher, même si vous avez la meilleure glace du monde et le meilleur savon du monde. Dieu est lumière. Donc, la solution de mes problèmes pratiques de tous les jours, ça ne va pas consister, comme le font les psychologues, à m'examiner, à remonter dans mon passé, à faire une cure d'âme chrétienne : tout cela vient de la chair. Ce qui est chair ne peut pas faire naître l'esprit. Donc, si tu veux voir l'état où tu es aujourd'hui, tu vas te mettre devant le miroir de la Parole de Dieu et tu vas te laisser éclairer par la lumière du Saint-Esprit. Il faut les deux : le miroir de la Parole où je me verrai tel que je suis ; et la lumière de Dieu, du Saint Esprit. Avec les deux, je verrai l'état où je suis aujourd'hui. A ce moment-là, je vais faire mourir les actions du corps, parce que Dieu me l'a montré dans sa Parole, et parce qu'il m'a donné la lumière de son Esprit. A ce moment-là, je vais dire : "Seigneur, je reconnais que je suis sale, lave-moi dans ton sang, je t'en demande pardon. Je me vois maintenant dans le miroir et à la lumière de ta Parole, j'ai compris Seigneur que cela n'allait pas. Maintenant Seigneur, agis en moi pour me transformer comme tu le veux. maintenant je vois clair, agis en moi. "Cela s'appelle marcher jour après jour par l'Esprit dans la lumière du Seigneur. Le Seigneur va me montrer, jour après jour, ce qui est spirituel dans ma vie présente et ce qui est encore charnel.
Comme le Seigneur n'aime pas ce qui est charnel dans mon service chrétien, il va quelquefois me faire passer par des expériences bien douloureuses, pour que je comprenne que j'ai à lâcher toute volonté propre, même de le servir. C'est pour cela que tant de chrétiens ont eu à passer par des épreuves difficiles où ils ont eu l'impression d'être complètement abandonnés, mis de côté par Dieu. Parce qu'il fallait que, dans cette situation-là, ils lâchent leur volonté personnelle, qu'ils laissent tomber les dernières racines de volonté personnelle qu'ils avaient en eux pour que la Croix de Jésus vienne tuer ces dernières racines de vouloir en faire à ma tête, comme je le voudrais. Dieu ne veut pas tuer notre volonté, il veut tuer notre volonté personnelle. Il veut que notre volonté soit mise à son service. Il ne veut pas que ce soit notre volonté qui dirige notre vie, mais la sienne. Donc, il va me montrer tous les endroits où ma vie est encore dirigée par ma volonté personnelle. Il va faire la lumière et me dire : "La solution c'est que tu comprennes que ma Croix est passée par là et maintenant, toi, tu vas te charger de ta croix, c'est-à-dire que tu vas apporter ta volonté personnelle pour qu'elle soit remplacée par ma volonté. C'est cela la croix : tu vas accepter de renoncer à ce qui te coûte actuellement, que tu veux garder pour toi". Vous vous rappelez la parabole où Jésus parle à un homme qui avait respecté toute la loi de Dieu. Il lui dit : "Toi, il te manque une chose : tout ce que tu as, vends-le, donne-le aux pauvres et suis-moi. "C'était son problème. Il respectait toute la Parole, mais il avait encore une idole dans son coeur qui l'empêchait d'être un disciple de Jésus et de recevoir la vie de Jésus. Et, à la lumière du Saint- Esprit et de la Parole, il va nous montrer tous les points où nous sommes encore attachés pour faire notre volonté personnelle que nous allons lâcher, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien afin que ce que Jésus a acquis à la Croix pour nous se manifeste enfin pleinement.

Et je terminerai en lisant deux passages. Dans Luc 17:31, il parle de l'enlèvement et il dit : "En ce jourlà, que celui qui sera sur le toit, et qui aura ses effets dans la maison, ne descende pas pour les prendre. "Ne sois pas comme la femme de Lot. Le Seigneur lui avait dit : "Ne te retourne pas. Sinon tu vas périr". Elle s'est retournée parce que son coeur était attaché à Sodome. Elle a été transformée en statue de sel. Il continue au verset 3 : "... ne descends pas prendre tes effets dans ta maison et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas non plus en arrière. Souvenez-vous de la femme de Lot. Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra. "Cela veut dire : celui qui cherchera à sauver sa vie par ses propres moyens et sa propre volonté d'en faire à sa tête la perdra. Il ne sera même pas enlevé (on est ici dans un contexte d'enlèvement). "Et celui qui la perdra la retrouvera. Je vous le dis, en cette nuit-là, de deux personnes qui seront dans un même lit, l'une sera prise et l'autre laissée." Alors, bien-aimé, ça veut dire que si ton coeur est encore attaché ici-bas à quelque chose de plus que Jésus, tu seras tellement lourd que tu ne pourras pas monter, parce que ton coeur veut revenir en arrière. Tu es attaché à un homme ou à une femme ou à un ministère ou à quelque chose que tu es en train de faire. Suppose, par exemple, que tu sois un serviteur de Dieu en train d'accomplir une oeuvre grandiose pour Dieu. Elle n'est pas tout à fait achevée, au moment où la dernière trompette sonne, et tu dis au Seigneur : "Je n'ai pas encore fini Seigneur, regarde ton oeuvre". Qu'est-ce qu'il te dira Jésus ?"Reste et finis-le. Et moi, j'emporte tous ceux qui sont prêts à partir avec moi". Si ton coeur est attaché à faire quelque chose, alors que Jésus te dit : "Laisse tomber tout ça et viens", si tu dis non, parce que tu as encore des choses à faire pour le Seigneur, tu cherches encore à faire ta volonté propre. Tu n'es pas encore détaché. Et pourtant, c'est pour Dieu. Sois libre de faire ce que Dieu va te demander de faire, comme Philippe, en Samarie, où il y avait un grand réveil. Et Jésus lui dit par le Saint-Esprit : "Stop ! Arrête ! Va au désert pour un homme. "Il a immédiatement tout laissé. Il aurait pu dire : "Seigneur, il y a une grande oeuvre ici, je ne peux pas laisser ces brebis-là. Il faut les nourrir,
il faut organiser une église, nommer des anciens, etc..." Il a tout laissé entre les mains du Seigneur et il est parti. Il a été conduit par l'Esprit. Il a marché selon l'Esprit. Et je termine le passage, verset 35 : "...de deux femmes qui moudront ensemble, l'une sera prise et l'autre laissée. De deux hommes qui seront dans un champ, l'un sera pris et l'autre laissé. "Tout ça, parce qu'ils cherchaient à sauver leur vie. Ceux qui perdront leur vie, c'est-à-dire qui accepteront de renoncer à leur volonté personnelle, à leurs désirs personnels pour faire la volonté de Dieu, ceux-là vont retrouver leur vie, pour l'éternité.
Dans Jean 12:23 : "...Jésus leur répondit : l'heure est venue où le Fils de l'homme doit être glorifié. "Et nous savons comment il a été glorifié : il a accepté pleinement la volonté de Dieu, son Père, de passer par cette Croix maudite pour payer pour nous. "En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruits. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie...", sa vie personnelle, ses idées personnelles, ses désirs personnels, "...dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. Si quelqu'un me sert, qu'il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, le Père l'honorera. "Le Seigneur savait très bien ce qu'il disait : "Tu veux me suivre ? Suis-moi jusqu'à la Croix, parce que c'est en passant par la Croix que tu vas manifester la vie de résurrection". Le grain peut rester des dizaines d'années vivant dans un endroit bien sec, mais il ne va pas produire de récolte, parce qu'il ne va pas mourir au sens de se planter dans un sol humide, perdre sa carapace, se désagréger et manifester la vie qui est en lui et produire des dizaines, des centaines de grains. Et Jésus dit : "Si tu restes attaché à ta volonté, cette vie que j'ai placée en toi ne va pas sortir de la coquille, de la carapace. Elle va rester enfermée et tu vas rester seul", alors que Jésus nous a mis dans un corps ensemble. Nous sommes son corps, il est la tête. Si le corps est formé de petits grains tout fermés sur eux-mêmes, ça ne va pas être un corps où la vie va circuler. La vie va rester bloquée dans chaque cellule. Alors que, si cette vie qui est en toi se manifeste en dehors, parce que tu as accepté que ta volonté personnelle, cette carapace, meure pour faire la volonté de Dieu. A ce moment-là, toute la vie va sortir et se manifester. Cela va être une récolte à la gloire de Dieu. Et ça, ce n'est que par la Croix que ça peut se faire. Jésus l'a fait pour nous.

Et, en conclusion, je veux revenir sur ces 4 aspects, pour qu'ils soient bien présents à notre esprit, de l'oeuvre magnifique que Jésus a accomplie pour nous, à la Croix. C'est grandiose, et, tous les jours, je prie : "Seigneur, révèle-moi encore plus tout ce que tu as fait à la Croix, parce que je n'en vois toujours que des aspects partiels, mais je te prie que tu m'éclaires toujours plus".
-Le 1er aspect, c'est que nous étions tous des pécheurs, Jésus est mort pour nous, pour payer pour nous. Son sang a été versé, et son sang a la capacité d'effacer complètement les péchés de ceux qui se repentent et qui demandent pardon, au nom de Jésus.
-Le 2ème aspect, c'est que, au moment où il est mort, toute notre vieille nature est morte en lui, et il veut me le révéler par le Saint-Esprit.
-Le 3ème aspect, c'est que, au moment où il est ressuscité, nous qui croyons en lui, nous sommes ressuscités avec lui, à une vie nouvelle qui est entièrement libérée de l'esclavage du péché, de ce corps de mort et de la loi de Dieu qui ne peut plus être respectée maintenant par nos efforts personnels, mais que Dieu va nous faire respecter par son Esprit qui habite en nous. Et son Esprit va nous conduire à l'obéissance naturelle de la loi.
-Le 4ème aspect, c'est que tout ce que Jésus a accompli pour nous, cette mort et cette résurrection, il le fait quotidiennement dans ma vie, pourvu que j'accepte de renoncer à ma volonté personnelle. Et comme c'est une croissance ; il va me montrer toujours plus, par la lumière de sa Parole et de son Esprit, où sont les points de ma vie où je tiens encore à quelque chose de personnel, parce que là, ça va bloquer la vie de résurrection. Tout le travail de croissance en moi va consister à appliquer la Croix partout où il y a une volonté personnelle, pour qu'elle soit mise à mort concrètement, afin que je puisse dire, du fond du coeur, comme Jésus l'a dit : "Non pas ma volonté, mon Père, mais la tienne.
"Nous avons foi en l'oeuvre accomplie par Jésus parce que c'est LUI qui le fait pour nous. Quand il est dit : "que tout votre être entier, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irréprochable pour le retour de Christ. "Il ajoute : "C'est Lui qui le fera. "C'est lui qui va le faire en toi, si tu restes attaché au Seigneur, si tu l'aimes, si tu abandonnes toute volonté personnelle et si tu dis : "Seigneur, fais ton oeuvre en moi, je m'offre entièrement à toi. Fais ton oeuvre de crucifixion de ma volonté propre, pour que tout soit mis vraiment à ta disposition et que ta vie s'exprime en moi, pour ta plus grande gloire. "Nous allons voir, à ce moment-là, des choses merveilleuses se passer. Alléluia !

 Source de Vie - http://www.sourcedevie.com

METTEZ EN PRATIQUE LA PAROLE

Mettre en pratique la Parole

et ne pas se contenter de l'écouter

Si vous savez ces choses, vous êtes heureux,

Pourvu que vous les pratiquiez

L'idée que l'on se fait de Dieu conditionne notre manière de nous comporter sur la Terre. Dieu règne sur un trône éternel, mais il n'est pas un Dieu lointain, vengeur, qui passe son temps à nous épier pour surveiller tout ce qu'on va faire et nous donner un coup de Bible sur la tête chaque fois que nous nous en écartons.


Certes, c'est un Dieu juste, saint, et il ne laissera rien passer. Il n'aime pas le péché, et il veut s'efforcer de l'enlever complètement de nos vies. Mais c'est un Dieu infiniment bon et agréable à fréquenter. Le Seigneur est la personne la plus merveilleuse qui soit. Il est le plus merveilleux, le plus glorieux, le plus miséricordieux, le plus agréable à connaître.


Quand nous prenons l'habitude de fréquenter ce Dieu merveilleux, nous le connaissons de mieux en mieux, et notre vie change de plus en plus, parce qu'on apprend à connaître un Père merveilleux qui nous aide et qui veut nous faire du bien. Ma vie est entre les mains du Dieu bon et miséricordieux, qui prend compassion de mes faiblesses, qui va chercher à les corriger, à me faire avancer avec Lui, à me faire grandir à l'image de Jésus pour me rendre parfait.


C'est ce Dieu-là qui nous aime ! Ce qui l'attriste, ce ne sont pas tellement nos faiblesses, c'est que notre cœur puisse être attaché à quelque chose ou à quelqu'un d'autre que Lui. Il sait très bien que nous sommes faibles, Il sait de quoi nous sommes faits, et Il est puissant pour nous changer, et nous rendre semblables à l'image de son Fils. Si nous sommes attachés à Jésus, au Cep, la sève, la vie, va continuer à passer en nous et à nous faire porter du fruit.


Ce soir, j'aimerais vous parler de quelque chose d'important, c'est : "Mettre en pratique la Parole du Seigneur, et ne pas nous contenter de l'écouter."


Jésus disait à ses disciples : « Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez » (Jean 13:17).


On pourrait passer notre vie à écouter des messages merveilleux, donnés par le Seigneur Lui-même. Sur cette terre, Jésus a passé trois ans et demi à prêcher et à parler à des grandes foules qui l'ont écouté ! Il leur disait des merveilles ! Tous ceux qui étaient venus pour écouter Jésus repartaient émerveillés des paroles et des œuvres qu'Il accomplissait. Certains ont dit : "Personne n'a parlé comme cet homme !" Mais combien étaient là, auprès de la Croix ? Un tout petit nombre ! Combien étaient là, le jour de la Pentecôte ? Un tout petit nombre à côté des dizaines de milliers de personnes qui, en trois ans et demi l'ont écouté avec joie et avec plaisir.


Peu de temps après que Jésus soit ressuscité, il est apparu à cinq cents personnes (1 Corinthiens
15:3-6). Quelques jours après, ils étaient seulement cent vingt, dans la chambre haute ! Où étaient passés les autres ?


Ceux qui ont vraiment porté du fruit, ceux qui, le jour de la Pentecôte, étaient là pour recevoir le Saint-Esprit et partir à la conquête du monde, ce n'étaient pas ceux qui s'étaient contentés d'écouter la Parole, c'étaient ceux qui avaient persévéré pour la mettre en pratique, pour obéir au Seigneur. Eux seuls ont reçu une bénédiction merveilleuse, et ont pu la transmettre à d'autres.


Il est important de comprendre qu'il ne suffit pas d'écouter la Parole, mais il faut la mettre en pratique, dans chacun des aspects de notre vie, pour que Jésus soit glorifié, et que nous portions davantage de fruits.


Jésus parlait à la foule, sur la montagne des Oliviers, et nous lisons dans Matthieu 5:13-14 : « Vous êtes le sel de la terre ... Vous êtes la lumière du monde ». Vous rendez-vous compte de ce que le Seigneur dit de nous ? Il nous est possible de dire : "Je suis le sel de la terre, je suis la lumière du monde", parce que Jésus dit que nous le sommes ! Ce n'est pas être orgueilleux que de le dire. Nous sommes la lumière du monde, qui brille dans les ténèbres, et cette lumière ne doit pas rester cachée. Au verset 16, regardez bien ce qu'il dit : « Que votre lumière (ce n'est pas la nôtre, c'est celle de Jésus que nous reflétons) luise ainsi devant les hommes, pour qu'ils voient vos bonnes œuvres ». Il ne dit pas : pour qu'ils entendent vos merveilleuses paroles, mais « Pour qu'ils voient vos bonnes œuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux ».


Nous voyons dans ce monde beaucoup d'œuvres différentes ; il y en a des bonnes et des mauvaises. Les seules œuvres bonnes sont celles qui sont inspirées et conduites par le Saint-Esprit. Et il a préparés ces œuvres bonnes pour nous, pour que nous les pratiquions. Et ceci afin que le Nom du Père qui est dans les Cieux soit glorifié. Nous glorifierons notre Père qui est dans les cieux seulement si nous mettons sa Parole en pratique. Cela ne sert à rien de l'écouter, de la répéter, de donner témoignage de la Parole, si nous ne la mettons pas en pratique.


Dans Matthieu 7:21, nous lisons : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N'entreront pas tous dans le royaume des cieux mais celui-là seul qui fait (pas qui dit, mais qui fait) la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom? N'avons-nous pas chassé des démons par ton nom, et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité » (qui pratiquez le péché).


Quand on laisse le péché se développer dans notre cœur, dans nos pensées, dans nos sentiments, il se traduit toujours par des actes. « C'est de l'abondance du cœur que la bouche parle » (Matthieu 12:34 et Luc 6:45). Et quand la bouche parle, on la fait suivre d'une action. C'est ce qui nous remplit qui sort par notre bouche, et qu'on finit par appliquer, mettre en pratique. Donc si nous remplissons notre cœur de la Parole du Seigneur, parce que nous l'aimons, nous aurons le désir de la mettre en pratique.


Nous lisons au verset 24 : « C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis, et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent, qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée... les torrents sont venus, les vents ont soufflé... » (Matthieu 7:24-25). Tous les problèmes de la vie sont venus, mais la maison est restée solide, parce qu'elle était fondée sur le rocher. Ce verset dit que l'homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc, c'est celui qui a entendu la Parole, et qui l'a mise en pratique.


Mais si la maison est bâtie sur de mauvaises fondations, elle va s'écrouler ! Nous lisons au verset 26 : « Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable » (Matthieu 7:26). Et cela ne servira à rien de bâtir avec de bons matériaux, si le fondement n'est pas bon. Ce verset dit que l'homme insensé avait bien entendu les paroles de Jésus, mais il ne les a pas mises en pratique. Celui qui ne met pas en pratique la Parole de Dieu va être attiré par le péché, qui finit toujours par conduire à la mort. « Le salaire du péché, c'est la mort » (Romains 6:23).


Dans Jacques 1:22, nous lisons : « Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l'écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. Car si quelqu'un écoute la Parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, après s'être regardé, s'en va, et oublie aussitôt comment il est. Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l'œuvre, celui-là sera heureux dans son activité ». L'auditeur oublieux, c'est celui qui ne met pas en pratique la Parole. Il l'a peut-être gardée dans sa mémoire, mais s'il ne l'a pas mise en pratique, il est oublieux.


« mais se mettant à l'œuvre... ». Cela demande des efforts de mettre la Parole en pratique ! C'est un travail. « ...celui-là sera heureux dans son activité ». Le Seigneur veut que nous soyons actifs pour mettre la Parole en pratique, actifs pour mettre en pratique ses commandements, qui se résument tout simplement dans ce que Jésus a dit à ses disciples : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée... Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matthieu 22:37-39).


« C'est ici mon commandement, aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés » (Jean 15:12). Le Seigneur me demande de mettre en pratique la Parole dans mes actions quotidiennes, dans mes rapports avec ma femme, avec mon mari, avec mes enfants, avec mon frère, avec ma sœur, avec mon prochain. C'est facile de mettre en pratique la Parole vis-à-vis des personnes qui habitent à des milliers de kilomètres de chez soi. On est plein de bonnes intentions, on envoie des paquets, des cadeaux, des dons. Mais le Seigneur voit bien, si avec ton mari ou ta femme, ton frère, ta sœur, qui habite ici, avec toi, tu te comportes comme un mécréant.


Et le Seigneur est avec nous partout. Il habite dans nos cœurs. Nous portons un trésor glorieux, la présence du Saint-Esprit dans un tabernacle humain, et le Saint-Esprit va partout avec nous, il voit tout ce que nous faisons. Il voit tout, et il nous aime quand même. Il est attristé, bien souvent par ce qu'il voit, mais il nous aime. Et il veut nous changer. Nous avons besoin de comprendre notre besoin de communion avec Jésus, pour qu'il nous change. Pour que nous puissions pratiquer ses œuvres comme il le veut.

C'est trop facile de prêcher la foi seulement, mais il est dit : « la foi sans les œuvres est inutile » (Jacques 2:20). Personne n'entrera au Ciel par les œuvres sans la foi. Mais si tu as la foi, cela ne peut pas manquer de se voir dans les œuvres que tu fais. Si je regarde mes œuvres, je vois tout de suite si je suis dans la foi ou pas. Je m'écoute parler, je me vois agir. Je n'ai pas besoin d'être un grand prophète pour voir si je suis dans la foi ou pas. J'observe mes propres œuvres ! Qu'est-ce que je suis en train de faire ? Est-ce que cela correspond à ce que Jésus veut que je fasse ? Je le sens très bien.


Parfois, il faut qu'un frère, ou une sœur me dise : "Là, ça ne va pas", parce que je ne l'ai pas vu, mais la plupart du temps, je m'en rends compte, parce que le Saint-Esprit qui habite en moi me parle. Il est parfois attristé. Il me dit : "Tu vois, là, tu n'aurais pas dû agir comme cela. Tu n'aurais pas dû faire cette œuvre, ce n'est pas une œuvre de foi. Et pourquoi n'as-tu pas fait l'œuvre que j'avais préparée pour toi ? Tu savais très bien ce qu'il fallait faire, mais tu ne l'as pas fait. Repens-toi, et demande pardon pour que le Sang de Jésus efface cela, et que tu repartes, pour pratiquer les œuvres de Dieu, pour que les hommes le voient et soient attirés vers Jésus".


Dans Jacques 3:13, nous lisons : « Lequel d'entre vous est sage et intelligent ? Qu'il montre ses œuvres par une bonne conduite, avec la douceur de la sagesse ». Nous devons être doux et humbles de cœur, comme Jésus. La violence est toujours associée à l'orgueil. Bien souvent nous sommes orgueilleux, par une parole, un geste, quelque chose de violent, de dur. Jésus est doux et patient avec nous. Même s'il est attristé, notre Seigneur est un Dieu de foi, il voit loin, il voit le travail que son Saint-Esprit est en train d'accomplir. Et il ne s'arrête pas à mes problèmes actuels. Cela ne le décourage pas.


« Qu'il montre ses œuvres par une bonne conduite, avec la douceur de la sagesse. Mais si vous avez dans votre cœur un zèle amer, et un esprit de dispute, ne vous glorifiez pas, ne mentez pas contre la vérité » Au verset 16 il est écrit : « Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions ».


Il peut donc y avoir des œuvres justes, qui sont révélées par une bonne conduite, avec la douceur de la sagesse de Dieu, mais il peut aussi y avoir des mauvaises actions, qui sont le fruit d'un zèle amer.


Dans Apocalypse 2 et 3, le Seigneur dit aux sept Eglises : "Je connais tes œuvres, je vois comment tu agis, je sais ce que tu fais". Et à cinq de ces sept églises, il dit : "Repens-toi ! Je n'ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu". Parce qu'il sait que l'œuvre, c'est l'aboutissement final de tout ce que l'on a dans le cœur, sur nos lèvres, dans nos pensées. Tout cela va se matérialiser dans des œuvres, et Jésus va regarder les œuvres.


Dans 1 Jean 2:29 nous lisons : « Si vous savez qu'il est juste (le Seigneur) reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui ». On va donc reconnaître ceux qui sont nés de nouveau à leurs œuvres, à leurs actions concrètes, au fait qu'ils pratiquent la justice. Et l'on verra si je suis né de Dieu, par mes œuvres. Et si le Seigneur me montre certaines pratiques mauvaises, je vais m'attacher à les éliminer, par amour pour mon Seigneur.


Dans 1 Jean 3:9 il est écrit : « Quiconque est né de Dieu, ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui ». Jean vient de dire que celui qui est né de Dieu pratique la justice. Ici, il dit que celui qui est né de Dieu ne pratique pas le péché. Cela ne veut pas dire que l'on ne va jamais pécher. On peut pécher, et on pèche bien souvent, parce qu'on est faible et qu'on chute.
Mais pratiquer le péché, c'est autre chose ! C'est faire, en permanence, alors qu'on sait très bien que c'est un péché, une action mauvaise, sans nous en repentir, sans s'arrêter ! Celui qui est né de Dieu, ne pratique pas le péché ! Si tu pratiques en permanence un péché et que tu le sais, est-ce que tu es né de Dieu ou pas ? Es-tu réellement passé par la nouvelle naissance ? Pose-toi sérieusement la question, car elle est vitale pour l'éternité.


Jésus dit dans Luc 8:21 : « Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la mettent en pratique ».


Dans Actes 26:20 Paul dit au roi Agrippa : « J'ai prêché la repentance, et la conversion à Dieu, avec la pratique d'œuvres dignes de la repentance ». Si nous avons tendance à tomber dans certaines mauvaises actions, c'est qu'au départ, la repentance n'a pas été suffisante quant à cette pratique-là. Sinon, si la repentance était réelle, on ne le ferait plus. Parce qu'on aurait vraiment conscience de la blessure qu'on inflige au Seigneur quand on les pratique, alors qu'Il est là en nous, et qu'Il regarde ce que nous faisons. Si Jésus était physiquement présent à côté de moi, je me surveillerais sérieusement en permanence. Pourquoi est-ce qu'on ne le fait pas ? Parce qu'on oublie sa présence en nous.


Dans Ephésiens 2:10, il est dit : « Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus- Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions ». Vous rendez-vous compte que Dieu, dans son amour, a prévu pour nous un plan merveilleux ? Une foule d'œuvres merveilleuses, qu'il a préparées dans sa pensée de Père. Il a préparé ces œuvres pour chacun de nous, et celles de chacun s'articulent avec les autres dans son plan parfait. Toutes ces œuvres, jusqu'au moindre détail, sont prêtes dans le cœur du Père. Et il nous demande d'entrer dans ces œuvres pour les pratiquer.

Notre justification, et la vie chrétienne correspondante, passent par l'écoute de la Parole, qui donne la foi, et cette foi débouche sur la pratique des œuvres correspondantes. Et nous devons continuellement nous examiner pour voir si nous sommes dans la foi, comme le dit Paul : « Examinez-vous vous-mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi ; éprouvez-vous vous-mêmes » (2 Corinthiens 13:5). Le meilleur moyen de m'examiner, c'est de voir mes œuvres. Je m'observe ! Observons-nous, bien-aimés, du matin au soir ! Quand nous nous levons, qu'il y ait quelque part en nous, une partie de nous-mêmes qui nous observe. Qu'est-ce qu'on commence par faire dès le lever ? Est-ce qu'on est grincheux ? Est-ce qu'on commence à rouspéter parce que ça ne va pas ? Parce que le petit déjeuner n'est pas prêt, parce qu'il pleut, ... On s'observe ! Et nous devons être capables de dire si ces œuvres-là sont bonnes ou mauvaises. Est-ce que ce sont des œuvres que notre bon Père céleste a préparées pour nous ? Ou est-ce que ce sont des œuvres de la chair qui commencent à se manifester?


Dans Jacques 2:17-20 nous lisons : « Il en est ainsi de la foi : si elle n'a pas les œuvres, elle est morte en elle-même. Mais quelqu'un dira : toi, tu as la foi, et moi, j'ai les œuvres. Montre-moi ta foi sans les œuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes œuvres... Tu crois qu'il y a un seul Dieu, tu fais bien. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile ? »


Et au verset 22, il est écrit au sujet d'Abraham : « La foi agissait avec ses œuvres, et par ses œuvres, la foi fut rendue parfaite ». Lorsque je lis que la foi agissait avec ses œuvres, je comprends que la foi agit par le moyen de nos œuvres, ainsi qu'il est dit : « La foi est agissante par l'amour » (Galates 5:6). Le fait d'avoir la foi doit se traduire par une action correspondante. J'observe mes actions pour savoir si je suis dans la foi.


Et lorsque je lis que « par ses œuvres, la foi fut rendue parfaite », je comprends que les œuvres que je vais faire vont augmenter ma foi, et ainsi la rendre parfaite. Le fait de pratiquer ces bonnes œuvres, cela va, en retour, avoir un effet sur ma foi, pour la perfectionner. C'est un cycle de perfectionnement : la Parole de Dieu qui me donne un commandement à observer, me donne la foi pour obéir, et le fait de mettre en pratique la Parole perfectionne ma foi.


Finalement, nous pourrons dire comme Jésus, dans Jean 10:25 : « Les œuvres que je fais, au nom de mon Père, rendent témoignage de moi ». C'est vrai aussi pour nous : les œuvres que nous faisons rendent témoignage de ce que nous sommes. Et si les œuvres que nous faisons sont celles de Jésus, nous pourrons dire : "Les œuvres que je fais, par le Seigneur qui habite en moi, rendent témoignage de Jésus ! Elles rendent témoignage de moi, parce qu'elles montrent que je suis obéissant, mais elles rendent témoignage de Jésus, parce que ce sont les œuvres du Père, qui s'expriment dans ma vie."


Est-ce que nos œuvres rendent témoignage de Jésus dans notre vie ? Où est-ce qu'elles rendent témoignage de notre incrédulité, de notre rébellion à la Parole, de notre désobéissance ? Ce sont nos œuvres qui rendent témoignage ! Alors si nous ne mettons pas la Parole de Dieu en pratique, il en résultera la ruine et la perdition. Je ne parle pas de chute occasionnelle, et dont nous nous repentons. Je parle de la mise réelle en pratique de la Parole, chaque fois que nous l'entendons, chaque fois que nous recevons un enseignement, une lumière, que le Saint-Esprit nous révèle ce qu'Il veut faire en nous.


Nous devons commencer à prier d'abord pour que cette Parole pénètre dans nos cœurs, que nous soyons vraiment imprégnés de cette Parole dans nos cœurs, qu'elle nous remplisse, et que nous la mettions en pratique dans nos œuvres ! Et si nous ne le faisons pas, nous risquons un jour de nous entendre dire par le Seigneur : "Eloignez-vous de moi, je ne vous ai jamais connus, vous qui pratiquez le péché" ! Cela peut être un seul péché que tu continues à commettre de manière constante.


Par exemple, un pasteur qui serait exemplaire dans l'exercice de son ministère, mais qui conserverait une liaison adultère avec une jeune femme de façon cachée, sans se repentir et se détourner de son péché, ne pourra pas entrer dans le royaume de Dieu, il verra la porte du Ciel fermée ! Je prends cet exemple, mais il peut y en avoir beaucoup d'autres. Judas puisait dans la caisse des disciples de Jésus, et il mentait, alors qu'il avait accompli de grands miracles ! Les disciples avaient tous été envoyés avec la puissance de Jésus pour chasser les démons, guérir les malades, et Judas était l'un d'eux ! Mais plus tard, Judas est appelé le fils de la perdition.


Je voudrais insister sur la manière de pratiquer les bonnes œuvres que Dieu nous a préparées. Quand Jésus nous demande de mettre en pratique la Parole, il ne s'agit pas de mettre en pratique d'une manière légaliste et formelle. Il faut d'abord remplir nos cœurs de la Parole et du Saint-Esprit. Ensuite, par la puissance du Saint-Esprit, je mets ma vie à la disposition du Seigneur, et son Esprit me fait produire les œuvres de justice. Le Seigneur a besoin de ma collaboration, de ma volonté, de ma coopération, de mon travail. Je suis dans la foi, et je mets ma volonté au service du Seigneur. Ce n'est pas par ma volonté seulement que je pratique les bonnes œuvres. J'ai imprégné mon cœur de la Parole, et, par la foi, je crois qu'il me donne la force de recevoir, et d'obéir à cette Parole.


Il y a des frères, ou des sœurs, qui s'efforcent d'obéir à la Parole de Dieu dans de nombreux domaines de leur vie, mais sur un point, ils sont continuellement rebelles et désobéissants. Cela peut être le cas, par exemple, d'un frère qui aurait un ministère dans l'église, qui pratiquerait beaucoup de bonnes œuvres dans l'église, et qui, à la maison, est vraiment méchant avec son épouse. Il la maltraite en parole, en gestes, alors que devant l'église, c'est un frère parfait. Mais le Seigneur voit tout !


Cela peut être le cas aussi d'une femme qui, dans l'église, serait zélée pour accomplir beaucoup de bonnes œuvres alors qu'à la maison, elle est entièrement rebelle à son époux. Elle porte le voile à l'église comme signe de l'autorité dont elle dépend. Mais il faut que cela corresponde aussi à une véritable obéissance de cœur, mise en pratique, et à un engagement d'obéir ! Ce n'est pas parce qu'une femme met le voile qu'elle est parvenue à la perfection dans l'obéissance. Une femme met le voile parce qu'elle désire montrer au Seigneur qu'elle veut Lui obéir, et obéir aussi à son mari !


Il est facile de mettre la Parole en pratique de l'extérieur, en apparence, comme on le voit chez ceux qui se conduisent avec l'esprit des Pharisiens, comme on le voit dans les églises légalistes, qui dictent de nombreuses règles, des règles que chacun va s'efforcer de mettre en pratique d'une manière extérieure. Tout comme les Pharisiens, dont l'extérieur était parfait, mais l'intérieur était comme des cadavres ! Voyez ce que Jésus disait aux Pharisiens de son temps, dans Matthieu 23:25-27 : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu'au dedans ils sont pleins de rapine et d'intempérance. Pharisien aveugle ! Nettoie premièrement l'intérieur de la coupe et du plat, afin que l'extérieur aussi devienne net. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, et qui, au dedans, sont pleins d'ossements de morts et de toute espèce d'impuretés ».


Dans Galates 3:11-12, il est écrit : « Que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit : Le juste vivra par la foi. Or, la loi ne procède pas de la foi; mais elle dit : Celui qui mettra ces choses en pratique vivra par elles ». Personne ne peut être justifié devant Dieu par la loi, c'est-à-dire par la manière légaliste de mettre la Parole de Dieu en pratique. Cette manière légaliste consiste à se dire : "On m'a dit qu'il fallait faire ceci, alors je le fais parce qu'il faut bien le faire, mais ce n'est pas de gaîté de cœur que je le fais, je m'en passerais volontiers !" En réalité, l'extérieur parait changé, mais le cœur n'est pas changé. Cela, c'est la loi. Mettre la loi en pratique n'a jamais amené quelqu'un à la perfection, ni justifié personne. Paul dit que cela est évident : « Que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident »


« Le juste vivra par la foi ». C'est la foi qui permet d'accéder à la justice de Dieu, et ensuite celui qui est justifié vit par sa foi. « Or, la loi ne procède pas de la foi, mais elle dit : celui qui mettra ces choses en pratique vivra par elles » Du temps de la loi, les Juifs étaient sous une moins bonne alliance qu'aujourd'hui, et le Seigneur demandait seulement la mise en pratique de commandements auxquels il fallait obéir. Mais pour nous qui sommes sous la nouvelle alliance, c'est complètement différent ! La loi, elle, n'a pas changé. Elle est devenue meilleure, encore plus exigeante que l'ancienne. Mais ce qui a changé, c'est notre cœur.


Dans Ezéchiel 36:27, il est dit : « Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois ». Maintenant le Seigneur a mis en nous son Esprit pour que nous obéissions de cœur à sa Parole. C'est le grand changement ! Avant, les Juifs ne le pouvaient pas, leur cœur n'était pas changé ! Ils n'étaient pas passés par la nouvelle naissance. Ils ne faisaient pas partie de l'Eglise régénérée par le Sang de Jésus, remplie du Saint-Esprit.
Ils ne faisaient pas partie de l'Epouse du Seigneur ! Ils avaient une loi terrible, qui est une bonne loi, donnée par Dieu comme un précepteur pour les amener à l'obéissance. Mais leur cœur n'était pas changé par la loi.


Le cœur n'est changé que par la foi en Jésus-Christ et par la repentance, lorsqu'on accepte Jésus comme Sauveur et Seigneur ; lorsqu'on demande pardon, lorsqu'on reçoit son Sang précieux. Son Esprit change notre cœur, et on va être prêt à obéir de cœur, par amour pour Jésus, parce qu'il a mis son Esprit en nous. Quand nous avons le Saint-Esprit en nous, cela ne va pas nous empêcher d'obéir, au contraire, cela va nous pousser à l'obéissance. L'Esprit qui nous fait dire : "Abba, Père", nous pousse à l'obéissance, à la repentance. A l'obéissance de cœur, parce qu'on sait ce que notre désobéissance a coûté au Seigneur Jésus. Notre désobéissance a coûté la vie au Seigneur, a coûté des souffrances terribles.


Adam et Eve ont désobéi, parce qu'ils n'ont pas mis la Parole de Dieu en pratique, et la mort est entrée dans le monde. La mort entre chaque fois que nous ne mettons pas la Parole de Dieu en pratique. Mais Jésus a été obéissant jusqu'à la mort, et par son obéissance, il nous donne la vie. Notre cœur est alors changé, on reçoit l'Esprit du Seigneur, et on commence à obéir au Seigneur dans tous ses commandements. Quand on est rempli de l'amour du Seigneur, ses commandements ne sont pas difficiles. « L'amour de Dieu consiste à garder ses commandements, et ses commandements ne sont pas pénibles » (1 Jean 5:3). Quand notre cœur est rempli de la présence du Seigneur et de son amour, et de son Esprit, c'est une joie d'obéir !


Alors que si notre cœur n'est pas changé, c'est un lourd fardeau de devoir obéir ! Quel poids insupportable ! Notre manque de paix est toujours causé par notre manque d'obéissance. Quand on n'obéit pas, on n'est pas dans la paix. Alors, comme on se sent un peu coupable, on va s'imposer une loi, mais notre cœur n'est pas dans la paix.


Dans Galates 2:16 il est écrit : « Sachant que ce n'est pas par les œuvres de la loi que l'homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d'être justifiés par la foi en Christ, et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi ».


Et au verset 20, il dira : « Si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi ! Et si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu ». Les bonnes actions que je pourrai faire seront le résultat de ma foi au Fils de Dieu, qui a tout acquis pour moi. Rappelez-vous que Paul dit de Jésus qu'Il a été fait pour nous sagesse, justice, sanctification et rédemption. « C'est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption » (1 Corinthiens 1:30). Il a donc été fait pour moi sanctification. La sanctification, c'est l'obéissance ! Quand on obéit, on se sanctifie. Il ne peut pas y avoir de sanctification sans obéissance. Et il ne peut pas y avoir obéissance sans sanctification. Jésus a été fait, pour moi, sanctification, rédemption.


Si je laisse la Croix faire son œuvre en moi, Jésus, qui habite en moi, va prendre les rênes de ma vie, et je vais produire les œuvres de Jésus, parce qu'il est le maître dans ma vie. Mais Jésus ne peut pas le faire sans que moi je le veuille. Il ne va pas violer ma volonté. Mais il va le faire si je me suis entièrement consacré à Lui pour qu'il le fasse. C'est notre cœur qui doit être changé ! On ne peut pas être obéissant, si notre cœur n'est pas profondément changé. Sinon, c'est encore du légalisme.
Dans Apocalypse 2:2-5 nous lisons : « Je connais tes œuvres, ton travail, et ta persévérance ». L'église d'Ephèse faisait beaucoup d'œuvres et beaucoup de travail ; il y a beaucoup d'églises de ce type, pleines d'activités : évangélisation, club d'enfants, rencontres des hommes, rencontres des dames, théâtre, etc. Mais est-ce que c'est bien le Saint-Esprit qui a inspiré tout cela ? « Je sais que tu ne peux supporter les méchants, que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs, que tu as de la persévérance, que tu as souffert à cause de mon nom, que tu ne t'es pas lassé ». Beaucoup d'églises aimeraient bien recevoir autant de compliments du Seigneur.


« Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu as abandonné ton premier amour, Souviens-toi donc d'où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres ; sinon, je viendrai à toi, et j'ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes ». Voilà ce qui doit alimenter notre obéissance ! Nos bonnes œuvres ! Notre premier amour pour Jésus. Cela veut dire l'amour pour Jésus en premier dans ma vie. Toi en premier, Seigneur. Et Jésus disait à l'église d'Ephèse : Tu as abandonné l'amour exclusif, l'amour premier, l'amour total, que tu avais pour moi. Et si tu n'as pas cet amour pour moi, comment peux-tu m'obéir ?


« Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui qui m'aime; et celui qui m'aime sera aimé de mon Père, je l'aimerai, et je me ferai connaître à lui » (Jean 14:21). Si cet amour premier est dans mon cœur, je vais garder les commandements de Jésus, et je vais m'efforcer de les mettre en pratique, par amour pour Lui.


Là, c'était le problème de l'Eglise d'Ephèse, et Jésus disait : Tu as abandonné ton premier amour ! Souviens-toi d'où tu es tombé ! Reviens au point de départ, repens-toi et pratique tes premières œuvres. Tu ne pratiques plus les œuvres que tu faisais avant. Je connais tes œuvres, maintenant. Elles paraissent bonnes, mais elles n'ont pas de valeur pour moi.


Toutes ces œuvres sont peut-être très évangéliques, très spirituelles, très nombreuses, très bonnes en apparence, mais pour Jésus, elles ne valent rien ! Parce qu'elles ne découlent pas d'un amour total pour Lui, et d'une obéissance de cœur à sa Parole. Jésus n'a que faire de ces œuvres et il dit : Repens-toi ! Sinon, je viendrai à toi et j'ôterai ton chandelier ! C'est terrible, ce jugement ! Cela pourrait être une église très prospère, qui grandit, qui passe de cinq cents à mille personnes en un an, et on dit : "Oh, combien Dieu bénit cette église !" Mais Jésus a retiré le chandelier. L'onction n'y est plus ! Le réveil est parti ! Il ne reste que des œuvres mortes.


L'appel du Seigneur est un appel plein d'amour ! Il n'est pas là pour terrasser cette église et l'anéantir, mais avec sa voix pleine de douceur, il lui dit : "Repens-toi. Arrête-toi !" Mais il y a beaucoup d'églises qui sont tellement engagées dans des programmes, qu'elles ne peuvent plus s'arrêter. Il y a une force d'inertie qui les pousse. Il faudrait qu'elles arrêtent tout. Qu'elles mettent les pendules à zéro. Qu'on se replace devant le Seigneur en disant : " Pardon, Seigneur ! Nous n'avons fait que des œuvres mortes, pardon ! Nous revenons à notre premier amour ! Quelles sont tes œuvres, notre Père, maintenant ? Quelles sont les bonnes œuvres que Tu as préparées, qui vont subsister, qui vont passer au travers du feu du jugement devant le Trône de Christ ?

Toutes nos œuvres seront jugées par le feu, et si nous avons construit avec du chaume, du bois, de la paille, ça sera brûlé ? Nous serons sauvés, nous passerons au travers du feu, mais nos œuvres seront brûlées. Celles qui ont été faites dans l'amour du Seigneur et conduites par son Esprit, vont subsister ! Et nous recevrons notre récompense ! « Or, si quelqu'un bâtit sur ce fondement avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l'œuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu'elle se révélera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu'est l'œuvre de chacun. Si l'œuvre bâtie par quelqu'un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l'œuvre de quelqu'un est consumée, il perdra sa récompense. Pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu » (1 Corinthiens 3:12-15).


Dans Apocalypse 22:1, nous lisons : « Il me montra un fleuve d'eau de la vie ! » C'est dans ce fleuve qu'il faut être immergé en permanence. Le fleuve d'eau de la vie du Saint-Esprit. Ah, quand ce fleuve-là nous saisit et nous remplit ! Quelles œuvres ! « Ils lui dirent: Que devons-nous faire, pour faire les œuvres de Dieu ? Jésus leur répondit : L'œuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé » (Jean 28-29).


« Il me montra un fleuve d'eau de la vie, limpide comme du cristal qui sortait du trône de Dieu et de l'agneau. Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, se trouvait un arbre de vie produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations. Il n'y aura plus d'anathème. Le trône de Dieu et de l'agneau sera dans la ville; ses serviteurs le serviront et verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. Il n'y aura plus de nuit, et ils n'auront besoin ni de lampe ni de lumière, parce que le Seigneur Dieu les éclairera. Et ils régneront aux siècles des siècles » (Apocalypse 22:1-5).


Rendant son fruit chaque mois ! C'est l'image des fruits merveilleux que doivent aussi produire nos vies en permanence quand elles sont enracinées auprès de ce fleuve de vie qu'est Jésus-Christ. Il n'y aura plus de malédiction, plus d'anathème. Le trône de Dieu et de l'Agneau sera dans la ville. Ses serviteurs le serviront, et verront sa face et son nom sera sur leur front. Il n'y aura plus de nuit. Ils n'auront besoin ni de lampe, ni de lumière, parce ce que le Seigneur leur Dieu les éclairera. Que ce temps-là vienne vite, Seigneur Jésus ! Viens, Seigneur, nous enlever dans ce royaume céleste !


Et après avoir donné à Jean cette vision glorieuse, Jésus dit, au verset 10 : « Le temps est proche. Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore ». C'est comme si Jésus disait : "Tu veux te souiller dans ton péché, vas-y ! Tu ne veux pas t'arrêter et te repentir, souille toi encore ! Mais sache qu'il y aura un prix à payer pour cela : les portes du Ciel te seront fermées".


Et remarquez ce qu'il dit là : « Que le juste pratique encore la justice ». Il ne dit pas que le juste ne fasse rien, et qu'il reste satisfait de sa condition de juste ! En fait, il dit que le juste doit mettre en action des œuvres de justice, dans la persévérance. Il doit pratiquer la justice.


« Et que celui qui est saint se sanctifie encore ». Nous allons nous sanctifier en mettant la Parole en pratique. Alors cessons de pratiquer de mauvaises œuvres. Arrêtons-nous, par la repentance sincère devant le Seigneur. Si quelqu'un me dit : "Moi, je n'arrive pas à me repentir", je lui dis : "En fait, tu ne veux pas réellement te repentir, parce que ce n'est pas une question de savoir si tu peux te repentir par tes forces, il suffit d'accepter la repentance que Dieu te propose de t'offrir gratuitement, sans aucun autre effort que l'accepter". Paul disait au début de l'épître aux Romains : « Méprises-tu les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longanimité, ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ? » (Romains 2:4). Ouvre ton cœur et le Saint-Esprit te donne la repentance. Ne dis pas : "Je ne peux pas !" Reconnais plutôt que tu ne veux pas ! Si tu le veux, Dieu te donnera la repentance et tu changeras ! Parce que c'est l'amour de Dieu qui nous pousse à la repentance.


Dès que tu vois une mauvaise œuvre dans ta vie, une mauvaise habitude, de mauvaises paroles, de mauvaises actions que tu continues à pratiquer, alors place-toi devant Jésus sincèrement et dis : "Pardon, Seigneur, je veux être rempli de ton Esprit, de ta vie, de ta Parole pour la mettre en pratique. J'ai besoin de ta grâce, pardonne-moi, Seigneur !"


Et il est merveilleux, il le fait ! Il me sanctifie par son Sang, il me relève, il me prend la main, il me fait avancer avec lui. Garde les yeux sur Jésus, reste attaché au Cep, et sa vie va te changer. Et tu vas pouvoir pratiquer de bonnes œuvres. Pratiques-en toujours davantage, jusqu'au jour où Jésus viendra te prendre.


« Et j'entendis du ciel une voix qui disait : Ecris : Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! Oui, dit l'Esprit,

afin qu'ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent » (Apocalypse 14:13)
Seigneur, que mon oreille ne se contente pas d'écouter, mais que ce que j'écoute puisse entrer toujours plus dans mon cœur, pour que je le mette aussitôt en pratique. Et je te demande la grâce de me montrer par ton Saint-Esprit chaque fois que je ne pratique pas tes œuvres. Que ma conscience ne soit pas endurcie, au point de ne pas écouter ta voix, mais qu'elle soit souple, qu'elle soit légère. Qu'elle soit ouverte à l'action de ton Esprit, pour que je puisse entendre ta voix qui m'avertit, qui me montre le chemin. Seigneur, que nous soyons dociles entre tes mains et que tu puisses te réjouir de nous voir mettre en pratique ta Parole pour que tu sois glorifié. Que ton nom soit glorifié et que les hommes voient tes œuvres au travers de nous : les œuvres de Jésus-Christ. Seigneur, que nos œuvres soient justes et bonnes devant toi, parce qu'elles nous suivront jusque dans l'éternité. Alors Père, aide nous, fais une pleine lumière, bénis nos frères, nos sœurs, ton Eglise tout entière, pour que ton Epouse se prépare et soit sans ride ni tache le jour où tu vas venir, Seigneur Jésus. Tu le sais, ton Epouse t'attend et te dit : Viens Seigneur Jésus, viens ! Amen.

Source de Vie - http://www.sourcedevie.com