LOUANGE

LA LOUANGE 

 Un nouveau mouvement rafraîchissant du Saint-Esprit est ressenti à travers le monde. Dans le passé, les réunions d'adoration dans beaucoup d'églises étaient sèches et lugubres, et les hymnes traditionnels étaient chantés sans enthousiasme à partir de vieux livres de cantiques. Aujourd'hui, il n'est pas inhabituel de trouver dans beaucoup d'églises des croyants qui se tiennent debout, chantant, tapant des mains et même dansant dans la louange devant le Seigneur. Plusieurs expérimentent le sens de la vraie adoration quand ils se mettent à genoux les mains levées vers Dieu, avec des larmes ruisselant sur leur visage, perdus dans la présence de Dieu à qui ils chantent des cantiques d'adoration intense. Des instruments de musique de tout genre retournent dans l'église. La congrégation n'attend plus d'être divertie par des chorales ou des chanteurs qui ont eux-mêmes une pauvre relation avec le Dieu à qui ils chantent. Au lieu de cela les croyants sont en train d'expérimenter l'onction de Dieu d'une manière nouvelle et fraîche. Souvent la gloire de Dieu vient et remplit la salle pendant que Sa puissance coule sur la congrégation vague après vague. Comme aux jours de la dédicace du temple, il est impossible de rester debout à cause de la nuée de Sa gloire.
1 Rois 8:10,11 Au moment où les sacrificateurs sortirent du lieu saint, la nuée remplit la maison de l'Eternel. Les sacrificateurs ne purent pas y rester pour faire le service, à cause de la nuée; car la gloire de l'Eternel remplissait la maison de l'Eternel.

L'exhortation de David
David était un homme qui savait adresser des louanges à Dieu.
Laissons ses paroles d'exhortation nous conduire au milieu de ce que le Saint-Esprit opère aujourd'hui par la restauration de la vraie adoration dans Son Eglise.
Psaume 150: 1-6 Louez l'Eternel! Louez Dieu dans son sanctuaire! Louez-le dans l'étendue, où éclate sa puissance! Louez-le pour ses hauts faits!
Louez-le selon l'immensité de sa grandeur! Louez-le au son de la trompette!
Louez-le avec le luth et la harpe! Louez-le avec le tambourin et avec des danses! Louez-le avec les cymbales sonores! Louez-le avec les cymbales retentissantes! Que tout ce qui respire loue l'Eternel!

Nous devons louer l'Eternel!     


1. Introduction
La louange est un des moyens pour entrer dans une relation avec Dieu.
Personnellement et communautairement. Cela fait partie de la vie du peuple de Dieu. C'est un choix. Aussi bien dans l'AT que dans le NT, la Bible donne une grande place à la louange et l'adoration. I et II Chroniques nous donnent un aperçu détaillé de la louange amenée par David. Des personnes sont établies pour la diriger d'après une organisation définie et précise. Dans les psaumes, qui en hébreux signifie "hymnes de louange", on découvre David louant Dieu dans sa vie personnelle.

2. Contenu de la louange
Dans un temps de louange, il y a plusieurs moments qui peuvent être basés sur la manière dont les juifs entraient dans le Tabernacle. La tribu de Juda (=louange) était disposée devant l'entrée du Temple.
a) Reconnaissance = remercier Dieu pour ce qu'il a fait dans ma vie; nous pouvons nous représenter que nous entrons dans les parvis.
b) Louange = dire du bien, témoignage d'estime, ce qu'Il est, on oublie le "je": nous entrons alors dans le lieu saint où les choses de la terre pâlissent.
c) Adoration = aimer avec passion, rendre un culte (du latin "cultere" = adorer) à Dieu, il n'y a pas besoin de beaucoup de paroles, pas de mots inutiles car nous sommes dans la présence de Dieu, prosternés devant lui; entrée dans le lieu très saint. On pourrait encore ajouter ici la contemplation.

3. Richesse de la louange
Pourquoi louer Dieu?
a) La Parole nous le dit.
AT: Psaumes 61:9, 150:6; I Chroniques 29:20.
NT: Ephésiens 5:19; Colossiens 3:17b.
Dans l'AT, il y a des sacrifices de louange, dont la particularité était que l'on offrait l'animal tout entier. Dans le NT, Romains 12:1 nous invite à offrir notre corps en sacrifice vivant, ce qui implique également que le chrétien s'offre entièrement à son Dieu.
b) Parce que nous sommes heureux! Nous avons besoin d'exprimer notre joie à Dieu. Il nous a donné un corps pour le faire.

c) Dimension du combat spirituel
Exemple de Jéricho.
Nous sommes l'armée de dieu qui combat non contre la chair et le sang mais contre les puissances des ténèbres. La louange est aussi le combat, la proclamation du seul Dieu très haut et tout-puissant, l'assurance de la victoire déjà remportée par Jésus et la défaite de Satan qu'il faut lui rappeler. Satan aime être adoré comme nous le montre le passage biblique des tentations dans Matthieu 4:9:"Je te donnerai toutes ces choses si tu te prosternes et m'adores". Il était le chef de l'adoration dans le ciel. Il ne supporte pas l'adoration de Jésus. Son but premier est de ravir l'adoration qui revient à Dieu seul.
d) La relation avec Dieu.
L'adoration, la louange, c'est notre manière de dire que Dieu a la première place. Dans sa présence où nous entrons, il nous donne sa direction pour toutes choses. C'est devant le trône, dans l'adoration, que nous pouvons être le mieux à son écoute. L'adoration nous conduit vers la prière. Elle nous mène auprès du Père, dans la contemplation, la consécration, l'appel, les dons du St-Esprit, la repentance, le renouvellement physique et moral, la fortification, la joie, tous les fruits du St-Esprit, la restauration: guérison et délivrance.

Sabrine Favre

CHANTEZ A L'ETERNEL     



L'Église de Jésus-Christ a toujours rendu témoignage du salut par la parole et par le chant. Comme le disait le psalmiste : « Que les rachetés de l'Éternel le disent ! » (Psaume 107 : 2). Il identifiait ainsi une des caractéristiques les plus remarquables du peuple qui a découvert le Seigneur comme son Sauveur. Le cœur de celui qui a été délivré de son péché par le sang de Jésus-Christ peut s'écrier avec lui : « Je chanterai l'Éternel tant que je vivrai, je psalmodierai en l'honneur de mon Dieu tant que j'existerai » (Psaume 103 : 33).
Le chant est un élément important du culte de l'Église d'aujourd'hui, au point d'être commercialisé comme jamais auparavant. Il est important que le corps de Christ veille à utiliser cet aspect vital de son adoration pour le but désigné afin de ne pas permettre qu'il devienne un prétexte charnel de se livrer à des pratiques qui ne seraient pas conformes à l'Écriture. La Bible nous donne certaines directives quant à la pratique du chant et de la musique que nous ferons bien de suivre si nous voulons qu'ils contribuent à la raison d'être de l'Église. Ces directives prennent notamment en compte l'unité, la profondeur, la doctrine et l'esprit dans lequel le chant et la musique sont pratiqués.

L'UNITE
2 Chroniques 5 : 13 met en évidence une vérité centrale lors de l'inauguration du premier Temple d'Israël. Ce texte décrit ainsi le rôle des chantres et des musiciens : «... ceux qui sonnaient des trompettes et ceux qui chantaient, s'unissant d'un même accord pour louer et célébrer l'Éternel, firent retentir les trompettes, les cymbales et les autres instruments, et louèrent l'Éternel ».
Cet unisson entre les chantres, les musiciens et la multitude offrait une belle harmonie aux oreilles du Seigneur. Tel est le but de la musique et du chant dans un culte d'adoration. Il s'agit de l'unité dont parle aussi le livre des Actes quand il dit : « Ils étaient tous ensemble dans le même lieu » (2 : 1), unité si vitale si nous voulons voir le Seigneur nous visiter dans nos rassemblements.
Les voix de ceux qui dirigent, de la chorale et de l'orchestre doivent s'unir afin que la louange monte vers notre Dieu « d'un seul cœur et d'une seule âme ». Ces groupes ne se donnent donc pas en spectacle : ils sont là pour contribuer à une atmosphère d'adoration qui introduira l'assemblée dans la présence de Dieu. Le chant et la musique dans l'Église ne sont pas là pour offrir un programme de divertissement à un auditoire de spectateurs.Une telle attitude ne produirait pas une adoration spirituelle, seule capable de produire une moisson spirituelle. La Bible nous donne certaines directives quant à la pratique du chant et de la musique que nous ferons bien de suivre si nous voulons qu'ils contribuent à la raison d'être de l'Église.

LA PROFONDEUR

Le chant et la musique ne peuvent devenir louange que lorsque ceux qui s'y livrent vont au-delà des émotions et des réactions physiques qu'ils peuvent provoquer de façon superficielle. Si l'expression des émotions et ces réactions physiques peuvent être un point de départ dans l'adoration, elles ne sauraient suffire à atteindre l'être intérieur si elles restent à ce niveau.
Le renouvellement de l'intelligence et de la volonté, la transformation de l'esprit doivent atteindre une profondeur telle que Dieu y rejoint le cœur de l'homme. Dans Éphésiens 5 : 19, Paul parle des « psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels » que l'Église utilisait pour glorifier Dieu. Il est évident dans ces termes que l'Église évaluait le chant et la musique selon le critère de la profondeur bien plus que celui de la popularité, de la nouveauté ou du style d'arrangement. Paul dira aussi dans 1 Corinthiens 14 : 15 qu'il est un niveau de chant qui relève de « l'intelligence » et un autre de celui de « l'esprit ». Le culte pentecôtiste est une des formes les plus authentiques d'adoration « en esprit et en vérité » (Jean 4 : 23) ; nous avons besoin des chantres et des musiciens pour nous aider à contribuer à une adoration biblique et profonde qui sera alors un sacrifice spirituel « agréable à Dieu par Jésus-Christ » (1 Pierre 2 : 5).

L'ÉQUILIBRE

Dans 1 Corinthiens 14, l'apôtre Paul nous apprend qu'un culte véritablement pentecôtiste est constitué de certains ingrédients spirituels. Chacun de ces ingrédients a sa place attitrée et ne doit pas empiéter sur le temps ou la place des autres ingrédients. Les langues et leur interprétation, par exemple, ont leur place dans le culte, mais ne doivent pas prendre la plus grande partie du temps. Ces dons seront limités à deux ou trois afin que le culte soit équilibré en faisant la place à d'autres formes d'expression que Dieu a prévues pour son Église. Si le chant et la musique prennent tant de place qu'il n'y a plus de temps pour la prière, la prédication de la Parole, ou pour lancer un appel à la consécration, c'est qu'il y a un déséquilibre. L'adoration implique bien plus que le simple fait de chanter ou de faire de la musique pour Dieu. Un manque d'équilibre dans l'Église provoquera une malnutrition spirituelle à cause d'une lacune dans la prédication et l'enseignement des Écritures. Une église pentecôtiste se doit d'être équilibrée.

LA DOCTRINE

Le contenu des chants que nous chantons est plus important que les chants eux-mêmes. Quelqu'un disait un jour : « Comment peut-on se tromper si l'on chante l'Écriture? » Certes, on ne peut se tromper si l'on proclame la Bible. Mais l'Écriture peut être mal utilisée si le but est d'en tirer un profit financier. Tout ce commerce de cassettes, de CD et de droits d'auteur fait de la maison de Dieu une véritable boutique commerciale. Les chœurs et les chants modernes sont souvent dénués des grandes vérités cardinales qui ont fait des Assemblées de Dieu le mouvement unique qu'elles sont devenues. L'emploi des Écritures dans le chant s'est souvent limité à des textes parlant de reconnaissance envers Dieu. Il est plus rarement question de notre salut dû au sang précieux de Christ, du baptême dans le Saint-Esprit, de la guérison divine par la foi en Jésus, de son proche retour et d'autres doctrines bibliques.
En tant que pentecôtistes, nous avons toujours utilisé le chant et la musique comme des moyens de rendre témoignage de nos expériences en Christ : « Vois ce qu'il a fait pour moi ! ». Nous aimons parler du sacrifice de Jésus qui nous a lavés de tous nos péchés. Nous aimons parler de la puissance du Saint-Esprit. Nos chants célèbrent la façon dont le Seigneur nous a relevés dans nos afflictions et nous donne une espérance bénie : l'enlèvement de l'Église lors de son retour. Nous devons avoir des chants qui enseignent correctement la doctrine. Nous ne pouvons-nous permettre de nous contenter de chanter des chants simplement parce que la mélodie est agréable ou que les paroles nous plaisent, ou encore parce que c'est un chanteur chrétien en vogue qui a mis ce chant sur le marché.
Nous avons besoin de chants et de paroles nés du désir d'entraîner l'Église dans l'adoration, la consécration et le service. Nous prions que Dieu suscite des compositeurs pentecôtistes qui écrirontdes chants oints de l'Esprit et nés dans la prière; des compositeurs qui veulent voir Jésus exalté plutôt que satisfaire leurs ambitions personnelles de popularité et de profit financier. Le Saint-Esprit inspirera des musiciens à écrire des chants qui béniront nos églises sans se laisser influencer par

La musique du monde.

L'ESPRIT

Les exhortations de Paul aux églises concernant le chant se trouvent dans deux textes différents. Dans Éphésiens 5 : 19, il dit : « Chantez et célébrez le Seigneur de tout votre cœur ! », et dans Colossiens 3 : 16 : « Sous l'inspiration de la grâce, chantez à Dieu de tout votre cœur ». Autrement dit, le chant dans l'Église est important, mais si vous n'avez pas une mélodie dans votre cœur à cause de l'action du Saint-Esprit qui vous a imparti la grâce de Dieu, vous ne pourrez jamais vraiment célébrer le Seigneur par vos chants. Le chant pentecôtiste vient du cœur. C'est pour cela qu'il touche les cœurs ! Une église pentecôtiste qui ne sait plus chanter a attristé le Saint-Esprit et a besoin d'un réveil. Même quand les choses ne vont pas trop bien, le croyant rempli de l'Esprit peut chanter : « J'ai en moi une mélodie ! »
Puisse l'Église non seulement rechercher Dieu et sa glorieuse présence, mais aussi chanter des chants qui invitent la présence du Saint-Esprit parmi nous. Si nous exaltons l'Agneau par nos chants, la colombe de l'Esprit viendra...

James Bridges

5 CONSEILS POUR COMPOSER DES CHANTS DE LOUANGE     

La plupart des compositeurs les plus productifs sont conducteurs de louange, mais vous n'êtes pas obligé d'être un conducteur de louange pour écrire de bons chants d'adoration. Il suffit juste d'être un adorateur. Le plus souvent, les meilleurs chants de louange ne sont pas faits à des fins commerciales. Il n'est pas rare que ces chants, ou au moins leur noyau, naissent alors que vous n'êtes même pas en train d'essayer de composer. Un bon nombre des meilleurs chants sont nés dans l'église. Voici 5 conseils pour donner un élan à votre composition.

 

1 – Soyez ouvert à l'Esprit

La présence du Saint-Esprit est comme de l'huile qui lubrifie nos esprits, créant ainsi un essor musical. Il peut s'agir d'un élément pendant la louange (un mot, une phrase, une ligne) qui produit en vous quelque chose ; vous continuez ainsi à chanter vos propres paroles d'adoration dans votre cœur et amorcez votre propre mélodie. Quand cela se produit, écrivez-les ! Écrivez-les ! Écrivez-les ! Non, vous ne vous en souviendrez plus ; utilisez donc l'arrière d'un bordereau ou votre smartphone ou votre fidèle carnet que vous avez toujours avec vous pour ce genre d'occasions. Plus tard, vous pourrez reprendre ces idées et louer avec elles jusqu'à ce que plus de matière n'en découle.
Parfois, c'est une prédication qui peut susciter une idée. Vous vous dites « on a besoin d'un chant qui dit cela. Même le titre ferait une bonne accroche ! » C'est rare d'obtenir plus de 15% d'un chant en faisant comme cela, mais vous pouvez en avoir juste assez pour un très bon point de départ. Remerciez Dieu pour ces pépites, gardez-les et mettez-les de côté pour plus tard.

2 – Écrivez

Ayez toujours votre antenne déployée. Une grande partie du travail du compositeur est de trouver et de retrouver l'inspiration. Faites attention à la façon dont les mots sont mis ensemble, comment ils sonnent et comment ils retentiront. Capturez des petites phrases qui deviendront des accroches. Vous en entendez une et vous vous dites « Eh ! Ça pourrait faire un bon chant.» Puis, soyez un gribouilleur, souvenez-vous, écrivez les. Trouvez le cœur, l'émotion humaine qui vient du noyau. C'est ce qui fait fonctionner un chant.

Écoutez ce que les gens disent à Dieu quand ils prient ou quand ils le louent. Ça vous montre ce dont ils ont besoin et comment ils se sentent. Essayez d'incorporer cela à vos chants. Continuez et ouvrez vos yeux et notez ce que la personne est en train de dire dans sa prière. Si ça vous semble curieux de faire cela, soyez en paix. Rappelez-vous : quelqu'un a écrit la prière de Moïse et ce que Anne prophétisait.

3 – Gardez un compte rendu de votre parcours

La composition est une façon de faire le récit de votre parcours. Le Roi David a écrit ses expériences de vie, même les mauvaises : quand il a fuit devant son fils Absalom (Psaume 3) ; quand Dieu l'a délivré des mains de Saül (Psaume 18) ; quand il a joué l'insensé en présence d'Abimélec (Psaume 34) ; quand le prophète Nathan est venu à lui après qu'il ait péché avec Bath-Schéba (Psaume 51). (Lisez aussi les Psaumes 7, 30, 56, 57, 142.) Voyez la composition comme une autre façon de raconter et de faire un compte rendu de votre vie. Chaque chant que vous écrivez représente une partie de votre vie.

4 – Écrivez avec les Écritures

Souvent, vos chants peuvent jaillir de la Parole de Dieu quand vous la méditez dans votre temps personnel. Un passage touche quelque chose d'enfoui en vous et commence à se traduire en musique. Voici un bon exercice à essayer. Enfermez-vous dans un endroit tranquille où personne ne peut vous entendre. C'est très important que vous ne soyez pas nerveux. Si vous n'avez pas d'endroit où vous pouvez être seul, essayez juste de trouver l'endroit le plus isolé possible et chantez en chuchotant ou à n'importe quel niveau sonore à partir du moment où vous vous sentez à l'aise.

Ouvrez votre Bible à un Psaume et commencez à le chanter à voix haute en improvisant en temps réel. Continuez à lire peu à peu tout en créant la mélodie. Peut-être qu'il s'agit d'un Psaume où le psalmiste livre son cœur à Dieu. Ressentez toutes les émotions et exprimez-les spontanément avec des mots. Parfois, vous allez vous rendre compte que vous chantez fort sur des moments de louange et qu'à d'autres moments vous le faites en chuchotant les pleurs du psalmiste, peut-être en accords mineurs.

Ce qui va en sortir va être différent d'une personne à une autre et va dépendre de son style musical. Cela n'aura certainement aucune forme, mais ressemblera plus à un « état de conscience », à un récital d'opéra ou à un oratorio. Ne vous en faites pas, c'est sûrement parce qu'il n'y a pas de forme métrique dans le passage que vous chantez. Si vous êtes un musicien, bon en improvisation, vous allez probablement vouloir vous accompagner avec les accords appropriés. Même si vous vous enregistrez pour votre plaisir, ne considérez pas cela comme un chant. Personne d'autre n'est censé le chanter. C'est très personnel. Peut-être trouverez-vous une ligne ou deux qui découlent de ce moment et qui seront susceptibles d'être développées en une vraie chanson. Que vous le fassiez ou non, vous allez exercer des notions d'engagement avec la Parole et traduire des émotions en musique.

5 – Chantez vos prières

Si vous faites partie des personnes qui sont plongées dans la musique et que vous remarquez que vous chantez la plupart du temps, essayez aussi de chanter vos prières au Seigneur. Le Roi David l'a fait. Un bon moment pour le faire est lorsque vous vous trouvez tout seul dans votre voiture. Vous allez voir votre musique se charger de vos émotions par rapport à des fardeaux ou se charger de louanges venant de votre cœur. Cela peut intensifier votre vie de prière. Attention : n'essayez pas de vous accompagner à la guitare pendant que vous conduisez.

 

Paul Baloche leaders de louange